La baisse du chômage menacée par la déprime des petites entreprises

 |   |  657  mots
Copyright Reuters
Selon le 41ème baromètre de conjoncture des très petites entreprises (TPE), réalisé entre le 25 janvier et le 7 février par l'Ifop pour Fiducial auprès de 1.007 dirigeants d'entreprises de 0 à 19 salariés, elles ne sont 14% à compter augmenter leur effectif salarié. Pire, au moins 800.000 TPE (33% du total) ajournent leurs embauches.

Avec le retour de la croissance, le chômage devrait enfin baisser en 2011. Mais un gros gain de sable se présente dans ce scénario. Il vient des TPE, les très petites entreprises, réservoir majeur d'emploi en France.

Selon le 41ème baromètre de conjoncture des Très Petites Entreprises, réalisé entre le 25 janvier et le 7 février par l'Ifop pour Fiducial auprès de 1 007 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés, elles ne sont 14 % à compter augmenter leur effectif salarié. C'est faible même si c'est mieux que leurs prévisions de débuts 2009 et 2010. Leurs prévisions de créations d'emplois s'établissent ainsi en hausse d'un petit point sur celles du dernier trimestre 2010, qui, elles, affichaient une progression de quatre point, soit le meilleur quatrième trimestre depuis 2002).

Pire, au moins 800.000 TPE (33 % du total) ajournent leurs embauches. En cause, un manque de ressources financières avéré compte tenu d'une activité estimée insuffisante, combinée au poids des charges fiscales et sociales. D'ailleurs, 44 % des TPE disent avoir connu des difficultés de trésorerie en 2010. Parmi elles, 6 % seulement ont eu recours à la médiation du crédit et 5 % à Oséo. Un tiers s'est également tourné vers son expert-comptable pour la recherche de solutions. Mais heureusement, la majorité (57 %) des entreprises ayant connu des difficultés de trésorerie a réussi à les surmonter grâce aux lignes de crédit antérieurement autorisées. A ce titre, près de la moitié des TPE (49 %) a utilisé un crédit de trésorerie bancaire en 2010 : dans 8 cas sur 10, il s'agissait d'un découvert.

En dépit de ces difficultés, les entreprises restent en bons termes avec leurs banquiers (79 % des TPE n'ont qu'une banque). 85 % des TPE confrontées à des difficultés de trésorerie ont trouvé un banquier attentif et à leur écoute, même si dans la moitié des cas il ne proposait pas de solutions, tandis que 15 % (soit 7 % de toutes les TPE) déploraient une rupture du dialogue de la part de leur banque. Au final, 4 % des TPE ont changé de banque et 6 % ont contracté avec une nouvelle, sachant que seulement 11 % déclarent avoir consulté une autre banque que la leur.


Enfin, à 15 mois de l'élection présidentielle, Le degré de confiance des TPE dans les mesures et actions économiques annoncées ou mises en place par le gouvernement enregistre une forte chute ce trimestre (26 %, soit -15 points) après le rebond observé sous l'effet de la réforme des retraites. C'est le plus mauvais score enregistré par l'exécutif depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Seules 17 % des TPE issues du secteur des services aux particuliers manifestent leur confiance au gouvernement, soit un différentiel de -28 points avec le score enregistré auprès de cette cible à l'automne dernier (45 %). Globalement, les TPE doutent majoritairement (58 % contre 42 % exprimant un avis contraire) de la capacité de Nicolas Sarkozy à engager des réformes profondes en période préélectorale. Et Nicolas Sarkozy n'est pas seul à susciter cette défiance. Pour la grande majorité des patrons de TPE, les femmes et les hommes politiques ne sont plus pour l'instant en mesure de transformer la société française, ni d'en lever les blocages (respectivement 62 % et 66 %). Le sentiment d'impuissance est encore plus marqué lorsqu'on évoque le redressement rapide de l'économie française (75 %) ou des finances de l'Etat (81 %).



Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de Fiducial, analyse ainsi ces chiffres : « La faible confiance des patrons de TPE dans le climat général des affaires en France (en baisse de 2 points, avec 71 % de pessimistes) plombe leur moral et leur optimisme dans leur propre activité. En embauchant, le patron d'une TPE prend deux risques qui peuvent lui faire tout perdre : ne pas avoir suffisamment d'activité pour en couvrir le coût et se tromper sur la personne recrutée. Or, les conséquences d'une erreur sont plus dramatiques pour une petite unité ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2011 à 18:58 :
Les cotisations sont déjà trop élevées et avec la réforme des retraites on a du mal à comprendre les augmentations de cotisations 2011. Toutes les entreprises ont eu une augmentation de leur taux d'accident du travail et de prévoyance à cause de cette réforme.

a écrit le 07/03/2011 à 12:13 :
Les activités des TPE dépendent de l'industrie, leurs donneurs d'ordres PME et PMI sont elles même dans un état de délabrement, les zones indsutrielles deviennent des FRICHES industrielles, et donc il ne faut pas s'étonner du désastre en cours, il ne faudra pas non plus s'étonner de l'aggravation du désastre. Les progrès de la France se résument dans l'étalement des friches industrielles - DEMAIN, les touristes viendront visiter Paris, l'Aiguille du Midi et les friches industrielles. Merveilleuse UMP qui a massacré l'économie nationale, avec l'aide du PS bien entendu. Nos Parlementaires, Députés et Sénateurs, ils ne méritent pas la confiance leurs électeurs ... ca c'est la leçon qu'il faut en déduire.
Réponse de le 07/03/2011 à 15:14 :
Vous exagérez un peu la décadence de l'industrie française tout de même ! Par ailleurs, je pense que les français feraient mieux de faire un peu d'introspection plutôt que d'accuser les politiques de droite ou de gauche. Il aurait fallu commencer par les laisser travailler un peu au lieu de bloquer le pays à chaque réforme dans l'unique but de préserver de petits avantages corporatistes. De gauche ou de droite, comment se fait t-il que personne n'arrive à gouverner ce pays ?
a écrit le 07/03/2011 à 9:23 :
Il faut voir la fiabilité de ce sondage. J'ai été interrogé à ce sujet sur la même période (était ce le même sondage ? Je ne suis pas certain, mais cela y ressemble) et je suis en auto-entreprise depuis seulement quelques mois... Vue l'augmentation des auto-entrepreneurs, cela ne me semble pas très sérieux. Quand on vient de se lancer en auto-entreprise, on va forcément répondre non... même si j'ai appris qu'en théorie un auto-entrepreneur pouvait aussi embaucher. Grande méfiance sur les sondages, qu'ils soient électoraux ou sur le moral des entrepreneurs. D'autant plus que tout le monde sait que les français - patrons ou salariés - ont une légère tendance à se plaindre même quand les choses ne vont pas si mal. C'est de notoriété internationale !
Réponse de le 07/03/2011 à 19:32 :
Le statut d'auto entrepreneur a été crée pour donner pour légaliser le travail au black. Ce qui fait que beaucoup se sont lancés dans l'aventure avec les activités qu'ils avaient à côté. Au bout du compte il ne restera que peu de survivants, sachant que les charges sociales liées à leur activité auront raison d'eux!!!!!!!!!!!
La libre entreprise n'est que pure utopie.
a écrit le 06/03/2011 à 16:54 :
Pour les postes qu'elles ont a proposer, 10% qualifiés, 90% non qualifiés ou escroqués.
Réponse de le 06/03/2011 à 17:53 :
ouais t'as raison, tous des escrocs ces patrons !
Réponse de le 06/03/2011 à 20:29 :
Eh bien que proposez vous? creez donc votre boite et on en reparlera
Réponse de le 07/03/2011 à 11:02 :
C'est intelligent comme remarque, il est bien dommage de vous laissez vous exprimer.
a écrit le 06/03/2011 à 16:50 :
On peut aussi se donner à fond, se dégoûter tellement on bosse pour rien et après tomber malade ou se blesser. C'est mon cas, j'ai gâché 10 ans de ma vie en me détruisant la santé, en faisant 60 heures la semaine. Sans profiter de ma famille. Et puis j'étais si fatigué qu'en l'espace d'un an j'ai fait un hygroma au genou droit, infection du coccis, re hygroma à l'autre genou, puis infection du sang avec oedems à toutes les articulations. Pour finir, à force de porter des choses lourdes j'ai fait une hernie paralysante jambe droite, avec opération à la clef. Je ne récupère pas. Trop de fatigue cumulée, le corps est épuisé et ne veut plus.
Ce n'est que mon expérience, alors si vous voulez essayer d'entreprendre allez y!!!!!
a écrit le 06/03/2011 à 16:23 :
quand on est "petit patron" on a pas le choix il faut bosser, prendre des risques. c'est vrai que c'est pas simple et souvent ce statut coûte cher en "vie de famille", car elle souvent sacrifier. mais bon est ce que l'on a le choix?
a écrit le 06/03/2011 à 16:13 :
quelle baisse du chomage?? celle prévue par madame Irma? Parce que sur le terrain, dans la réalité quoi, c'est la bérézina!!
a écrit le 06/03/2011 à 15:45 :
"En cause, un manque de ressources financières avéré compte tenu d'une activité estimée insuffisante, combinée au poids des charges fiscales et sociales. D'ailleurs, 44 % des TPE disent avoir connu des difficultés de trésorerie en 2010. "
Moi je dis ça, j'dis rien.....
Pensée unique
Réponse de le 07/03/2011 à 15:22 :
Vous avez raison. Ceci étant, si les chefs d'entreprise voulaient mutuellement se faire du bien, il feraient bien de commencer par payer leurs fournisseurs dans les délais convenus. Moi-même chef d'entreprise, je fais toujours mon maximum pour payer mes fournisseurs en temps et en heure, ce qui est loin d'être le cas de la plupart de mes clients auxquel je dois réclamer constamment mon dû. Cela permettrai de régler l'un de mes problèmes majeurs que partagent beaucoup de TPE : la trésorerie... Et pour le coup, pas besoin de demander quoique ce soit au gouvernement !
a écrit le 06/03/2011 à 15:06 :
Je suis étonné de l'étonnement de l'auteur. Baisse du chômage, baisse seulement de la catégorie A (Chômeur de plus d'un an) de 20000 pour 18000 rayés des listes, et, le reste ??? en augmentation; il faut bien se rassurer politiquement mais pas lorsque l'on est chef d'entreprise. Et puis, oublié comme un songe d'été (Cauchemar d'hivers), la baisse de la consommation (Ah! le PIB augmente ??).
Tout chef de PME responsable, surtout ceux des services, sait que les taxes, les déremboursements, la baisse du pouvoir d'achat relatifs aux nombreuses augmentations sur l'obligatoire, le nécessaire vont automatiquement se répercuter sur une diminution de la consommation de produits superfétatoires et de services aisés à réaliser personnellement lorsque l'emploi est devenu contraint forcé un mi-temps.
Ce qui m'amuse le plus, c'est que le pic de chute de consommation, d'explosion de la nouvelle bulle spéculative, de la compréhension des soins à l'américaine, de la destruction de l'instruction et des retraites sera synchrone des élections présidentielles sans compter le ressenti du froid (Chauffage) de la faim (trop excessif la nourriture) et de l'épuisement (trop élevé le prix des transports) pour ceux qui travaillent.
D'ailleurs, il est même évident que le PIB augmentera comme l'augmentation des besoins du nécessaire mais que la consommation diminuera.
Les patrons des TPEs, eux, ont compris la suite.
a écrit le 06/03/2011 à 15:05 :
Baisse du chomage ou celà ???

A mon avis cette soit disante baisse et due aux gens qui ne perçoivent plus les allocations et qui sont arrivé en fin de droit sans avoir trouvé de travail, celà devient catastrophique dans ce pays.
Pourrait-on avoir les chiffres des gens qui sont en fin de droit ou qui n'ont plus d'allocations ?
Réponse de le 07/03/2011 à 10:42 :
l'age des saisonniers augmente!
les petits patrons et certains plus gros emploient des auto entrepreneurs!!!
les chiffres sont tronqués vous voyez bien , c'est comme la télé, on voit et entend ce que l'on veut bien que l'on voit ou entende!!!
en tous cas je vois de plus en plus de gens sans emplois de plus en plus d'autoent et de petits patrons dire que c'est la misère du CA, par contre aux infos on vous dit que le cac 40 augmente encore sont CA ... on se fout de nous... car eux ils sont exonnérés!!! à tous les niveaux
a écrit le 06/03/2011 à 14:35 :
Deux petites entreprises sont particulièrement touchées par la déprime : le PS et l'UMP le chômage c'est tout de même plus de leur faute que de celle des citoyens .
Réponse de le 07/03/2011 à 9:07 :
Alors cela reste à prouver... si les français avaient accepté les réformes en temps et en heure nous serions au même niveau de chômage que les allemands... Au lieu de ça, nous avons préféré favoriser l'emploi du secteur public et une augmentation constante des salaires... Aujourd'hui les français payent le prix de leurs propres excès et de leur refus de se serrer la ceinture. Nous avions pourtant été prévenus. Pas la peine de chercher des coupables ailleurs, ni la gauche, ni la droite n'ont réussi à travailler comme il l'entendaient.
a écrit le 06/03/2011 à 14:26 :
Ne faites jamais l'erreur de créer une entreprise en France, vous allez au devant de bien des désillusions.
Rien ne vous sera épargné, c'est le pot de terre (les minables PME et TPE) contre le pot de fer (les Superman de la politique et du profit)
Quelle honte de ne pas reconnaitre les petites entreprises et les artisans de notre pays à leur juste valeur.
Ce sont EUX qui créent des emplois et pas ces fossoyeurs de grands groupes qui ne pensent que dividendes et délocalisations pour faire toujours plus de profit.
Réponse de le 06/03/2011 à 18:03 :
1000% d'accord, les 14% de TPE qui à compter augmenter leur effectif salarié regrettera dans 3-5ans
a écrit le 06/03/2011 à 14:20 :
Les TPE et PME crèvent dans ce pays.
Aucune aide des banques pour investir, une pression fiscale et sociale énorme, des petits patrons écoeurés de devoir ramer sans cesse pour trouver des marchés et sauvegarder le peu d'emplois qu'ils ont créé..et lorsqu'ils sortent un peu la tête de l'eau, on leur envoie le fisc ou l'urssaf pour tenter de leur piquer le fruit de travail.
Tout est fait pour favoriser les grands patrons du CAC40, les aides, les manipulations financières à outrance, le soutien des grands de ce monde!
C'est abberrant de laisser couler sciemment les petites entreprises de cette façon, ce sont ELLES qui créent des emplois et pas les grands groupes qui délocalisent.
Je suis consternée de voir ce mépris de la part des politiques.
Réponse de le 06/03/2011 à 15:21 :
100% d'accord rien à jouter
Réponse de le 06/03/2011 à 18:43 :
Patron d'une tpe a strasbourg, je suis 100% d'accord avec vous. Nous vivons un racket organisé pour ne rien nous laisser gagner. mais alors rien du tout. Avec les devis que nous devons sans cesse revoir à la baisse pour décrocher un marché, impossible de faire face à la pression fiscale et sociale (urssaf et consort). Presque envie de bosser au noir non ? D'ailleurs ça aussi c'est une source de misère. Dans le bâtiment, je me trouve confronté à des concurrents qui travaillent au noir ouvertement avec la bénédiction des chambres de métiers et Répressions des fraudes qui s'en foutent.....
a écrit le 06/03/2011 à 13:56 :
La baisse du chômage : vous avez vu ça où ??????????????
Réponse de le 06/03/2011 à 14:31 :
Il n'a rien compris...
Réponse de le 06/03/2011 à 16:15 :
c'est ça prenez nous pour des billes yves yvon yvette
a écrit le 06/03/2011 à 12:40 :
c est honteux car l ump fait trop de cadeaux par millions a ses entreprises qui se garnit bien leurs poches tous des profiteurs pendant que nous les plus bas salaires est ceux qui ont que le rsa pour vivre ont du mal a joindre les deux bouts pour finir la fin du moi vivement les presidentilles car l ump se fou trop de nous est ya yen assez qu ils se garnissent leurs poches pour rien faire sauf nous voler notre argent est le reste apres ils SONT NUL
Réponse de le 06/03/2011 à 14:30 :
Vous n'avez pas lu l'article...
Réponse de le 07/03/2011 à 10:53 :
TOUT A FAIT
a écrit le 06/03/2011 à 12:14 :
Les pme qui grevent en silence mais cela ne dérange pas notre seigneur du profit et de la magouille....................

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :