Le CAC 40 s'enfonce, de peur d'un défaut grec

L'annonce que la Grèce n'atteindra pas ses objectifs de déficit en 2011 et 2012 fait plonger les places financières européennes. A Paris, le CAC 40 est renvoyé au contact des 2.900 points.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

La Bourse de Paris débute la semaine comme elle a terminé la précédente : en repli. Plombé par l'annonce, hier, selon laquelle le gouvernement grec manquera les objectifs de déficit assignés par ses bailleurs de fonds pour son sauvetage, le CAC 40 est renvoyé sur le seuil psychologique des 2.900 points. Vers 12h30, la chute atteignait 2,14 % à 2918,10 points. Sur les autres grandes places européennes, le repli est du même ordre. Ainsi le FTSE londonien chutait de 1,89 %, le Dax francfortois de 2,45 %, le FTSE Mib milanais de 1,66 % et l'Ibex 35 madrilène de 2,26 %.

Le marché est une fois de plus affecté par les craintes de la crise de la dette en zone euro. Le soulagement apporté jeudi dernier par le feu vert allemand à l'élargissement du Fonds européen de stabilité financière (FESF), a été balayé dimanche par le gouvernement grec. George Papandréou a en effet annoncé que son pays n'atteindra pas les objectifs prévus dans le cadre du plan de sauvetage.

Athènes s'attend désormais à ce que son déficit atteigne 8,5% du produit intérieur brut (PIB) cette année alors que l'UE et le FMI avaient demandé que le déficit ne dépasse pas 7,6% du PIB. Le projet de budget prévoit que le déficit sera réduit à 6,8% en 2012, contre un objectif fixé à 6,5%. Ce dépassement de l'objectif de déficit 2011 signifie que la Grèce aura besoin de deux milliards d'euros supplémentaires ne serait-ce que pour financer ses dépenses cette année. Une situation qui sera très certainement au centre des discussions des ministres européens des Finances qui se réunissent ce lundi et demain mardi à Luxembourg.

En attendant, les marchés porteront toute leur attention sur la publication, cet après midi, de l'indice de l'activité manufacturière pour le mois de septembre aux Etats-Unis. "Un ISM manufacturier inférieur à 50 relancerait les débats sur les risques de récession des Etats-Unis et de sa transmission en Asie" indique Aurel BGC. Risque d'autant plus omniprésent que ce matin Fitch a revu à la baisse ses anticipations de croissance des grandes économies. L'agence estime en effet que "la récente intensification de la volatilité des marchés financiers et les incertitudes budgétaires ont érodé la confiance, ce qui, en conséquence, va peser sur la consommation privée et la croissance de l'investissement".

Pour l'heure, les investisseurs ont pris acte du ralentissement de l'activité manufacturière en Zone euro. L'indice définitif  PMI manufacturier pour le mois de septembre est ressorti ce lundi à  48,5 points contre 49 points en Août. Il s'agit de son niveau le plus bas depuis août 2009, les commandes nouvelles s'étant elles contractées à leur rythme le plus soutenu depuis juin 2009.

Dans un tel contexte, les acteurs du compartiment financier subissent de lourdes prises de bénéfices. Ainsi BNP Paribas chute de 5,89 % suivi de près par Société Générale (-5,72 %), Crédit Agricole (-4,78 %) et Axa (-4,04 %). Hors CAC, Dexia décroche de 8,09 % après la décision de l'agence de notation Moody's de placer la note de la dette de la banque franco-belge sous surveillance négative.

Alcatel Lucent plonge de 9,38 %. Dans une note négative relative au marché des équipementiers télécoms, le bureau d'études Nomura a abaissé son objectif de cours sur le titre du groupe français de 3,2 à 2,5 euros.

France Télécom recule de 2,07 %. Selon un projet de discours que doit prononcer lundi la commissaire européenne à la Stratégie numérique Neelie Kroes, l'Union européenne (UE) souhaite réduire les revenus que les opérateurs historiques tirent des réseaux de télécommunications en cuivre pour doper l'investissement dans la fibre optique.

Hors Cac

Air France plonge de 3,43 %. Alexandre de Juniac devrait prendre la direction d'Air France en janvier à la faveur d'une réorganisation du groupe Air France KLM dont Pierre-Henri Gourgeon conserverait les rênes, indique la Tribune dans son édition de ce lundi.

Ipsen (-0,57 %) résiste à la tendance du marché. Son partenaire, Inspiration Biopharmeuticals a été informé que l'agence européenne des médicaments avait validé le dépôt de la demande d'autorisation de mise sur le marché pour IB1001 dans le traitement de l'hémophilie de type B.

Devise et Pétrole

Après avoir plongé vers un plus bas depuis huit mois face au dollar à moins de 1,332, la monnaie unique s'est reprise. Vers 12h30, un euro s'échangeait contre 1,337 dollars.

Dans le même temps, sur le marché de l'or noir, les prix du baril étaient à la baisse. Le Brent de la Mer du Nord chutait de 0,84 % à 101,90 dollars tandis que le WTI valait 78,13 dollars (-1,35 %)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.