Téléchargez
notre application
Ouvrir

La sortie de l'accord sur le pétrole prendra 2 à 5 mois, dit le ministre russe de l'Energie

reuters.com  |   |  320  mots
La sortie de l'accord sur le petrole prendra 2 a 5 mois, dit la russie[reuters.com]
(Crédits : Heinz-Peter Bader)

MOSCOU (Reuters) - Un délai de deux à cinq mois pourrait être nécessaire pour mettre fin aux mesures de réduction de la production de pétrole convenues entre l'Opep et d'autres pays, dont la Russie, dès lors que cette décision sera prise, a déclaré lundi le ministre russe de l'Energie, cité par l'agence Interfax.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et d'autres producteurs ont réduit de manière concertée leur production depuis début 2017 afin de tenter de supprimer l'excédent d'offre sur le marché mondial. Cet accord a été prolongé jusque fin 2018 et un point devrait être fait sur le sujet lors de la prochaine réunion de l'Opep en juin à la lumière de l'évolution des cours.

"Cela pourrait prendre trois, quatre, cinq mois ou peut-être seulement deux" pour sortir de ce pacte, a dit Alexandre Novak à Interfax.

Ce calendrier sera discuté une fois que les pays participants à cet accord auront décidé d'y mettre fin, a-t-il ajouté.

"Tout le monde appuie ce scénario", a dit le ministre russe.

"Notre objectif était de supprimer l'excédent de pétrole sur le marché. Pour le moment, nous constatons que cet objectif est atteint aux deux tiers", a déclaré Alexandre Novak.

"Nous ne pouvons pas exclure que l'objectif pour les stocks mondiaux de pétrole puisse être atteint d'ici la fin de l'année."

Toute décision sur un abandon progressif de l'accord ne sera prise que lorsque le niveau des stocks mondiaux aura été ramené à sa moyenne sur cinq ans, a-t-il poursuivi.

Dans son rapport mensuel publié lundi, l'Opep écrit que les stocks des économies développées se sont contractés de 22,9 millions de barils en décembre, à 2,888 milliards de barils, ce qui reste supérieur de 109 millions à la moyenne sur cinq ans.

(Andrew OsbornBertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)