Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le Royaume-Uni souhaite un nouveau départ avec l'UE, un "affinement" de l'accord sur le Brexit

reuters.com  |   |  372  mots
Le royaume-uni souhaite un nouveau depart avec l'ue, un affinement de l'accord sur le brexit[reuters.com]
(Crédits : Henry Nicholls)

(Reuters) - Le Royaume-Uni et l'Union Européenne doivent rétablir leur relation de confiance, celle-ci s'étant érodée à la suite d'un différend sur l'approvisionnement en vaccins, a déclaré lundi le ministre britannique Michael Gove, qui a notamment appelé à un "affinement" de l'accord couvrant le commerce post-Brexit en Irlande du Nord.

Depuis la sortie du Royaume-Uni de l'UE en début d'année, le commerce entre l'Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni est devenu un point de tension régulier entre les deux parties.

Les relations entre les deux blocs, qui étaient déjà tendues par des années de négociations usantes sur le Brexit, se sont encore compliquées après que l'UE a annoncé l'inclusion de l'Irlande du Nord dans le mécanisme de contrôle des exportations de vaccins, ce qui pourrait, de facto, rétablir une frontière physique entre l'Irlande, membre de l'UE, et la province britannique d'Irlande du Nord.

Si l'Union a rapidement changé sa position, le Royaume-Uni espère désormais capitaliser sur ce faux pas, en tentant notamment de remanier la partie de l'accord de retrait portant sur le commerce avec l'Irlande du Nord.

"C'est un moment où la confiance a été érodée, où le mal a été fait et où il faut bouger pour s'assurer que nous avons une remise à zéro appropriée", a commenté Michael Gove, le ministre britannique chargé de la coordination de l'action gouvernementale.

"Il y a un certain nombre de questions (...) pour lesquelles nous pensons qu'il est nécessaire d'affiner le fonctionnement du protocole pour qu'il soit efficace dans l'intérêt des citoyens d'Irlande du Nord", a-t-il également indiqué.

Des hommes politiques nord-irlandais se sont d'ailleurs plaint de ces nouvelles réglementations, estimant qu'elles provoquaient des pénuries dans les supermarchés et entravaient la livraison de marchandises. Ils ont ainsi demandé l'abandon du protocole sur l'Irlande du Nord.

L'UE et la Grande-Bretagne ont cependant convenu de "travailler intensivement" pour résoudre ces difficultés, et Michael Gove devrait rencontrer cette semaine le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, pour essayer de trouver une solution.

(Guy Faulconbridge, version française Charles Regnier, édité par Jean-Michel Bélot)