Téléchargez
notre application
Ouvrir

Bachelet (Onu) dit avoir été informée d'exécutions menées par les taliban

reuters.com  |   |  412  mots
Bachelet (onu) evoque des violations des droits de l'homme par les taliban[reuters.com]
(Crédits : Denis Balibouse)

par Stephanie Nebehay et Emma Farge

GENEVE (Reuters) - La Haute Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme a déclaré mardi avoir reçu des informations crédibles sur de graves violations des droits humains de la part des taliban, notamment des exécutions sommaires de civils afghans et de membres des forces de sécurité afghanes ayant rendu les armes.

Michelle Bachelet n'a fourni aucun détail sur ces exactions pendant son discours devant le Conseil des droits de l'homme de l'Onu, mais elle a appelé à la mise en place un mécanisme de surveillance des agissement des taliban.

Une résolution adoptée quelques heures plus tard par le forum basé à Genève prévoit que Michelle Bachelet rende compte de la situation en Afghanistan et d'éventuelles exactions commises par les taliban lors de la session de septembre-octobre du Conseil. Un rapport intégral est par ailleurs attendu d'ici mars 2022.

"Une ligne rouge fondamentale sera le traitement des femmes et des filles par les taliban", a souligné Michelle Bachelet pendant la réunion extraordinaire du Conseil à la demande du Pakistan et de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).

"Il y a de sérieuses inquiétudes pour les femmes, pour les journalistes et pour la nouvelle génération de dirigeants de la société civile qui ont émergé ces dernières années", a-t-elle ajouté.

"Les minorités ethniques et religieuses d'Afghanistan sont également exposées à la violence et à la répression, étant donné les précédentes violations graves sous le régime taliban et les informations faisant état de meurtres et d'attaques ciblées ces derniers mois", a insisté Michelle Bachelet.

Dans un communiqué, des experts des droits de l'homme de l'Onu soulignent que de nombreux Afghans se cachent par peur de représailles des taliban et font état de fouilles "porte à porte".

Le Conseil des droits de l'homme se penche sur un projet de résolution soumis par le Pakistan au nom de l'OCI qui évoque le risque de violations mais ne met pas nommément en cause les taliban et ne prévoit pas la création d'une commission d'enquête sur d'éventuelles exactions.

"Nous espérions un texte plus fort, celui-ci est extrêmement minimaliste et nous sommes déçus", a déclaré un diplomate occidental à Reuters.

(Reportage Stephanie Nebehay et Emma Farge; version française Bertrand Boucey et Tangi Salaün, édité par Jean Terzian et Marc Angrand)