L'Italie renforce la surveillance de ses gazoducs

reuters.com  |   |  222  mots
Photo d'archives d'une station de compression du trans adriatic pipeline (tap)[reuters.com]
(Crédits : Florion Goga)

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien sortant a renforcé la surveillance et les contrôles navals des gazoducs qui acheminent du gaz naturel vers l'Italie depuis le Sud et l'Est, ont déclaré deux hauts responsables à Reuters.

Cette mesure fait suite à la découverte de quatre fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 en mer Baltique cette semaine. Russes et Occidentaux se rejettent la responsabilité de possibles "actes délibérés".

Cet incident a suscité des inquiétudes quant à la possibilité que des sabotages visent les infrastructures énergétiques européennes.

Selon les deux responsables, l'Italie a placé sous surveillance renforcée le gazoduc TransMed, qui relie l'Algérie à la Sicile, le gazoduc Trans Adriatic Pipeline (TAP), qui va de l'Azerbaïdjan aux Pouilles, et la connexion GreenStream, entre la Libye et la Sicile.

Rome a également relevé son niveau d'alerte sur le gazoduc Trans Austria Gas (TAG), qui achemine du carburant des pays nordiques vers le nord-est de l'Italie.

Pour compenser la baisse des approvisionnements en gaz russe, qui représentent normalement 40% des importations totales du pays, l'Italie a augmenté ses importations de gaz en provenance d'Algérie et des pays nordiques au cours des derniers mois.

(Reportage de Giuseppe Fonte à Rome et Francesca Landini à Milan; version française Dina Kartit, édité par Sophie Louet et Kate Entringer)

tag.dispatch();