Un ex-policier massacre 22 enfants dans une crèche en Thaïlande

reuters.com  |   |  442  mots
Tuerie de masse dans une creche a uthai sawan[reuters.com]
(Crédits : Sakdipat Boonsom)

BANGKOK (Reuters) - Un ancien policier a massacré 38 personnes, dont 22 enfants, dans une crèche d'une ville du centre de la Thaïlande, jeudi, avant de se rendre à son domicile pour tuer sa femme et son enfant puis se donner la mort, a déclaré la police.

La plupart des enfants assassinés dans la crèche à Uthai Sawan, à environ 500 km au nord-est de Bangkok, ont été poignardés à mort, a-t-elle précisé.

Un porte-parole de la police a déclaré à la chaîne ThaiPBS que l'auteur du massacre était un ancien policier qui avait été renvoyé l'an dernier pour une affaire de drogue et qui venait de comparaître devant la justice pour ces faits.

Le tueur s'est rendu directement du tribunal à la crèche pour y chercher son enfant et, ne le trouvant pas sur place, a commencé à tuer les employés et les autres enfants avec une arme à feu et un couteau, a raconté le porte-parole, Paisal Luesomboon.

"Il était extrêmement stressé et quand il n'a pas trouvé son enfant, il a pété les plombs", a-t-il dit.

Une trentaine d'enfants étaient à la crèche au moment de la tuerie, bien moins que d'habitude en raison des fortes pluies de la mousson qui ont empêché de se déplacer de nombreux habitants des environs d'Uthai Sawan, situé dans la province de Nong Bua Lamphu, pas très loin de la frontière avec le Laos.

"Le tireur est arrivé à l'heure du déjeuner et il a d'abord tiré sur quatre ou cinq employés", a déclaré à Reuters Jidapa Boonsoon, une responsable municipale dont le bureau est situé à côté de la crèche.

L'ancien policier s'est ensuite rendu dans une pièce où les enfants faisaient la sieste. Il a tué la plupart d'entre eux à coups de couteau, ainsi qu'une employée enceinte de huit mois. "C'est vraiment atroce. Je n'ai jamais vu une chose pareille", a-t-elle témoigné.

Le porte-parole de la police a indiqué que le suspect avait ensuite pris sa voiture pour rentrer chez lui, où il a tué sa femme et son enfant avant de se suicider.

Selon la police, il détenait légalement l'arme à feu dont il s'est servi.

Cette tuerie de masse rappelle le massacre auquel s'était livré en 2020 un soldat rendu furieux par l'échec de la vente d'une maison, qui avait tué 29 personnes et en avait blessé 57 autres dans une ville au nord-est de la capitale Bangkok.

(Reportage d'Orathai Sriring, Panarat Thepgumpanat et Chayut Setboonsarng, rédigé par Martin Petty ; version française Myriam Rivet et Tangi Salaün, édité par Sophie Louet et Kate Entringer)

tag.dispatch();