Coronavirus : quel sera le nouveau variant de la Covid-22 ?

LA DÉCENNIE COVID ? 1/5 - Alors qu’on parle maintenant de quatrième dose, qu'Omicron se joue de l'immunité et que Pfizer annonce un nouveau vaccin pour fin mars, la planète ne semble pas encore près de mettre le coronavirus au pas. Deux ans après sa mystérieuse apparition à Wuhan, le SARS-CoV-2 continue de faire la loi avec ses variants multiples. Entre contagiosité et résistance à l'immunité, Omicron enflamme en cet hiver 2022 les taux de contamination et inquiète les hôpitaux même s'il provoque moins de formes graves. Annonce-t-il toutefois une évolution du Covid vers une maladie moins sévère ? Aurons-nous cette année un nouveau variant Pi, Rho ou Sigma ? Faut-il s'attendre à vivre une décennie sous Covid ? Notre dossier.

8 mn

(Crédits : ERIC GAILLARD)

La dernière version du coronavirus Omicron est au centre des préoccupations en ce début d'année. Plus contagieux, il déjoue en partie l'immunité naturelle et celle des vaccins. Le dernier né des variants SARS CoV-2 fait flamber les taux de contamination et trembler les économies. Il provoque cependant des formes moins sévères et certains pensent qu'il pourrait même améliorer une forme d'immunité collective. Omicron est-il une bonne ou une mauvaise version du coronavirus ? Quelle évolution du virus annonce-t-il ? Nous permettra-t-il de sortir de la course aux variants en 2022 ? Ou faut-il craindre une prochaine version, Pi ou Rho ?

Plus contagieux et résistant

Alors qu'une nouvelle vague monte - la sixième ! - Israël commence à injecter une quatrième dose. En France le débat s'intensifie. Pfizer annonce travailler sur une nouvelle version de son vaccin spécial Omicron. Le CoV-2 paraît nous entraîner dans une course aux variants auxquels on devra s'adapter tous les six mois.

LA DÉCENNIE COVID. A lire l'épisode 2 : Pfizer, Moderna... : comment la machine à cash du Covid bouleverse la hiérarchie de l'industrie pharmaceutique

Après Delta, Omicron, alias le B.1.1.529, nous donne des sueurs froides. En fin d'année, il s'est d'abord révélé encore plus contagieux que son prédécesseur. En se répliquant davantage dans les cellules du patient, les virus deviennent suffisamment nombreux pour ressortir et contaminer d'autres personnes rapidement. Pire, Omicron affecte les patients pourtant vaccinés ou immunisés par une première infection.

Dans cette dernière version, le CoV-2 a donc trouvé la bonne formule pour savoir déjouer les anticorps. Ses mutations n'ont pas trop modifié sa protéine Spike pour rester capable d'infecter les cellules humaines, mais suffisamment pour que les anticorps Covid ne le reconnaissent plus. Il est ainsi devenu plus résistant à l'immunité neutralisante, celle qui se colle à la Spike pour l'empêcher d'entrer dans les cellules. C'est sans doute pour ça qu'il circule aussi vite, profitant de tous ceux qu'il croisait sans se soucier de leurs anticorps.

Mais peut-être un peu moins sévère

La troisième leçon d'Omicron est plus rassurante. Il déclenche des formes moins sévères de la maladie, sauf pour les plus fragiles et les non-vaccinés. Les études sont de plus en plus nombreuses sur le sujet, les patients infectés resteraient moins longtemps à l'hôpital et ont moins souvent besoin d'être intubés. Sur le sujet, certains épidémiologistes restent encore incertains. Les nombreuses contaminations identifiées concernent aujourd'hui des patients jeunes. Cela pourrait expliquer une partie de la baisse du ratio entre contaminations et formes graves.

Omicron

[Le dernier né des variants SARS CoV-2 fait flamber les taux de contamination et trembler les économies.]

Mais Omicron apparait néanmoins moins violent que Delta à cause de certaines particularités. Avec sa nouvelle forme de protéine Spike, le virus semble plus apte à se répliquer dans les cellules de la gorge et des bronches que dans les alvéoles pulmonaires. S'il descend moins au fond des poumons, il provoque moins de formes graves. De plus, Omicron échappe aux anticorps neutralisants mais pas à une autre forme d'immunité dite cellulaire. Cette immunité est celle qui détruit les cellules infectées par le virus avec les globules blancs appelés lymphocytes, l'immunité qui semble justement empêcher les formes graves. Malgré ces découvertes, les hospitaliers évitent de surestimer la moindre dangerosité du virus et insistent encore et toujours sur l'importance de la vaccination.

Néanmoins, les optimistes vont plus loin. Comme Olivier Véran quand il évoque une possible immunité collective que nous conférerait ce variant, sans causer autant de dégâts que Delta. En ce début d'année, on comprend la volonté politique d'éviter de plomber le moral des Français. Pourtant, issue du variant Alpha, moins dangereux - et non de Delta - cette mutation Omicron induit des anticorps adaptés à une protéine Spike très spécifique qui déjoue nos défenses... De là à penser que l'immunité qu'il apporte nous protégera aussi des futurs variants Pi, Rho ou Sigma, il y a un grand pas à franchir dans l'utopie ou... la politique.

Comment évolue le virus ?

Si le pire n'est jamais certain, de nouvelles mutations du SARS-CoV-2 sont néanmoins inéluctables. Tant que la majorité des humains ne sera pas protégée par son système immunitaire ou par un vaccin, il continuera de s'ajuster aux victimes que nous sommes.

« Les variants que l'on connaît sont issus d'adaptations pour optimiser leurs capacités à infecter, à se répliquer et à résister à la réponse immunitaire, voire à infecter d'autres espèces animales comme les visons, les cerfs, les souris et les rats, rappelle Bruno Coutard, professeur de virologie à l'université Aix-Marseille. Les premiers variants n'étaient pas si bien adaptés puisqu'ils ont été supplantés par les suivants ».

Avec Omicron, le virus continue de surprendre les chercheurs. Il dispose d'un vaste réservoir pour trouver de nouvelles opportunités d'évoluer. Si 56,5 % de la population mondiale avait déjà reçu au moins une dose de vaccin Covid fin 2021 ce taux chute à 7,5 % dans les pays en voie de développement. L'an dernier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Union européenne ont bien créé le système Covax pour fournir des vaccins aux pays du Sud. Mais en novembre, 144 pays n'avaient reçu que 10 % du volume visé avec 560 millions de doses. CoV-2 continue donc d'évoluer.

Dernier identifié en date, le variant B.1.640.2 a été repéré à Marseille avec 36 mutations (contre 50 pour Omicron) mais il circule un peu en France depuis quelques semaine sans paraître vraiment dangereux.

Le Covid peut-il devenir une maladie saisonnière ?

Depuis l'annonce d'une simple "grippette", début 2020, jusqu'au bilan de quelque 125.000 décès en France fin 2021, le Covid-19 est passé par différents stades. D'abord présenté comme une maladie redoutable qui mène droit en réanimation, il est ensuite devenu une pathologie respiratoire gênante. Difficile pourtant d'imaginer que l'on va apprendre à vivre avec.

« Pour l'instant, nous sommes encore dans la période émotionnelle, observe le Pr Jean Michel Pawlotsky, virologue au CHU Henri Mondor à Créteil. Mais cette maladie ne disparaîtra sans doute jamais. En maîtrisant de mieux en mieux sa prise en charge, on peut espérer faire baisser le nombre de complications. Elle pourra devenir endémique, c'est-à-dire une maladie habituelle face à laquelle on possède des vaccins et des médicaments. Comme la grippe qui tue en moyenne 10.000 patients par an, elle provoquera peut-être toujours des décès chez les sujets à risque. Et comme la bronchiolite, il y aura de temps en temps des poussées. »

Test covid australie

[Le variant Omicron a entrainé le retour des tests massifs dans de nombreux pays, comme ici en Australie.]

Après la période de sidération hospitalière, les médecins ont appris à mieux gérer les complications. Et avec les nouveaux traitements, ils espèrent améliorer la protection des patients immunodéprimés ou non vaccinés, comme le souligne le Pr Jacques Izopet, chef du service virologie au CHU de Toulouse :

« Les anticorps neutralisants sont intéressants à un stade précoce pour réduire l'aggravation de la maladie chez des personnes à haut risque, mais aussi pour prévenir l'infection chez les immunodéprimés qui ne répondent pas à la vaccination. Il faudra cependant utiliser des molécules actives sur de nouveaux variants émergents. »

Alors que les places en réanimation sont comptées, les nouveaux traitements pourraient compléter la campagne vaccinale pour éviter de faire exploser l'hôpital. S'ils se montrent efficaces, les nouveaux traitements antiviraux  - comme la pilule Paxlovid de Pfizer - et les rappels de vaccin nous permettront de finir par cohabiter avec Covid-19.

Mais à quel prix ? Avec des anticorps monoclonaux à plus de 1.200 € la dose et des millions de rappels de vaccin à effectuer, ces solutions pharmas risquent de bousculer les modèles économiques des systèmes de santé. Après une année de vaccination et quelques mois d'anticorps Covid, les assurances maladie, tant publiques que privées, commencent à craindre de finir elles-mêmes en réanimation.

---------------

LIRE ICI LES AUTRES ÉPISODES

ÉPISODE 2 : Coronavirus : comment le jackpot du vaccin redistribue les cartes des Big Pharma

ÉPISODE 3 : Les leçons de deux années de gestion chaotique de la crise sanitaire bousculées par Omicron

ÉPISODE 4 Covid-19 : les zones d'ombre de l'enquête sur les vraies origines du coronavirus

ÉPISODE 5 : Covid-19 : la prévention coûterait 100 fois moins qu'une nouvelle pandémie

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 17/01/2022 à 21:31
Signaler
Tiens ! Covid-19 : le masque redevient obligatoire dans certains lieux à Paris.Le préfet de police de Paris ( Didier Lallement a été nommé au Conseil des Ministres, le mercredi 20 mars 2019.)a pris ce lundi un nouvel arrêté obligeant le port du ma...

à écrit le 17/01/2022 à 17:25
Signaler
Fin de pandémie : la vérité éclate aux Etats-Unis Les Républicains promettent une enquête dès leur reprise de contrôle du congrès aux élections de mi-mandat. L'histoire jugera par la main de la justice. Selon le représentant Républicain Jim Jor...

le 21/01/2022 à 17:27
Signaler
"Conçu" ou surgi naturellement, la Covid a bel et bien tué plusieurs millions de personnes sur la planète, et les Etats américains ayant les plus forts taux de mortalité par ce virus sont ceux dont la population est le moins vaccinée et/ou a le moins...

le 22/01/2022 à 5:59
Signaler
@Chamechaude : ce qu'il est impossible de nier également c'est que le covid et ses variants est la méthodologie choisie par le WEF de Davos pour imposer aux peuples l'agenda 2022-2030 du NWO. Klaus Schwab, et Atalli, entre autres, l'ont décrit dans l...

à écrit le 17/01/2022 à 16:57
Signaler
En Suède, l'épidémiologiste en chef Tegnell vient d'atomiser le PassVaccinal disant qu'il n'est pas pertinent car "nous savons que 2 doses du vaccin donnent une mauvaise protection contre le variant Omicron" donc ils ne l'appliqueront pas dans les re...

le 17/01/2022 à 20:22
Signaler
C'est pas France qu'on verra la police bouger 😁

à écrit le 17/01/2022 à 16:48
Signaler
Tiens ? La Tribune aurait-elle des infos que ni l'OMS, ni les gouvernements sont censés avoir ? La source serait-elle Klaus Schwab et le WEF, véritables pilotes de cette opération de reingenierie sociale à l'échelle planétaire, ou Pfizer ? Dire que ...

à écrit le 17/01/2022 à 15:58
Signaler
bien malin qui peut predire l'evolution d'un virus, la genetique fait des milliards d'essais tous les jours........par contre se dire qu'un touriste ne manquera pas de revenir d'une zone avec une zoonose d'uns sars mute, ca peut faire sens...... je c...

à écrit le 17/01/2022 à 13:16
Signaler
Peut-être que Covid ce n'est que du bluff. Peut-être qu'ils tirent leurs dernières cartouches de leur beau plan. Parce que la trame narrative est en train de se casser la figure un peu partout avec Omicron. Au RU, le ministre de la Santé Saji...

le 17/01/2022 à 17:11
Signaler
Il y a une infime minorité de pays dans le monde qui ont imposé une obligation vaccinale ou un "pass" (une dizaine) ... et que de nombreux pays vont réduire les restrictions pour que la population revive normalement grâce au variant OMICRON (Royaume-...

à écrit le 17/01/2022 à 13:15
Signaler
Un peu téléphonné ce truc essentiellement porté par la presse subventionnée comme depuis bientôt deux ans. Macron ?..

à écrit le 17/01/2022 à 12:59
Signaler
ras le bol .alors ras le bol .de tout ça pendant ce temps là . une certaine catégorie . de labo. médecin .s' enrichissant . puis nos politiciens continu toutes les réformes sont faites ...notre pouvoir d' achat zéro ... qu' ils dégagent tous ....

à écrit le 17/01/2022 à 12:22
Signaler
Quand je lis au bout de la troisième ligne: .. " Deux ans après sa mystérieuse apparition à Wuhan ".. j'arrête toute lecture car je comprends de suite que l'auteur ne comprends rien au vivant, aux virus, bactéries, microbes et n'a donc comme connaiss...

à écrit le 17/01/2022 à 9:33
Signaler
La protéine "spike" est détourné par le virus pour éviter la création d'anticorps? Malin le singe! Conséquence d'un vaccin trop spécialisé?

à écrit le 17/01/2022 à 8:06
Signaler
Vivement qu'on nous foute la paix surtout avec ce truc !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.