Assurance-chômage : l'Unédic prévoit un retour dans le vert dès 2022

L'Unédic, qui gère le régime d'assurance chômage, a annoncé vendredi prévoir un retour à l'excédent dès 2022, de +1,5 milliard d'euros, anticipant 498.000 créations d'emplois fin 2021.

3 mn

(Crédits : Reuters)

Ce sont des chiffres à prendre avec "prudence" prévient l'Unedic. L'organisme paritaire, qui présentait ses prévisions financières pour le régime d'assurance chômage à l'horizon 2023, indique qu'après un déficit de 17,4 milliards en 2020, "le solde financier de l'Unédic serait de -10 milliards d'euros en 2021, puis excédentaire de +1,5 milliard en 2022 et de +2,3 milliards en 2023". La dette "atteindrait 64,7 milliards fin 2021, puis elle commencerait à diminuer en 2022 pour s'établir à 63,2 milliards en fin d'année et à 60,9 milliards fin 2023", poursuit l'organisme.

Lors d'un point presse en visioconférence, le président de l'Unédic, Eric Le Jaouen (Medef), a fait état d'un message "un peu paradoxal" avec un régime qui va retrouver en 2022 un excédent et dans le même temps "un chiffre inédit d'endettement" en décembre 2021. Il a également souligné le "contexte assez complexe pour les prévisionnistes".

Une baisse des créations d'emplois à prévoir à partir de 2022

Du côté de l'emploi, au deuxième semestre, il continuerait de progresser "à un rythme moins soutenu", pour atteindre 498.000 emplois créés fin 2021. 2022 devrait enregistrer la création de 23.000 emplois et 2023, de 96.000, indique l'Unédic.

Lors de ses dernières prévisions en juin, l'organisme anticipait la création de 126.000 emplois cette année et un déficit de 10 milliards d'euros fin 2021. Il prévoyait une poursuite plus dynamique des créations d'emplois en 2022 (+127.000) et en 2023 (+109.000). Les prévisions présentées se fondent sur une application de la réforme de l'assurance chômage conforme au calendrier prévu par le gouvernement.

Le Conseil d'Etat valide l'entrée en vigueur du nouveau calcul de l'allocation chômage

Le conseil d'Etat a rendu sa décision : il n'y aura pas de report de la réforme de l'assurance chômage. Elle entrera bien en vigueur, comme prévu, et les nouvelles règles d'indemnisation s'appliqueront. C'est un coup dur pour les syndicats, qui se sont tous mobilisés contre cette réforme, et qui avaient saisi le 8 octobre dernier, la haute juridiction, via plusieurs recours.

Le gouvernement, en revanche, obtient victoire. Sa stratégie a fonctionné : les très bons résultats économiques de ces dernières semaines, notamment sur le front de l'emploi ont convaincu les magistrats. En effet, en juin dernier, le Conseil d'Etat avait suspendu la réforme jugeant la reprise trop fragile et les incertitudes sur la situation économique trop nombreuses.

Cette fois, les magistrats estiment que "la tendance générale du marché de l'emploi ne constitue plus un obstacle à la mise en place de la réforme". Cette semaine, les chiffres de l'Urssaf montraient un nombre de déclarations d'embauches au plus haut. Plus de 800 000 en moyenne ces derniers mois. "Un pic historique", selon l'organisme qui n'a pas enregistré de tels niveaux depuis les années 2000.

Mais, outre l'argument économique, le gouvernement pariait aussi sur le fait que la haute juridiction ne voudrait pas revenir, ni suspendre encore une fois la réforme, afin d'éviter les couacs de calculs. "Il y a une responsabilité à ne pas mettre en situation difficile des demandeurs d'emploi", explique en coulisses, un membre du conseil d'Etat.

Lire aussi 3 mnNouveau calcul de l'allocation chômage : le recours des syndicats rejeté par le Conseil d'Etat

Pole emploi va donc pouvoir appliquer les nouvelles règles dès le mois de novembre. Les versements suivant ce nouveau calcul des indemnités n'interviendront qu'en novembre. Le Conseil d'Etat doit encore examiner la réforme sur le fond. Mais plus le temps passe, et plus la perspective d'une remise en cause de cette réforme, à laquelle Emmanuel Macron tient tant, s'éloigne.

(avec AFP)

3 mn

Replay I Forum zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/10/2021 à 13:38
Signaler
Je suis impoli parfois. Mais, là, on prend les gens pour des cons en France.

à écrit le 23/10/2021 à 9:11
Signaler
Avec toutes les cotisations obligatoires ce n’est pas normale que le fonds de l’Unédic se trouvait en déficit . Est ce avec ce fonds que les entreprises ont été aidés lors de la pandémie du Covid ? Dans tous les cas les populations se font avoir av...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.