Bruno Le Maire : "Sur ADP, ne pas renouveler les erreurs commises lors de la cession des autoroutes" - 3/5

 |   |  605  mots
(Crédits : Charles Platiau)
ENTRETIEN. Le ministre de l'Économie et des Finances précise les conditions de la privatisation à venir d'ADP (Aéroports de Paris), récemment rejetée au Sénat, et pourquoi elle sera différente de celle controversée des autoroutes. Extrait de l'entretien avec Bruno Le Maire publié dans La Tribune Hebdo du 15 février 2019.

LA TRIBUNE - Vous avez prévu dans la loi Pacte des cessions de participations de l'État, dont certaines font débat, comme ADP. Elle pourrait être remise en cause ?

BRUNO LE MAIRE - Nous avons prévu de faire trois importantes cessions d'actifs : Aéroports de Paris, Engie et la Française des Jeux. Ces privatisations ont été adoptées par l'Assemblée nationale. Elles correspondent à un vrai choix stratégique de redéfinition de la place de l'État et de l'entreprise dans la société française.

On me dit qu'ADP verse à l'État des dividendes très élevés. C'est le cas actuellement. Mais certaines années les résultats ont été beaucoup moins bons et ont pu baisser. On me dit que cette infrastructure est stratégique. Mais rien ne changera dans ce domaine : la police aux frontières sera la même, les redevances seront toujours fixées sous le contrôle de l'État, les rotations aériennes continueront d'être fixées par la Direction de l'aviation civile. Tout ce qui ressort de la souveraineté de l'État le restera.

On me dit que c'est un monopole. Non : il y a de la concurrence entre les grands hubs internationaux, entre Francfort, Paris et Londres. On me dit que cette activité est un service...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2019 à 20:59 :
l erreur a été la privatisation en fait
a écrit le 16/02/2019 à 18:15 :
Et surtout ne pas renouveler l'erreur commise lors de la vente de l'aéroport de Toulouse-Blagnac à un chinois. Pour en savoir plus sur les dessous de cette pitoyable affaire, lisez "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez CLC Editions. Une fiction proche de la réalité par un observateur attentif de la Chine.
a écrit le 16/02/2019 à 10:06 :
Pas de problème vous pouvez vous rattraper pour les autoroutes.
Convoquez tous les présidents d'autoroutes, délégataires de l'Etat et pour 1 euro prenez 50% et uns action pour compenser la spoliation des Français.
Laissez leur faire l'entretien et la gestion et partagez les bénéfices vous toucherez environ 5 milliards de bénéfices chacun et l'Etat gardera en plus la TVA.
VOILA UN PARTAGE EQUITABLE SANS LESER PERSONNE.
a écrit le 16/02/2019 à 9:12 :
Certes, mais il faudrait en profiter pour revenir sur les erreur commises lors de la cession des autoroutes. A commencer par rendre public l'accord.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :