"Changer la société, mais sans la brutaliser" (Michel Wieviorka)

 |   |  2479  mots
Michel Wieviorka, directeur d'études à l'EHESS.
Michel Wieviorka, directeur d'études à l'EHESS. (Crédits : Sébastien Kunigkeit/dpa)
[Un an de présidence Macron] Le sociologue et directeur d'études à l'EHESS Michel Wieviorka espère "ardemment" que le président réussisse. Il salue ses qualités de modernisateur mais le met en garde : son expression technocratique et autoritaire du pouvoir, son ignorance des corps intermédiaires, son traitement partiel de la conflictualité, s'avèrent des entraves à l'accomplissement du vœu réformateur.

LA TRIBUNE - Il y a un an, l'élection d'Emmanuel Macron était synonyme d'immense saut dans l'inconnu. Avec pour première interrogation sa détermination à créer concrètement une rupture de style, de stratégie, de méthode politiques. Dans ce triple domaine, a-t-il "réussi" ?

MICHEL WIEVIORKA - Cette immense rupture, personne ne peut la contester. Qu'on l'admire ou qu'on s'y oppose, elle est factuelle. Son incarnation recouvre plusieurs dimensions. Voilà un chef d'État jeune, qui n'a pas peur de débattre pour défendre ses idées, qui sait ce qu'il veut et l'exprime nettement, qui ne tergiverse pas. Chacun a conscience d'assister à un renouveau, à une transformation du comportement politique.

Cette élection avait fait écho à certaines singularités (en matière d'attentes, de besoins, d'espérances) de la société, mais aussi à la déliquescence du modèle politique. Douze mois plus tard, des réparations sont-elles visibles ?

Le système politique ne correspondait plus du tout aux exigences de nos contemporains, et cette victoire est venue concrétiser l'immense décalage entre les aspirations de la population et l'offre politique, le fonctionnement des partis et l'état des institutions. Et que voit-on aujourd'hui ? Un échiquier que l'on n'aurait jamais imaginé : un centre très large, et, pratiquement sans transition, un espace fait de radicalité ; deux extrémités, le Front national et la France insoumise ; un espace balisé par ces deux pôles - une chance pour la France, d'autres pays n'en comptent qu'un, à droite, singulièrement puissant. Ce centre, où Emmanuel Macron est solidement installé, n'est pas figé. Lui-même l'incarne avec une réelle capacité à se déplacer, au gré des sujets et des équilibres politiques du moment - tour à tour avec prudence ou vigueur, et le plus souvent vers sa droite. Exemples ? Sur la laïcité, il a pris pendant un an le temps de consulter longuement intellectuels comme leaders religieux, d'écouter, de préciser son positionnement avant, le 9 avril devant les évêques français, de livrer sa pensée, plus proche de celle de Nicolas Sarkozy lors du discours du Latran (2007) que de celle de la gauche.
En revanche, lorsque "sa religion est faite", et puisqu'il n'y a face à lui ni obstacle politique ni risque de contestation parlementaire ou institutionnelle, il sait faire preuve de détermination, voire d'autorité. Sa politique de réformes l'engage alors dans une certaine dureté, au moins dans sa présentation et sa communication.
Mais après un quinquennat Hollande rongé par une autorité défaillante, et à l'aune d'un contexte international où, des États-Unis à la Russie, de la Turquie à la Hongrie, les figures autoritaristes triomphent dans les urnes, est-ce étonnant ?
Dans de nombreux pays dits démocratiques, la demande de leadership autoritaire voire autoritariste est en effet élevée, et elle se concrétise de plus en plus. Mais elle s'incarne la plupart du temps dans des partis extrémistes, notamment nationaux-populistes. Emmanuel Macron est le premier à exprimer une pareille autorité dans une position "de centre".

Déploie-t-il une forme inédite "d'exercice démocratique de l'autorité" ?

Son exercice aussi résolu voire rude du pouvoir questionne la nature de sa relation avec l'organisation de la société. En son temps, Nicolas Sarkozy avait agi de même : mais, clairement "homme de droite", il était ainsi "espéré" par ses électeurs, et ses actes ondoyaient davantage. Cette fois, la critique est sévère : sa gestion par ordonnances ou la hâte de ses réformes révèlent chez Emmanuel Macron une ignorance délibérée et criante des corps intermédiaires - assimilés à des obstacles à la modernisation. L'impression est qu'à ses yeux les mouvements et les acteurs (sociaux, culturels, sectoriels) d'une société civile déjà anémiée ne peuvent constituer que des entraves à la mise en oeuvre de sa stratégie. Ce que consolident deux autres singularités : l'essentiel des institutions politiques lui sont soumises, et son exercice du pouvoir repose bien davantage sur les raisonnements (ultra) technocratiques et les calculs politiques de son aréopage que sur une prise en compte des attentes sociales. Dès lors, après le bottom-up que laissait promettre sa stratégie de campagne s'est imposé le mécanisme, antithétique, de top-down. Or, comment déployer des réformes si celles-ci ne sont pas pensées aussi en fonction des dispositions de la population ?

Inexpérience compréhensible, volonté louable de réussir vite... Ou périlleuse arrogance ?

Un mélange des trois, mais dont il ne faudrait pas exagérer l'importance. Emmanuel Macron est sincèrement à l'écoute de tout ce qui et de tous ceux qui lui permettent de "lire" la société, de déchiffrer les grands mouvements. C'est un homme ouvert, qui dialogue, argumente, inlassablement. Mais il peut donner aussi l'image de l'arrogance. Toutefois, celle-ci n'est-elle pas nécessaire pour inverser les paradigmes délétères dans lesquels la présidence "normale" de son prédécesseur a précipité le pays ? L'autorité peut avoir ses vertus. Finalement, qui que l'on soit, quelle que soit l'indépendance critique que l'on doive manifester à son égard, ne doit-on pas ardemment lui souhaiter le succès ? Car ne nous méprenons pas : la société se remettra en mouvement et le système politique se transformera s'il réussit, non s'il échoue. Comme intellectuel et citoyen qui se veut responsable, je m'efforce là d'exercer mon esprit critique sans chercher à l'affaiblir ou à entraver son action.

Le degré de citoyenneté est l'objet de vifs débats et contestations. Les politiques étrangère et domestique d'Emmanuel Macron contribuent-elles à revivifier le goût et la fierté d'être Français ?

Malheureusement, personne ne connaît la formule chimique qui redonne fierté à une nation ! Sans conteste, Emmanuel Macron redore le blason français à l'étranger, notamment au sein d'une Europe qu'il s'emploie sans ménagement à revitaliser. C'est là un levier utile mais non décisif de fierté citoyenne. Cette dernière, c'est, prosaïquement, dans la réduction du chômage et dans l'amélioration du pouvoir d'achat qu'elle se forge en premier lieu. Mais pas seulement : personne n'a oublié l'euphorie nationale "bleu-blanc-rouge" qui a entouré la victoire de l'équipe de France de football au Mondial de 1998.

--

Emmanuel Macron

[Le président "redore le blason français à l'étranger", notamment en essayant de revitaliser l'Europe. Ici, le 17 avril au parlement de l'UE, à Strasbourg. Photo : Reuters]

--

Le style et les méthodes Macron disqualifient-ils - et peut-être pour longtemps - les pratiques et les rhétoriques politiques traditionnelles qu'épousent encore la plupart de ses adversaires ?

Aujourd'hui, la parole de l'opposition n'est guère audible, sauf à être radicale ou excessive. La fadeur des uns croise l'extrémisme des autres, et dans ce contexte il est prématuré d'espérer la reconstruction d'un champ politique. Celle-ci pourra prendre forme au fur et à mesure des effets, positifs plutôt que négatifs, de la politique d'Emmanuel Macron.

Dans votre essai "Face au mal, le conflit sans la violence" (Textuel, 2018), vous estimez que la guérison des maux de la société (violences sociales, racisme, discriminations, terrorisme) implique de repenser, de revigorer, de réinstitutionnaliser la conflictualité. L'unanimité semble se faire sur les vertus de l'effacement droite-gauche conceptualisé par Emmanuel Macron. Cette dissolution des clivages n'est-elle pas "aussi" source d'égarement et d'apathie idéologiques, et donc d'endormissement de conflictualités pourtant si motrices ?

Espérer juguler les violences par l'appel à l'unité est un leurre. Le conflit institutionnalisé est une réponse au moins aussi efficace. Toute société est à la fois une et plurielle. Une si on considère que nous appartenons à une nation et/ou à une république indivisibles, ou que nous sommes liés par la force de la solidarité. À ce titre, qu'Emmanuel Macron s'emploie avec détermination à incarner l'unité du pays et à la porter vers l'avenir est tout à fait respectable et souhaitable. Mais, autre réalité, la société est également plurielle, c'est-à-dire divisée. Et l'enjeu pour tout président voulant exercer un pouvoir modernisateur est de rendre possible le traitement démocratique non seulement de ce qui unit, mais tout autant de ce qui divise. Et pour cela, il n'est pas possible d'ignorer les demandes et les propositions liées à des conflictualités que portent ceux que le pouvoir actuel tend à marginaliser : les corps intermédiaires. Comment s'étonner alors de la dureté des mouvements sociaux de ce printemps ?
Emmanuel Macron peut-il intégrer le fait que la France est susceptible d'agitation et de contestation et capable de produire des idées, d'avoir une vie intellectuelle dense, et en faire son miel ? Comment peut-il reconnaître et mettre en valeur des espaces de confrontation d'où découlent une compréhension et une interprétation du monde tel qu'il est en train de se transformer, mais aussi d'où naissent idées et orientations, utopies et expérimentations, vision et stratégie ?

L'un des maîtres mots du vocable macronien, qui d'ailleurs reflète son inspiration saint-simonienne et sa proximité avec le monde de l'entreprise, est "efficacité". Un mot d'autant plus cardinal après un quinquennat frappé de son antonyme. Mais tout est-il bien possible et même acceptable au nom de l'efficacité ?

Emmanuel Macron est, indiscutablement, un modernisateur, et dès lors l'exigence d'efficacité est non seulement compréhensible mais absolument nécessaire. Pour autant, elle ne doit pas être isolée d'autres exigences. Celles notamment de pédagogie, de compréhension, d'écoute. Et celle de bienveillance - qu'il a d'ailleurs évoquée, sans doute avec sincérité, pendant la campagne.

En un an, la démocratie française a-t-elle progressé ?

La démocratie ne s'est pas nécessairement améliorée. En revanche, le sentiment qu'il faut la repenser a, à coup sûr, progressé. Partout dans et hors de France se propagent des pulsions autoritaristes, voire antidémocratiques, signes que la démocratie est en difficulté dans un grand nombre de domaines. Exemple ? La réduction du chômage, qui relève largement d'un espace économique vite mondial et "a-frontalier" alors que l'espace de la vie démocratique est en premier lieu national. Mais aussi, pèle-mêle : les revendications indépendantistes à l'intérieur d'un État-nation, le traitement de différences culturelles, la lutte contre le terrorisme - qui met en cause la séparation des pouvoirs -, la victoire par les urnes de forces non démocratiques... La liste des situations auxquelles la démocratie ne sait pas faire face, sinon par un raidissement peu démocratique - comme le Patriot Act aux États-Unis -, est pléthorique. C'est là un défi pour Emmanuel Macron. Mais pour cela, il peut aussi compter sur des atouts.
Depuis une trentaine d'années, de la cellule familiale à l'Europe, de la multiplication des ONG à la prise en main, par les institutions elles-mêmes, de drames muselés depuis trop longtemps (pédophilie, harcèlement sexuel, délits financiers des partis politiques, etc.), d'indiscutables progrès démocratiques ont été enregistrés - par le bas, à un niveau infra-étatique, ou par le haut, à un niveau supra-étatique, l'Europe notamment. Il est de la responsabilité du président de la République d'accélérer ce mouvement. Être un modernisateur et un réformiste n'interdit pas de tenter de renforcer ou d'élargir la démocratie.

Au moment de cet entretien, la France de la fonction publique, des entreprises publiques, et des transports (complètement ou partiellement publics) est engagée dans un dur conflit social. Son issue mettra au révélateur la faculté d'Emmanuel Macron d'accomplir ce pour quoi il a été véritablement élu : réformer. Au-delà de ce contexte conjoncturel, son premier bilan indique-t-il qu'il peut faire entrer la France dans une dynamique et, à plus long terme, dans une culture de la réforme et de la transformation ?

Une majorité de Français, et j'en fais partie, retient son souffle, cette même majorité est consciente que le transport ferroviaire doit transiter d'un vieux monde à un nouveau monde. Mais cela doit-il se faire au prix d'une stratégie arrogante et de méthodes qui discréditent les acteurs du dialogue social, à commencer par les syndicats ? Entre la réalisation et la publication de cet entretien, la situation aura inévitablement évolué, elle se sera peut-être apaisée, ou durcie. Quoi qu'il en soit, et la règle vaut pour tous les autres chantiers de réforme : les conflits sociaux expriment les divisions, mais n'excluent pas la convergence vers l'amélioration de la situation professionnelle, financière, sociale, humaine de tous. Changer la société sans la brutaliser ni la fracturer, et tout en l'écoutant : le chantier est immense, il est extraordinairement complexe à mettre en oeuvre, et c'est ce que nous devrions attendre d'un président.

Les réformes engagées mettent en lumière plusieurs France, celles - grossièrement de la modernité et des archaïsmes, celles du mouvement et de l'immobilisme, celle de l'audace et des corporatismes... mais aussi une mosaïque d'inégalités - territoriales, géographiques, générationnelles, statutaires, d'accès aux technologies et à la connaissance, etc. À quelles conditions Emmanuel Macron peut-il faire coexister des groupes sociaux aujourd'hui fragmentés et même rivaux ?

Sa stratégie, notamment de communication, consistant à distinguer certains groupes sociaux et, par exemple, à "faire payer" davantage les retraités ou à "faire s'incliner" les cheminots crée un sentiment d'injustice. Cette manière de concevoir les privilèges par groupe social et de dire ce que chacun peut "débourser" ou "percevoir" est difficilement compatible avec le projet de rassembler la population dans une dynamique commune de changement et de réformes et dans une vision universelle du progrès. Surtout lorsque l'impression dominante est que les plus riches sont épargnés ! C'est l'aspect le plus contestable de la démarche verticale du pouvoir, de cette approche davantage technocratique et autoritaire que sociale et portée par le souci de faire vivre la démocratie.
Une majorité de Français, et j'en suis, concède sans réserve à Emmanuel Macron d'avoir sauvé et de préserver encore notre pays du pire : l'extrême droite, ou l'extrême gauche, ou seulement même une droite extrêmement dure. Cela se traduit par un regard qui peut être critique sur son action, mais en considérant comme prioritaire de lui laisser le temps de jouer sa chance et de tenter de réussir là où les formations et les méthodes politiques traditionnelles ont échoué depuis trop longtemps, notamment sous les présidences Sarkozy puis Hollande. Car cette chance, c'est notre chance. Celle de voir des réformes accompagner la réussite sur les fronts de l'emploi, de la croissance et des revenus pour permettre que soit repensée et relancée la démocratie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2018 à 17:00 :
Mr Wieviorka salut « Emmanuel Macron d'avoir sauvé et de préserver encore notre pays du pire : l'extrême droite, ou l'extrême gauche, ou seulement même une droite extrêmement dure ».
N’oublions pas que les électeurs de tous ces partis, plus ceux qui ont voté blanc et qui ne sont pas comptabilisés, sont plus nombreux que ceux qui ont voté Macron. En tant que libre penseur, je ne vois pas pourquoi avoir peur des uns ou des autres. La constitution Française et les lois républicaines, donnent toujours les moyens d’éviter les mesures extrêmes ; le problème c’est que les lois ne sont presque jamais appliquées par les gouvernements.
Et puis pourquoi par exemple, critiquer les souverainistes quand leur revendications résultent des décisions européennes qui n’améliorent en rien la condition des citoyens.
A force de réformer en tapant toujours sur les mêmes catégories , ce qui se profile à terme dans beaucoup de pays européens, et à commencer par l’Italie, c’est une alliance des extrêmes droite et gauche dans un gouvernement. A ceux qui diraient que c’est une solution contre nature, on peut faire observer qu’en France dans certains domaines, les programmes économiques de Mélenchon et Le Pen, lors de la dernière campagne, étaient tout à fait compatibles.
a écrit le 11/05/2018 à 13:22 :
Si après une telle interview m Wieviorka ne décroche pas un poste de secrétaire d'état ou une agence d'état c'est a désespérer!
a écrit le 11/05/2018 à 12:05 :
C'est beau la magie du verbe ! Mais la réalité est bien là et les médias français sont fascinés par les idéologies surtout quand elles sont relayés par des intellectuels qui depuis 80 ans se sont tjrs trompés, il n'y qu'a voir l'adoration de l'intelligentsia au marxisme malgré les évidences de sa faillite dans tout les domaines.
a écrit le 11/05/2018 à 11:43 :
exellante analyses: a la campagne ont dit qu il ni pas d ommelette sans casser des oeufs, si ont rajoute laissons du tempt aux tempt; on verras les resultats l annee ou les premieres redistributions pour les plus faibles d entre nous viendront???/// QUAND ON N EST PAS LES PLUS FORT ON DOIT ETRE LES PLUS SAGE /// EMILE ZOLA/ //
a écrit le 10/05/2018 à 22:29 :
Interview étonnante de niaiserie. Les questions et les réponses suppurent l’adoration de Macron et de son monde.

Prétendre que Macron nous a sauvé de l’extrémisme est une fumisterie. Sa politique se résume à soumettre l’ensemble du pays aux intérêts des riches. Celle là même, qui, de part le monde, a déjà démontré ses conséquences néfastes. Et, à l’inverse, nous savons déjà que c’est cette politique qui fait monter les extrêmes. Ce qui est logique puisque, mis à part les riches, personne n’en profite. Tous sont perdants.
a écrit le 10/05/2018 à 19:07 :
Trump en vrai cowboy parle clair et semble efficace n'en déplaise à nos philosophes .Il a placé sa priorité sur l'emploi et ça marche . Il passe par dessus bords tout ce qui entrave son dessin comme l'accord de Paris dont tout le monde c'est que ce machin onusien est sans espoir au regard de la démographie et des espérance des miséreux . L'avenir reste un rapport de force pur et dur .
a écrit le 10/05/2018 à 18:36 :
Macron nous aurait sauvé des extrémistes ! Joli piège tendu par les médias avec l'injonction républicaine de " bien voter ". Résultat, nous avons un banquier "social", mais jeune,donc efficace, qui ne tergiverse pas (= dialogue social superflu) puisqu'il n'y aurait pas de risque de contestation parlementaire ou institutionnelle + une opposition inaudible (ah bon ?) . Un reste de contestation ? des populistes ! Nous apprenons que c'est un homme ouvert au dialogue, comme on a pu le voir depuis plus d'un mois dans les rues. D'indiscutables progrès démocratiques grâce à des ONG (genre Open Sociéty ?). Bref, l'enfer est pavé de bonnes intentions ! Analyse hors sol.
a écrit le 10/05/2018 à 16:53 :
soutenir les réformes de macron peut être, mais vous oubliez de dire le but "final" de cette opération soit : ultra libéraliser la société, car tout privatiser revient à offrir à des sociétés privées des services hospitaliers payants, des retraites dans des fonds de pensions dont les hausses et les baisses en bourses seront payées par les futurs retraités, des chemins de fer dont les petites lignes seront disparues et les ruraux devenus une population de seconde division, ainsi que les pauvres etc....Et tant d'autres exemples sur les labos pharmaceutiques, les entreprises chimiques bayer and co, etc, etc...Mais les rothschild, black rock et tous ces oiseaux de malheurs ne sont ils pas ses amis, ses promoteurs, ses protecteurs, ses confidents, ces conseillés déjà moultes fois reçus par ce personnage.
de même vous parlez baisse du chômage mais en aucune façon des conditions de travail et de salaire, fini le chômage avec des travailleurs pauvres et précarisés ?
le début de ce mouvement n'est il pas déjà entamé avec la disparition des comités d hygiène et sécurité dans les entreprises et autres douceurs de votre soit disant progrès payé par les sans dents mais progrès d'enrichissement pour les plus riches déjà constaté ces dernières années.
bref, monsieur, si il n'y a aujourd’hui hui pour vous que deux extrêmes en france, remettez vos lunettes et regardez vous attentivement car vous êtes le défenseur et le promoteur de cet extrémisme réel de la finance, de la richesse, et de tous ces profiteurs.
a écrit le 10/05/2018 à 13:47 :
C'est magique ! L'élection donne tous les pouvoirs au Président ! Qu'il soit un Dieu qui s'est fait passé pour un âne ou l'inverse.

Cela se passe en France, en 2018 comme en 1962 ! Insupportable !

Quand à la fierté de notre nation, il faudrait peut-être dépassé les illusions entretenues par les dissimulations et les mensonges des pouvoirs relayés par les médias sans filtre, ni critique. Il faudrait murir, réfléchir sur les faits et non sur les promesses, voter en conséquences.

La France est endettée jusqu'à l'absurde. Les déficits persistent alors que la situation économiques ne le justifie pas. Notre politique étrangère et nos entreprises sont sous le contrôle des US. Ces mêmes US qui rackettent nos entreprises aux moyens de lois extraterritoriales sans aucune réciprocité. Nous soutenons des pays voyous qui agissent comme bon leur semble, violent les résolutions de l'ONU, et bombardant les populations civiles par représailles après de jets de pétards mouillés.

Pas de quoi être fier, non ?
a écrit le 10/05/2018 à 12:57 :
Aucune surprise pour moi, c'est juste un agent de la Troïka.
a écrit le 10/05/2018 à 11:11 :
Brutalité des réformes.
Une réforme est toujours brutale car ce n'est pas une évolution, c'est une rupture.
Après on peut disserter sur la fragilité psychologiques de nos générations actuelles qui n'ont connu aucun choc, crise économique de 1929, guerres...mais où la violence est spectacle quotidien à petite échelle certes , attentats et radicalisations diverses, basculement psychiatriques.....
a écrit le 10/05/2018 à 10:30 :
Pour que le Président réussisse, il doit appliquer la note n°6 du CAE consistant à répartir les charges sociales sur le travail et sur la consommation d'énergie à niveau constant. Qui le comprendra? Cela réduit le cout du travail, donc favorise la création d'emplois, et cela favorise la protection du climat en augmentant le prix de l'énergie. Il n'y a pas d'autres solutions. C'est urgent.
Réponse de le 10/05/2018 à 12:12 :
1)les charges salariales sur le travail

réformes : déductions des charges salariales et patronales augmentations de la csg de 1,7 % pour tous


solution : libérer « les charges » du travail mais garder 35h pour désengorger le chômage de masse.
supprimer des services de l’état et privatiser des services d’etat pour réaliser ce chantier?

et les coûts énergétiques de manière constantes

2)reformes : taxation énormes depuis 2011


pour booster :

privatiser la sécurité sociale et ouvrir à la concurrence

taxer plus les vrais consommateurs d’énergies (industries, entreprises)
faire des barèmes pour les ménages par rapport à leur ressource annuelle
déterminer une consommation économique annuel pour un ménage.

optimiser les consommations d’énergies en créant une agence de l’état et conseil gratuit sur terrain pour tous les particuliers mais «  interdire » à cette agence d’avoir un réseau de professionnels à proposer aux particuliers.( but non lucratif juste conseil d’optimisation sur terrain)
a écrit le 09/05/2018 à 20:27 :
pour guérir il faut être conscient des blessures internes & externes ( les siennes & celles des autres)

honnêtement je ne pense pas que la société arrivera à guérir ;
à cause du capitalisme( l’argent est une valeur au- dessus de la «  valeur » de l’humain)a telle point qu’ils envisagent d’imiter les humains...

les formules de mathématiques qui filtrent les éléments a exclure ou a inclure ne vont pas «  aider » la société mais «  aider » le capitalisme avec leur politique pour asservir les gens.
on subit déjà les conséquences de ces exclusions sociales au niveau des droits et des retraites .

dommage d’utiliser la technologie des SI et IA pour contrôler les flux de droits aux détriments des ayants droits

M Macron est un «  alibi » comme tous les autres depuis 60 ans.

a écrit le 09/05/2018 à 19:39 :
"Michel Wieviorka espère "ardemment" que le président réussisse".

Ah oui, comme la loi travail et la sncf qui vient de la commission européenne.Encore un baby-boomer qui a voté Macron pour que les générations suivantes en bavent.
a écrit le 09/05/2018 à 17:54 :
Ya t'il déjà un homme de pouvoir que vous n'avez pas soutenu ?

Pouvez vous nous dire du mal de quelqu'un que l'on puisse essayer de mesurer votre degrés d'objectivité svp ? Merci.
a écrit le 09/05/2018 à 14:23 :
le probleme des corps intermediaires ( periphrase pour nommer des syndicalistes), c'est que ca fait 30 ans qu'ils refusent toute reforme et toute negociation, et que maintenant que le pays a le dos au mur, ils pensent qu'il faut engager les negociations ( qui idealement dureraient encore 30 ans histoire de refiler les problemes a la generation suivante! - aka ' solidarite intergenerationnelle-) !!!!
que chacun prenne ses responsabilites!
Réponse de le 09/05/2018 à 20:21 :
Ce corps intermédiaire, c'est la France, le reste n'est que du virtuel que l'on nous lance a la figure au profit d'intérêts particuliers!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :