"Le président Macron peut donner l'impression d'être coupé du pays"

 |   |  1607  mots
Adélaïde Zulfikarpasic, directrice du département opinion de BVA.
Adélaïde Zulfikarpasic, directrice du département opinion de BVA. (Crédits : Gilles Cohen)
[Un an de présidence Macron] Pour Adélaïde Zulfikarpasic, directrice du département opinion de BVA, la politique fiscale et la hausse de la CSG ont sérieusement érodé la popularité du chef de l'État.

LA TRIBUNE - Comment la cote de popularité d'Emmanuel Macron a-t-elle évolué depuis le début de son mandat ?

ADELAÏDE ZULFIKARPASIC - Elle n'a pas du tout évolué de façon linéaire contrairement à certains présidents qui ont connu un état de grâce en début de mandat et une popularité qui s'effrite progressivement par la suite. Là, on a eu une succession de séquences différentes avec un très bref état de grâce, une chute à la fin de l'été, un rebond à l'automne, une nouvelle chute pendant l'hiver et de nouveau un rebond au printemps. Cette volatilité est assez inédite et elle retranscrit un attentisme très fort chez les Français, qui réagissent fortement en fonction de l'actualité gouvernementale.

Les Français ont l'air mécontents de la première année du mandat d'Emmanuel Macron alors que la situation économique est favorable. Comment expliquez-vous ce mécontentement ?

Sur le bilan global, les Français sont critiques et relativement sévères. Mais en même temps, quand on observe le détail des résultats sur l'ensemble des mesures testées, la plupart d'entre elles sont approuvées. Au final, le bilan n'est pas si mauvais que ça même s'il y a un ressenti global qui est plus négatif que positif.

Ce paradoxe s'explique par le fait que sur l'ensemble des mesures prises, toutes n'ont pas eu la même portée et le même impact. Et il y a quelques mesures emblématiques qui cristallisent les mécontentements. La hausse de la CSG constitue la mesure qui a le plus marqué l'esprit des Français et en même temps la plus impopulaire. Plus récemment, la question de la limitation de vitesse à 80 km/h sur certaines routes ou encore, au début du quinquennat, la transformation de l'ISF en IFI ont contribué à écorner la popularité du président lui collant une étiquette d'un dirigeant qui n'agit pas pour l'ensemble des Français.

Pourquoi suscite-t-il autant de clivages ?

Il y a une partie des Français qui sont clairement opposés à sa politique, mais Nicolas Sarkozy suscitait beaucoup plus de divisions. Par ailleurs, les résultats indiquent que les clivages ne sont pas forcément aussi tranchés. Plus de la moitié des Français sont encore dans le soutien ou l'attente. Au début de son mandat, les Français n'avaient pas une idée claire de ce qu'il allait faire, mais très vite, il s'est retrouvé avec l'étiquette de "président des riches" qui lui colle à la peau depuis la fin de l'été 2017.

Les premières mesures impopulaires telles que la suppression des emplois aidés ou la réduction des APL, la suppression de l'ISF ont pu donner le sentiment qu'il pouvait avoir une politique de droite et qu'il s'adressait aux catégories les plus aisées même s'il avait été ministre sous un gouvernement de gauche. Certaines mesures peuvent être qualifiées de gauche comme le dédoublement des classes de CP. Toutes ces mesures-là sont moins nombreuses dans la balance, mais il y a une fixation sur des mesures dans les domaines économique et fiscal qui donnent le sentiment d'un président qui s'adresse aux catégories aisées. C'est sur ces actions qu'il paraît clivant plus que sur sa personnalité.

Les Français semblent très sévères sur ses actions relatives à l'immigration et au pouvoir d'achat. Pensez-vous que ces deux thèmes pourraient encore avoir un impact négatif à plus long terme sur la popularité du chef de l'Etat ?

La question des priorités pour l'avenir montre que ces deux thèmes restent très importants chez les Français. Sur l'immigration, il ne donne pas satisfaction pour une certaine partie de la gauche. Beaucoup pensent que c'est une politique trop dure. Pour les tenants de la droite, la politique migratoire n'est pas assez dure sachant que l'immigration est surtout une question idéologique. Pour le pouvoir d'achat, la mesure la plus importante est la suppression de la taxe d'habitation. Comme cette mesure n'a pas encore été mise en place, les Français n'en perçoivent pas encore les bénéfices.

Son action à l'étranger semble plébiscitée par les Français. Y a-t-il vraiment une rupture avec ses prédécesseurs ?

Il y a une rupture de style par rapport à ses prédécesseurs les plus récents. Emmanuel Macron peut incarner une rupture en termes de jeunesse, il est plus proche de la culture des Anglo-saxons. D'après les enquêtes que nous menons depuis un an, le redressement de l'image de la France à l'étranger correspond à une forte attente des Français. Plusieurs classements internationaux comme celui du Pisa réalisé par l'OCDE indiquent parfois que la France est en déclin et cela pouvait donner le sentiment d'un déclassement plus général du pays. Par effet d'image, Emmanuel Macron peut donner le sentiment d'une fierté retrouvée.

Comment son socle de soutiens a-t-il évolué depuis l'élection présidentielle ?

Son socle de soutiens en termes de caractéristiques socio-démographiques n'a pas beaucoup changé. Il reste principalement le représentant des "plus riches", des "plus diplômés" et des "plus vieux". Contrairement à ce qu'on a pu entendre pendant la campagne, Emmanuel Macron n'a pas été élu par des jeunes. Les 18-25 ans ont d'abord voté pour Jean-Luc Mélenchon ou pour Marine Le Pen. Aujourd'hui, on retrouve dans son socle les catégories aisées, les hauts revenus, les cadres. En revanche, il y a un réel décrochage chez les retraités qui étaient au départ de fervents supporters. Aujourd'hui, il a perdu du crédit au sein de cette population, mais le niveau de soutien reste supérieur chez eux à celui de la moyenne nationale. La prochaine réforme des retraites pourrait être déterminante.

 A-t-il encore assez de soutiens pour mener à bien ses réformes ?

Son socle de soutiens est relativement étroit. Il représente environ 20% des Français. Et cette base ne s'est pas érodée pendant un an. Au contraire, elle s'est plutôt renforcée ces dernières semaines. Ce groupe représente "un terreau" assez fertile pour faire des réformes. Par ailleurs, 4 Français sur 10 déclarent qu'ils sont prêts à attendre avant de juger pour mieux appréhender les résultats. Ce groupe représente "un terreau" assez fertile pour faire des réformes. Chez ceux qui estiment ne pas bénéficier de la politique gouvernementale, 43% déclarent être prêts à attendre avant de se prononcer. On n'a pas du tout basculé dans une opposition claire et nette.

Comment l'opposition se situe-t-elle ?

L'opposition est toujours en difficulté. Traditionnellement, le parti qui est au gouvernement a tendance à prendre les coups et à voir sa popularité s'effriter. La popularité de La République en marche (LREM) fluctue au gré de la popularité d'Emmanuel Macron, mais on n'observe pas une progression des partis d'opposition. Ils restent à des niveaux de popularité relativement faibles. Le Parti socialiste est en grande difficulté tandis que la France insoumise, le Front national et Les Républicains n'arrivent pas à susciter chez les Français le sentiment qu'il existe un projet alternatif pour la France pour plusieurs raisons.

Pour LR et le PS, il n'y a pas de ligne de différenciation claire par rapport au gouvernement. Chez LR, la politique économique est assez proche. Pour le PS, il y a également des proximités. Les Français ne voient pas en quoi Benoît Hamon, Olivier Faure ou Laurent Wauquiez vont amener quelque chose de différent. Pour la France Insoumise et le FN, il y a une ligne de différenciation claire, mais ils représentent une partie seulement des Français avec un socle insuffisant pour prendre de l'ampleur. La voie est assez libre pour l'exécutif.

Pour les Français les plus modestes, le président est perçu comme déconnecté de certaines catégories. N'y a-t-il pas un risque d'accroître la polarisation de certaines catégories avec les réformes ?

Depuis plusieurs mois, on parle beaucoup de deux France bien distinctes avec une véritable ligne de fracture. Mais ce n'est pas si simple. En fait, il y a un petit périmètre de la France qui se sent concerné par les réformes (moins de 20%) et il y a tout le reste qui se sent laissé pour compte. Les plus modestes vont avoir ce sentiment d'être laissés-pour-compte, mais ils ne sont pas seuls à être dans ce cas. Les classes moyennes, les retraités peuvent également avoir le sentiment d'être peu considérés. Le président peut donner l'impression d'être coupé du pays. Les lignes de fracture risquent de s'accentuer si les réformes relatives à la justice sociale tardent à venir.

Quels sont les autres risques qui pourraient apparaître dans les mois à venir ?

La question du sens collectif, du récit national, du vivre-ensemble sont des sujets essentiels qui doivent être demain au cœur du projet pour parler aux Français. L'impatience des Français peut s'accentuer si ce sentiment d'injustice se renforce dans les prochains mois. Il ne pourra pas continuer à réformer pour réformer sans redonner du sens à ce mouvement et donner à chaque Français le sentiment qu'il en bénéficie.

> Lire aussi : Un an de présidence Macron : les Français partagés

_____

Propos recueillis par Grégoire Normand

--

>> RETROUVEZ L'ENSEMBLE DU DOSSIER "MACRON ANNEE UN"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2018 à 11:54 :
En vérité, il est coupé du pays et son cordon ombilical est relier à "Bruxelles"!
a écrit le 07/05/2018 à 18:30 :
"En revanche, il y a un réel décrochage chez les retraités qui étaient au départ de fervents supporters"

France info a quand même trouver à Laval (88% pour Macron) des retraités qui trouvaient normal les 1,7% .Bien sur, aucune évocation de leur pension, mais bon cela sentait le jeune retraité cadre ou ancien manager à 3 ou 4000€ par mois parti en pré-retraite ou mis en disponibilité.Pour la peine ;je doublerais leur CSG puisqu'ils ont l'air satisfait.Puis une femme retraitée , avec le discours , il est beau, il est jeune Macron .Voila, voila, ce qui a permis la loi travail pour les salariés d'aujourd'hui ,triste.
Réponse de le 07/05/2018 à 20:53 :
faut pas «  bidouiller » les chiffres
macron : 36 % de vote en France
le reste c’est de l’abstention

oui , les fonctionnaires ne sont pas «  concernés par les réformes , car en France le rabot c’est par le «  bas » pour donner de la «  puissance » dans le haut ...


il y a pas de «  petites économies » comme 5 euros par mois... on est à ce point...
Réponse de le 09/05/2018 à 19:49 :
"faut pas « bidouiller » les chiffres"

À Laval, le vote du second tour de l'élection présidentielle 2017 a donné les résultats suivants: 81,28% des suffrages pour Emmanuel MACRON (En marche !) contre 18,72% pour Marine LE PEN (Front national). Le taux d’abstention a été de 22,56%.

http://www.lemonde.fr/pays-de-la-loire/mayenne,53/laval,53130/elections/presidentielle-2017/
Réponse de le 09/05/2018 à 20:32 :
je parlais du « taux « pour la France entière,
pas du «  taux » des pays de la Loire.
Réponse de le 10/05/2018 à 9:58 :
Dans ce cas , pourquoi mettre" bidouiller" cela donne l'impression que mon commentaire est faux.
a écrit le 07/05/2018 à 16:28 :
A quand une solution à la situation ubuesque de la (non)délivrance des cartes grises ??
a écrit le 07/05/2018 à 13:06 :
Ce n'est pas qu'une impression, il est totalement coupé du pays, des petites gens et de la classe moyenne: agriculteurs, ouvriers/employés, retraités, ... Il vit dans un monde de riches, banquiers et financiers, patrons de media, .. , qui lui lèchent les bottes
a écrit le 07/05/2018 à 12:57 :
Pour moi, les Français interrogés ne répondent pas honnêtement aux questions posées. La raison cachée est, qu'ils sont satisfaits de voir que le Président s'attaque aux réformes quand les autres les glisser sous le tapis. Qu'ils pressentent les améliorations mais en bons Français râlent sur le principe !
Réponse de le 07/05/2018 à 13:09 :
@Asimon ou fin2027

svp , parler en «  votre nom »
merci.
Réponse de le 07/05/2018 à 18:32 :
"La raison cachée est, qu'ils sont satisfaits de voir que le Président s'attaque aux réformes "

Normal, ils ne sont pas concernés.
Réponse de le 08/05/2018 à 8:47 :
2027lafin : vous n'avez pas tort... Il est frappant de relever qu'une grande majorité de français souhaitaient de profondes réformes alors qu'un excès de socialisme étouffe le pays... Les socialos, cocos, demagos, de tous poils crient au President des riches alors que libérer le capital d'une pression fiscale excessive est la seule manière de financer les investissements, et donc les emplois ,et le futur du pays. Au demeurant, la nouvelle fiscalité du capital ne fait que mettre la France au niveau des autres pays, de tous les autres pays à part.... Le Venezuela ou Cuba... Je doute que les Francais veuillent s'embarquer dans le romantisme miséreux de Chavez/Maduro cher à Mélenchon !!!
Réponse de le 08/05/2018 à 12:00 :
Faire des réformes? ou singer ce que les autres font, dont le résultat n'est nullement convaincant, et qui n'attende que nous pour qu'il le soit? Plongeant tout le monde dans l'erreur!
a écrit le 07/05/2018 à 12:48 :
Macron a raison de vouloir attirer les capitaux en allégeant les impôts sur le capital. En revanche , il a tord de s'attaquer aux salariés et retraités avec la CSG. Inadmissible de taxer des retraites de 1500 e par mois . Pour la TH , c'est un marché de dupe, les communes augmentent d'autres taxes pour compenser le manque à gagner. En réalité, les français subissent la hausse du carburant des taxes EDF pour l’énergie propre, de la TF ,des péages, des assurances etc.et des impôts toujours plus lourds , comme avec Hollande. plus de 80 milliards prélevés en plus sur 5 ans.
Heureusement qu'il y a une légère croissance qui nous vient de l’étranger. Mais comme dans la Fontaine , dans la cigale et la fourmi, quand la croissance ralentira , il n'y aura plus que les yeux pour pleurer.
Réponse de le 07/05/2018 à 13:13 :
ce qui est inadmissible est de commencer les réformes par la couche social la plus basse
comme les pensions pour les veufs et veuves
ensuite la suppression des contrat aidés
les différents blocages pour l’emploi pour tous
la csg sur tous les retraités
....
les coups de rabots ça doit être pour ceux qui perçoivent plus de 5000 euros de ressources par mois.
Réponse de le 07/05/2018 à 14:08 :
Faut arreter avec les retraites, ils ont un niveau de vie superieur aux actifs, consomment le plus de soins medicaux et paient une CSG moindre... tout ca laors que c est grace a eux (qui ont vote pour des nazes comme Mitterrand, Chirac et Sarkozy) si la France est durablement encalaminée
Réponse de le 07/05/2018 à 16:18 :
à «  l’entité » ( ps encore une identité a part entière) qui répond @ Ba

laissez les retraités tranquilles.
ce sont des «  jugements de valeurs »
c’est comme la «  discrimination »
c’est de la discrimination face aux retraités.

apporter un argument positif au débat mais pas «  des jugements »
vous êtes qui pour juger?

alors que vous assumez même pas «  votre identité »
vous devriez commencer par ce point avant de juger les «  retraités » qui font ça ou ça ou çi....
a écrit le 07/05/2018 à 12:07 :
Le déficit commercial français a augmenté de 1,7 milliard d'euros au premier trimestre pour s'établir à 15,8 milliards d'euros.
Et pourtant avec la dernière réforme du Code du travail en 2017, avec des Indemnités prud'homales plafonnées, des accords d'entreprise privilégiés, un référendum à l'initiative de l'employeur, la fusion des instances représentatives du personnel, au final les Français sont critiques et relativement sévères sur le bilan global …….
Avec un référendum à l'initiative de l'employeur chez Air France, Jean-Marc Janaillac a été la première victime d’une mesure phare de la réforme du Code du travail tant désirée par notre Président Macron.
a écrit le 07/05/2018 à 12:01 :
de tous les présidents élus jusqu'à ce jour ,aucun n'avait eu l'audace de s'attaquer à la retraite des vieux et de plus à ceux qu'il nomme les retraités aisés à compter de 1200 euros ,alors que le seuil de pauvreté se situe à 1080 euros....Je veux espérer que lors des prochaines élections quelles qu'elles soient ces mêmes retraités se souviendront de l'outrage que nous fait subir ce président et voteront contre lui avec toute la volonté nécessaire à le désarçonner de son piédestal Napoléonien ! notre colère est à la mesure de son Ego divin !
Réponse de le 07/05/2018 à 14:14 :
C est sur, il faut voter LR pour que ce soit ces sales jeunes qui paient pour nos retraites ! A cause de la hausse de la CSG, je vias pas pouvoir changer le camping car cet annee et on va devoir faire une croisiere en mediterranee au lieu des caraibes :-(

Pire Macron menace d arreter de subventionner l immoblier. Comment je vais vendre au prix fort ma grange qui est passee constructible s il n y a pas des pigeons subventionnes avec des PTZ ? Les jeunes sont trop payes, la preuve ils ont tous des iPhone et alors qu ils pourraient payer plus pour nos talasso
a écrit le 07/05/2018 à 11:15 :
Ils est le président des riches ils n es pas president des retraitees a 1200 € ?
Réponse de le 07/05/2018 à 11:34 :
la problématique n’est pas les retraites des uns et des autres.
le problème est «  d’aggraver » la situation( déjà grave) laissé par l’ump , après le ps...( pire)
c’est de continuer sur cette voie , pour pousser les «  gens » au bout ...( sélection artificielle des populations mis en place par l’informatisation en 1992)
sauf ce qu’ils ne comprennent pas : qu’avec le «  mal » qui font aux autres ( de manière non fondé) c’est «  eux «  qui vont avoir avoir mal.
a écrit le 07/05/2018 à 11:12 :
je n’ai pas étudié à l’ENA et je n’ai pas de master d’économie mais il faut vraiment «  être stupide » pour spolier les droits des gens pour les pensions de reversions qui doivent se construire après un deuil avec des ressources à zéro et en plus
dessus supprimer les emplois aidés et l’apl sachant que la précarité en France a triplé depuis les années 2000 avec la crise de 2008 ( date ou ils ont décidé d’orienter les fonds publics sur l’endettement , c’est de la spoliation , ni plus et ni moins et j’ai toutes les preuves pour confirmer ce que j’écris ici .
alors qu’ils viennent quand ils veulent pour leur enquête et l’harcèlement administratif que je subis depuis 2014.

il faudrait arrêter de matraquer les gens par spoliation et racket social qui profitent a ceux qui soutiennent les hommes politiques et pas les populations.
a écrit le 07/05/2018 à 11:05 :
Pourquoi "peut donner l'impression" ? Déjà dans "donner l'impression" vous le dédouanez de ses responsabilités vous n'avez pas besoin de vous auto censurer à l’excès !

L'opposition politique professionnelle à macron n'existe pas, il est l'incarnation de l'oligarchie européenne dans laquelle sont compromis tous nos partis politiques professionnels.

La lâcheté de nos politiciens canal historique leur est mise sous leur nez, sachant très bien que le mac applique le programme des riches et que eux aussi les protègent, ils ne peuvent pas trop s'opposer sauf sur certaines formes bien souvent grotesques d'ailleurs mais c'est le niveau de la politique professionnelle, grotesque indécente et ridicule.

Avec le mac c'est toute la supercherie de nos élections qui est mise en perspective. Tout comme Sarkozy nous a démontré l'état calamiteux de nos institutions, le mac nous démontre l'état calamiteux de notre démocratie au final, merci à lui.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :