Comptes publics, retraites, transition écologique, Edouard Philippe développe ses Horizons pour 2022 et au-delà

Soutien affiché d'Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2022, l'ancien Premier ministre tente de dessiner progressivement sa propre trajectoire à droite du Président de la République. Il lance son propre parti, "Horizons", pour peser dans le débat public avec des propositions telles que le report de l'âge de la retraite avant de, peut-être, tenter sa chance en 2027.

5 mn

Edouard Philippe lance son parti Horizons au Havre devant plusieurs centaines d'élus.
Edouard Philippe lance son parti "Horizons" au Havre devant plusieurs centaines d'élus. (Crédits : Charles Platiau)

Le lancement de son parti « Horizons », ce 9 octobre au Havre, a été l'occasion pour l'ancien Premier ministre Edouard Phillipe de présenter les grands axes qui doivent « participer à la constitution d'une nouvelle offre politique » à la droite d'Emmanuel Macron. Se disant marqué par les bouleversements démographique, écologique, géopolitique et technologique au niveau mondial, l'actuel maire de la ville normande a détaillé sa stratégie pour la France pendant près de deux heures devant un parterre composé, selon ses calculs, de plus de 160 maires et près de 600 élus locaux visiblement acquis à sa cause, ainsi que de l'ancien ministre de l'Intérieur et actuel président du groupe LaRem, Christophe Castaner.

L'ancien Premier ministre a estimé que le premier défi était de « remettre de l'ordre dans nos comptes et de l'ordre dans nos rues ». Dénonçant tour à tour l'adoption systématique de budgets déficitaires par les différents gouvernements depuis 40 ans, la croissance continue de la dette publique et l'écart grandissant avec l'Allemagne, Edouard Philippe s'est pour autant défendu de critiquer Emmanuel Macron - qu'il soutient officiellement pour 2022 - ou le gouvernement actuel. Il a ainsi assumé le « quoi qu'il en coûte », au moins le temps d'une tirade.

Après avoir cité l'ancien président du Conseil Pierre Mendès-France, « Un pays qui n'est pas capable de mettre de l'ordre dans ses comptes est un pays qui s'abandonne », Edouard Philippe est rapidement reparti à l'offensive en s'attaquant à un « terrain miné » selon ses propres mots.

Lire aussi 4 mnRéforme des retraites : Philippe propose un relèvement de l'âge de départ jusqu'à 67 ans

Repousser l'âge de départ à la retraite

« Le premier sujet à régler s'agissant des dépenses, c'est la question des retraites », a lancé celui qui aura 51 ans le mois prochain. Reprenant un argumentaire déjà développé dans un entretien au magazine Challenges fin septembre, il a rappelé qu'il s'agissait du premier poste de dépense publique avec près de 330 milliards d'euros par an et que le ratio était passé de 5 actifs pour un retraité en 1950, à 2,7 pour 1 aujourd'hui, et 1,8 pour 1 en 2050.

Edouard Philippe a réclamé une modernisation et une uniformisation du système de retraite, pour équilibrer et rendre plus juste ce qu'il considère comme une « formidable richesse nationale ». Il a ainsi réaffirmé la nécessité selon lui d'allonger la durée de cotisation, avec un report de l'âge de départ à la retraite à « 65, 66, 67 ans... ». L'ancien Premier ministre en a profité pour défendre la mesure de l'âge pivot, qui était un temps au cœur de la réforme des retraites porté par son gouvernement suspendue en mars 2020 avec la crise sanitaire.

Sujet sensible, la réforme des retraites promise par le président Emmanuel Macron est au point mort, malgré les annonces faites cet été par le Président de la République, et nul ne sait si sa mise en œuvre interviendra avant la présidentielle d'avril prochain. Successeur d'Edouard Philippe à Matignon, Jean Castex a pour sa part déclaré début septembre que les conditions n'étaient « toujours pas réunies » pour l'engager.

Lire aussi 3 mnRéforme des retraites : "On fera ça quand on tombera les masques" affirme Macron

Lire aussi 3 mnRetraites, assurance-chômage... la rentrée sociale sous tension de Jean Castex

La place du nucléaire dans la transition écologique

Tout en concédant être arrivé « tard » dans le débat de la transition écologique, l'ancien Premier ministre a admis que le chemin n'était pas encore entièrement tracé pour se montrer à la hauteur des enjeux sans passer par davantage de contraintes, voire de la décroissance, concept qu'il entend mais ne partage pas du tout. En attendant de trancher pleinement ces questions, Edouard Philippe a affiché deux objectifs prioritaires : « la préservation des ressources et la décarbonation de l'économie ».

Le maire du Havre a également posé la question, inévitable, du rôle du nucléaire dans la décarbonation de l'économie : « Je ne crois pas que le nucléaire soit la solution à la politique énergétique à la transition que nous connaissons, mais je suis certain qu'il n'y a pas de solution à court terme sans le nucléaire. » Le nucléaire doit donc, selon lui, conserver une part importante dans le mix énergétique aux côtés des énergies renouvelables.

L'élu normand a appelé à ouvrir le débat sur la construction de nouvelles centrales avant même la présidentielle de 2022. Le site de Penly, à 100 kilomètres du Havre, a d'ailleurs été sélectionné pour accueillir la première paire de réacteurs nucléaires de nouvelle génération, dits « EPR 2 », en attente de validation par l'exécutif. Celle-ci a été repoussée à 2023 par Emmanuel Macron, une fois l'EPR de Flamanville mis en service.

Edouard Philippe a enfin estimé qu'il fallait réfléchir à la transformation de l'agriculture dans les vingt à trente prochaines années pour définir un nouveau modèle et éviter que l'agriculture française ne suive « la même pente que la sidérurgie française ».

Lire aussi 3 mnNucléaire : "une nouvelle vague de construction de réacteurs est indispensable en France", dit le PDG d'EDF

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 10/10/2021 à 19:47
Signaler
c'est l'homme des gilets jaunes , des 80 km/h , de l'arret de Fessenheim , .....etc

le 11/10/2021 à 9:39
Signaler
"des 80 km/h" Souvenir : Édouard Philippe confirmait la réduction de la vitesse à 80 km/h sur les routes à 2 voies sans séparation, comme l'annonçait Le Point en décembre dernier. Une annonce qui a provoqué des remous. Dans une vidéo Facebook L...

à écrit le 10/10/2021 à 17:55
Signaler
Le s à Horizons n'augure rien de bon

à écrit le 10/10/2021 à 11:58
Signaler
Encore un ancien UMP, JUPPEISTE, CHIRAQUIEN qui entend faire avaler aux Français sur ce qu'ils n'ont pas fait depuis 30 ans sur les Retraites, sur l'immigration, sur la délinquance et surtout sur les déficits publics qsui n'ont continuer de prospérer...

à écrit le 10/10/2021 à 9:59
Signaler
Une certaine indécence à se positionner pour le monde d'après quand le bateau coule, partie de sa faute.. cela ne mérite que désapprobation, même si le discours est raisonnable, mais non suivi lorsqu'il était en poste!

à écrit le 10/10/2021 à 9:51
Signaler
"et que le ratio était passé de 5 actifs pour un retraité en 1950. Le retraité de cette époque était principalement un ouvrier avec une durée de vie plus faible qu'aujourd'hui et un salaire plus faible aussi et c'est pour cette génération que les ...

à écrit le 10/10/2021 à 8:47
Signaler
Comparons l'action des médias qui bousculent Zemour dans ses retranchements historiques et sur son moindre mot déplacé et le silence médiatique qui règne autour d'EP sur son passage chez AREVA une des plus grandes catastrophes industrielles de notre ...

le 10/10/2021 à 10:17
Signaler
"l'action des médias qui bousculent Zemour" Non qui font de la publicité à Zemmour, qu'ils m'invitent en face de lui les médias, moi je le bousculerais non pardon je le secouerais plutôt et je suis loin d'être le seul à être en mesure de pouvoir le f...

à écrit le 09/10/2021 à 19:06
Signaler
C'est dingue, je pensais pas, le terme -kitch- est déjà dans le dictionnaire de l'académie. nom masculin invariable Étymologie :xxe siècle. Mot allemand, d’origine incertaine.

le 10/10/2021 à 10:42
Signaler
un genie responsable de la crise des gilets jaune incapable d'avoir des idees creer un parti politique l'absurde le plus complet. encourager par les medias un niveau jamais vu a ce jour

à écrit le 09/10/2021 à 18:03
Signaler
Bonne analyse , bon programme mais AUCUN CHARISME , donc no chance . Qu'il reste tranquille chez lui en bord de mer .l

le 10/10/2021 à 8:15
Signaler
responsable de la crise des gilets jaune ou quand les medias fayotte au maximum deja vu avec m villepin

à écrit le 09/10/2021 à 17:53
Signaler
La transition écologique, le truc de neuneus à la mode, tous les candidats aux élections s'y mettent

à écrit le 09/10/2021 à 17:51
Signaler
Miracle! Edouard Philippe parle de l'immigration lui aussi. Du déplacement prévisible des peuplades avec le réchauffement climatique. Ces politiques n'ont aucun scrupule. Rien ne les gêne au niveau des coudes.

à écrit le 09/10/2021 à 17:38
Signaler
Bref rien de neuf.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.