Réforme des retraites : Philippe propose un relèvement de l'âge de départ jusqu'à 67 ans

A quelques jours de la création de son parti politique, l'ancien Premier ministre veut endosser l'image du réformateur et de la rigueur budgétaire sur le sujet délicat de la réforme des retraites. Et de questionner aussi le nombre de fonctionnaires dans les collectivités locales : "on peut aussi se demander si tous les emplois publics nécessitent d'être occupés par des personnes ayant le statut de fonctionnaires", pose-t-il dans un entretien à Challenges.

4 mn

Nous préférons continuer à danser au-dessus du volcan que prendre les mesures, drastiques - et parfois amères -, qui s'imposent, constate l'ancien Premier ministre, en poste au gouvernement entre 2017 et 2020.
"Nous préférons continuer à danser au-dessus du volcan que prendre les mesures, drastiques - et parfois amères -, qui s'imposent", constate l'ancien Premier ministre, en poste au gouvernement entre 2017 et 2020. (Crédits : Charles Platiau)

Soutien officiel d'Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2022, Edouard Philippe n'en oublie pas pour autant de travailler son image de réformateur. Tandis que l'Elysée hésite encore à affronter les syndicats sur le sujet de la réforme des retraites d'ici l'élection de 2022, l'ancien Premier ministre Edouard Philippe peaufine son projet. Selon l'ancien bras droit d'Emmanuel Macron, la réforme des retraites serait "la première" à faire afin de réduire la dette de la France qui doit atteindre 114% du PIB en 2022, selon le gouvernement. Aussi, l'actuel maire du Havre propose de repousser l'âge de la retraite à 65, 66 ou 67 ans.

A quelques mois de l'élection présidentielle, l'actuel maire du Havre qui va doit annoncer la création de son propre parti, se montre prêt à se saisir d'un sujet délicat.

"A près de 330 milliards, les pensions constituent de loin le premier poste budgétaire - plus d'un quart de la dépense publique - et le premier foyer d'économies possibles", souligne-t-il. Et parmi les leviers à disposition, "la seule solution raisonnable est donc d'allonger la durée de vie active en repoussant l'âge de départ à la retraite à 65, 66 ou 67 ans", affirme l'ancien Premier ministre Edouard Philippe dans un entretien à Challenges.

Edouard Philippe, au poste de Premier ministre pendant trois ans, avait amorcé cette réforme lors de son passage à Matignon, activant même l'article 49-3, avant de stopper la machine avec la crise du Covid. La réforme avait occasionné des mois de grèves fin 2019 et début 2020.

Un an plus tard l'exécutif avance encore à tâtons. Mi-septembre, le Premier ministre Jean Castex avait déclaré, à l'issue d'un séminaire gouvernemental, que les conditions pour relancer la réforme des retraites - pandémie sous contrôle et reprise économique solide - n'étaient "à ce jour toujours pas réunies".

Emmanuel Macron cherche, lui, à agir, tout en évitant un nouveau blocage. Le chef de l'Etat aurait l'intention de "supprimer les régimes spéciaux de retraite et instaurer le minimum de pension à 1.000 euros" avant la fin de son mandat.

Trois régime de retraite plutôt qu'un, et moins de fonctionnaires

L'ancien chef du gouvernement avance, lui, la possibilité de ne pas fusionner les 42 régimes de retraites en un seul - comme initialement envisagé par M. Macron - mais en conserver trois "les salariés du privé, les fonctionnaires et les indépendants".

Parmi les autres pistes d'économie soulevées par M. Philippe figure la réduction du nombre de fonctionnaires dans les collectivités locales. "On peut aussi se demander si tous les emplois publics nécessitent d'être occupés par des personnes ayant le statut de fonctionnaires", glisse-t-il, multipliant au passage les marqueurs de droite.

En insistant sur la dette publique, Edouard Philippe veut surtout endosser le costume de la rigueur budgétaire. Pour lui, la dette est "une question fondamentale de souveraineté nationale".

La trajectoire de la dette est néanmoins moins négative que prévue. Un rapport d'expert publié cet été montrait que la baisse de l'espérance de vie et la révision à la hausse de croissance du PIB en 2020 ont joué en faveur du financement du système des retraites. Ils notaient toutefois que si la part des dépenses de retraites dans le PIB (à 13,5%, part actuelle, hors période de crise) est trop élevée, "au regard des autres besoins à couvrir par la dépense publique, il faudra recourir à un recul plus marqué de l'âge de la retraite et/ou un repli plus important du niveau de vie relatif des retraités" pour obtenir un système à l'équilibre.

Le bémol sur le revenu d'engagement pour les jeunes

"Nous préférons continuer à danser au-dessus du volcan que prendre les mesures, drastiques - et parfois amères -, qui s'imposent", constate pourtant Edouard Philippe.

"Ce n'est pas une mesure facile à porter, cela peut être progressif, mais ceux qui promettent de régler la question des retraites sans augmenter la durée de la vie active mentent aux Français", insiste-t-il.

Quant au revenu d'engagement pour les jeunes, promis par Emmanuel Macron mais dont les contours doivent encore être précisés, M. Philippe se montre dubitatif : "distribuer un revenu pour les jeunes en prenant le risque de désinciter à l'entrée sur le marché du travail me paraît en revanche plus contestable".

(avec AFP)

Lire aussi 6 mnRevenu d'engagement pour les jeunes : la piste de l'abandon fait son chemin

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 03/10/2021 à 15:52
Signaler
"distribuer un revenu pour les jeunes en prenant le risque de désinciter à l'entrée sur le marché du travail" LOL, oui c'est sûr qu'avec 300 balles par mois ça va être fiesta tous les jours ! ^^ Ils sont complètement à côté de la plaque les gars. Sin...

à écrit le 30/09/2021 à 21:28
Signaler
Je propose la retraite immédiate pour lui . Les politiques sont tous corrompus jusqu’à l’os et nous mènent à la tombe avec dédain et mépris. Il faut que cela cesse

à écrit le 30/09/2021 à 18:15
Signaler
Il n'a rien fait pour supprimer l'injustice que subissent les polypensionnés public privé et il se permet de proposer d'allonger la durée !!!!! Ces politiques ne pensent qu'aux marchés financiers, pas à la justice.

à écrit le 30/09/2021 à 16:37
Signaler
va pas bien le barbu on va le mettre 1 an dans le batiment par tout les temps on va voir sa forme apres s'il est encore de ce monde pepere dans un un echafaudage ou sur un toit faut pas se louper sa pardonne pas 65 ou 67 faut arreter les conner...

à écrit le 30/09/2021 à 16:37
Signaler
Pas que l'âge ,n'oublions pas le nombre de trimestres requis.Pour ceux nés par exemple entre 1961 et 63 vous bénéficiez d'une retraite à taux plein dès lors que vous justifiez d'une durée d'assurance retraite d'au moins 168 trimestres (soit 42 ans)....

à écrit le 30/09/2021 à 14:27
Signaler
Inévitable; Total des heures travaillées par habitant (ratio) en 2017: Corée du Sud: 1048, États-Unis 830, Union Européenne 751, Allemagne 728, France...634!!

le 01/10/2021 à 7:54
Signaler
dans le prive la moyenne d'heurre est de 140 heures mensuel disons sur 10mois 1400heures ce qui veut dire que les fonctionnaire travail au minimun 1heure par mois et les haut fonctionnaire glande toute leur vie piper les donne est un scndale

à écrit le 30/09/2021 à 11:30
Signaler
Au secours. Halte au feu........ 67 ans pour avoir droit à la retraite. Mais lorsque l'on voit que les agents des diverses forces de police,... gagent plus qu'un ingénieur ou un médecin avec des grilles indiciaires et d'avancement avantageuses. C'est...

le 30/09/2021 à 12:00
Signaler
entièrement d'accord avec ausecours quoi de plus normal la majorité des politiciens viennent de du secteur public on arrose les copains de la fonction publique et la société civile se serre la ceinture les entretenir lamentable !!!!!!

à écrit le 30/09/2021 à 11:07
Signaler
67 ans pour ceux qui commencent à travailler à 27-30 ans. Dans l’immédiat,tailler dans les dépenses liées à la HAUTE fonction publique,les comités theodules,les doublons,triplettes etc. qui coutent un pognon de dingue.

à écrit le 30/09/2021 à 10:52
Signaler
Plus facile de faire la réforme de l'UNEDIC et de taper sur les chômeur et les pauvres que faire la réforme des retraites spécifiques qui concernent les fonctionnaires, les députés, les sénateurs... Bref la république des copains qui vivent sur le do...

à écrit le 30/09/2021 à 10:52
Signaler
on se passera de l avis du gars qui a cree les gilets jaunes grace a 80 km/h et aux taxes sur l essence... Surtout que c est des choses qu il n a pas fait comme premier ministre et qui ne resoudront pas le pb (trop de vieux ayant des pensions trop el...

à écrit le 30/09/2021 à 10:35
Signaler
Le collaborateur idéal pour l'entreprise entre 27 ans et 38 ans. A 43 ans vous êtes considéré hors d'usage à 50 ans jetable. L'ancien Premier ministre en bon politicien beaucoup de blablabla sans apporter de solution sur la réalité des seniors sur le...

à écrit le 30/09/2021 à 9:50
Signaler
Nous, on préférerai qu'il y ai plus de cotisant..., que les cotisations soient proportionnelle au salaire et que les pensions soient forfaitaires et égales pour tous.... Au lieu de pousser un maçon a travailler jusqu’à son décès!

le 30/09/2021 à 10:41
Signaler
Régime communiste en somme !

le 01/10/2021 à 0:27
Signaler
Je connais un pays où c'est comme vous dites. C'est la Chine. Les cadres ou les ouvriers ont la même retraite. Une faible retraite d'ailleurs. Voulez vous aller vivre en Chine?

à écrit le 30/09/2021 à 9:32
Signaler
Des propositions réalistes et soutenables avec un minimum de sacrifices pour ne pas préjuger l'avenir du pays. Très rare en campagne électorale.

le 30/09/2021 à 10:29
Signaler
Sauf que la France a du mal à donner du travail aux plus de 60 ans, il faut voir ce que donnerait cette mesure pour la fonction publique , où l’on ne peut pas licencier les fonctionnaires. Quand au privé, les chefs d’entreprises ne font rien pour gar...

à écrit le 30/09/2021 à 9:04
Signaler
65, 66 ou 67 ans, d'accord, mais que l'on nous explique AVANT la réforme comment sera financée la caisse de chômage qui versera des revenus aux français entre 55 et 65, 66 ou 67 ans...

à écrit le 30/09/2021 à 9:00
Signaler
"Edouard Philippe n'en oublie pas pour autant de travailler son image de réformateur". Ah, les fameuses réformes qui ne sont en réalité que des régressions pour les salariés depuis des années.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.