Le G20 prescrit 5.000 milliards de dollars pour soigner l'économie mondiale

 |   |  524  mots
(Crédits : ALY SONG)
Plus de trois mois après le début de l'épidémie partie de Chine, les pays membres du G20 se sont réunis lors d'un sommet extraordinaire pour afficher un front uni et tenter de trouver une réponse coordonnée face à la pandémie qui a placé l'économie mondiale en léthargie.

Après une riposte en ordre dispersé pour faire face à la pandémie du Covid-19 qui frappe durement les économies, les pays ont désormais a cœur d'afficher un front commun. Lors d'un sommet virtuel d'urgence présidé par l'Arabie Saoudite ce jeudi, les membres du G20 ont annoncé leur intention d'injecter "plus de 5.000 milliards de dollars" dans l'économie mondiale pour "contrer les répercussions sociales, économiques et financières de la pandémie" du nouveau coronavirus. Ces 5.000 milliards se feront sous la forme de relance budgétaire, de garanties de prêts, et de mesures non précisées.

Ces derniers jours, chaque pays tentait d'apporter son propre remède pour compenser les pertes colossales entraînées par l'arrêt brutal de l'activité. Avec un plan de relance de 4.000 milliards de liquidités pour les entreprises, les Etats-Unis, première puissance économique, avaient pris le peloton de tête des mesures d'urgence. Dans son sillage, la Fed s'est même avancée sur 300 milliards d'aides "pour soutenir le flux de crédits". Côté européen, une réponse globale au choc avait tardé, pour finalement aboutir par  une promesse de la BCE et sur "750 milliards de rachats de dettes publiques". En France, le gouvernement a communiqué sur "45 milliards d'euros (qui) pourr(ont) évoluer en fonction de la situation".

Lire aussi : La Fed continue d'abreuver les marchés en liquidités

En outre, sur les 5.000 milliards, la Chine, d'où l'épidémie est partie, "communique", à elle seule, sur le chiffre de 344 milliards - principalement en mesures fiscales. Lors de la réunion, le président chinois Xi Jinping en a profité pour appeler les pays du G20 à abaisser leurs droits de douane, sujet de tensions entre Pékin et Washington, et à faciliter les flux commerciaux.

Le rôle des banques centrales en question

Mais pour ce sommet extraordinaire, l'objectif est bel et bien d'afficher un front uni. Les dirigeants présents, parmi lesquels Donald Trump, Vladimir Poutine, Emmanuel Macron et les autres leaders des pays membres du G20 affichent une unité : "Nous sommes fermement résolus à présenter un front uni contre cette menace commune", ont-ils abondé.

Les 20 plus grandes économies mondiales ont également annoncé qu'elles travailleraient avec les organisations internationales "afin de déployer un ensemble de mesures financières solides, cohérentes, coordonnées et rapides".

Enfin, ce G20 a appelé les institutions internationales, dont l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds monétaire international (FMI), à "aider les pays émergents et en développement à faire face aux chocs sanitaires, économiques et sociaux du Covid-19".

Reste que sur ces 5 trillions, le communiqué ne précise pas si le montant inclue les actions des banques centrales, déjà engagées à éteindre l'incendie dans leur pays respectif. Mais il intègre toutes les annonces faites, elles, par les gouvernements pour soutenir leur activité économique.

Le bilan mondial de la pandémie de Covid-19 a dépassé les 21.000 morts et a confiné chez eux de manière inédite plus de trois milliards de personnes.

Lire aussi : Coronavirus : et la Chine se réveille progressivement... après le pic sanitaire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2020 à 1:14 :
G20 milles milliards (quand je l'écrit en chiffre, ça fait pas asser...) de plus qu'eux à proposer, qui me rembourse???
a écrit le 27/03/2020 à 0:38 :
Connecté par Skype ou WhatsApp ou similaire face à ts ses "amis", MBS co invité du G20 se lance prudemment : Moi, je démarre à ... et puis je passe. Vous comprenez, les tps st durs avec un baril à 20 $ !
Bolsonaro, l'air méprisant comme à son habitude annonce: puisqu'il faut parler, je dis 10 mds et pas plus et ne me refaites pas le coup du mec qui met le feu aux poudres.
La commissaire en chef de l'UE, un peu intimidée et d'un air navré : ben moi, j'irai pas plus haut que 25 mds, car mes associés st plutôt pingres et je veux pas d'histoires. Brusquement, le petit Macron se lève jovial et triomphant comme tjrs et balance: eh ben moi ce sera 45 mds tt rond !!...rires et sarcasmes des participants ( petit joueur, ouahh!!, Yaka,focon, ts ça pour ça ?!!) . Puis suit Bojo le dissident qui annonce royalement 90 mds, accompagné des sifflets et nom d'oiseau de la bande de l'UE, que même ça choque MBS : ah bin si j'aurais su , j'aurais pas venu s'exprime t'il dépité en mauvais français, langue diplomatique apprise à l'école des langues occidentales de son pays.
Pour relancer le challenge, l'haltiere Christine se lève fièrement et après un long silence où tt le monde retient son soufle, moi BCE je mise 750 !! Silence admiratif et ébahi de l'assistance. Angela fuse alors d'un ton rageur : 1100 mds na !! ( De mémoire, on ne l'avait jamais vu ds cet état. La domination teutonne était elle piquée au vif par ce petit virus?? Et ds les chancelleries, ça jasait ferme ). Jérôme, le gentleman de la Fed entra alors en scène et annonça posément 1500 mds comme en s'excusant: vous savez qd vous êtes comme moi sur un siège éjectable, faut pas trop contrarier la haut ( un ange passe...) . Et enfin, ds une mise en scène dt il a le secret, le Gd Blond se plante devant ses pairs médusés et comme pour les défier : Ben moi, je paye cash et en dollars: 2000 mds !!! ( Allusion à un long métrage français des années 60, parodiant les magouilles internationales qui se trament ds l'ombre des pouvoirs).
Finalement, ts ces joyeux drilles se mettent d'accord pour miser ensemble jusqu'à 5000 mds, un prix astronomique pour une mappemonde défraîchie tte sale et cabossée .
a écrit le 26/03/2020 à 23:50 :
Je suis d'accord avec les chinois, le grand bénéficiaire de cette pandémie/crise orchestré sont les Etats unis d'amérique du nord.

Tous le monde sait qu'ils avaient perdu le controle de l'inflation des actifs boursiers.
C'est comme un grand reset, on repart de plus bas, les dettes sont mutualisées au niveau mondial précuseur d'une monnaie mondiale mais ils tiennent trop au pouvoir que leur donne le dollar donc non.

Cette pandémie arrive à point nommé pour un crash sous controle avec ce G20 en pierre de touche de leur stratégie, une crise qui se gère en mode coopératif par ce que tous les états sont touchés, c'est du pur génie d'un coté mais ça se voit beaucoup je trouve, les moutons crierons au complot.

Mais à la simple question, qui avait un marché vraiment or de controle et à qui profite le crime la réponse est aisée.
a écrit le 26/03/2020 à 23:27 :
Pouvez vous faire votre travail à fond et expliquer d'où vient cet argent ?
Réponse de le 26/03/2020 à 23:46 :
Pour l'argent c'est assez simple. On dessine 2 colonnes exel et on inscrit en "crédit" 5000 milliards et en "débit" 5000 milliards. On prend le crédit, et pour le débit on verra plus tard...
Réponse de le 27/03/2020 à 8:06 :
Oui Vincent je sais, mais il serait bon que SYSTÉMATIQUEMENT les journaliste le rappel clairement dans le titre ou dans le chapeau du titre de façon a ce que tout le monde prenne conscience de ce que cela implique comme conséquences.
a écrit le 26/03/2020 à 23:09 :
Du désinfectant ( bio ) pour nettoyer enfin les rues, et des employés pour le faire avec des masques, cela couterait-il beaucoup trop cher ? Fabriquer de la nivaquine et en donner aux gens malades pour les soigner du coronavirus, cela couterait-il beaucoup de sacrifices ? Il vaut donc mieux débloquer des milliers de milliards pour compenser les pertes d'une quarantaire "sanitaire", dont on s'explique peu les tenants et les aboutissants, finalement...Distribuez donc de la nivaquine à qui en aurait besoin (10€ de frais par personne malade), et laissez nous sortir, travailler, vivre en paix et en bonne santé !!! Accessoirement les rues seront de nouveau nettoyées, au moins comme avant la quarantaine "sanitaire"...Cela ne serait-il pas tellement plus économique...?
a écrit le 26/03/2020 à 21:48 :
la machine à faire les milliards ?
a écrit le 26/03/2020 à 20:53 :
Ce sont les hôpitaux qui ont besoin de milliards, pas les multinationales !
a écrit le 26/03/2020 à 20:17 :
Nan mais on a compris:

12 ans d'austérité, jusqu'à la prochaine crise, pour rembourser cette dette. Le G20 se la joue FMI...

Au nom de qui je le fait mon chèque? M.Arnault, M.Bouygue ou M.Alexandre?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :