Covid-19 : 13,3 millions de demandes de chômage partiel, les jeunes en première ligne

 |   |  1032  mots
(Crédits : Reuters)
Le dernier bilan établi par le ministère du Travail montre une explosion des demandes de chômage partiel pendant la période de confinement. Le redémarrage de l'activité devrait permettre de ralentir le nombre de dossiers déposés chaque semaine auprès de l'administration. En revanche, la plupart des économistes s'attendent à une hausse du chômage dans les semaines à venir, particulièrement chez les jeunes.

Les chiffres du marché du travail donnent le tournis. Selon un dernier bilan rendu public par la direction statistique du ministère du Travail mercredi 10 juin, plus de 13,3 millions de salariés ont fait l'objet d'une demande de chômage partiel entre le 1er mars et le 8 juin 2020. Au total, plus de 1,05 million d'entreprises ont déposé des demandes auprès des services du ministère. Ce qui représente environ 5 milliards d'heures chômées demandées. Et beaucoup d'entreprises pourraient encore avoir recours à ce mécanisme dans les semaines à venir. En effet, l'économie française risque de souffrir cette année. Selon les dernières projections de la Banque de France, le produit brut pourrait reculer de 10,3% en 2020, avant de rebondir à 6,9% en 2021 et 3,9% en 2022. Lors d'un point presse mercredi 10 juin, l'économiste de BNP-Paribas Hélène Baudchon a dégradé ses prévisions:

"Le scénario le plus probable est une reprise de la croissance en U. Après la chute au premier semestre, la reprise doit avoir lieu au second semestre mais on ne devrait pas revenir à la normale avant un moment. Il y aura d'abord un rebond mécanique. Le creux du U signifie le caractère progressif de la reprise. Le retour à la normale ne se ferait pas avant 2022."

> Lire aussi :...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2020 à 17:09 :
PSA Groupe Peugeot supprime les intérimaires français sur ses sites français pour les remplacer par les espagnols et polonais. Le BTP et les constructeurs de maisons individuelles n'embauchent que des turques, polonais, roumains... comme dans l'agriculture avec des conditions de travail d'un autre temps et corvéable sans limite, rémunération qui laisse à désirer... le gouvernement français encourage à... acheter français. Les grands perdant sont les français en majorité en particuliers les chômeurs jeunes et moins jeunes qui n'acceptent pas l'esclavage moderne et les salaires de misères. Vous dites que le contexte social est tendu en ce moment ?e
a écrit le 12/06/2020 à 9:55 :
Hé ben, déjà que nos jeunes vomissent le travail tel que l'ont généré nos mégas riches financiers, ça va pas commencer à ne pas être simple.

DE ce fait ils vont encore faire venir en masse des crèves la faim d'europe de l'est, on est pas près de se débarrasser du fléau RN et ça tombe bien l'oligarchie l'aime autant que les LREM, puis ça rappelle le bon vieux temps toussa quoi...

Ah qu'est-ce qui lui tarde à notre UE de pouvoir enfin faire le commerce de cobayes humains !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :