Covid-19 : Edouard Philippe n'exclut pas des nationalisations si nécessaire

 |   |  396  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Le Premier ministre a martelé ce mardi soir le dispositif choisi par le gouvernement pour faire face à l'épidémie du coronavirus. En matière de soutien aux entreprises, il a tenu à se montrer offensif, en évoquant des mesures radicales.

Au lendemain de l'intervention d'Emmanuel Macron annonçant le nouveau dispositif de confinement en France depuis mardi 17 mars, ce fût au tour d'Edouard Philippe de prendre la parole. Interrogé en visioconférence au journal télévisé de 20 heures de France 2. Il a d'abord tenu à rappeler les règles du confinement imposées à l'ensemble des Français. « Nous demandons aux Français de rester chez eux (...) Les consignes sont claires. Nous cherchons à ralentir la circulation du virus », a-t-il martelé.

Le gouvernement entend faire appliquer strictement les règles de confinement. « Dès demain, nous allons proposer un projet de loi pour passer de 38 euros à 135 euros d'amende forfaitaire », a confirmé Edouard Philippe.

Le Premier ministre a aussi redonné l'orientation prise de ce confinement « avec dérogations » : « ce régime de confinement n'interdit pas le travail».

Le soutien de l'Etat actionnaire

En outre, le Premier ministre a tenté de rassurer les entreprises. « Nous sommes là », a-t-il assuré.

Interrogé sur une possible nationalisation d'Air France, groupe dans lequel l'Etat est présent au capital de l'entreprise, Edouard Philippe a répondu que « l'Etat (était prêt à) prendre ses responsabilités en tant qu'actionnaire ».

« S'il fallait aller jusqu'à là (la nationalisation), nous le ferions », a-t-il ajouté.

"Nous serons là, le président de la République l'a dit" pour "que notre compagnie nationale puisse franchir cette crise". Plus tôt dans la journée, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait affirmé que "tous les moyens" seraient utilisés "pour protéger les grandes entreprises françaises", y compris des opérations de "nationalisation si nécessaire".

Concernant l'interdiction de licencier pour les entreprises, Edouard Philippe a répondu : «Je ne crois pas que nous en arrivions là.»

"L"interdiction administrative des licenciements, comme elle a pu exister, n'est jamais, je crois, une solution totalement satisfaisante", a déclaré Edouard Philippe sur la chaîne publique. "Ce que nous voulons faire, c'est qu'il ne soit pas utile de licencier, d'essayer de faire en sorte que l'entreprise puisse continuer son existence".

Le locataire de Matignon a aussi promis une meilleure indemnisation de l'activité partielle, « pour les entreprises et pour les indépendants ». Le gouvernement va mettre en place « un fonds de solidarité pour bénéficier d'une rémunération pour passer cette étape », a-t-il promis.

Lire aussi : Coronavirus : l'Etat prévoit un plan massif de 45 milliards d'euros d'aides

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2020 à 15:25 :
C'est vrai que l'on vit une situation hors normes mais qui fait quoi d'un côté on nous dit restez chez vous c'est la seule solution pour arrêter la pandémie et de l'autre allez au boulot ...on est prêt à sacrifier des ouvriers pour l'économie alors que d'autres pays pensent d'abord a leurs populations et après a l'économie il ne faut pas deux mesures mais une seule et vous qui êtes vous prêt à sacrifier ???
a écrit le 18/03/2020 à 20:04 :
Attendons de voir ce qu'en pense Nissan...
Cela m'étonnerait qu'il laisse le gouvernement français mettre la main sur l'alliance, surtout que ce serait à un cours massacré, donc pour une bouchée de sushi.

Si Renault est renationalisé, c'en est fini de l'Alliance.
a écrit le 18/03/2020 à 18:22 :
La nationalisation, et quoi encore! Il n'y a pas pire incapable en tant que gestionnaire que l'Etat. Si cela devait être le cas, ce serait catastrophique!
a écrit le 18/03/2020 à 12:52 :
La nationalisation part du principe que l'état fait un meilleur travail que les privés.. tout le monde sait que cela n'est pas! Que les politiques s'occupent de cette crise sanitaire, fassent fonctionner nos systèmes sociaux, et surtout ne conduisent pas notre pays à la faillite. Je gage que les comptes de la BPI doivent montrer des pertes phénoménales, et les politiques responsables devront répondre, pas seulement aux élections, de cette gabegie!
Réponse de le 18/03/2020 à 20:12 :
La nationalisation peut être liée au fait que l'actionnaire privé est défaillant et ne fait pas son job.

Les nationalisations d'après guerre ont été des sauvetages d'entreprises en faillite et l'Etat en a fait des fleurons mondiaux qui n'ont absolument pas démérité: AF, les houillères, la SNCF, Peugeot, Citroën, Renault, EDF, les PTT... Ni le TGV ni le programme atomique n'auraient vu le jour avec des entreprises privées.

Notez que les problèmes sont souvent apparus après leur privatisation (EDF, PSA, Renault, BNP, Orange...).
a écrit le 18/03/2020 à 12:28 :
Si les nationalisations ne sont pas "necessaires" NE PAS NATIONALISER LES ENTREPRISES ! Il faut que le marché des entreprises se regule par le marché et non seulement avec des susbides d'état ou de la finance étatique. On est pas dans une démarche politique de gauche, de la politique mitterandienne avec nationalisation à "tout va". Donc si ce n'est pas nécessaire Mr le premier ministre, NON MERCI ! j'ai travaillé un an dans une entreprise d'état et je ne dis pas les contraintes qui s'y affèrent. Donc tant qu'on peut ne pas nationaliser et augmenter le capital de l'entreprise. L'état peut beaucoup de chose en économie mais ne peut pas tout ! je pense bien que Air France pourrait se retrouver dans pareil situation ! Donc tant que l'on peut protéger l'économie sans nationaliser alors oui il faut que celà tienne la route; La nationalisation est la dernière des solutions et il faut en trouver d'autres avant ! DONC NON NON ET RENON !!!!!!!! non à la nationalisation !!!!
a écrit le 18/03/2020 à 11:30 :
L'état parle de nationalisation, les entreprises citées: Renault, Air France, Engie...L'état y est déjà l'actionnaire principal, on a vraiment l'impression que l'état cherche à faire une bonne affaire en prenant la majorité du capital de ses entreprises à bon compte. Ce n'est plus l'état actionnaire mais l'état trader. Il suffirait simplement qu'il apporte sa garantie ou accorde des lignes de crédit en tant qu'actionnaire principal, ce qu'il est déjà.
a écrit le 18/03/2020 à 11:25 :
Le peuple français va devoir de l'argent à des fonds de pension tels que BlackRock ? A qui l'Etat emprunte de l'argent ? Qui en a en ce moment précis ? des fonds vautour, nous alimentons un système destructeur qui fait du profit sur la santé de l'humanité...
Réponse de le 18/03/2020 à 11:51 :
Avec des taux si bas je ne cois pas que ce soit des vautours qui prêtent de l'argent. Tous les pays empruntent pour soutenir l'économie.
Réponse de le 18/03/2020 à 13:17 :
Justement votre réponse pointe du doigt une ineptie économique. SI les États thésaurisaient, il n'y aurait pas besoin d'emprunter en cas de "guerre". Comme le fond souverain de la Norvège. Décidément, la réflexion a quitté définitivement ce pays.
a écrit le 18/03/2020 à 9:35 :
oserait-il aller jusqu’à la renationalisation du pays ?
a écrit le 18/03/2020 à 9:08 :
Depuis le temps que l'on autorise aux actionnaires milliardaires de ne pas payer d'impôts leurs entreprises ne sont elles pas nationales au final ? Sans parler des multiples subventions et autres...
a écrit le 18/03/2020 à 8:50 :
Covid-19 : Edouard Philippe n'exclut pas des nationalisations si nécessaire

beh ce que nous ad donné à voir Edouard PHILIPPE et son gouvernement, ce sont ... les maladresses ... les désordres .... les mensonges ....

rappelons simplement que Edouard PHILIPPE vient de AREVA un exemple de faillite sur fond de scandales divers et variés

la réalité, Edouard PHILIPPE a sacrifié la sécurité sanitaire de la France en cachant la vérité sanitaire désastreuse pour faire passer son projet vicié de loi sur les retraites
Réponse de le 18/03/2020 à 10:17 :
Bien résumé,

ajoutons les extrêmes violences policières
et le bouquet, c'est que maintenant les policiers et gendarmes pères et mères de familles ... probablement proches de leurs propres parents grands parents fragiles ...
se comportent en récepteurs émetteurs du coronavirus covi19 et d'autres d'ailleurs !!!! car en effet
les gendarmes policiers effectuent des milliers de contrôles sans masque, passant de mains en mains des milliers d'attestations, des milliers de cartes d'identités, ils manipulent des smartphones ... oubliant régulièrement de se tenir eux-mêmes à plus de 1m50 des interpellés
Réponse de le 18/03/2020 à 16:47 :
Quand on a la haine de quelqu’un il est tout mauvais Pas très malin
a écrit le 18/03/2020 à 8:46 :
ça fait peur une gestion pareille l'argent va ''pousser'' comme des paquettes....?
a écrit le 18/03/2020 à 8:43 :
Surtout ne pas nationaliser Air France : les pilotes sont trop souvent en grève pour les laisser devenir des agents d'une entreprise publique, ou alors on n'a pas fini de ne pas pouvoir utiliser cette compagnie...
a écrit le 18/03/2020 à 0:29 :
Nationaliser Air France... Je doute tres mais alors TRES fort que l'Etat néerlandais soit d'accord ! C'est la fin de l'alliance Air France KLM. Tant mieux.... pour KLM qui actuellement sert de vache a lait a Air France.
a écrit le 17/03/2020 à 23:45 :
J'ai toujours cru que seule une loi pouvait restreindre les libertés publiques .Et fixer des pénalités ,par un tribunal ,appliquant les principes du contradictoire .Aujourd'hui ,une infraction pouvait elle être constatée ou avons nous eu à faire à du cinéma ?
a écrit le 17/03/2020 à 23:04 :
Après Bruno Le Maire, c'est Edouard aux mains d'argent, c'est la majuscule de l'ignorance économique. On ne parle pas de Micron l'inconsistent ,dont la seule qualification est de faire des déclarations théâtrales suivies de "en même temps" de mesures noyées dans le jargon technocrate.
Donc, revenons à Ed et Bruno...Ils vont nationaliser quoi ? La SNCF, Air France, La Poste ??? Ces boites à participation publique de capital, sont déjà les plus mal gérées du Franzistan,,,et au lieu de laisser faire le marché, qui pourrait, enfin en FR, éliminer les mal gérées, les malsains, on va revenir à la soviétisation de l'économie.

Et puis, l'équipe de bras cassés, incompétents, qui entourent Micron de théâtre, promettent de donner de l'argent aux entreprises affectées par la crise, enfin de suspendre, mais pas de faire des allégements d'impôts. Les boites en faillite pourront payer leurs impôts et charges sociales aberrantes en Juin, c'est comme demander aux morts de déclarer leurs décès...
Mais c'est pas grave, on est prêt à augmenter le déficit, déjà chronique de la FR, pour soit-disant sauver les entreprises. Sauf que cet État Providence sera obligé de faire de nouveaux impôts_déguisés_pour faire face à ce déficit dans les mois suivants la crise. Merci, il détient déjà le titre du pays dont les prélèvements (impôts, charges sociales) sont les plus élevées au monde.
Pas de problème pour la Maire des idioties: les nombreuses entreprises françaises qui se sont exilées vont revenir fabriquer en FR, pour pallier aux problèmes de la mondialisation. Sauf que, elles vont se relocaliser ailleurs qu'en France, dans des pays européens où toutes ces charges sont moindres, tous...
Donc, si Micron et sa bande de menteurs patentés( La situation FR ne suivra pas celle de l'Italie du corona), et certifiés amateurs dangereux en économie, ne font pas les réformes fondamentales dont ce pays a besoin, ce sera LE DÉUGE !
Réponse de le 18/03/2020 à 0:20 :
Pour les nationalisations éventuelles, La Poste a comme actionnaire unique l'Etat et de même pour la SNCF. Dc, voyez c'est déjà une réalité depuis des lustres. Et bon an , mal an, ces 2 boîtes font des bénéfices depuis des années et dc ne coutent rien à l'Etat, malgré les dettes énormes qu'il leur a fait supporter pour financer sa politique territoriale ( lignes LGV / réseau postal rural au coût exorbitant).
Le groupe privé le plus menacé est AF, et ce serait une bonne chose de le nationaliser car l'Etat imposerait des contreparties vitales comme la révision des relations sociales mortifères au sein de cette boîte , le statut du personnel naviguant, 2 systèmes de gouvernance qui tuent cette entreprise à petit feu ( constatez l'évolution du cours de l'action AF depuis 10 ans ). Ce que du reste a imposé l'Etat à la SNCF par la suppression du statut de cheminot en contrepartie d'une reprise de dette de 40 mds !!
Pour les allègements d'impôt, ils seront automatiques puisque assujettis aux bénéfices réalisés qui seront certainement fortement réduits ou nuls si probablement des pertes seront déclarées.
Et le but du jeu, c'est d'avoir le minimum de boîtes en faillite avec cette crise "quoi qu'il en coûte" ( avec un déficit budgétaire de près de 100 mds prévu en 2020 ).
Pour les relocalisations, il n'y a rien d'automatique sauf à rendre le territoire encore plus attractif ( 1er en 2019 pour le montant des investissements internationaux / 35000 emplois induits ).
Rien qu'un 1er cas prometteur : Huawei qui a décidé d'implanter un ctre de production avec 500 emplois de ht niveau à la clé.
Donc voyez, renseignez vous un peu et ne paniquez pas : ça vous évitera de raconter des c.....ies
Réponse de le 18/03/2020 à 12:20 :
Réponse à "Vous perdez les pédales"

Vous êtes membre de LR EN MARCHE... arrière.? Vos arguments, par ailleurs bien écrits, sont à l'image de ce gouvernement, de la désinformation noyée dans le bagou officiel français.
La SNCF fait quelques bénéfices , mais avec 50 milliards de dettes. Je vous fais beaucoup plus de bénéfices avec 10 fois moins de dettes...
La Poste, selon vous, ne coûte rien à l'État ? Wake up ! la dette de L P est de 10 milliards ! Ces deux boites sont des monopoles et devraient être rentables, pas faussement rentables. Et l'État pour vous, c'est la poche sans fin? ce sont les poches des contribuables français !
Air France est ruiné par des grèves à répétition, dans la même théorie syndicale française que l'on détruit nos industries pour préserver le statut des cégétistes. Il a y près de 10 00 délégués syndicaux pour 140 000 employés à la SNCF,,etc... La SNCF n'aurait plus de dette puisqu'elle a été reprise par l'état? C'est un tour de passe-passe.
Pas d'impôts puisqu'il n'y aura pas de bénéfices , Mr VPLPédales ? Savez-vous qu'en France, il ya des impôts à la production, avant même de vendre, exception en Europe, que vous payez toujours les mêmes impôts immobiliers, que vous avez les mêmes charges sociales, les plus hautes d'Europe, etc...
Le montant des investissements internationauxx en Fr est élevé, pourquoi? Parce que les bénéficiaires bénéficient d'énormes avantages fiscaux, que les entreprises française sont priées de combler, pour nourrir le fameux état-providence, au bord de l'explosion!
Cela ne vous étonne pas que ce soit une boite chinoise comme Huawei , qui s'intéresse à la F_range, quand ils sont interdits de nouveaux investissements stratégiques dans des des pays plus costauds et moins maquereaux. Huaw-le virus , à travers la 5G veux vampiriser les pays crédules.
Mais il faut bien que l'équipe d'incapables qui gouvernent veulent faire miroiter des chiffres de moins de chômage, comme pas de contamination .
C'est L'EXEPTION FRANÇAISE, une dose d'arrogance, mêlée à l'ignorance !
a écrit le 17/03/2020 à 23:04 :
Le gouvernement ira-t-il jusqu'à nationaliser les banques françaises (qui sont déjà au fond du gouffre), et les renflouer avec notre argent ?

Les banques françaises (BNP, SG, CA, BPCE, etc.) ont actuellement un effet de levier de 31 en moyenne (dettes/capitaux propres).

Alors que les banques étasuniennes sont revenues à 12, après la crise de 2008 et la faillite de Lehman Brothers (qui était à 33) !

Renseignez-vous sur le sujet, sur internet :
Les règles prudentielles d'endettement bancaires suggèrent qu'une banque devrait avoir un effet de levier inférieur à 10 !
Réponse de le 18/03/2020 à 3:06 :
Vous regardez trop youtube et ses fausses infos.
a écrit le 17/03/2020 à 21:56 :
Sur la polémique Buzin qu' il s ' ingénie à ventiler, Philippe oscille entre incompétence et l' amateurisme du reste de Lrem.

Lui qui avait su à temps nous fourguer ses caméras de surveillance, ses LBD, ses grenades, ses radars routiers au mètre, son ..absence de masques, sa fermeture de 400 lits d' hôpitaux en un an et le gazage des personnels de santé en pleine rue avec une belle assiduité.

Et il n' a pas su prévoir les dangers de Covid19 malgré les appels au secours de la planète monde et les exhortations de nos voisins italiens ; il attendait une réponse de l' UE!, un UE d' ores-et-déjà en PLS.


Ca s' appelle assez simplement mise en danger de la France et des français, celle qui engage la responsabilité pénale de tous ces décideurs publics. C' est un acte qui se juge dixit Régis de Castelnau, Vu du Droit :

"Le fait de causer, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l’article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, la mort d’autrui constitue un homicide involontaire puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. En cas de violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende. »

Il renvoie à l’article 121-3 qui nous dit : « Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d’imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, s’il est établi que l’auteur des faits n’a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait. " ..
Réponse de le 18/03/2020 à 2:27 :
La pandémie a touché le 1er pays européen, la France le 24 janv avec un 1er décès constaté le 14 fev.
Le 2nd a été l'Italie le 31 janv avec des 1ers décès constatés le 22 fev
A ce jour, la France compte 175 décès pour 7730 contaminations à comparer aux 2503 décès pour 31506 cas de l'Italie pour une épidémie démarrée à peu près au même moment ds les 2 pays.
Désolé de ce décompte macabre qui parle de lui-même : EP n'oublierait pas d'énumérer ces tristes chiffres pour plaider sa défense si d'aventure, il était poursuivi ( à condition qu'il le soit) et souligner les actions mises en place pour obtenir ce résultat.
Par ailleurs, il pouvait invoquer le départ précipité de sa ministre le 17 fev au début de l'infestation sur la France et se prévaloir de l'impossibilité pour quiconque de prédire comment cette tte nvelle épidémie allait évoluer en pandémie, tt en prenant conseil auprès d'experts médicaux reconnus en santé publique et en risques sanitaires.
Car, c'est pas tt d'imaginer une suite pénale sur l'action d' un responsable politique avec l'appui du code pénal, encore faut-il apporter la preuve d'un manquement sur les moyens mobilisés et mis en oeuvre, et si preuve il y a, de la confronter à l'étendue des fonctions et responsabilités assumées et des délégations de responsabilité existantes.
Après, votre affirmation péremptoire qui ne ferait même pas sensation ds les dîners en ville me rappelle ce vieux proverbe populaire, mais tellement parlant sur la bêtise humaine : "la culture, c'est comme la confiture..."
Réponse de le 18/03/2020 à 3:09 :
La loi, quelle loi. Vous avez mis des imbeciles aux commandes. Ils ignorent les gens comme vous.
Vous n'avez tjrs pas compris ?
Assumez.
Réponse de le 18/03/2020 à 10:41 :
oui, cela fait plus de deux mois que politiques et médecins nous surinent ce n'est qu'une petite gripette, ils ont manqués à tous leurs devoirs tous pays confondus. En décembre, l'entrefilet dans la presse d'un article d'un nouveau virus en Chine n'a pas été exploité et a été ignoré par beaucoup. La voix de la classe politique et des médecins auraient du s'élever. Mais non, silence absolue. Ils ont oubliés leurs rôles, obnubilés par leurs carrières et leur vue courte. Ils sont bien responsables.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :