Covid-19 : jour J pour le vaccin en France

Le vaccin, acheminé samedi dans l'Hexagone, sera administré dimanche à quelques dizaines de résidents et à deux médecins de deux structures d'hébergement de personnes âgées.

4 mn

Après le feu vert donné le 21 décembre au produit de l'américain Pfizer et de l'allemand BioNTech par l'Union européenne, presque tous ses Etats membres lancent simultanément leur campagne vaccinale.
Après le feu vert donné le 21 décembre au produit de l'américain Pfizer et de l'allemand BioNTech par l'Union européenne, presque tous ses Etats membres lancent simultanément leur campagne vaccinale. (Crédits : ERIC GAILLARD)

Jour J et lueur d'espoir au surlendemain de Noël: une vingtaine de personnes âgées et de soignants seront les premiers Français à se faire vacciner dimanche contre le Covid-19, au terme d'une année endeuillée par un virus qui a fait plus de 62.500 morts dans le pays. Après le feu vert donné le 21 décembre au produit de l'américain Pfizer et de l'allemand BioNTech par l'Union européenne, presque tous ses Etats membres lancent simultanément leur campagne vaccinale, ouverte avec un jour d'avance par l'Allemagne, la Hongrie et la Slovaquie.

Le vaccin, acheminé samedi dans l'Hexagone sous bonne escorte, était particulièrement attendu en France, où le virus circule activement et la présence de son variant britannique, possiblement plus contagieux, a été confirmée vendredi chez un patient. "Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser flamber l'épidémie à nouveau", a prévenu dans le Journal du dimanche le ministre de la Santé, Olivier Véran. Interrogé sur l'éventualité d'un troisième confinement, il s'est dit prêt à prendre "les mesures nécessaires, si la situation devait s'aggraver". Quoi qu'il en soit, Olivier Véran voit une "très bonne nouvelle" dans le lancement de la campagne de vaccination.

"Ce vaccin protège 95 % des individus contre les cas de forme grave et va sauver beaucoup de vies", a estimé le ministre, satisfait de pouvoir "commencer à protéger les plus fragiles d'entre nous".

Lancement en Seine-Saint-Denis et en Bourgogne-Franche-Comté

Le lancement symbolique de la campagne vaccinale française a lieu dimanche dans deux structures d'hébergement de personnes âgées, l'une située en Seine-Saint-Denis, département qui a payé un lourd tribut au Covid, l'autre en Bourgogne-Franche-Comté, une des régions où le taux d'incidence du virus est le plus élevé. Dans la matinée, une dizaine de résidents de plus de 75 ans de l'unité de soins de longue durée de l'hôpital René-Muret à Sevran (Assistance publique - Hôpitaux de Paris), ainsi qu'un de leurs médecins de plus de 65 ans, se verront administrer une première dose du vaccin. En début d'après-midi, ce sera au tour d'une autre dizaine de pensionnaires du centre gériatrique de Champmaillot, dépendant du CHU de Dijon, et d'un médecin spécialiste âgé de plus de 65 ans, de recevoir à leur tour le Pfizer-BioNTech, baptisé Comirnaty en référence à la technologie employée (ARN messager, mRNA en anglais).

La montée en puissance de la campagne vaccinale sera progressive: elle concernera la semaine prochaine 23 établissements dans les régions de Paris, Lyon, Lille et Tours, avant de s'intensifier pour atteindre une centaine de lieux dans les deux premières semaines de janvier. Le gouvernement s'est fixé d'ici fin février l'objectif d'un million de vaccinés parmi les plus âgés et les plus vulnérables, particuliers et soignants, dans les 7.000 Ehpad et autres établissements assimilés. Suivront "tous les retraités de plus de 65 ans" jusqu'au printemps, puis le reste de la population âgée de 16 ans et plus, toujours sur une base volontaire.

Le gouvernement espère avoir vacciné "15 millions de personnes à l'horizon de cet été", a précisé Matignon samedi, une échéance légèrement retardée par rapport à ce qui avait été envisagé. Au pays de Pasteur, le scepticisme face aux vaccins reste élevé: une majorité de Français (56%) n'envisageaient pas de se faire vacciner contre le Covid-19, selon un sondage BVA publié dimanche par le JDD et réalisé du 11 au 14 décembre.

L'inconnue des nouvelles souches

La vaccination sera-t-elle seulement opérante face aux nouvelles souches du coronavirus ? Tout laisse à "penser que les vaccins (existants) sont efficaces sur ces mutants", a tenu à rassurer samedi la Direction générale de la santé (DGS). La question se pose avant d'autant plus d'acuité que les autorités françaises ont eu la confirmation, au soir de Noël, de ce qu'elles craignaient depuis plusieurs jours: la présence du variant britannique du virus sur leur territoire, à Tours. Le cas concerne un Français résidant habituellement au Royaume-Uni, arrivé de Londres le 19 décembre, selon le ministère de la Santé. Des contaminations similaires ont été signalées en Allemagne, au Liban, au Danemark, mais aussi en Italie, Suède, Espagne, au Japon et au Canada.

Selon plusieurs études présentées au Royaume-Uni, le nouveau variant est plus contagieux que la souche d'origine. L'une d'elles estime que cette contagiosité est supérieure de "50% à 74%" et que cela pourrait avoir des conséquences sur le nombre de décès et d'hospitalisations liées au Covid-19. Mais rien ne démontre à ce stade que cette variante entraîne des formes plus graves.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 28/12/2020 à 20:17
Signaler
En tous cas, plus il y aura de personnes "prioritaires" qui refusent de se faire vacciner, et plus tôt je pourrai me faire vacciner, moi qui ne suis pas prioritaire. Et ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, qui préfèrent porter le masque jusqu'à...

à écrit le 28/12/2020 à 11:50
Signaler
Soit disant que le vaccin anr était en étude depuis 10 ans , manquait plus qu une pandémie pour l activer ( thèse complotiste ) , je vous laisse réfléchir sur les suites . Qui d abord seront pour nier , puis , réfuté facilement , car l argument...

à écrit le 28/12/2020 à 9:24
Signaler
François Bayrou, président du MoDem et Haut-commissaire au Plan, s'est dit favorable dimanche 27 décembre à l'idée d'un passeport sanitaire, qui conditionnerait l'accès de certains lieux à la vaccination contre le Covid-19.

le 28/12/2020 à 18:25
Signaler
L'accès à certains lieux ... et aux transports ! Dailleurs, d'autres mesures de rétorsion sont actuellement dans les cartons pour faire plier les réfractaires : passeport sanitaire pour accéder à un travail ou le conserver, pour souscrire à une mutu...

à écrit le 28/12/2020 à 9:16
Signaler
L'argent n'achète pas tout. De riches Britanniques sont en train d'en faire l'amère expérience, alors que la campagne de vaccination contre la Covid-19 a été lancée outre-Manche il y a plusieurs jours déjà. D'après le Sunday Times et le Daily Mail, l...

à écrit le 28/12/2020 à 9:13
Signaler
Pour ma part à 7 décennies le vaccin est ma priorité pour que l’économie redémarre que les jeunes puissent retrouver leur job, étudier, retrouver leur vie sociale. La Chine est déjà en croissance, les US retrouveront leur dynamisme, l’Allemagne red...

à écrit le 28/12/2020 à 8:07
Signaler
On dirait que plus personne n'a la grippe. Est-elle éradiquée ? La principale peur des états semble être la propagation du virus COVID. Le vaccin protège-t-il contre cette propagation ?

à écrit le 28/12/2020 à 4:42
Signaler
Faisons confiance aux scientifiques, accélérons la vaccination et ne relayons pas les mauvaises langues

le 28/12/2020 à 6:20
Signaler
Exactement, faisons confiance aux scientifiques, comme pour l'hépatite B, la Dépakine, le sang contaminé, responsable mais pas coupable, le mediator, etc, etc...

le 28/12/2020 à 7:57
Signaler
Je pensais que tous les macronistes vivaient désormais terrés puisque Macron le "nous sommes en guerre !" gouvernait par état d' urgence, faux ?

à écrit le 27/12/2020 à 22:08
Signaler
Superbe leçon de démocratie de la part d' un humaniste hors normes, Maitre Carlo Brusa. Il met ainsi toute son énergie et sa passion pour défendre nos droits contre la trilogie masque, confinement, vaccin. Source vidéo « Dans cette co...

à écrit le 27/12/2020 à 18:13
Signaler
«Je croyais que la notion de "consentement éclairé" issue du Code de Nuremberg était indispensable» rappelle C Porteu, à la vue de l'apparente surprise de Mauricette : «ah, faut faire un vaccin ?». Cette pauvre dame a-t-elle seulement conscience de c...

à écrit le 27/12/2020 à 18:02
Signaler
Pourquoi autant de mise en scène,, et peu d infos a part envisager un un confinement. Un autre couac est redouté,pour ne pas avoir pris les bonnes mesures.. L océan ne se vante pas d être salee

à écrit le 27/12/2020 à 17:03
Signaler
Selon le CDC us, centre de contrôle des maladies, au 18 décembre 2020, 3 150 personnes qui ont été vaccinées contre COVID-19 sont devenues « incapables d’effectuer des activités quotidiennes normales ».. Source, Profession Gendarme "Rapport du CDC –...

le 27/12/2020 à 18:00
Signaler
@Gédéon ; Vous avez raison, partons de ce principe et admettons-le. Quellle est alors la réalité matérielle de cette "incapacité" ? Simple "mal de tête", "fièvre", ils sont "patraques" ou ils sont "malades" et "gravement malades" ? Parce que ce n'est...

le 27/12/2020 à 20:35
Signaler
@Britannicus Vous avez tout faux, on parle là de vaccins qui pour la première fois n' ont aucun recul, no nécessaires su on soigne Covid et dont les acteurs se sont désengagés en terme de responsabilités évacuant à l' état cad à ...

le 27/12/2020 à 20:36
Signaler
@Britannicus Vous avez tout faux, on parle là de vaccins qui pour la première fois n' ont aucun recul, non nécessaires si on soigne Covid et dont les acteurs se sont désengagés en terme de responsabilités évacuant à l' état cad à...

le 27/12/2020 à 22:22
Signaler
@Gédéon : je comprends cet argument en terme de "responsabilité". Effectivement il est très surprenant et méritera pour le moins des "explications" ultérieures. Mais pour le reste, on ne peut pas vivre dans la peur, le doute et le refus en permanence...

à écrit le 27/12/2020 à 17:03
Signaler
"se verront administrer une première dose du vaccin". En parlant de dose : C’est un scénario qui semble tout droit sorti de Breaking Bad, la série américaine avec Bryan Cranston et Aaron Paul. Comme le détaille El Pais, un couple de retraités e...

à écrit le 27/12/2020 à 12:50
Signaler
Quelques dizaines en France, plus de 800 000 chez les Anglais, 2 mios aux États Unis, nous sommes les champions

le 27/12/2020 à 18:51
Signaler
@Fredo, il ne vous a pas échappé que la France n'est plus un pays indépendant mais est une région européenne et que ses politiques économique, industrielle et sociale dépendent de Bruxelles. Et que Bruxelles a validé le vaccin il y a quelques jours s...

à écrit le 27/12/2020 à 11:40
Signaler
C'est aujourd'hui que l'on "pique" nos anciens, des questions se posent: Y aura t il des placebo dans le lot? Un décès est il reconnue comme effet secondaire? Nos anciens seront ils capable d'exprimer leur douleur? Comment serons nous rassuré si l'on...

le 27/12/2020 à 17:35
Signaler
@oui mais On va effectivement "piquer" les vieux, comme un animal en bout de course (j'ai pas osé dire les chiens"). Nos anciens, il faut les respecter en évitant de leur faire croire (et à leur proches) une forme d'immortalité grâce au vaccin. Le ...

à écrit le 27/12/2020 à 11:19
Signaler
Le vaccin à la petite semaine, ça ne sert à rien. Les tests, vu le nombre d'asymptomatiques, ça ne sert pas à grand chose si on ne peut pas tester tout le monde même temps. Le confinement strict est une bombe à retardement sociale, économique, mental...

à écrit le 27/12/2020 à 10:54
Signaler
que les ministres se fasse vacciné et les polémiques serons close celui de la santé en premier

à écrit le 27/12/2020 à 10:43
Signaler
A part le gars qui serait sorti de un an de coma, je ne vois pas trop qui ne le sait pas.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.