Crise énergétique : Macron tacle le patron d'EDF Jean-Bernard Lévy

Le président Emmanuel Macron a dénoncé lundi, sans le nommer, les propos "inacceptables" de l'actuel PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, qui s'était montré très critique sur la stratégie de l'Etat pour le parc nucléaire français à quelques semaines de son départ. Emmanuel Macron a exhorté lundi les Français à "être au rendez vous de la sobriété" pour éviter les rationnements en gaz et électricité cet hiver, invoquant dans cette lutte la solidarité entre les pays européens.
(Crédits : POOL)

Jean-Bernard Levy était déjà dans le collimateur de Bruno Le Maire, il est également dans celui d'Emmanuel Macron. Ce lundi devant la presse, le président a dénoncé, sans le nommer, les propos « inacceptables » de l'actuel PDG d'EDF, qui s'était montré très critique sur la stratégie de l'Etat pour le parc nucléaire français à quelques semaines de son départ.

« C'est absolument inacceptable que les gens qui ont eu la responsabilité des travaux de maintenance du parc (expliquent) aujourd'hui que nous n'avons pas pris nos responsabilités, parce que dès les premiers mois de mon premier mandat nous avons redonné de la visibilité à la filière », a dénoncé le chef de l'Etat, alors que plus de la moitié des réacteurs nucléaires français sont à l'arrêt pour maintenance, notamment pour un problème de corrosion important.

« Je vais vous dire simplement que les travaux de maintenance, s'ils avaient simplement été faits correctement sur le reste du parc, nous n'aurions même pas cette discussion aujourd'hui », a-t-il poursuivi en assurant que la décision de la fermeture du site de Fessenheim, « la plus vieille centrale » du parc nucléaire, n'était pas « un sujet ».

Lire aussiEDF : l'Elysée dans la dernière ligne droite pour trouver un successeur à Jean-Bernard Lévy

« Préparez-vous à fermer des centrales »

« Chacun doit prendre ses responsabilités; pour ma part, je les ai prises (...). Les travaux de maintenance du parc existant ne sont en rien conditionnés à la création, la décision de nouveaux réacteurs nucléaires que j'ai prise en fin de (premier) mandat (...) Ce que j'ai entendu dans le débat public ces dernières semaines est inacceptable parce que c'est faux et irresponsable », a-t-il encore ajouté. Sans le nommer, le président a en tout état de cause visé Jean-Bernard Lévy, dont les noms des successeurs à la présidence et à la direction générale d'EDF ne sont pas encore connus mais sont attendus prochainement. Ce dernier avait critiqué, lors des Rencontres des entrepreneurs de France du Medef, fin août, le manque de vision stratégique de long terme de l'Etat sur le nucléaire.

« On n'a pas de problèmes d'expertise, les compétences, les experts on les a (...) On a beaucoup de chantiers en parallèle et d'une certaine manière, on manque de bras, parce qu'on n'a pas assez d'équipes formées (...) Un soudeur, un tuyauteur, il faut deux-trois ans pour le former », avait-il développé. « Et pourquoi on n'a pas assez d'équipes formées ? Parce que l'on nous a dit que le parc nucléaire va décliner, "préparez-vous à fermer des centrales"», avait-il assuré.

Sobriété : « On doit tous se bouger! »

Par ailleurs, Emmanuel Macron a exhorté les Français à « être au rendez-vous de la sobriété » pour éviter les rationnements en gaz et électricité cet hiver, invoquant dans cette lutte la solidarité entre les pays européens. « Il ne faut pas jouer sur la peur, on n'est pas dans cette situation » de rationnements, a assuré le président.

« Nous avons notre destin en main parce que, depuis le mois de février, on a fait beaucoup de choses et parce que si on arrive à être au rendez-vous de la solidarité et de la sobriété", "la solution est dans notre main », a-t-il ajouté.

« On doit tous se bouger! », a-t-il poursuivi, en appelant à « changer les comportements » comme celui de « mettre la climatisation un peu moins fort » et « le chauffage un peu moins fort que d'habitude » lorsqu'il fera froid, citant la température de 19 degrés.

« Si nous savons collectivement nous comporter de manière plus sobre et faire des économies d'énergie partout, alors il n'y aura pas de rationnement et il n'y aura pas de coupures », a insisté le chef de l'Etat, en rappelant l'objectif de réaliser »10% d'économie d'énergie". Trois jours après avoir présidé un Conseil de défense énergie, Emmanuel Macron s'est entretenu lundi par visioconférence avec le chancelier allemand Olaf Scholz afin de s'entendre sur des solutions pour faire face à l'éventualité d'un arrêt total des livraisons de gaz russe. Il a annoncé que la France s'engageait à livrer davantage de gaz à l'Allemagne, qui pourrait en retour lui fournir de l'électricité si la crise énergétique le nécessitait cet hiver.

« Nous allons finaliser les connexions gazières pour pouvoir livrer du gaz à l'Allemagne (...), s'il y avait un besoin de solidarité », et cette dernière « se mettra en situation de produire davantage d'électricité et de nous (en) apporter dans les situations de pic », a-t-il expliqué.

Emmanuel Macron s'est également déclaré « favorable à des pratiques d'achat commun du gaz » en Europe, pour acheter "moins cher", ainsi qu'au plafonnement du prix du gaz russe livré par gazoduc.

« Mécanisme de contribution européenne »

Il s'est en outre dit lundi favorable à ce que l'UE impose une contribution sur les opérateurs énergétiques qui feraient des « bénéfices indus » avec la flambée des prix de gros de l'électricité sur le continent, à l'unisson de l'Allemagne.

« Nous défendons un mécanisme de contribution européenne (...) qui serait demandée donc aux opérateurs énergétiques », a déclaré Emmanuel Macron, alors que la Commission européenne prépare son propre plan pour contenir la flambée des prix de l'électricité vue cet été. Plutôt qu'une taxe nationale sur les superprofits, la France soutient donc un mécanisme non fiscal, et harmonisé au niveau européen, qui permettrait de récupérer une partie des bénéfices engrangés par des producteurs d'électricité renouvelable ou nucléaire qui produisent aujourd'hui une électricité à bas coût mais revendue à des prix records. Les prix européens de l'électricité, quelle que soit son mode de production, sont en effet corrélés au prix du gaz qui atteint depuis la guerre en Ukraine des sommets historiques.

« Cette contribution pourrait ensuite être reversée aux États pour financer leurs mesures nationales ciblées », envers les ménages et les entreprises, du type bouclier tarifaire, a-t-il expliqué.

L'Allemagne, dont le chancelier Olaf Scholz a parlé à Emmanuel Macron lundi, défend également ce type de mécanisme auprès de la Commission. Si l'Union européenne n'adoptait pas une telle contribution spéciale sur les opérateurs énergétiques, alors « on reviendra à des débats nationaux », a dit le président français, qui écarte bien pour l'instant la création d'un impôt français spécial sur les entreprises du secteur énergétique.

« Pour réduire la volatilité des prix, il nous paraît indispensable d'avoir des mesures de lutte contre les pratiques spéculatives », a ajouté le chef de l'Etat, évoquant les très vives variations de prix des dernières semaines en Europe. « Notre souhait est qu'il puisse y avoir des mécanismes de contrôle de ces opérations spéculatives au niveau européen ».

Le président Macron a par ailleurs déclaré ne pas voir « d'évidence » au « besoin » d'un nouveau gazoduc entre la France et l'Espagne, le projet Midcat, soutenu par Madrid et Berlin mais vu d'un œil méfiant par Paris. En Europe, « on a besoin de plus d'interconnexion électrique » mais « je ne suis pas convaincu qu'on ait besoin de plus d'interconnexion gazière, dont les conséquences, en particulier sur l'environnement, et en particulier sur l'écosystème, sont plus importantes », a-t-il expliqué. Concernant Midcat, « il n'y a pas d'évidence de besoin, il n'y a pas d'évidence aujourd'hui, pas d'évidence demain, il y a de vraies difficultés ».

(Avec AFP)

Lire aussiÉlectricité : pourquoi l'appel des fournisseurs alternatifs à rejoindre EDF risque d'aggraver la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 37
à écrit le 29/09/2022 à 18:19
Signaler
Cette image de M. Macron avec ses petits poings se retrouve un peu partout pour montrer sa détermination. J'avoue qu'elle est d'autant plus ridicule que, lorsque l'on a de l'autorité, elle s'impose d'elle-même sans avoir recours à des gestes théâtrau...

à écrit le 08/09/2022 à 12:53
Signaler
fermer fessenheim pour faire plaisir au x ecolos ckwa

à écrit le 08/09/2022 à 12:53
Signaler
fermer fessenheim pour faire plaisir au x ecolos ckwa

le 15/09/2022 à 13:45
Signaler
La France aurait pu etre plus ambitieuse sur les eoliennes offshores ,comme la Chine et les USA principalement. Discuter sur une technologie chere, complexe, mal maitrise et alimentee par de l uranium importe est une aberration . Meme des pays ,comme...

à écrit le 06/09/2022 à 23:11
Signaler
Dix ans de macronisme et il ne restera rien des atouts que bien des pays nous enviaient. Electricité nucléaire peu chère et décarbonnée, école de premier plan, performances industrielles dans tous les domaines très techniques grâce à des ingénieurs ...

à écrit le 06/09/2022 à 15:45
Signaler
Ce n'est pas parce qu'on est jupiter que l'on doit tordre la vérité. Le président a pris des options telles que la fermeture de Fessenheim qui s'avérent aujourd'hui calamiteuses donc si on parle d'assumer ses responsabilités on ne les fait porter sur...

à écrit le 06/09/2022 à 15:42
Signaler
Macron est responsable des gros problèmes du nucleaire. C'est lui qui a décider de réduire le nbre de réacteurs mais tel un gosse il nie ses responsabilites

à écrit le 06/09/2022 à 12:19
Signaler
Il n'y a pas que la gestion de la maintenance des centrales nucléaires qui pose problème, mais aussi la gestion des provisions pour la construction de nouvelles centrales nucléaires lorsque les 40 ans de durée de vie initialement prévue qui semblent ...

à écrit le 06/09/2022 à 10:39
Signaler
Mes biens chers frères, mes bien chères soeurs.. jetskieurs... Au fait, si l'on causait manipulation des esprits.. parce que la maintenant tout le monde en veut des centrales nucléaires.. tout le monde en veut des epr.. toute ces " communications " d...

à écrit le 06/09/2022 à 9:49
Signaler
Je crains que JB Lévy ait totalement raison… on ne conduit pas la politique énergétique d’un pays que sur les dix prochaines années !! La doxa qui régnait lors de l’arrivée au pouvoir de l’actuel Président, et suite au mandat Hollande, c’est que l’én...

à écrit le 06/09/2022 à 9:15
Signaler
On comprend pourquoi personne ne veut le poste de Levi, avec l’état qui impose sa politique et qui après n’assume pas ses choix et cherche un bouc émissaire pour se disculper. Nos dirigeants non seulement sont incapables mais en plus lâches. Notre ha...

à écrit le 06/09/2022 à 9:02
Signaler
Avant de ponctionner les "superprofiteurs" on pourrait leur demander de baisser leurs prix. La redistribution des richesses profiterai à tout le monde sans passer par les ponctions/redistributions de l'état. En ce qui concerne le manque d'effectif d...

à écrit le 06/09/2022 à 9:01
Signaler
Les gouvernements français successifs ont mis en œuvre une politique de libéralisation de l’électricité et du gaz, qui consiste à introduire la concurrence sur la production et sur la commercialisation. Les grands monopoles publics EDF et GDF étaient...

à écrit le 06/09/2022 à 8:50
Signaler
"Un soudeur, un tuyauteur, il faut deux-trois ans pour le former », avait-il développé. " Le CAP soudeur a été fermée par l’Éducation nationale en 1988.

à écrit le 06/09/2022 à 6:28
Signaler
Pour faire accepter des choix difficiles et coûteux pour les français le président n’assume pas les choix désastreux auquel il a participé et trouve un bouc émissaire tout désigné le PDG d EDF Mais que faisait l’état actionnaire il detricotait le nu...

à écrit le 06/09/2022 à 0:40
Signaler
Il a raison dans le milieu des élites auto- proclamées on ne se critique pas, surtout devant le peuple .La ligne directrice c'est : Nous sommes tous des génies et tout ce que nous faisons est bien mais le peuple ne peut pas le comprendre a cause des ...

le 06/09/2022 à 8:01
Signaler
ok mais c'est bien l'incompetences de m hollande et macron et la fermeture d(une central nucleaire ainsi que l'abandon de super phoenix qui est la cause. et la programation de fermeture de14 reacteur ou encore la lachete voir la corruption des i...

le 07/09/2022 à 8:38
Signaler
mais quand on se dit chef de guerre on assume les erreurs de ces subordonnes. et surtout accepter les siennes ce qui n'est pas a l'honneur de m macron de se degarger de ces fautes

le 07/09/2022 à 8:38
Signaler
mais quand on se dit chef de guerre on assume les erreurs de ces subordonnes. et surtout accepter les siennes ce qui n'est pas a l'honneur de m macron de se decharger de ces fautes

à écrit le 05/09/2022 à 23:21
Signaler
François Asselineau @UPR_Asselineau · Asselineau confirme mes propos "Lévy est un X-Télécom. Il en a la rapidité intellectuelle et la rigueur. Il n'a agi à la tête d'EDF que sur les ordres exprès de Macron. C'est Macron,et lui seul,le re...

à écrit le 05/09/2022 à 22:33
Signaler
Le premier qui la vérité il sera exécuter ... sport favori de macron et de sa bande de clown à roulettes : faire porter le chapeau de leurs erreurs aux autres ... Pitoyable

le 06/09/2022 à 11:42
Signaler
quand une personne n'a pas d'honneur il balance la responsabilite sur la 1 ere venue ce qui explique la zizanie de la sncf entre etat ,region et entreprise et vient la concurence puis les services et avec un tel desordre vous vouler imposer au cl...

à écrit le 05/09/2022 à 21:43
Signaler
Quelle lâcheté de la part de l' affameur socialiste Macron qui a délégué sa souveraineté à l' ue ; à quel moment Macron a t-il bougé quand l' UE commandait à la France de dépiauter edf et de vendre son électricité à ...

à écrit le 05/09/2022 à 21:43
Signaler
cela ressemble fort a deux petits garçons de 7 ans qui se rejettent la responsabilite de ce desastre economo-financier de centaines de milliards d euros. Erreur stategique grossiere du paquebot France. C est bien connu; les rats quittent le bateau av...

à écrit le 05/09/2022 à 21:40
Signaler
C'est sûr que pour l'état, c'est plus dur et moins confortable de s'attaquer à Jean-Bernard Lévy, patron d'EDF, qu'à ce pauvre professeur Raoult ...

à écrit le 05/09/2022 à 21:35
Signaler
Levy a raison et en même temps il était aux manettes. Il aurait aussi pu renverser la table, mais les priorités étaient sans doute ailleurs et Poutine pas encore belliqueux.

à écrit le 05/09/2022 à 20:38
Signaler
Un article une fois montrait que les jeunes ne prenaient plus la filière nucléaire comme formation, vu que ça devait décliner pour du tout renouvelable, sauf qu'il faut quand même des compétences pour la maintenance, tant que ça existe, puis le déman...

à écrit le 05/09/2022 à 20:36
Signaler
les socialistes sont des minables en dessous de tout! ils te coulent ca dans la rigolade generale, avec la dinde de service qui n'a plus sa place sur le scooter de porcinet 1er, l'entreprise va au tas vu qu'on l'y envoie, puis les memes viennent se p...

à écrit le 05/09/2022 à 20:31
Signaler
L'évidence du projet Midcat tient plus à l'hydrogène qu'au gaz naturel. Espagne, Italie Suisse et Allemagne devront financer un pipeline sous-marin pour contourner notre territoire. De même que l'Angleterre devra contourner la France par l'atlantique...

le 05/09/2022 à 23:42
Signaler
Nous avons des panneaux de longue date; vous pouvez les oublier de décembre au 15 février..

à écrit le 05/09/2022 à 20:28
Signaler
Personne n'est véritablement responsable mais la France s'est prise pour un grand pays vertueux sans en avoir les moyens.

à écrit le 05/09/2022 à 20:16
Signaler
Bonjour, Dans tous les cas, EDF est responsable de l'entretien et du contrôle des réactions nucléaire... Donc ils n'y a pas a chercher de responsable, s'est EDF , avec ses équipes spécialiste... Bien sûr ils ne faut pas le dire..''

le 05/09/2022 à 22:14
Signaler
Bonjour, le patron d'une entreprise étant nommé par les actionnaires, qui est responsable si le patron ne fait pas son travail? (rappel : EDF est détenu à 84% par l'Etat...).

le 23/09/2022 à 13:51
Signaler
Ben toujours le patron, si j'engage un gars pour monter un mur et qu'il me fait un muret de 40cm, c'est pas ma faute.

à écrit le 05/09/2022 à 20:13
Signaler
Il faut le dire très clairement, Mr Macron et ses prédécesseur ont organisé la pénurie d’électricité que nous connaissons actuellement en France. Avoir fait fermer Fessenheim et indiqué a Edf qu'il devait fermer 14 réacteur nucléaire a contribué fort...

à écrit le 05/09/2022 à 20:11
Signaler
Et pourtant, le conseiller économique de François HOLLANDE a une responsabilité éminente dans cette débâcle. Bon, il n'est pas le seul, ses prédécesseurs à l'Elysée, de "gauche" comme de "droite", n'ont pas vraiment affirmé leur position et n'ont mi...

à écrit le 05/09/2022 à 20:11
Signaler
Comme c'est facile de tacler ceux qui ont raison; mais en reprenant l'idée a son compte! Tout sonne faux! On a ressentie un chantage dans son discours!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.