Croissance : l’embellie surprise de l’hiver peut-elle se prolonger ?

 |   |  1233  mots
La reprise sera-t-elle durable ?
La reprise sera-t-elle durable ? (Crédits : reuters.com)
Le PIB de la France a fait un bond de 0,6% au premier trimestre, dépassant toutes les prévisions. La reprise sera-t-elle durable ? Peut-être.

Une hirondelle fera-t-elle le printemps ? Au premier trimestre, le PIB a progressé de 0,6%, dépassant de 0,2 point la prévision de l'Insee.

Les moteurs de la croissance hivernale ? La consommation des ménages, essentiellement. Portée par le faible niveau de l'inflation, celle-ci a progressé de 0,8%, obligeant les entreprises à reconstituer leurs stocks. C'est particulièrement le cas dans le secteur manufacturier. « Au premier trimestre 2015, la production totale de biens et services croît de 0,7 %, après avoir stagné fin 2014. La production manufacturière accélère vivement (+1,3 % après +0,1 %), notamment dans les « matériels de transports » (+5,6 % après -2,4 %). La production d'énergie rebondit également. Dans les services marchands, la production accélère plus modérément (+0,6 % après +0,3 %) », précise l'Institut.

Malheureusement, ce dynamisme ponctuel de l'économie française ne repose que sur la consommation des ménages.

En effet, les exportations signant une hausse limitée de 0,9%, le commerce extérieur continue de peser sur l'activité, retirant 0,5 point de PIB à la croissance trimestrielle ! Sur la période, conséquence de la forte fréquentation des Français dans les magasins, les importations ont augmenté de 2,3%.

L'investissement des entreprises ne décolle pas

Quant à l'investissement, il reste en berne. Celui des entreprises n'a augmenté que de 0,2% entre janvier et mars. Celui des ménages a poursuivi sa chute, reculant de 1,2%. Il s'était replié de 5,3% en 2014, accentuant les difficultés de la construction, déjà marquée par l'austérité imposée aux collectivités locales.

Cette performance s'explique également par un effet de rattrapage, l'activité ayant stagné au quatrième trimestre 2014.

Cette embellie peut-elle se prolonger au printemps et au second semestre ? L'activité peut-elle accélérer, dynamitant la prévision annuelle de croissance du gouvernement fixée à 1%, jugée plutôt prudente par la plupart des économistes ? Il faut l'espérer. Seule une reprise durable pourrait inciter les entreprises à investir et à embaucher à nouveau. En effet, pour l'instant, l'économie française affiche une croissance sans emploi.

Rééditer cette performance sera délicat, mais pas impossible. Les facteurs positifs, laissant espérer une accélération de la croissance, sont assez nombreux. Avec un retour de la confiance, on pourrait même espérer que la France voit enfin son modèle de la croissance s'équilibrer et ne plus reposer sur la seule solidité de la consommation des ménages.

Un nouveau modèle de croissance ?

Une consommation qui, à moins d'une surprise, devrait rester solide au cours des prochains trimestres, toujours stimulée par la légère augmentation du pouvoir d'achat. Les cours du brut remontent certes actuellement, mais leur niveau actuel reste encore assez faible.
L'investissement des entreprises pourrait également retrouver quelques couleurs. Le 16 avril, le Sénat a voté l'amendement au projet de loi Macron, instaurant le dispositif de suramortissement des investissements annoncé une semaine plus tôt par Manuel Valls, le Premier ministre. En vigueur pendant un an seulement, cette mesure qui permet de majorer de 40% le montant des amortissements et donc de réduire leur base taxable pourrait inciter les entreprises à moderniser leur outil de production.

Le gouvernement est serein. " Les industriels anticipent désormais une progression de l'investissement de + 7 % cette année, soit 4 points de plus que lorsqu'ils furent interrogés en janvier. En soutien à ce redémarrage, la politique monétaire conduite par la Banque centrale européenne induit des conditions de financements très favorables pour les entreprises avec un taux moyen de nouveaux crédits à un niveau historiquement bas (1,8 %) et qui se traduit par une accélération des demandes de crédit depuis plusieurs mois (+ 2,9 % d'encours de crédit en février sur un an), en particulier de crédits de trésorerie (+ 5,9 %) ", explique le gouvernement dans le compte-rendu du Conseil des ministres publié ce mercredi.

Le made in France peut-il conquérir le monde ?

Le commerce extérieur pourrait également stimuler la croissance. Les effets de la dépréciation de l'euro face au dollar offre quelques gains de compétitivité-prix aux entreprises françaises qui exportent hors de la zone euro. Une compétitivité-prix que les allégements de cotisations patronales contenus dans le pacte de responsabilité en vigueur depuis le 1er janvier ainsi que la montée en puissance du crédit d'impôt pour la compétitivité (CICE) ont déjà renforcé, permettant à la France d'afficher un coût du travail dans le secteur manufacturier moins élevé qu'en Allemagne, son principal partenaire et concurrent. Selon COE-Rexecode, le coût de l'heure de travail s'élevait au quatrième trimestre 2014 à 37,10 en France et à 38,43 euros en Allemagne.

Si l'on ajoute à ces éléments les éventuels effets positifs sur l'activité de la loi pour la croissance et l'activité - la loi Macron -, notamment l'assouplissement du travail dominical et en soirée et la libéralisation du secteur du transport routier, on peut espérer une accélération continue de l'activité.

La reprise est donc une réalité ? Toutes ardeurs, il faut modérer. Aucune des hypothèses évoquées précédemment n'est très solide. Commençons par la consommation des ménages. Que feront-ils si l'emploi continue de se dégrader, sachant que l'OFCE estime à 170.000 le nombre de personnes en sureffectif dans les entreprises ? Ils troqueront leurs habits de cigales pour celui de la fourmi. Leurs investissements immobiliers seraient davantage encore retardés.

L'investissement toujours à la peine ?

Pour quelles raisons l'investissement des entreprises décollerait-il ? Le taux d'utilisation des capacités de production reste peu élevé (81,8% selon l'Insee) car les carnets de commandes sont actuellement peu garnis, tant en France qu'à l'international. La France compte trop peu d'entreprises exportatrices - 121.000 environ selon les Douanes contre 310.000 en Allemagne - pour que le commerce extérieur devienne un moteur à part entière de la croissance.

Par ailleurs, les prévisions de l'Insee en matière d'investissement doivent être prises avec des pincettes. Depuis la crise de 2008-2009, ses résultats sont régulièrement revisés à la baisse.
Interrogés dans le cadre du baromètre Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1 dans le cadre de la " Grande consultation ", 47% estiment que cet outil peut en effet stimuler l'investissement. Mais ils sont 42% à penser exactement le contraire ! Pire, ils sont 71% à ne pas avoir l'intention d'utiliser ce dispositif.

Les planètes sont-elles encore alignées ?

Même les facteurs de soutien exogènes à la croissance sont fragiles. Certes, le niveau des cours du brut reste peu élevé. Mais ils remontent presque aussi brutalement qu'il se sont repliés à partir de l'été 2014. Le prix du Brent a bondit de 21% depuis le mois de mars. Les tensions géopolitiques en Libye, au Yemen et en Irak, la réduction probable des forages aux Etats-Unis sont des facteurs qui alimentent le mouvement haussier actuel.

La dépréciation de l'euro face au dollar peut-elle se prolonger ? Personne n'a la réponse. Si la reprise se confirme dans la zone euro, et que la croissance américaine actuellement vigoureuse ralentit, une remontée du taux de change euro/dollar n'est pas à exclure.

L'actuelle faiblesse des taux d'intérêts d'emprunts perdurera-t-elle ? Malgré la politique d'assouplissement quantitatif mise en place par la Banque centrale européenne (BCE), rien n'est moins sûr. La remontée brutale des taux souverains commence à inquiéter les marchés. Si elle se confirmait, les espoirs d'une reprise durable seraient contrariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2015 à 22:22 :
Que peuvent faire les chômeurs français productifs avec un gouvernement qui en augmente le nombre et qui fait des fonctionnaires. On perturbe la société et on martyrise le citoyen. On dit que pétrole c’est la croissance, et on annonce une fermeture de raffinerie, on en aurait fermé beaucoup. Si on fait fermer des entreprises, on détruit le travail de nombre de français sans sécurité d’emploi, est-ce de la justice ? A quand une inversion des valeurs en positif, pas des baisses de salaire, mais des hausses, une révision du point à l’avantage des jeunes, une augmentation de la construction qui baisse en France et augmente ailleurs, la reprise par l’Etat c’est quoi ? On fait dans la république des paroles, du petit blabla de palais sur la croissance. On fait l’Europe mais on oublie que des migrants viennent par le sud, sans frontière fait-on du trafic de drogue international pour financer des mouvements politiques, on a déjà vu ça, il y aurait des soupçons avec le Kennedy, avec une cervelle au plafond. A l’époque de Ravaillac il fallait approcher le tyran ? D’autres se font débarquer par la population. Un directeur bête ça sert à quoi ? L’Europe n’est-elle pas une lanterne rouge de croissance ? Un tas de cancrelas au chômage, du travail de petit boomer kmerde. On relance la bourse, c’est pour faire des bulles pour faire péter le système ? On nous parle aux usa d’une crise financière à venir… on fait du prêt de cavalerie avec un record de faillites ? On appelle cela des élites, on aurait des chefs inamovibles qui feraient de la mauvaise pitance, à quand la circulation ? A quand une inversion du point d’indice ? Il parait qu’on importe du pétrole, on ne sait pas raffiner ou bien travailler c’est trop dur, ou alors nous sommes abêtis par le crétinisme institué ? Pour les dépenses on aurait une hausse… dans les sondages, on demande une baisse. Bruxelles des efforts en terme de déficit… alors l’austérité, on empire les conditions de vie ? A quand des indemnités aux diplômés alors que nous faisons de la perte en termes de pib. On nous fait des logghorées verbales dans les palais à fabriquer le chômage et en Europe des banques ruinent les comptes d’épargne et demandent aux autres pays de payer… Ne fait-on pas des absurdités, la prime à la destruction économique ?
a écrit le 15/05/2015 à 21:35 :
Je ne suis pas économiste mais j'aurais besoin d'une explication. La croissance du 3ème trimestre a été diminué de 0.1 point et celle du dernier trimestre de 0.2 point. Cela n'a-t-il pas joué sur le chiffre donné par l'INSEE ?
Admettons que le chiffre du 31 décembre soit 1.
S je diminue le chiffre du T4 de 0.2 j'obtiens 0.98 de croissance.
Si je diminue de 0.1 le T3 je me retrouve à 0.97 de croissance
Avec une croissance de 0.6 au premier trimestre je suis à donc à 1.3 de croissance c'est le miracle.
Si les chiffres INSEE n'avait pas été rectifiés nous aurions eu un croissance de 0.3 point en passant de 1 à 1.3 !!! Exactement le même mais moins glorieux !!!
Merveilleux les statistiques. Pour progresser il suffit de rabaisser les chiffres antérieurs. Cela me fait penser à l'admission de la Grèce dans la zone euro !!!!
a écrit le 15/05/2015 à 19:53 :
croissance ..." embelie surprise "...
moi je crois que l'on vient ( Sapin ) d'inventer : " la croissance glissante " ...
on croit ( et on le croit aussi ) ...
quelques mois plus tard , on nous annonce que finalement la croissance ...ce n'etait pas c'a ...
en fait , forcement , celà renforce la noouvelle croissance que l'on nous annonce !
d'ailleurs , un indice :
comment peut on ... annoncer : 0,6 % sur 1 trimestre , et maintenir 1 % sur l'année ?
il faut oser ? non ?
Sapin , non seulement il nous " vend du vent " , mais il le fait en nous prenant pour des débils mentaux !
a écrit le 15/05/2015 à 18:36 :
juste une belle arnaque pas tout dit ni tout vu ?
a écrit le 15/05/2015 à 17:53 :
Pourquoi ne pas engager un jugement pour allocations non payées, chômage non indemnisé, revoir le calcul des retraites, supprimer le système à 1 cotisé 3 de pension, revoir le point d’indice à l’avantage des actifs en supprimant les retraites alors que les jeunes sont sans droit avant 25 ans. La génération feignasse du baby-boom peut se promener en tutu et n’est plus active. Et on imaginer qu’ils remboursent leur dette et payent 80 milliards de déficit avec un petit camp de dégraissage des commissions comme un fakir sur un barbe quiou d’un Etat pondéreux. et le paiement d'indemnités au chômeurs prélevés sur les fonctionnaires.

Le PIB N'EST-IL PAS UNE VUE DE L'ESPRIT?
a écrit le 15/05/2015 à 17:44 :
On nous publie que la relance est dans la moyenne. Seulement en moyenne la croissance française est faible. Pourquoi l’Etat ne relance-t-il pas autant que les autres pays et qu’il n’y aurait de réformes pour la création de 6 millions d’emplois, on pourrait imaginer 6 millions de pré-retraites. On parle forces vives, y a-t-il vampirisme du travail ? Pendant qu’on fait des fonctionnaires on ferme des emplois productifs, est-ce d’utilité publique ? On fait le cancre de la croissance, la traite des français, le donjon européiste, le stgnationisme, le terrorisme d’Etat ?
a écrit le 15/05/2015 à 15:29 :
En Angleterre le taux de chômage est à 5,5% en Allemagne à 4,6% et en France à 10,6% il va falloir beaucoup plus qu'une embellie surprise pour rejoindre nos amis Allemands et Anglais dans l'emplois!
a écrit le 15/05/2015 à 14:26 :
Si seulement c'était le début du renouveau !! En regardant les taux de croissance trimestrielle publies par l'INSEE, on a une tendance générale légèrement positive avec quelques exceptions : 1er trimestre 2011, 2ème trimestre 2013 qui montrent des pointes plus fortes de croissance. Ce 1er trimestre 2015 on est dans une de ces pointes mêmes si dans les trimestres à venir on reste dans une tendance un peu plus positive qu'avant due au fameux alignement des planètes........
a écrit le 15/05/2015 à 10:22 :
je sais que l'IFRAP a un prisme très libéral (mais après tout c'est pas un crime) , il n'en demeure pas moins que leur analyse du PNB, T1 , argumentée et fouillée,mérite d’être lue ; après on est d'accord ou pas d'accord avec eux

http://www.ifrap.org/budget-et-fiscalite/06-de-croissance-lanalyse-de-lifrap
Réponse de le 15/05/2015 à 19:19 :
que l'Ifrap s'attaque a critiquer la finance obèse qui tue l'économie réelle,après on lui pretera oreille
Réponse de le 15/05/2015 à 21:08 :
l'Ifrap s'attaque déjà a critiquer l'Etat obèse ,si on a un peu de temps après, on s’occupera de la Finance.
a écrit le 15/05/2015 à 1:26 :
Les troll, dès qu'on a le dos tourné, ca pullule!
Mais ou sont donc mes alliés anti-troll? Couchés certainement.
Moi aussi, j'y vais, je bosse ce vendredi.
Sur un casque spécial troll, à compensation neuronale et recyclage de crottes de nez.
Marché estimé sur la France: 10 millions d'exemplaires.
LOL
Réponse de le 15/05/2015 à 10:43 :
Et vous, n’êtes-vous pas vous-même un troll ?
a écrit le 14/05/2015 à 21:40 :
Ah, les prévisions ! Moi aussi , je sème en fonction des prévisions météo, en contant sur mes semences, sur les ravageurs du jardin et je travaille le sol avec l'espoir de récolter ! Mais ,pour notre croissance ,je sais combine nous disposons chaque mois et nous ne dépensons pas plus ,bien au contraire ,nous prévoyons pour les coups durs ! N'est ce pas pour cela que nous élisons nos députés, nos dirigeants ?
D'accord je n'avancerait pas que les chiffres ont été manipulés, somme toute, je suis du type BCBG, un être humain poli et civilisé jusqu'aux os. Mais (il y a toujours un "mais) comme nous disait l'oncle de la belle-soeur de mon collègue de travail, si vous avez la tête dans le sable, votre c*l est à l’air.
Les chiffres définitifs 2014 seront communiqués par l'Insee en mai 2017 ! Les chiffres donnés par l'Insee sont avec une marge de ou - 0,2% ! Beaucoup de commentaires sont donc sans objet.
a écrit le 14/05/2015 à 21:22 :
Un bon !!!
Ah oui 0.6 alors que la marge est de 0.3
Et meme a 0.6 c'est pas glorieux quand on annonce la baisse du chomage depuis 2 ans
Malheureusement Hollande n'a rien en 3 ans le bazar du CICE qui arrive au moment du bilan est illisible
Le pacte sera en action en 2017 et ce n'est que des promesses

En clair 5 ans de perdu Apres les 5 ans perdu par Sarkosy
a écrit le 14/05/2015 à 20:04 :
Il y a reprise un peu à cause du livret A qui est tombé à 1 %, les gens ont dépensé cet argent qui dort. Nous, nous avons liquidé ce livret pour l'achat d'une voiture et ce n'est pas demain la veille que nous allons en changer. Le livret A, lui, est à zéro pour longtemps.
a écrit le 14/05/2015 à 19:44 :
On parlera d' embellie lorsque le chômage sera autour de 5% en France et là c' est pas pour demain, dans un pays immobile sans aucune réforme, je prends tous les paris du monde !!!!!!!!!!!
a écrit le 14/05/2015 à 18:59 :
Surprise et bien oui car encore une fois les politiques comme les grands!!économistes n'avaient pas vu venir ce chiffre. Cela prouve également que les ordinateurs de Bercy tournent mal et que le politique qui nous parle en permanence de son CICE ou de Pacte de Responsabilité est pour rien dans cette nouvelle. Conclusion on navigue à vue rien de bien nouveau cela fait 40 ans que la France politique et économiste!!!! sont en conflit avec les chiffres.
a écrit le 14/05/2015 à 15:54 :
Il est urgent pour la droite et l’extrême droite de minimiser ce bon résultat.
Que la France fasse mieux que l'Europe, l’Angleterre, l'Allemagne, l'Italie ou les USA, tout cela ne compte guère contre la volonté de revanche de l'opposition.. Sus aux bonne nouvelles pour la France ! Quelle honte !
Réponse de le 14/05/2015 à 16:23 :
Hollande freine la croissance. Les socialo écolo gauchistes sont les ennemis des entreprises et de l'emploi sain. Ils ne pensent qu'aux fonctionnaires, terres électorales de gauche. Egoisme quand tu nous tiens !
Lâche, vil et méprisable comportement de gauche
Réponse de le 14/05/2015 à 17:14 :
Ce "bon résultat" résulte d'une hausse de la consommation des ménages longtemps retenue. La production manufacturière en hausse, grâce aux matériels de transport, aurait dû être bien plus importante si les facteurs ayant poussé à la délocalisation étaient supprimés. Aucune réforme de structures donc aucune chance (sauf Rafales) de remonter une puissance industrielle sans quoi il n'y a pas de puissance économique (et de gains à redistribuer favorisant la consommation des ménages). Les services ne donnent généralement pas lieu à une production de richesse brute (juste transferts dans le même cercle fiscal) sauf à être rendus à l'export en grandes quantités ou par l'attrait de touristes étrangers! On n'augmente pas le PIB de la famille en distribuant de l'argent de poche aux enfants!
Réponse de le 14/05/2015 à 22:08 :
@ Tribun : votre analyse est tout à fait correcte, bravo ! celle de Patriot9 est à côté de la plaque.
Réponse de le 15/05/2015 à 20:04 :
Bonsoir, Patriot9 vous êtes un comique car en fait droite et gauche extrême ou pas ce n’est que la même mayonnaise. Vous avez dans les rangs de l’UMP le sire Philippe Dallier élu de l’inutile Sénat, l’assemblée à caser les refoulés des partis, élus par les copains et parfois coquins, un triste sire encore un, qui pourrait avoir un banc à gauche qui vient de trouver encore une nouvelle taxe les sites de vente type Bon Coin et autres et oui Monsieur vous laissez entendre que vous n’aimez pas la gauche mais vos « poulains » ne sont pas mieux souvenez vous sous M. Fillon l’homme accroché aux branches de premier ministre qui son règne a créé pour plus de 30 milliards d’impôts et taxes alors gauche ou droite une consanguinité qui a détruit économiquement ce pays. Vous n’êtes pas un libéral mais un bon!!citoyen béni oui oui incapable d’avoir une analyse réelle des partis politiques français dont le caniveau est le niveau de leur compétence.
a écrit le 14/05/2015 à 15:41 :
Que fait la Banque Européenne, Que fait l'Europe elle laisse de nouveau filer l'Euro par rapport au Dollar.. Combien de chômeurs en plus il vous faut pour sortir de votre torpeur?

Il n'y a pas que le rachat d'obligations...

je me permets cette boutade: Frère Jacques, Frère Jacques, dormez-vous, dormez-vous, sonnez les matines etc...
a écrit le 14/05/2015 à 15:21 :
Prenons cela pour une très bonne nouvelle: il faut être positif, on ne va pas pleurer.
Comme le souligne var stock (14/5 13:10) l'impact de la variation des stock est significatif. Voyons voir ce que feront la conso, les exports et surtout l'investissement dans les prochains mois.
Cordialement
a écrit le 14/05/2015 à 15:07 :
La configuration favorable du 1er trimestre est en train de disparaître avec la remontee des taux d'interet, des cours du petrole, de l'euro. En clair, nous avons mange notre pain blanc.
Réponse de le 14/05/2015 à 15:33 :
Nul doute qu'ils vont parvenir à annihiler le semblant de reprise pour s'acheter de nouveaux électeurs pour les prochaines élections...
a écrit le 14/05/2015 à 13:33 :
On se gargarise avec un coût du travail inférieur de 1,43€ de l'heure à celui de l'Allemagne. La belle affaire! Pour pouvoir comparer, il faudrait que les gammes de produits soient comparables, or, elles le sont très peu! La France fait majoritairement du moyen de gamme, l'Allemagne du haut de gamme. Ces 1,43€ de l'heure ne pèsent plus, car plus on monte en gamme, moins le prix importe. Cela dit, on ne peut qu'applaudir a l'annonce de la baisse du coût du travail; mais j'ai bien peur qu'elle arrive un peu tard; et n'oublions pas qu'elle ne fait que succéder à une série de hausses préalables. Alors...
Réponse de le 15/05/2015 à 15:09 :
Dans le "coût" du travail, il y a ce que touche l'employé : le salaire net, et puis il y a toutes les charges obligatoires : assurances sociales, vieillesse, chômage, CSG etc... pour lesquelles il n'y a aucune remise en cause du bien fondé des montants que l'on payent, alors que pour assurer sa voiture on a le choix et on va la ou a garanties égales c'est le moins cher. Je pense que si on avait cette démarche de remise à plat de toutes ces assurances obligatoires, on pourrait avoir un coût du travail égal voire inférieure à celui de l'Allemagne et plus en relation avec les produits moyenne gamme que nous fabriquons.
a écrit le 14/05/2015 à 13:10 :
Les statisticiens/économistes savent que le mesure du PIB relevé plus de l'artisanat que de la science exacte. Par exemple , la variation de stock ne correspond pas vraiment au niveau réel des stocks (il est maternellement impossible de connaitre les stocks dans chaque entreprises) mais est une variable d'ajustement pour boucler le calcul du PIB
l'impact très important des variations des stocks au T1 appel a la prudence.
a écrit le 14/05/2015 à 13:05 :
Vous en faites des"caisses" surtout sur une prévision qui risque d'etre infirmée sous peu.
Attention aux taux et les gens n'ont pas de "tune". Mettez vous çela dans la tete.
a écrit le 14/05/2015 à 12:43 :
l'euro remonte, le petrole aussi, l'investissement va au tas
seules la depenses publiques basee sur des impots confiscatoires et la consommation basee sur des transferts sociaux massifs resistent... mais ca se paye a long terme, comme on commence a le voir
plus personne n'a envie ni d'investir ni de creer de boite ou se developper en france pour se faire insulter et/ou confisquer (ou dailymotion-iser) les fruits de son travail
ft recolter ce qu'on seme !
a écrit le 14/05/2015 à 11:57 :
le pays doit encore restructurer et réformer son secteur privé qui plombe l'économie.trop peu d'entreprises exportatrices,beaucoup trop de petites entités peu performantes(auto-entrepreneurs,petits artisans et commerçants).le CICE doit etre redirigé vers 3 secteurs dynamiques: les start up,les grosses entreprises et les collectivités locales.
Réponse de le 14/05/2015 à 13:17 :
il est urgent que vous creiez vous meme des entreprises exportatrices ' pas rentables a la francaise', comme ca vous pourrez sacrifier votre vie de famille et investir votre argent ( et vous porter caution personnelle et solidaire)
vous aurez ainsi la chance de manier du droit des contrats a l'international, faire des credocs des incoterms et de la gestion de change, en passant 11 mois par an a l'etranger, qui plus est
si vous ne le faites pas, le FN passera en 2017 et ca sera votre faute car vous n'avez rien fait
Réponse de le 14/05/2015 à 14:33 :
J'ai parfois l'impression que vous êtes un troll ELU PS, tellement votre côté béni oui-oui au gouvernement PS est énorme.
Commençons plutôt par réformer l'administration qui plombe le secteur privé ; et pas l'inverse même si les boites privées peuvent encore des efforts de montée en gamme via des efforts de R et D et de productivité.
Réponse de le 14/05/2015 à 14:37 :
En plus il n'est pas plus élu PS que moi je suis pape, ou alors c'est un sans grade, style maire d'une petite commune perdue et pas un député ou un senateur.
Un élu ps d'importance ne passe pas sa vie à commenter les articles toute la journée, du moins j'espère, sinon je serai révolté que mes impôts servent à engraisser des feignant qui passent leur temps à commenter l'actualité.
Déjà que certains au Grandes Gueules sur RMC passent plus de temps à squatter la radio que le parlement...
Réponse de le 15/05/2015 à 10:41 :
@ faux elups (la zizanie)
Un petit effort d'imagination?
Vous semblez en baisse de régime.
Enfin, y'a toujours au minimum un pigeon qui tombe dans la combine.
Réponse de le 15/05/2015 à 12:56 :
Au risque de vous décevoir les commentaires l'internaute churchill sont très bien argumenté et ne sont pas dénoué de sens la politique économique de notre pays n'est basé que sur des estimations de sondage à court terme et tout le monde le sais on peut dire ce qu'on veut au chiffre surtout à 2 ans de l'élection présidentielle et pour moi ce ne sont hélas que des nuages de fumée car la croissance malgré tout est très loin de reprendre surtout quand le travail devient de plus en plus rare
a écrit le 14/05/2015 à 11:10 :
La croissance française est celle de la dépense publique. Le pib marchand recule car les entreprises sont écrasées par l'état. Bref, cette embellie est un artifice socialiste financé par l'emprunt. La chute sera très rude mais Hollande s'arrange pour qu'elle arrive après 2017. En attendant, on fait semblant de réformer pour manipuler. Les socialo-étatistes ne veulent pas remettre en cause le système qui les protège. Les chômeurs du privé ne sont pas leur soucis. Chacun pour soi ! Les plus forts se servent dans les caisses de l'état.
Réponse de le 14/05/2015 à 11:48 :
Vous vous trompez d'époque, c'était Sarkozy qui achetait de la croissance...
Réponse de le 14/05/2015 à 14:43 :
Hollande s'arrange pour qu'elle arrive après 2017..Non je ne crois pas il n'a aucune prise sur l'économie, on annonce le prochain krack boursier pour 2017 justement. C'est Jean Paul Betbèze du Crédit Agricole qui l'a écrit récemment dans un article des Echos, je n'invente rien et c'est pas une bille en économie.
FH ne maitrise ni l'OAT, ni le pétrole, ni les taux d'intérêts qui recommencent à augmenter, il n'a aucune prise sur les évènements, il subit comme ses prédécesseurs, il faut remonter à De Gaulle et Pompidou du temps d'un Etat fort et avant la mondialisation pour constater un Etat stratège.
Depuis Giscard, l'économie n'est plus soumis au politique, même Mitterand a du se résoudre en 83 à faire le tournant de la rigueur en 83 dont on n'est jamais vraiment sorti d'ailleurs alors qu'à l'époque Jospin nous disait que ça n'était qu'une "parenthèse", comme quoi les socialistes sont toujours aussi menteurs, comme Cambadélis. Rien n'a changé en 30 ans , ils sont toujours aussi nuls et manipulateurs, fourbes.
a écrit le 14/05/2015 à 11:06 :
On fait dire aux chiffres et aux statistiques ce que l'on veut, sur tout lorsqu'une institution comme l'INSSE marche à la botte du pouvoir!! Le gouvernement peut bien déclarer qu'il est serein, personne ne pense que c'est la vérité. Mais le mensonge est aussi une institution avec ce gouvernement.Pas de reprise de l'investissement, pas de reprise des exportations, chômage en augmentation voilà les réalités . la gauche est en déclin! Elle a beau tout essayer elle ne s'en remettra pas. Le Président peut arborer un sourire angélique pour faire croire lui aussi à sa sérénité!! la cute sera d'autant plus sévère pour lui, comme ses amis travaillistes en Grande Bretagne.
a écrit le 14/05/2015 à 10:31 :
Nos politiciens n ont pas compris que tout le pognon que je donne en divers impôts je ne le donne pas a faire fonctionner l économie ... Mes impôts diminuent et je change de voiture , de Tv Ect ..., et en plus il récupère la TVA ... Et donc récupère du pognon . Bref tant que des communistes a gauche comme a droite sont au pouvoir ( marine compris) on ne s en sortira pas . Alors ne rêvez pas
Réponse de le 14/05/2015 à 12:44 :
Et ce pognon où va-t-il à votre avis ? Et bien il sert à payer les professeurs de vos enfants, les policiers qui assurent votre sécurité, les hôpitaux où vous êtes soign, etc. Des dépenses plus utiles qu'une nouvelle télé, non ?
Réponse de le 15/05/2015 à 9:12 :
Un physicien: je suis ébahi devant une telle naïveté: n'avez vous pas conscience que si les affaires publiques étaient gérées aussi correctement que votre budget personnel, la Justice, la Police, l'éducation, et tous les autres services coûteraient deux à trois fois moins cher à la France?
a écrit le 14/05/2015 à 10:28 :
Bizarre votre article ! L'euro a déjà commencé sa remontée à 1,14 pour un dollar, la croissance Française en 2014 a été ramenée de 0,4% à 0,2% en réalité, et les taux d'intérêts aussi remontent. Alors l'embellie passagère de l'Hiver ne fait pas le ¨Printemps.
a écrit le 14/05/2015 à 10:21 :
Le plus surprenant, c'est que çà surprenne : on pouvait s'attendre à çà dés lors que deux grosses contraintes : l'Euro bien trop fort et le pétrole bien trop cher, ont disparu.
La photo de l'article est très bien choisie : Mr Sapin, en bon politicien français qu'il est, a l'air de penser que maintenant que çà va mieux, on peut arrêter les réformes et glander dans les palais de la République jusqu'aux prochaines élections. Et se demande comment se débarrasser de ce jeune Macron, qui veut vraiment réformer, et travailler pour son pays.
a écrit le 14/05/2015 à 10:20 :
Les vraies réformes ne se font pas, droit du travail, 35 H , assistanat ruineux et ce qui va avec, charges sociales délirantes, fiscalité confiscatoire etc
La France ne pourra pas renouer avec la croissance sans véritable changement des politiques économiques menées depuis 20 ans.
a écrit le 14/05/2015 à 9:50 :
Arrêtons avec la confiance. On invoque la confiance quand on ne sait pas expliquer une phénomène économique. Ce qui détermine la décision d'investir d'un entrepreneur est pourtant simple. 1. Est ce qu'on va acheter ce que je produit? la demande est-elle assez robuste? 2. Vais-je trouver de l'argent pour financer mon investissement? Pour la première question la réponse est NON au niveau européen. La demande est trop faible. Pour la deuxième question, tout dépend de la taille de l'entreprise. Le grandes PME trouvent facilement des financement à taux faibles. Mais pas les toutes petites. Conclusion, à la différence des USA, la croissance européenne de devrait pas durer.
Réponse de le 14/05/2015 à 10:25 :
Vous oubliez la compétitivité externe retrouvée avec la fin de l'euro fort, l'ingéniosité et la créativité des européens, et le volant de croissance du retour des chômeurs au travail. Mais là, c'est moi qui oublie qu'on est en France, et que le chômage, on aime çà, apparemment.
Réponse de le 14/05/2015 à 10:27 :
Tiens, un commentaire plus recherché que les sempiternels "les impôts étouffent les entreprises" !
Etant moi meme multi-entrepreneur, j'approuve totalement !
a écrit le 14/05/2015 à 9:49 :
ça sent le sapin, je ne les crois pas, nos sénateurs et députés sont toujours aussi nombreux et trop payés sans contrôle.
a écrit le 14/05/2015 à 9:32 :
Le carcan fiscal qui pèse sur les entreprises et les particuliers ne permet pas une croissance durable et franche. Nos chers élus connaissent bien ce problème puisqu'ils s'exonèrent consciencieusement des taxes par des indemnités non-imposables pour eux mêmes. Ben voyons.
a écrit le 14/05/2015 à 9:29 :
Excusez moi mais à mon age je en crois plus au Père Noël et encore moins aux miracles. Quel "bricolage" a encore invente ce gouvernement pour nous faire prendre des vessie pour des lanternes. Si M. HOLLANDE ou n'importe quel membre du gouvernement : me dirait nous trouvant place de la Concorde à PARIS par une belle journée 30 degrés à l'ombre ciel bleu azur, sans le moindre nuage .... si ce membre du gouvernement me dirait qu'il fait un temps magnifique je ne le croirai même pas !
a écrit le 14/05/2015 à 9:25 :
Jamais contents ces "experts en catastrophe" ! La France n'a pas de croissance : c'est le recul , la fin , la " Grèce" ...; la France a une belle croissance , ça ne va pas durer ..! C'est très franchouillard ce type d'attitude et peu professionnel !
Réponse de le 14/05/2015 à 15:43 :
Oui dès qu'une bonne nouvelle se fait jour, vous pouvez être sur que les déclinologues sont en embuscade, comme toujours...
a écrit le 14/05/2015 à 9:00 :
Cette effervescence montre bien le décalage entre l'état , ces statistique et ce que nous vivons, nous les gens d’en bas, les "classes moyennes", "les indigents ". Je remarque comme toujours que pour masquer leurs incompétences nos politiques on pour obligation de faire de la "COM" . C'est risible et décevant pour des personne à par entière qui ce disent "élus de la République".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :