Décentralisation : le "chiche" du Sénat à Macron

 |   |  714  mots
Avant d'être reçu à l'Elysée dans l'après-midi du 2 juillet, en compagnie des présidents de l'Assemblée nationale et du Conseil économique, social et environnemental, le président du Sénat, Gérard Larcher, et d'autres sénateurs, ont présenté 50 propositions pour le plein exercice des libertés locales.
Avant d'être reçu à l'Elysée dans l'après-midi du 2 juillet, en compagnie des présidents de l'Assemblée nationale et du Conseil économique, social et environnemental, le président du Sénat, Gérard Larcher, et d'autres sénateurs, ont présenté 50 propositions pour le plein exercice des libertés locales. (Crédits : Reuters)
Au lendemain du second tour des élections municipales, le président du Sénat, Gérard Larcher, ainsi que ses collègues Philippe Bas et Jean-Marie Bockel, ont rêvé, tout haut, d'une "nouvelle génération de décentralisation". Ils espèrent néanmoins que, en la matière, le président Macron passera des paroles aux actes.

Gérard Larcher a tenu sa promesse. En janvier dernier, le président (LR) du Sénat avait annoncé que la Chambre haute du Parlement allait écrire son propre texte en vue du projet de loi "3D" - décentralisation, déconcentration, différenciation - alors en cours de préparation par le gouvernement.

Lire aussi : Décentralisation: le Sénat va écrire sa propre loi avant le gouvernement

Ce 2 juillet, entouré du président (LR) de la commission des Lois Philippe Bas et du patron de la délégation (UC) aux collectivités territoriales Jean-Marie Bockel, Gérard Larcher a présenté 50 propositions "pour une nouvelle génération de la décentralisation".  

Au lendemain des élections municipales, les sénateurs espèrent quatre grands axes de réformes: le renforcement de l'autonomie des collectivités territoriales, du principe de subsidiarité,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2020 à 10:37 :
Avoir une décentralisation des responsabilités d'un coté et centralisation des moyens financiers au niveau européen de l'autre, amènent a la disparition de l'entité Nation!
a écrit le 03/07/2020 à 7:59 :
La décentralisation, c'est le clientélisme et les magouilles en faveur des familles de notables et des fonctionnaires douteux ou dociles qui fermeront les yeux, en attendant une promotion. Ceux qui nous dirigent considèrent que la réglementation c'est pour le commun des mortels et que eux et leurs proches doivent s'en affranchir. C'est pas l'intérêt commun qui les guident. De plus, l'argent public attire les cupides. L'argent privé est sacré dans ce pays mais pas l'argent public.
a écrit le 03/07/2020 à 7:12 :
La décentralisation aura pour finalité de créer de nouveau seigneurs. Des maires commencent déjà à promulguer leur propre loi sur leurs communes, contraires aux principes de la république. S'il y a décentralisation, il devrait aussi y avoir un controle plus stricts de la légalité des arrêtés municipaux pour éviter les dérives qui se sont révélées pendant l'épidémie. Si on veut être une civilisation avancée, on ne doit pas revenir au Far West.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :