Dette : La France va lever 260 milliards en 2021, à des taux toujours bas

 |  | 413 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Yves Herman)
"Nous prévoyons toujours un environnement favorable avec des taux faibles et négatifs sur une bonne partie" des émissions, a assuré le patron de l'Agence France Trésor.

La France prévoit toujours de lever 260 milliards d'euros à moyen et long terme sur les marchés en 2021 dans des conditions de financement encore très favorables, a confirmé mercredi l'Agence France Trésor.

Le montant des émissions prévues pour 2021 est équivalent à celui de 2020, qui a constitué un record pour une année. Il est aussi similaire à la prévision de septembre et ne devrait pas évoluer même avec "une éventuelle révision à la hausse du déficit budgétaire d'ici à l'adoption définitive de la loi de finances pour 2021", assure l'AFT dans un communiqué.

Lire aussi : La dette française toujours "autour de 117%" du PIB à horizon 2025, prévoit le gouvernement

Cette éventuelle hausse par rapport au projet de loi de Finances 2021 présenté fin septembre "sera couverte par l'augmentation de l'encours des titres à court terme", indique-t-elle.

Les émissions à moyen et long terme initialement prévues pour 2020 s'élevaient à 205 milliards d'euros.

Les mesures de soutien à l'économie afin de faire face aux conséquences des restrictions sanitaires pour lutter contre la propagation du Covid-19 en ont provoqué de nouvelles. Elles correspondent à 11,6% du Produit intérieur brut français de l'année.

Taux négatifs

Malgré cette forte hausse, l'Etat français s'est endetté à des conditions historiquement favorables: en 2020, le taux d'intérêt moyen pour les émissions à moyen et long terme a été de -0,14%, contre +0,11% en 2019 et +0,53% en 2018.

La France émet actuellement à des taux négatifs "jusqu'à 20 ans de maturité résiduelle", relève l'Agence France Trésor.

Les rendements des obligations ont baissé malgré la crise en raison de l'action de la Banque centrale européenne, qui a annoncé vouloir injecter 1.350 milliards d'euros jusqu'à juin 2021 dans le cadre de son programme de rachat de dettes privées et publiques PEPP.

Le montant et la durée pourraient encore augmenter jeudi, à l'issue d'une réunion de l'institution pour "recalibrer" ses mesures, en prenant en compte les impacts des nouveaux confinements en Europe depuis novembre.

En 2021, "nous prévoyons toujours un environnement favorable avec des taux faibles et négatifs sur une bonne partie" des émissions, a assuré le patron de l'Agence France Trésor Anthony Requin au cours d'une conférence de presse.

La France prévoit aussi de lever 18,8 milliards d'euros à court terme sur les marchés en 2021. En 2020, elle a emprunté à court terme à un taux d'intérêt de -0,56% en moyenne.

Lire aussi : 277.000 milliards de dollars : nouveau pic mondial de la montagne de dettes prévu en 2020

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2020 à 2:32 :
En d'autres termes préparez-vous aux taux négatifs sur vos livrets A et la spoliation de vos euros décroissance en assurance vie grâce à Sapin II...
a écrit le 09/12/2020 à 17:20 :
quand la planche à billets fonctionne à fond on vole les Francais par dévaluation de la monnaie
a écrit le 09/12/2020 à 16:23 :
Giscard, Barre !!!!!!!!!!!!!!!!! au secours ils sont devenus fous
a écrit le 09/12/2020 à 15:23 :
La mort de GISCARD nous rappelle que depuis 1974 aucu!n budget français n'a été voté bénéficiaire ou au moins en équilibre entre recettes et dépenses. Donc COVID ou autre bonne raison ce pays, surchargé d'une fonction publique délirante, de dépenses publiques et principalement sociales hors de coûts, emprunte popur finir ses fins de mois, aux encvirons de 200 milliards annuels. Bien sûr les taux d'intérêts sont bas et lorsqu'il faudra rembourser le capital ce sera moins facile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :