Discours de Macron : le syndicat FO met en garde contre la tentation d'une baisse des salaires

Hier soir, le président de la République a exhorté les Français à "travailler et produire davantage" en prévision des faillites et des plans sociaux provoqués par l'arrêt de l'économie mondiale. Un discours qui ne passe pas pour le secrétaire général du syndicat FO, sauf s'il s'agit de donner du travail à tous les "sans emploi, tous les intérimaires, tous les CDD, qui se sont retrouvés sur le carreau". Rappelant que la moitié de la population française salariée perçoit moins de 1.800 euros net par mois, il a mis en garde le gouvernement contre toute tentation de baisse des rémunérations.
Yves Veyrier, le secrétaire général de Force ouvrière (FO).
Yves Veyrier, le secrétaire général de Force ouvrière (FO). (Crédits : DR)

Yves Veyrier, le secrétaire général de Force ouvrière, a prévenu dimanche sur RTL qu'il ne fallait pas que l'État orchestre "une musique de baisse de salaires", en réaction au discours d'Emmanuel Macron, où il a exhorté à "travailler et produire davantage"

Il faudra "travailler et produire davantage pour ne pas dépendre des autres", et ce "alors même que notre pays va connaître des faillites et des plans sociaux multiples en raison de l'arrêt de l'économie mondiale", a prévenu le président de la République dans sa quatrième allocution depuis le début de la crise.

"S'il s'agit de donner de l'emploi à tous ceux et toutes celles qui sont sans emploi aujourd'hui, tous les intérimaires, tous les CDD, qui se sont retrouvés sur le carreau, oui. S'il s'agit de faire travailler plus tous ceux qui ont du boulot aujourd'hui, leur remonter les manches, sacrifier des congés, etc., et laisser sur le carreau ceux qui n'ont pas de boulot, ça ne marcherait pas", a réagi le secrétaire général de FO.

Le dirigeant syndical ajoutait :

"À cette question du travail, j'associe celle du salaire. Il ne faut pas revenir à l'antienne des dix, vingt dernières années, que le salaire est l'ennemi de l'emploi."

"Il ne faut pas que l'État orchestre une musique de baisse de salaires", a-t-il ajouté, rappelant que "la moitié de la population salariée perçoit moins de 1.800 euros net par mois".

Dans le discours du président de la République, Yves Veyrier a salué le fait d'avoir entendu "un peu plus de syndicats et de négociations collectives". "On va voir comment ça se traduit concrètement", a-t-il ajouté.

"Le pouvoir macroniste revient à ses fondamentaux ultralibéraux" (Solidaires)

Dans un communiqué, Solidaires a de son côté entendu dans le discours d'Emmanuel Macron "un exercice d'autosatisfaction impressionnant quand à la gestion de la crise sanitaire", estimant que "le pouvoir macroniste revient à ses fondamentaux ultralibéraux et nous prépare le retour au monde d'avant".

"Oubliés les stocks de masques inexistants, oublié-es les travailleuses et travailleurs en première ligne sans matériels et sans tests."

"Rien de concret. La dette ? Il va falloir travailler et produire plus. On est loin de l'écologie et du partage du travail... En prenant bien soin de préciser qu'il n'y aura pas d'impôt supplémentaire et donc rassurer les plus riches qui continueront d'accumuler pendant qu'on trime", écrit encore Solidaires.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 15/06/2020 à 13:48
Signaler
vu que les salaries du prive gagnent en moyenne 10% de moins que les rentiers de la republique, dont fo est la grand champion, je propose un petit impot social de perequation qui diminuera les inegalites ( ce que personne ne peut refuser, sauf a cher...

à écrit le 15/06/2020 à 11:23
Signaler
Au lieu de mettre en garde contre les baisses de salaires on devrait plutôt expliquer aux français ce que la constitution européenne que nous avons refusé de voter à 55% en 2005 mais que l'on nous a imposé quand même, permet en matière de dumping soc...

à écrit le 15/06/2020 à 11:09
Signaler
Les 5 millions de fonctionnaires bénificient de rémunération plus élevée que le privé hors cadre supérieur. Dans le contexte actuel de crise sanitaire, économique et de récession. Le gouvernement doit bloquer et réduire les salaires de la fonction pu...

le 15/06/2020 à 11:56
Signaler
Le fonctionnaire a vote pour cet energumene et vous pensez qu'il va changer pour + de justice sociale ? C'est le chacun pour soi. Ne revez plus.

le 15/06/2020 à 15:10
Signaler
Ou alors , augmenter les salariés du privé, hors cadre supérieur.

le 15/06/2020 à 16:48
Signaler
Deux caractéristiques marquent l’élection présidentielle. La première est la fracture entre les cadres A et les agents de catégorie C confrontés au quotidien aux usagers. Les choix politiques de deux strates de fonctionnaires sont radicalement différ...

le 17/06/2020 à 16:53
Signaler
Postulez ils recrutent un max, vous verrez l’Eldorado de la fonction publique est super, beaucoup quitte les FP tellement ils sont heureux...

à écrit le 15/06/2020 à 10:45
Signaler
Le problème en face d'un maigre carnet de commande c'est la masse salariale, et la perspective à court et moyen terme c.à.d la durée pendant laquelle l'entreprise pourra tenir sans faire faillite. Comment peut on penser que la stratégie de chaque ent...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.