Ehpad en plein Covid, dépendance : les seniors en question aux Assises de l'avenir

 |  | 265 mots
Lecture 2 min.
Les Assises de l'Avenir sont co-animées par Nicolas Bouzou, président des Rencontres de l'avenir, directeur de la société Asterès.
Les Assises de l'Avenir sont co-animées par Nicolas Bouzou, président des Rencontres de l'avenir, directeur de la société Asterès. (Crédits : Jacques Witt-Sipa.)
ÉPISODE 2. Les « Assises de l'Avenir », organisées en partenariat avec La Tribune, le cabinet Asterès et l'Institut Sapiens, sont des rencontres périodiques entre dirigeants politiques, économiques ou experts, autour de sujets de fond visant à nourrir les discussions et les programmes en vue de la présidentielle de 2022. Au menu de cette seconde séance : les seniors.

« Rôle des aidants », « impact des nouvelles technologies », « accompagnement financier »... Voici quelques-uns des thèmes qui furent à l'ordre du jour en octobre, lors de la seconde séance des Assises de l'Avenir, organisée en partenariat avec La Tribune, le cabinet Asterès et l'Institut Sapiens.

Les Assises de l'Avenir sont des rencontres périodiques entre dirigeants politiques, économiques ou experts, autour de sujets de fond visant à nourrir les discussions et les programmes en vue de la présidentielle de 2022.

« Dans la perspective des élections présidentielles de 2022, nous ne souhaitons pas présenter un candidat, mais des idées à même de nourrir un programme. Ces idées susceptibles d'améliorer la vie de nos concitoyens ne peuvent émerger que d'un débat public de haut niveau. », explique Constance Peruchot du cabinet Asterès dans le compte-rendu de la première séance.

Retrouvez, ci-dessous, les échanges de cette deuxième rencontre, co-organisée par Nicolas Bouzou, président des Rencontres de l'avenir, directeur de la société Asterès, Olivier Babeau, président de l'Institut Sapiens et Grégory Bozonnet, directeur de cabinet, formateur pour l'INET, le CNFPT et Dalloz. Cette table-ronde virtuelle réunit également David Causse, directeur du développement du groupe SOS, Monique Iborra, députée Haute-Garonne (LREM), Aurélien Bordet, directeur des affaires publiques d'Aegide (résidences Domitys), Armel de Lesquen, cofondateur de la startup Famileo, Elisabeth Hubert, présidente de la Fédération nationale des établissements d'hospitalisation à domicile (Fnehad), ancienne ministre de la Santé.

Lire aussi : Confinement: des solutions émergent pour lutter contre l'isolement des seniors

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2020 à 8:45 :
Un ami dans le milieu hospitalier m'affirmait que c'est l'absence totale de visites en ehpad qui a plus tué les patients que le covid, le peu de liens qu'il leur reste avec l'extérieur en sommes, mais je me doute qu'une telle vérité ne serait jamais mise au grand jour hein...

Sale vieille europe qui parque ses vieux et stigmatise ceux dont la tradition et de s'en occuper jusqu'à la fin de leur vie, tu me donnes de plus en plus envie de vomir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :