En 2022, Emmanuel Macron sera président de l’Europe !

POLITISCOPE. Le 1er janvier 2022, la France prend la présidence tournante de l'Union européenne pour six mois... et Emmanuel Macron sera donc le chef de l'Europe pour quatre mois au moins, en pleine campagne présidentielle. Un calendrier symbolique pour l'auteur du discours de la Sorbonne, et un accomplissement pour le quarantenaire de l'Elysée qui espère en faire levier pour ressourcer son projet politique. Cette perspective fait un heureux, Clément Beaune, le fougueux secrétaire d'Etat aux Affaires européennes.
Marc Endeweld

5 mn

(Crédits : STEPHANE MAHE)

C'est devenu le chouchou de l'Elysée : Clément Beaune, le secrétaire d'Etat chargé des Affaires Européennes, a réussi en quelques mois son envol ministériel, en multipliant les coups de com' et les interventions pédagogiques dans les médias. Habituellement pourtant, ce poste de secrétaire d'Etat des « affaires européennes » est une gageure pour ceux qui l'occupent : pas assez de marges de manoeuvre vis-à-vis du ministre de plein exercice qui règne sur le Quai d'Orsay, pas assez de poids politique face à l'Elysée et Matignon. Bref, une fonction bancale entre Bruxelles et Paris se résumant trop souvent à un rôle de plante verte...

Et pourtant, le jeune Clément Beaune propulsé ministre en juin dernier réussit à faire de la politique - chose suffisamment rare en macronie pour être soulignée. Le secrétaire d'Etat place discrètement ses pions, fait fructifier son carnet d'adresse européen et médiatique, et de la sorte, défend son agenda tout en promouvant la feuille de route présidentielle. Celui qui a des faux airs de gendre idéal, et qui a fait à l'automne dernier son coming out dans Têtu, était jusqu'à présent dans l'ombre d'Emmanuel Macron, ancien conseiller à Bercy, puis au « Château ». On sentait pourtant, dès cet époque, l'envie chez ce trentenaire né en 1981 de déployer davantage ses talents dans la lumière. Cette volonté de faire de la politique au sens plein du terme, et donc ne pas se contenter d'avoir la tête plongée dans les dossiers techniques, est ancienne chez cet énarque qui fut aussi le conseiller budgétaire de Jean-Marc Ayrault à Matignon.

Arborer le drapeau européen

Mais si Beaune a aujourd'hui tellement la cote à l'Elysée, c'est qu'Emmanuel Macron s'est lancé un ultime défi pour clôturer son quinquennat : présider le Conseil de l'Union Européenne lors du premier semestre 2022 - en tout cas au moins en assurer la présidence les quatre premiers mois de l'année prochaine s'il n'est pas réélu en mai de la même année. Lors de sa prise de fonction, certains lui avaient conseillé de décaler le calendrier de cette présidence tournante de l'Union Européenne, mais lui a décidé d'assumer ce rendez vous à la fois si profondément symbolique et particulièrement utile à la France pour faire bouger les lignes auprès de nos partenaires européens.

Quoi de plus naturel pour Emmanuel Macron qui a puisé son inspiration dans l'idéal européen pour construire son projet de 2017. Il y a quatre ans, c'était l'un des rares candidats à ne pas avoir honte de ses aspirations et ambitions européennes. Les drapeaux européens remplissaient ses meetings, quand ceux de ses concurrents arboraient en priorité le bleu-blanc-rouge. Pour le président quarantenaire, présider l'Union ne sera donc pas vécu comme une corvée, mais plutôt comme un accomplissement. Il n'a pas oublié comment Nicolas Sarkozy et ses équipes, en pleine crise financière internationale en 2008, avait assuré la fonction avec une certaine efficacité.

Un antidote au Covid-19

Pour Emmanuel Macron, le défi du calendrier pourrait donc finalement se transformer en une véritable bénédiction, lui permettant de se sortir des polémiques nationales et politiciennes, tout en lui assurant de nouveau une visibilité internationale dans un monde en plein bouleversement. Pour celui qui apparaissait comme « disruptif » et « outsider » en 2017, présider l'Union pourrait ainsi lui permettre de se ressourcer dans la dernière ligne droite, de rappeler aux Français l'essence profondément européenne de son projet.

Car entre les gilets jaunes et la crise du Covid-19, ses grands discours d'Athènes et de la Sorbonne semblent avoir été vite oubliés par ses partenaires comme par ses électeurs. Depuis son accession au pouvoir, les tensions entre Paris et Berlin se sont multipliés (sur le dossier de l'énergie notamment, mais également sur celui de l'industrie de défense, ou des rapports aux Etats-Unis, à la Chine, et bien sûr à la Russie), et la construction européenne ressemble toujours à du stop-and-go. Manifestement, la méthode Coué macronienne n'a pas suffi à convaincre.

Début 2022 pourtant, il sera difficile pour Emmanuel Macron de gérer à la fois le calendrier électoral et européen. Comment représenter la France tout en étant candidat à la présidentielle ? Comment porter, dans ces conditions, un véritable projet de mobilisation du vieux continent face au choc USA-Chine ? À l'inverse, suffira-t-il d'en appeler à la « souveraineté européenne » et à « l'autonomie stratégique » pour redevenir audible auprès des Français ?

À l'heure du repli sur soi, le rêve européen est loin d'apparaître comme un antidote efficace, surtout après les multiples ratés sur le front de l'épidémie. C'est néanmoins un moyen de re-mobiliser les sympathisants PS, qui se vivent souvent comme pro-européens, face à Marine Le Pen. Étonnant d'ailleurs qu'à l'heure où de plus en plus de voix se demandent si Emmanuel Macron constitue encore le meilleur rempart à l'extrême-droite, l'Elysée préfère attendre avant d'enfourcher de nouveau la thématique européenne.

C'est au moins le job de Clément Beaune : utiliser le terrain européen pour mieux préparer l'élection présidentielle. En attendant, le jeune ministre pourrait proposer utilement une master class à ses collègues de la macronie sur ses méthodes éprouvées : c'est-à-dire sa capacité à parler à tout le monde, à écouter les critiques, tout en faisant fi de toute fébrilité ambiante. Emmanuel Macron, et son entourage, pourrait-il s'en inspirer ? Et retrouver ainsi sa force tranquille d'ici un an ? Rien n'est moins sûr.

Marc Endeweld

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 10/08/2021 à 18:00
Signaler
Oh non quelle horreur

à écrit le 10/08/2021 à 18:00
Signaler
Oh non quelle horreur

à écrit le 17/04/2021 à 7:09
Signaler
Rendez vous lundi 14h

à écrit le 12/04/2021 à 23:17
Signaler
Et j'accepterai d'être Président de l'Univers si c'est demandé poliment !

à écrit le 12/04/2021 à 16:01
Signaler
Rassurez vous , en six mois il n'aura que le temps de faire des promesses, pas d'endetter l'Europe !

à écrit le 12/04/2021 à 10:28
Signaler
C'est une promotion?

le 12/04/2021 à 19:04
Signaler
Si c'est la canapé c'est fait pour La présidente von der Leyen .

à écrit le 12/04/2021 à 8:40
Signaler
En tous cas, on espère juste que son mentor dégagera le plancher l'an prochain. Clairement, il n'est pas apte à la tâche de gouverner la 6eme puissance mondiale. C'est un peu comme mettre un jeune en conduite accompagnée au volant d'un semi-remorque ...

à écrit le 11/04/2021 à 20:18
Signaler
C’est sa capacité à gagner des batailles. En ce qui concerne Emmanuel Macron, la France prend coups de pied aux fesses sur coups de pied aux fesses. J’espère que le déclin de mon pays prendra fin en mai 2022. Je l’espère.

à écrit le 11/04/2021 à 19:02
Signaler
On se doute déjà du programme.... Milliards de dons pour les pays du club med du sud et payer pour les pays du nord... Merkel ne sera plus là en septembre, on verra si le nouveau chancelier/e sera aussi conciliant... L'Allemagne a de gros defi...

à écrit le 11/04/2021 à 10:06
Signaler
Bon on recapepete, on a donc un président du Conseil européen u n président du Conseil des affaires générales (du Conseil de l'UE) un président du Conseil de l'Union européenne un secrétaire général du Conseil de l’Union une présidente de la com...

à écrit le 11/04/2021 à 8:33
Signaler
deja incapables de reconstruire la france au constat de la premiere parti de son mandat ou le nombre d'emploi productif (ceux qui enrichie la nation ) avec des entreprises bien francaise non cet elite préfère acheter a des pays tiers ce qui leur ...

à écrit le 11/04/2021 à 8:10
Signaler
A l'Europe a notre si beau continent qui doit tre defendu et protéger par les forces francaise. Oui à la France et à la présidence française de l'europe ! On ne sort pas de l'europe mais on la protége et on prépare son avenir : non à la mondialisatio...

à écrit le 11/04/2021 à 5:47
Signaler
Un nouveau départ pour notre actuel Président de la République Emmanuel Macron À la fois Président Européen ( tournant ) au 1er janvier 2022 et Et se représente aux élections présidentielles en mai 2022 Il aura déjà fait 4 mois sur les 6 à l'E...

à écrit le 11/04/2021 à 4:06
Signaler
Le freluquet aux manettes de l'union ! Je crains le pire. Bon courage a tous.

à écrit le 10/04/2021 à 18:25
Signaler
Après avoir détruit la France, l'europe ose tout de même le mettre a leur tête? L'Europe veut voir fleurir les gilets jaune partout?

à écrit le 10/04/2021 à 17:27
Signaler
Phrase n.1 - Correction Son rôle sera Président du Conseil de l’Union Européenne et non président de l’Union européenne (titre n’existant pas).

le 12/04/2021 à 22:39
Signaler
Pardon, mais ce titre n‘est pas prévu par les traités européens. Art. 236 TFUE mentionne la „présidence des formations du Conseil“, un organe formé par des représentants des Etats-membres au niveau ministériel. A ne pas confondre avec le Président du...

à écrit le 10/04/2021 à 15:10
Signaler
Fatigué de toutes ces incohérences, mot favori du cher président Certes l'euthanasie est un sujet très,il n'y avait pas d'autres préoccupations plus importantes :la sécurité,la santé,la gestion du Covid est un capharnaüm-Mr DELFRASSY a disparu?-l'e...

à écrit le 10/04/2021 à 14:29
Signaler
francais d abort francais avant tout francais pour tout et l'europe pour le commerce puisque les autre pays refuse le projet francais sur le militaire et que les dirigeants europeen se ridiculise a ankara une humiliation que seul le 1er ministr...

à écrit le 10/04/2021 à 13:17
Signaler
Président de l Europe oui peut être mais réélu en 2022 pas si sur ...."Dans la vie il y a les gens qui réunissent et ceux qui ne sont rien" avait il dit. Reste à voir si gens qui ne sont rien et qui meurent beaucoup a cause de la pandémie ( et il s e...

à écrit le 10/04/2021 à 13:14
Signaler
Perso, je n'attends plus grand chose de k EU. Je suis un européen blasé et déçu. La construction actuelle de l EU est un frein à son rayonnement. La répartition des pouvoirs est un millefeuilles incompréhensible. Si nos états sont incapables à renon...

le 10/04/2021 à 19:27
Signaler
L' UE c' est fini le gag dure depuis trop longtemps. Pourquoi entretenir un truc qui ne fonctionnera jamais avec l' engrais oups, argent du contribuable français mais pour faire plaisir au bloc occidental sous contrôle us qui ...

à écrit le 10/04/2021 à 12:59
Signaler
Et président de la France, pour la deuxième fois ! Puisqu'il a éliminé consciencieusement la concurrence politique, confisqué le débat démocratique grâce à ses séides de LREM/Modem/Ecolos bobos, anéanti la notion d'enquête parlementaire, grâce à Brau...

le 11/04/2021 à 7:00
Signaler
Il ne sera pas seul au deuxième tour !

à écrit le 10/04/2021 à 11:20
Signaler
Bien vu je le vois parfaitement en premier secrétaire du parti unique néolibéral de l'UERSS, empire prévu pour durer mille ans mais ce serait étonnant. Maintenant la concurrence avec Draghi et Blair risque d'être ardue.

à écrit le 10/04/2021 à 11:08
Signaler
On va bien se marrer ! Si le hasard a poser ce moment qui permet au monsieur de sortir son temps de communication dans les médias, en tant que président de l'Europe au moment des élection présidentielle, c'est un haut niveau de manipulation! Ca...

à écrit le 10/04/2021 à 10:52
Signaler
Non seulement pour 5 mois

à écrit le 10/04/2021 à 10:45
Signaler
L image de la France ne rayonne plus. À qui la faute ?

le 10/04/2021 à 11:10
Signaler
A lui.

à écrit le 10/04/2021 à 10:43
Signaler
Ça veut dire aussi la fin du dogmatisme du «  marché libre et concurrentiel » notion dépassée quand nos rivaux us chinois ou autre constituent des blocs de compétences et champion nationaux... ou sont les champions europeeen- excepté airbus- capable ...

à écrit le 10/04/2021 à 10:41
Signaler
Au secours , sauve qui peut ...

à écrit le 10/04/2021 à 10:34
Signaler
L'union européenne n'avait pas besoin de cela...! A part de la com, il fera comme d'habitude, rendre service a "ses amis"!

à écrit le 10/04/2021 à 9:57
Signaler
Il y a du boulot, il faut que Monsieur Macron puisse faire admettre l'euro comme monnaie de réserve, que l'UE puisse payer en euro ces échanges commerciaux, matières premières , pétrole par ex. Le rôle de la BCE qui doit s'approcher de celui joué par...

le 10/04/2021 à 10:21
Signaler
L'Euro fort à l'extérieur mais adaptable à l'intérieur en outre il faudra bien assoir une souveraineté industrielle européenne et des taxes communes si nous voulons sortir de cette purée qui repose sur une montagne de dettes et réduire l'influence de...

à écrit le 10/04/2021 à 9:47
Signaler
Le petit va en faire sous lui...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.