Expofrance 2025 : la France officiellement candidate !

 |   |  772  mots
Paris ambitionne de succéder à Dubaï, qui organisera l'exposition universelle en 2020.
Paris ambitionne de succéder à Dubaï, qui organisera l'exposition universelle en 2020. (Crédits : POOL)
Ce mardi, le chef de l'Etat a enfin signé la lettre présentant la candidature de la France à l'exposition universelle de 2025 adressée au Bureau international des expositions.

Il ne manquait que le paraphe de l'Elysée. Ce mardi, François Hollande a enfin signé la lettre présentant la candidature de la France à l'exposition universelle de 2025.

" Aujourd'hui, compte tenu des grands enjeux qui s'annoncent pour l'humanité de demain, le thème choisi par la France pour cette exposition sera le suivant : la connaissance à partager, la planète à protéger. Il s'agit d'améliorer nos modèles de développement dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la culture et de l'environnement dans la continuité de la mobilisation qui  a abouti en décembre 2015 à l'accord de Paris sur le changement climatique ", précise le chef de l'Etat dans cette lettre.

Avec cette déclaration adressée au Bureau international des expositions, le projet Expofrance 2025 est donc officiellement lancé et peut commencer sa stratégie de séduction à travers le monde pour accueillir cet événement.

La gouvernance est en place

Sur le plan opérationnel, les responsables n'ont pas attendu que le chef de l'Etat appose sa signature. Comme le révélait La Tribune, depuis septembre et la nomination de Pascal Lamy, le délégué interministériel à la candidature de la France pour l'organisation de l'exposition universelle en 2025 à la présidence du groupement d'intérêt public (GIP) qui réunit l'Etat, les collectivités de Paris, du Grand Paris et de l'Île-de-France, la gouvernance et les responsabilités étaient clairement définis.

Jean-Christophe Fromantin, le président d'ExpoFrance 2025 s'est félicité de ce " moment extraordinaire que l'on attendait depuis plusieurs années ". Concrètement, le projet repose sur l'idée d'une immense sphère "connectée" au monde, autour de laquelle se déploiera un "grand village" composé des pavillons modulables des pays. Il reste maintenant à  sélectionner parmi les sept sites candidats dans l'aire du Grand Paris pour une sélection avant l'été prochain. Les candidatures sont toujours ouvertes. Un dossier technique complet sera alors déposé pour une décision finale attendue en novembre 2018. Le dépôt officiel d'une candidature déclenche un compte à rebours de six mois pour les entrées en lice officielles. Selon Pascal Lamy, la ville japonaise d'Osaka et les russes Ekaterinenbourg ou Nijni-Novgorod pourraient entrer en compétition.

Désormais, la France concourt donc officiellement pour deux événements planétaires. Après avoir organisé l'Euro 2016, le championnat d'Europe des nations qui est l'une des compétitions sportives les plus suivies au monde, l'Hexagone est en lice pour organiser les Jeux olympiques d'été en 2024, à Paris, et l'exposition universelle en 2025 à travers tout le pays.

Des dissensions politiques

Cette double candidature peut-elle nuire à l'un des deux, voire aux deux projets, sachant que les responsables politiques n'ont pas toujours semblé unis sur ce point ? En juin, dans un courrier adressé à François Hollande, Anne Hidalgo, la Maire de Paris avait demandé au chef de l'Etat de retirer la candidature de Paris pour l'Exposition universelle de 2025 au motif que les chances de succès de la France étaient faibles. La maire de Paris pointait du doigt le fait que le projet Expofrance associait 15 villes autour de Paris alors que selon les règles en vigueur, il doit être centré sur une seule et unique ville.

Au sein du projet olympique, on balaie la menace de cannibalisation, estimant qu'il n'y a pas de compétition entre les deux projets et, qu'au contraire, ils se nourrissent l'un l'autre puisque les infrastructures créées, modernisées ou rénovées pour les Jeux olympiques pourront servir à organiser l'exposition universelle. " La marque Paris est très forte et a une grosse valeur dans les deux cas ", a déclaré Pascal Lamy. Par ailleurs, l'histoire récente indique qu'il n'y a pas vraiment de règle. Ainsi, après avoir organisé la coupe du monde de football en 2014, Rio de Janeiro a accueilli les Jeux olympiques d'été en 2016.

Paris attend depuis 1900

La dernière exposition organisée à Paris remonte à 1900. Avant cette date, Paris avait été choisie en 1844, 1867, 1878 et en 1889, exposition pour laquelle la Tour Eiffel avait été érigée. Paris a ensuite organisé des expositions moins prestigieuses. Citons l'Exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes en 1925 et l'Exposition internationale « des Arts et des Techniques appliqués à la Vie moderne » en 1937. Les villes de Province ont également accueilli des expositions universelles. Ce fut le cas de Besançon en 1860, de Metz en 1861, de Lyon, en 1872 et en 1914, de Bordeaux en 1895 et de Roubaix en 1911.

Si la France et Paris étaient élues, elles succéderaient à Séville, choisie en 1998, Hanovre (2000), Nagoya (2005), Shanghai (2010), Milan (2015) et Dubaï où se tiendra l'exposition universelle en 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2016 à 9:53 :
L'exposition universelle c'est une idée magnifique il serait temps depuis 1900 quand même qu'elle refasse un tour par ici, qu'elle soit gratuite pour tous de sorte que nous puissions en profiter, c'est rare que le peuple profite de quelque chose en néolibéralisme.

Bon c'est vrai que si c'est lepen ou fillon président à ce moment là il n'y aura que la russie d'invitée, ça risque de gâcher la fête quelque peu...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :