Grève des fonctionnaires : une forte mobilisation annoncée, sans perturbation pour les transports

 |   |  448  mots
A la SNCF, la CGT (1er syndicat ) n'a pas appelé à des débrayages mais incite par solidarité les cheminots à rejoindre les cortèges des fonctionnaires.
A la SNCF, la CGT (1er syndicat ) n'a pas appelé à des débrayages mais incite par "solidarité" les cheminots à rejoindre les cortèges des fonctionnaires. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Les fonctionnaire sont appelés à se mobiliser mardi 10 octobre contre la réforme du Code du travail. Ils dénoncent, notamment, les suppressions de postes, le gel du point d'indice ou encore le rétablissement d'un jour de carence.

La circulation des TGV, Transilien, TER, Eurostar et Thalys ne devrait pas être perturbée mardi par les appels à la grève lancés par plusieurs syndicats de la SNCF, a assuré dimanche la direction, interrogée par l'AFP.

La CFDT-cheminots, quatrième syndicat à la SNCF, a appelé à la grève le 10 octobre contre la réforme du Code du travail et la hausse de la CSG.

De son côté, SUD-rail (troisième syndicat) a enjoint les cheminots à cesser le travail également le 10 octobre et à faire "converger" les luttes "pour faire plier le gouvernement".

> Lire aussi : Réforme du Code du travail : que contiennent les ordonnances ?

A la SNCF, la CGT (1er syndicat ) n'a pas appelé à des débrayages mais incite par "solidarité" les cheminots à rejoindre les cortèges des fonctionnaires, comme l'Unsa (2e) qui a inscrit son appel dans une dénonciation plus globale des "attaques envers les salariés".

Une large mobilisation

Cette journée coïncide avec la mobilisation des fonctionnaires, appelés par l'ensemble de leurs syndicats à faire grève et à manifester contre une série de mesures les concernant.

C'est la première fois depuis 2007 que les neuf syndicats du secteur organisent une journée d'action unitaire.

Des préavis de grève ont été déposés dans les hôpitaux, les écoles, les mairies et les ministères. Ainsi, près de la moitié des enseignants du primaire devraient être en grève à Paris, selon le syndicat national des instituteurs et professeurs des écoles de la FSU, avec 70 écoles fermées.

Les policiers de Alternative Police-CFDT et de UNSA Police devraient également se joindre aux cortèges pour dénoncer leurs conditions de travail. Des agents de Pôle emploi protesteront contre des suppressions de postes.

Enfin, les syndicats de salariés privés, les routiers de FO et de la CGT ont également décidé de rejoindre les cortèges pour manifester spécifiquement contre la réforme du Code du travail.

Rendez-vous salarial le 16 octobre

Dans leur ligne de mire : le gel du point d'indice, le rétablissement d'un jour de carence et la suppression de 120.000 postes dans la Fonction publique sur l'ensemble du quinquennat.

Outre les mesures d'économies, les fonctionnaires ne bénéficieront que d'une "neutralisation" de la hausse de la CSG, alors que dans son programme de campagne, Emmanuel Macron prévoyait un gain de pouvoir d'achat pour "tous les travailleurs".

Les syndicats de fonctionnaires doivent rencontrer le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, le 16 octobre pour leur rendez-vous salarial.

Pour l'heure, une convergence des luttes n'est pas souhaitée par les syndicats de la Fonction publique.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2017 à 18:43 :
Ah bon ils bossent ?
La SNCF ne fait pas grève? Non pas vrai.c est pasqu ils n ont pas eu l idée de cette grève ! L état devrait alligne le régime des fonctionnaire sur le privé ! Faisons grève pour cela !!
a écrit le 09/10/2017 à 17:06 :
Parions que les fonctionnaires seront plus nombreux dans les rues que lors des manifestations médiocres organisées par la CGT, Mr Mélanchon où les retraités...il
a écrit le 09/10/2017 à 15:00 :
ils peuvent toujours aller dans le privé !!!!
les jours de carence dans le privé ( trois jours) le salaire 300 euros de moins même chose pour la retraite
Réponse de le 09/10/2017 à 17:18 :
"ils peuvent toujours aller dans le privé !!!!"

C'est vrai ou toi dans le public.
Réponse de le 09/10/2017 à 18:19 :
Si les fonctionnaires sont si privilégiés, qu'attendez-vous pour postuler ? A moins que les contraintes (oui il y en a) ne vous fassent reculer ? Ou alors vous n'avez pas les diplômes nécessaires ? (oui il en faut)
Et vos 3 jours de carence, ils ne seraient pas pris en charge par votre employeur par hasard ? (avec l'aide d'argent public)
a écrit le 09/10/2017 à 14:13 :
Jupiter Macron et Prince Philippe énarques comme nombreux dans le gouvernement annoncent des mesurettes qui pr^te à rire pour "les cousins" de la fonction publique et ses agents comme ses prédécesseurs un manque de courage flagrant de "taper dans le dur" et tellement facile de continuer à pressuriser et faire encaisser année après année les réformes du redressement de notre pays que sur le privé. la République bananière avec sa monarchie et ses vassaux ont encore des beaux jours devant eux... jusqu'à l’explosion de la dette de la France qui est déjà catastrophique...
a écrit le 09/10/2017 à 12:51 :
Le seul jour où les enseignants sont tous présents c'est le jour de la pré rentrée ou le chef d'établissement présente l'emploi du temps de chaque prof qui doit regrouper les heures de cours sur le minimum de jours de présence . L'idéal est de regrouper ses heures sur 3 jours .... dur métier !
Réponse de le 10/10/2017 à 5:49 :
Avec 12 heures de cours par semaine , on peut réussir a plié l'affaire en 2 jours de 6 heures ...
Réponse de le 10/10/2017 à 8:03 :
Moins de trajets c'est moins de pollution et plus de repos pour les enfants qui en ont déja bien besoin.Le salaire des enseignants rapporté aux heures de cours est ridiculement bas.Etre enseignant (ou fonctionnaire) deviendra bientot un sacerdoce
a écrit le 09/10/2017 à 12:12 :
J’aime bien le slogan : « Donner au train des idées d'avance », j’ai bien peur que dans les services publics, il n’y ait plus beaucoup de trains ni d’idées et encore moins d’avance.
Non pas qu’ils soient inutiles bien au contraire, mais on ne peut qu’en constater l’inefficacité et le manque d’acceptation des réformes. Certes il y eut des tentatives maladroites menées parfois sans aucune réflexion ou panification préalable et qui souvent se terminent par le simplissime coup de rabot dévastateur, le degré zéro de la gestion d’entreprise). Il faut dire que l’on n’a pas eu beaucoup de politiques bons managers, à croire qu’il y aurait antinomie entre gestion d’Etat et gestion des comptes. Sans comptes il n’y aurait plus d’Etat et vice versa. Pire, malgré le principe d’exemplarité qui devrait être la vertu première des dirigeants politiques (et syndicaux), le principe est parfois bafoué à un tel point, que cela les « oblige » à s’auto-exonérer de la justice et de la morale par la même occasion.

Quand à la concertation, en France elle est souvent synonyme d’entourloupes, de rapports de force et de blocages. Des méthodes qui n’ont rien de participatif ou de responsabilisant.
A défaut de résultats pérennes de gains de performance ou d’économies, cela oblige les divers gouvernements à ponctionner jusqu’à la moelle ce qui peut encore l’être, à savoir : les classes moyennes et maintenant même les plus défavorisés, les artisans et commerçants, les entrepreneurs, bref le tissu économique productif de richesse. Les grands groupes et les grandes fortunes bénéficiant du privilège de la mobilité fiscale et d’un réseau d’influence.

Et comme au final il s’agit souvent d’histoires de "gros sous", reste la solution de vendre les fleurons, qui ne parait pas toujours intelligemment menée stratégiquement parlant. Il est vrai que dans l’urgence on fait ce que l'on peut.

Nous voilà dans une espèce d’auberge espagnole, sauf qu’au lieu d’y venir avec de la nourriture, chacun y amène ses exigences et ses prétextes.

Je ne vois rien de bien constructif dans tout cela.
Réponse de le 09/10/2017 à 13:13 :
Vous ne savez donc pas lire? La SNCF ne se fera pas greve ce jour là...donc encore raté pour la critique...par contre essayer d'aller prendre un avion ce jour là?Autrement à quand remonte une grande greve SNCF?sous l'ere Sarkozy? Et encore...
a écrit le 09/10/2017 à 11:57 :
" les fonctionnaires ne bénéficieront que d'une "neutralisation" de la hausse de la CSG, alors que dans son programme de campagne, Emmanuel Macron prévoyait un gain de pouvoir d'achat pour "tous les travailleurs".....

S'il y a eu des fonctionnaires pour voter pour ce président ancien banquier, ils ont fait preuve de beaucoup de naïveté !!!
a écrit le 09/10/2017 à 11:56 :
tout à fait d'accord faut remettre en sureffectif les fonctionnaires au travail et en particulier la justice enseignants police chu avec contrôle des raisons de l'absentéisme , contrôle du travail réellement effectués , mettre fin aux soit-disant heures supplémentaires de complaisance qui est plus de la magouille comme on peut le voir dans la police et chu qui scandale pour avoir des jours de récupération qui ne sont pas justifiés comme dénoncés lors d'un documentaire tv
a écrit le 09/10/2017 à 11:32 :
Les fonctionnaires et c'est très bien pour eux, vont obtenir certainement des compensations sur la CSG. Au final, il ne restera que les retraités qui vont être pénalisés par cet impôt. Merci Monsieur Macron pour ceux qui gagnent moins de 2000 e par mois après 40 ans de cotisations.
Réponse de le 09/10/2017 à 11:58 :
Vous avez, hélas, raison ! mais quel est le "pouvoir de nuisance" des retraités ?? NUL !
a écrit le 09/10/2017 à 10:45 :
LES FONTIONNAIRES SONT LES PRIVILEGIE DU MONDE OUVRIER CAR BEAUCOUP SONT DIPLOME? ILS ONT AQUI BEAUCOUP DE DROIT CAR ILS ARIVE NT A PARALISER L ECONOMIE DU PAYS/ET LES GOUVERNEMENT LES CRAINS POUR CELA,/// mais il y a un manque enorme de personnel dans la sante :la police et la justice///?TOUS LES GOUVERNEMENTS LE SAVENT ET DOIVENT TRAITE CES GROS PROBLEMES DE SOCIETE SANS ETAT D AME???
Réponse de le 09/10/2017 à 18:01 :
"LES FONTIONNAIRES SONT LES PRIVILEGIE DU MONDE OUVRIER CAR BEAUCOUP SONT DIPLOME?"

J’espère que tu es au courant qu'il existe plusieurs catégories de salariés , comme dans le privé d'ailleurs et crois moi la catégorie C , n'est pas celle qui bouffe le plus de pognon.

• LA CATÉGORIE C correspond aux fonctions d’exécution, nécessitant, pour certains métiers, des qualifications professionnelles spécialisées de type BEP/ CAP.

•LA CATÉGORIE B correspond à des fonctions d’application. Le recrutement se situe au niveau du baccalauréat à bac +2. Les fonctionnaires de catégorie B peuvent encadrer des équipes, des ateliers, des services. Ils constituent un encadrement intermédiaire.

•LA CATÉGORIE A correspond aux fonctions de conception et de direction. Le recrutement se situe au niveau de la licence à l’exception de certains cadres d’emplois qui exigent des diplômes supérieurs. Les agents de la catégorie A ont vocation à être cadres.
a écrit le 09/10/2017 à 10:43 :
LES FONTIONNAIRE SSONT LES PRIVILEGIE DU MONDE OUVRIER CAR BEAUCOUP SONT DIPLOME? ILS ONT AQUI BEAUCOUP DE DROIT CAR IL ARIVE A PARALISER L ECONOMIE DU PAYS/ET LES GOUVERNEMENT LES CRAINS POUR CELA,/// mais il y a un manque enorme de personnel dans la sante :la police et la justice///?TOUS LES GOUVERNEMENT SLE SAVENT ET DOIVENT TRAITE CES GROS PROBLEMES DE SOCIETE SANS ETAT D AME???
a écrit le 09/10/2017 à 10:32 :
LES 5,5 MILLIONS DE FONCTIONNAIRES QUI NE SONT QUE DES ASSISTES ET DES FAIGNANTS AVEC LEUR 32H DE TRAVAIL, SURPAYE, A L'ABSENTÉISME STRATOSPHÉRIQUE, AU SERVICE MÉDIOCRE, AU M'EN FOUTISME GENERALISE, CULTURE DE LA GREVE... QUI RUINE NOTRE PAYS... A REFORMER D'URGENCE... ALIGNEMENT SUR LE PRIVE, STATUT DE DROIT PRIVE, RETRAITE, CULTURE DU RÉSULTAT, ETC... METTRE FIN AUX AVANTAGES ET PRIVILÈGES INJUSTIFIÉS DE CETTE CASTE DE NABABS TANT DÉNONCÉS PAR L'OCDE ET LE FMI !!!!!!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2017 à 9:49 :
SNCF : Donner aux trains des idées d'avances :

Alors que la dette de la SNCF s'envolait, son ancienne directrice générale chargée de SNCF Voyageurs et maintenant ministre des Armées, Florence Parly, a touché plus de 52 000 par mois durant les six premiers mois de 2017, révèle "Marianne".
a écrit le 09/10/2017 à 9:39 :
"Pour l'heure, une convergence des luttes n'est pas souhaitée par les syndicats de la Fonction publique."

Bref on fait semblant et c'est bien pour cela que les syndicats ont été infiltrés d'ailleurs, ils faisaient bien trop peurs aux possédants, autrefois, maintenant ce sont presque d'aussi bon toutous que les politiciens.

"Une histoire populaire des États-Unis" https://fr.wikipedia.org/wiki/Une_histoire_populaire_des_%C3%89tats-Unis
a écrit le 09/10/2017 à 9:36 :
Et le privé toujours plus écrasé.....
Réponse de le 09/10/2017 à 10:34 :
Le privé, le public, même combat. Les deux se font marcher dessus ces dernières années.

Il ne faut pas céder à la facilité de haïr l'autre. Cela n'arrangera le sort de personne, au contraire. Diviser pour mieux régner. C'est précisément ce qu'ils cherchent.

Il faut se soutenir.
Réponse de le 09/10/2017 à 12:04 :
à albert : SAUF QUE !! les salariés du privé vont voir leur salaire augmenter grace à macron alors que les fonctionnaires ont leur traitement bloqué depuis 2012 et les retraités leur retraite diminuée grace à ce président !
Réponse de le 09/10/2017 à 17:08 :
Tous ensemble tous ensemble on connait la musique...et au bout du compte les salariés du privés seront les dindons..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :