Investissements : les Hauts-de-France ont-ils tiré leur épingle du jeu du Brexit ?

 |  | 1091 mots
Lecture 6 min.
Dès mai 2017, une délégation de 250 décideurs nordistes était partie à la rencontre de leurs homologues britanniques à Londres. L'image du départ de l'Eurostar avait été reprise dans tous les médias : le train emmenait à son bord le président de région Xavier Bertrand, le président de la Métropole européenne de Lille, Damien Castelain, et la maire de Lille, Martine Aubry. mais aussi le Comité Grand Lille et Entreprises& Cité, campus entrepreunarial nordiste.
Dès mai 2017, une délégation de 250 décideurs nordistes était partie à la rencontre de leurs homologues britanniques à Londres. L'image du départ de l'Eurostar avait été reprise dans tous les médias : le train emmenait à son bord le président de région Xavier Bertrand, le président de la Métropole européenne de Lille, Damien Castelain, et la maire de Lille, Martine Aubry. mais aussi le Comité Grand Lille et Entreprises& Cité, campus entrepreunarial nordiste. (Crédits : Entreprises & Cité)
Dès l'annonce officielle de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le conseil régional ainsi que la CCI tout comme l'ensemble des acteurs économiques s'étaient mis en ordre de marche pour attirer les implantations. Pour quel bilan aujourd'hui ?

A toute chose, malheur est bon. C'est en tout cas avec cette philosophie que la communauté d'affaires des Hauts-de-France avait souhaité aborder le Brexit, laissant derrière elle les peurs et les appréhensions. Dès mai 2017, une délégation de 250 décideurs nordistes était partie à la rencontre de leurs homologues britanniques à Londres. L'image du départ de l'Eurostar avait été reprise dans tous les médias : le train emmenait à son bord le président de région Xavier Bertrand, le président de la Métropole européenne de Lille, Damien Castelain, et la maire de Lille, Martine Aubry. mais aussi le Comité Grand Lille et Entreprises& Cité, campus entrepreunarial nordiste. Le mot d'ordre ? Que ce divorce entre l'Europe et la Grande-Bretagne puisse profiter à ses voisins les plus proches, à savoir les Hauts-de-France.

Les actions en région se sont alors multipliées, dans une optique de « win-win » afin de continuer à travailler avec les Anglais. Et, pourquoi pas, accueillir quelques entreprises au passage. Une campagne publicitaire, baptisée Welcome Home, notamment affichée dans le métro londonien, avait justement ciblé les investisseurs outre-Manche, à la recherche d'une solution géographique et logistique et surtout d'un pied dans l'Union européenne. Même l'Orchestre national de Lille avait organisé une tournée d'une semaine...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2021 à 11:20 :
Jules Ferry pour une fois m'avait bien plus ce jour là en voyant le clip pour Sarkozy "lip dub", commentant simplement: "Dégoulinant de niaiserie". J'ajouterais que ça commence à devenir un poil alarmant cette habitude de s'afficher niais quand même hein...

Le RU n'a pas quitté l'UE pour nous faire la guerre hein, le RU a quitté l'UE parce qu'on étouffe littéralement en UERSS, empire prévu pour durer mille ans, descendez tous de votre tout petit monde d'ultras privilégiés et voyez le enfin !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :