"L'autonomie financière des collectivités a été mise à mal", Johanna Rolland, France urbaine

 |  | 955 mots
Lecture 5 min.
La France demeure un pays jacobin et centralisé dénonce la maire (PS) de Nantes et présidente de France urbaine Johanna Rolland.
"La France demeure un pays jacobin et centralisé" dénonce la maire (PS) de Nantes et présidente de France urbaine Johanna Rolland. (Crédits : Martial RUAUD – Ville de Nantes.)
INTERVIEW. Élue présidente de l'association d'élu(e)s France urbaine en septembre, qui regroupe les dirigeant(e)s des grandes villes et des métropoles, la maire (PS) de Nantes et patronne de Nantes Métropole, Johanna Rolland, interpelle le gouvernement sur la question des finances locales. En tête des priorités, la question du versement transport.

[article publié le 4 novembre 2020 à 15h20, mis à jour le 4 novembre 2020 à 17h35 avec les annonces du gouvernement sur le versement transport]

LA TRIBUNE - Dans quel état d'esprit sont les grandes villes près d'une semaine après le retour du confinement ?

JOHANNA ROLLAND - 
Nous nous sommes réunis mardi matin [le 3 novembre, Ndlr] en visioconférence pendant près de deux heures. De nombreux sujets ont été mis sur la table, provoquant de denses et riches échanges entre nous, et en premier lieu la situation sanitaire.

Les niveaux de l'épidémie restent encore différents selon les territoires, où de 30% à 80% des lits de réanimation sont occupés. La situation est particulièrement grave. Toutes les sensibilités politiques constatent en outre une très forte hausse de la pauvreté dans nos métropoles, mais la réponse de l'État reste largement insuffisante avec seulement 0,8% du plan de relance consacré à la question.

En première ligne, les associations nous alertent et nous devons déclencher des premières mesures, mais il nous faut des moyens de fonctionnement. Aujourd'hui, nous n'avons toujours pas de réponse du gouvernement, alors que nos dépenses...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2020 à 16:37 :
Quand on centralise les moyens financiers, tout en décentralisant les responsabilités, il faut pas sortir de l'ENA pour comprendre le piège!
a écrit le 04/11/2020 à 18:35 :
Et bien elles n'ont qu'à s'en prendre à Macron, destructeur en chef du pacte social français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :