L'OCDE table sur une très faible baisse du chômage en 2016

 |   |  371  mots
Selon l'OCDE, la faiblesse de la croissance française en 2016 (1,3%) ne permettra pas de significativement baisser le chômage
Selon l'OCDE, la faiblesse de la croissance française en 2016 (1,3%) ne permettra pas de significativement baisser le chômage (Crédits : reuters.com)
L'OCDE ne croit pas à une inversion sensible de la courbe du chômage l'année prochaine. Elle table sur une très faible diminution du taux de chômage de 0,1 point en fin d'année 2016.

Se dirige-t-on vers une nouvelle déconvenue sur le front du chômage en 2016 ? Certes, tous les instituts, à l'instar du gouvernement, pronostiquent une (légère) accélération de la croissance l'année prochaine, après le 1% attendu cette année. En 2016, le gouvernement table sur 1,5%, COE-Rexecode sur 1,3%, BNP Paribas - comme la Commission européenne- attend 1,4% et l'OFCE, toujours optimiste, espère 1,8%.

Pour sa part, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui vient de publier ses prévisions d'automne, attend 1,1% de progression du PIB en 2015 (soit un petit 0,1 point de plus que lors de ses dernières estimations). Pour 2016, l'organisation internationale table sur une hausse du PIB en France de 1,3%, contre 1,4% jusqu'ici. La France serait victime du ralentissement attendu de l'économie mondiale (et notamment de la Chine). De fait, l'OCDE a revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale en 2016 qui devrait atteindre 3,3% au lieu des 3,6% attendus auparavant. La faiblesse du commerce international serait la principale cause de ce ralentissement.

Une baisse de... 0,1 point du taux de chômage attendu

Dans ce contexte, toujours selon l'OCDE, la croissance française ne serait donc pas suffisamment dynamique pour parvenir à réellement inverser la courbe du chômage avant fin 2016. La diminution serait même extrêmement faible. Le taux de chômage passerait de 10% fin 2015 à .... 9,9% fin 2016.

Des données plus pessimistes que celles de l'OFCE pour qui qui l'emploi total progresserait de 200.000 postes en 2016. Or, comme la population active ne croîtrait naturellement « que » de 135.000 personnes, le chômage commencerait à réellement diminuer. Le taux de chômage descendrait ainsi fin 2016 à 9,7%. Quant à l'Unedic, l'organisme paritaire qui gère l'assurance chômage, elle table sur 51.000 chômeurs de moins en 2016.

Par ailleurs, l'organisation internationale y va de ses recommandations habituelles au gouvernement français, qui serait, selon elle, bien inspiré de réduire la part des dépenses publiques en pourcentage du PIB, et qui aurait une "large marge de manœuvre pour améliorer le système fiscal" en baissant les cotisations, en supprimant des niches et en "augmentant les taxes écologiques". Et, bien entendu, la France devrait aussi "simplifier les régulations, les procédures administratives et particulièrement le droit du travail".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2015 à 8:00 :
Il est précisé: baisser les cotisations sociales, augmenter les taxes écologiques. Autrement dit, financer les retraites par une taxe sur l'énergie.
a écrit le 09/11/2015 à 23:37 :
Point de baisse possible du chômage si la croissance est inférieure à 1.5% d'après de nombreux économistes. Les socialistes ont durablement cassé la machine France/confiance, ils en paieront le prix aux régionales et en 2017. Ils ont refusé de réformer ce pays et enlever les freins à la croissance.
Réponse de le 10/11/2015 à 1:06 :
Le probleme est que le petit a talonette est du même niveau que Hollande
a écrit le 09/11/2015 à 19:41 :
Les prévisions de l'UNEDIC sont généralement assez fiables.
Cordialement
a écrit le 09/11/2015 à 19:34 :
En moyenne l'OCDE se trompe de 100% dans ses prévisions de croissance pour la France ces trois dernières années. Dans un sens ou dans l'autre.
Elle base ses prévisions de chômage sur celles de la croissance, donc la croissance pourra être de 3% ou de 0%, ou entre les deux, et le chômage pourra augmenter ou baisser ...
Finalement les prévisions de décembre 2016, pour 2016 devraient s'approcher du taux réel ...!
mais les économistes auront touché 100% de leur salaire chaque mois.
a écrit le 09/11/2015 à 18:13 :
l'ofce, c'est les copains de hollande, alors s'ils voient 5% de croissance c'est normal.... pour le reste, aller discuter avec les gens, ca vous permettra de comprendre ou il faut changer la stabilite des parametres du modele ( ca sera de toute facon constate par des tests econometriques ' structural break', ou autre)
petite aide ' regardez du cote de l'investissemnt', et faites comme en datamining un bon coup de ' drill down'
voila, vous avez les reponses a vos questions et vous saurez pourquoi le chomage va continuer d'augmenter
a écrit le 09/11/2015 à 17:57 :
Tient, les organismes deviennent plus prudents sur la lecture dans le marc de café. Les révisions à la baisse de la croissance des PIB des pays entraînent une stagnation ou une augmentation de la courbe du chômage. Pas la baisse fantasmer par notre "cher" Président, c"est bête.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :