Budget 2021 : le gouvernement face au cataclysme économique et social

Baisse de la fiscalité, soutien aux entreprises, transition écologique... le gouvernement a présenté son projet de loi de finances 2021 pour relancer l'économie alors que l'épidémie flambe à nouveau. Malgré ce contexte sanitaire dégradé, "l'objectif de ce budget, c'est de renforcer le niveau d'activité de 4 points de PIB dont 1,5 point dès 2021. Notre objectif, c'est de créer jusqu'à 240.000 emplois d'ici 2022", a expliqué Bruno Le Maire lors d'un point presse ce lundi 28 septembre. Rien qu'au premier semestre 2020, plus de 700.000 emplois ont été détruits. Face au spectre du chômage de masse, ce budget aux allures de plan de relance pourrait manquer sa cible.
Grégoire Normand
Nous devons conjuguer la lutte contre le virus et la mise en œuvre de la relance, a déclaré Bruno Le Maire.
"Nous devons conjuguer la lutte contre le virus et la mise en œuvre de la relance", a déclaré Bruno Le Maire. (Crédits : Reuters)

La crise du coronavirus chamboule les lignes budgétaires du gouvernement Castex. Après une semaine d'isolement pour avoir été testé positif au Covid-19, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire est venu présenter un budget 2021 sous le signe de la relance, accompagné du ministre en charge des Comptes publics, Olivier Dussopt.

"Le budget présenté ce matin est un budget de relance. Il répond à l'urgence immédiate. Des milliers de PME ont encore besoin du soutien de l'État. Il n'y a pas de contradiction entre la transformation de l'économie et de notre modèle productif et la poursuite du soutien aux entreprises et aux PME. Nous avons répondu à la pire crise économique depuis 1929. Nous avons sauvé des milliers d'emplois et d'entreprises. Nous avons fait le maximum et nous continuerons de faire le maximum", a déclaré le ministre des Finances dans son propos liminaire. France relance, c'est un montant global de 100 milliards d'euros".

Lire aussi : France Relance, un plan de 100 milliards d'euros pour éviter le décrochage économique

Après un printemps cataclysmique et une reprise de l'activité plus forte que prévu cet été, les clignotants sont au rouge en ce début d'automne. La multiplication des foyers de contamination a amené les autorités sanitaires à durcir à nouveau les mesures pour limiter la propagation de la Covid-19.

Dans ce contexte de nouvelle flambée de l'épidémie, la reprise économique est à nouveau sous pression. Pour le gouvernement, l'équation s'annonce périlleuse. Face à de nombreux doutes, "nous devons conjuguer la lutte contre le virus et la mise en œuvre de la relance. Nous devons apprendre à vivre avec le virus", a répété Bruno Le Maire. Derrière ces discours et ce chiffre impressionnant de 100 milliards, la stratégie du gouvernement s'annonce risquée à un moment où la santé de la population française est à nouveau menacée.

La priorité donnée à la croissance verte

Lors de la présentation du projet de loi de finances (PLF) 2021, les deux ministres ont particulièrement insisté sur la nécessité de relancer l'économie par la croissance verte. "Avec un effort inédit de 30 milliards d'euros d'investissements en faveur de l'environnement, France relance constitue un levier essentiel d'accélération de notre transition écologique", explique le document budgétaire. Dans une liste à rallonge, le gouvernement explique vouloir mettre l'accent sur la rénovation énergétique des bâtiments privés et publics, la décarbonation de l'industrie, le développement de la filière hydrogène, l'économie circulaire, la mobilité verte...

Sur tous ces points, l'exécutif compte mettre en œuvre plus de transparence en présentant l'impact environnemental des principales dépenses budgétaires et fiscales. La stratégie du gouvernement sur la transition écologique semble périlleuse. En effet, la multiplication des annonces dans un grand nombre de secteurs pourrait diluer l'efficacité de certaines mesures alors que la transition écologique est régulièrement citée comme "une priorité" par le gouvernement. Certains économistes n'ont pas hésité à parler de "saupoudrage".

Baisse des impôts de production

Le second axe de ce budget est le renforcement de la compétitivité des entreprises. Sans surprise, le gouvernement entend poursuivre sa politique économique de l'offre en favorisant les baises d'impôt pour les entreprises. "Si nous voulons assurer la reconquête industrielle, il faut continuer à baisser les impôts", a affirmé Bruno Le Maire lors du point presse.

L'année prochaine, les impôts de production devraient diminuer d'environ 10 milliards d'euros. Dans le détail, la principale baisse concerne la contribution économique territoriale (CET). Elle est composée de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE, -7,2 milliards d'euros), de la cotisation foncière sur les entreprises (CFE, -1,5 milliard) et de la taxe foncière sur les propriétés bâties acquittée par les entreprises (-1,75 milliard d'euros).

Selon des simulations communiquées par l'administration fiscale, ces baisses devraient profiter à 41% aux entreprises de taille intermédiaire (ETI), à 33% aux PME et TPE et à 26% aux grandes entreprises.

Ce soutien massif aux entreprises, qui s'accompagne de la poursuite de la baisse de l'impôt sur les sociétés, pourrait rapidement trouver ses limites si la demande et les carnets de commande restent moroses. Dans leur point de conjoncture de début septembre, les économistes de l'Insee ont notamment pointé le risque d'un "choc sur la demande" :

"Depuis l'été, les enquêtes de conjoncture pointent par ailleurs le risque d'un choc significatif de demande. Les entreprises sont nombreuses à craindre des pertes de débouchés. Dans l'industrie, les carnets de commandes - en particulier venant de l'étranger - ne se regarnissent que lentement. Et la confiance des ménages dans la situation économique reste inférieure à son niveau d'avant crise".

> Lire aussi : La chute de la demande, un défi pour le plan de relance

En outre, la baisse de la fiscalité sans condition environnementale ou d'emploi remet en cause la logique précédente du gouvernement en faveur de la transition écologique. Beaucoup d'entreprises dans le secteur des énergies fossiles par exemple devraient profiter de ces baisses.

Soutien à l'emploi

L'autre urgence affichée par l'exécutif est la sauvegarde des emplois. Si les mesures d'activité partielle mises en œuvre depuis le début du printemps ont permis de limiter la casse sociale dans un premier temps, le repli historique de l'activité n'a pas empêché de multiples destructions de postes. Selon l'Insee, plus de 700.000 emplois ont été détruits au cours du premier semestre.

Lire aussi : Emploi: quelles sont les régions de France les plus touchées par la crise du Covid-19?

De grands groupes comme Renault, Airbus, Air France, Bridgestone ont déjà annoncé des fermetures de sites et des licenciements sans compter tous les contrats à durée déterminée (CDD), les intérimaires et les saisonniers qui ont déjà subi de plein fouet les conséquences terribles de la pandémie.

Pour tenter de limiter l'hémorragie, le gouvernement veut pérenniser les mesures de chômage partiel en proposant un dispositif double pour donner "une meilleure visibilité aux salariés et aux employeurs" :

- un dispositif d'activité partielle de droit commun (APDC). Il vise à répondre à des besoins ponctuels et doit permettre de protéger les emplois, en particulier ceux qui sont proches du SMIC, pour les entreprises ayant connu une baisse de l'activité limitée.

- un dispositif d'activité partielle de longue durée (APLD) "pour accompagner les entreprises subissant un choc durable mais avec la perspective de reprise d'une activité à moyen terme".

Le chiffrage de ces mesures est estimé à 6,6 milliards d'euros en 2021 et assuré à 67% par l'État (4,4 milliards d'euros) et à 33% par l'Unédic (2,2 milliards d'euros).

Pour l'organisme paritaire en charge du financement de l'assurance-chômage, les perspectives budgétaires s'annoncent très tendues après une année 2020 dans le rouge. La mise en œuvre massive du chômage partiel, qui a servi d'amortisseur pendant les semaines de confinement et au moment de la reprise, a plombé les comptes de l'Unédic. La montée du taux de chômage dans les mois à venir devrait encore alourdir la facture.

Dans ses perspectives, Bruno Le Maire a expliqué que "l'objectif du plan de relance et ce budget est de créer jusqu'à 240.000 emplois d'ici 2022, créer 4 points de PIB et de retrouver le niveau d'activité d'avant la crise d'ici 2022". Rien que pour 2020, plus d'un million d'emplois pourraient être détruits selon des estimations de la Banque de France.

Lire aussi : La pandémie pourrait détruire 245 millions d'emplois dans le monde

Un rebond de 8% anticipé l'année prochaine

U,V,W, K, en aile d'oiseau... le profil de la reprise demeure à ce stade complexe à établir. La mise sous cloche de l'économie a complétement déboussolé les repères des économistes et bousculé leur modèle de prévision.

De son côté, le gouvernement table sur une récession de l'ordre de 10% cette année avant un rebond de 8% en 2021. Bruno Le Maire a assuré que "le scénario sur lequel repose le projet de loi de finances demeure toutefois prudent pour 2020, afin de tenir compte des incertitudes inhérentes à l'évolution de l'épidémie". En outre, la vitesse de reprise de l'activité va dépendre en grande partie de l'évolution de la crise sanitaire et des avancées de la recherche pour trouver un vaccin.

De nombreuses interrogations sur l'évolution de la consommation demeurent. Dans le document présenté au point presse, les auteurs expliquent que "à la faveur de la forte épargne accumulée pendant le confinement, de l'impulsion du plan de relance et de la progression du pouvoir d'achat sur les deux années, la reprise de la consommation pourrait être plus dynamique qu'attendu". Bien que les ménages ont cumulé une épargne forcée de 86 milliards d'euros entre mars et août, une partie de cette épargne pourrait se transformer en épargne de précaution si la confiance des ménages ne s'améliore pas grandement.

Lire aussi : La confiance, cette denrée si fragile qui risque de manquer en sortie de crise

La trajectoire des finances publiques remise en cause

La crise a mis à mal la trajectoire de réduction des dépenses publiques promue par le gouvernement. Alors qu'Emmanuel Macron avait promis une baisse des dépenses publiques, la pandémie a obligé le gouvernement a revoir profondément sa copie. Pour 2021, le déficit public devrait se réduire pour atteindre 6,7% du produit intérieur brut contre 10,2% attendu pour 2020.

"La dette, c'est de l'investissement. Dépenser de l'argent pour le chômage partiel, c'est de l'investissement sur les compétences. C'est moins coûteux. Une dette se rembourse. Tous ceux qui disent que la dette ne sera pas remboursée ne sont pas responsables. Elle sera remboursée par la croissance, le maintien de finances publiques saines, et la poursuite des réformes de structures (réforme de l'action logement, la réforme des retraites est nécessaire pour la prospérité du pays)", a indiqué Bruno Le Maire.

Là encore, les répercussions de la récession à moyen terme pourraient obliger le gouvernement à encore bouleverser son agenda de réformes.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 29/09/2020 à 20:41
Signaler
C'est le gouvernement qui a créé ce cataclysme lui-même, au mépris de la mortalité propre à ce virus somme toute assez relative. On verra bien en fin d'année l'augmentation de la mortalité en France et son importance réelle. Les tremblants contemp...

le 29/09/2020 à 23:09
Signaler
Ça repose sur rien ce que vous dites ... tous les gouvernements va ont fait à peu près ce lann va même chose .. seriez vous le seul contre tous? A avoir raison Sans confinement on aurait eu le triple denmort selon ils et impérial collège pas sur ...

le 29/09/2020 à 23:12
Signaler
Ça repose sur rien ce que vous dites ... tous les gouvernements ont fait à peu près la même chose On a pas le choix ou on laisse mourir les chroniques. Les vieux les handicapés .. ça vous rappelles rien ? . seriez vous le seul contre tous? A avoir...

le 30/09/2020 à 17:58
Signaler
"Le coronavirus creuse l’écart de niveau de vie entre actifs et retraités" SOURCE "Le monde" du 30 juin 2020; => Il faut laisser faire la nature ou au mieux la canalisée. En effet, la pension moyenne (retraités) nette augmenterait de 1,2 % cett...

à écrit le 29/09/2020 à 19:07
Signaler
et si notre Président mettait ses mains dans le cambouis pour s'occuper des français au lieu de gesticuler au Liban et ailleurs , en pure perte d'ailleurs .

à écrit le 29/09/2020 à 14:06
Signaler
certes nos politiciens qui ont fait du droit empruntent bien des chemins de travers

à écrit le 29/09/2020 à 12:59
Signaler
Les tranches de l'IR qui viennent d'être publiées montrent que cet impôt est concentré sur les français qui gagnent par an entre 25710 et 73516 euros. 52% sont exonérés de cet impôt. Monsieur Le Maire qui prétend que la pression fiscale diminue, d...

à écrit le 29/09/2020 à 11:41
Signaler
Tu parles qu'il fait face. A rien du tout, l'etat va encore emprunter 360 milliards. Les generations futures vous maudiront.

à écrit le 29/09/2020 à 9:19
Signaler
"le gouvernement face au cataclysme économique et social"...qu'il a lui-même créé et qu'il entretient !

à écrit le 29/09/2020 à 8:38
Signaler
Le gouvernement face à ses immenses responsabilités et sa mauvaise gestion de la pandémie actuelle. Une véritable honte, il serait temps d'interdire au moins l'achat de diplômes dans nos grandes écoles dont la crédibilité avec les LREM s'est effondré...

à écrit le 29/09/2020 à 3:01
Signaler
Les francais bientot au fond du trou ? Enfin pas tous....

à écrit le 28/09/2020 à 21:56
Signaler
Hold up sur les français : cette dette devra être remboursée. Cette dette a été créée pour soutenir une idéologie économique. En France, selon les données de l’OCDE, le dixième de la population la plus fortunée détient un peu plus de la moitié du pat...

le 29/09/2020 à 20:45
Signaler
41% des impôts sur le revenu est payé par 2% des foyers, sans compter que la moitié des foyers en sont dispensés. Cela doit répondre à votre sentiment d'injustice. Les faits, rien que les faits, c'est mieux que le fantasmes des comptoirs de café.

le 29/09/2020 à 23:14
Signaler
Vous oubliez la majorité des pays européen et us qui sont bien pire que nous .... on vit dans un monde interdépendant réveillez vous !

à écrit le 28/09/2020 à 21:32
Signaler
Rectifions le titre : "Budget 2021 : le gouvernement face au cataclysme économique et social"...qu'il a lui-même organisé !

à écrit le 28/09/2020 à 21:15
Signaler
A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Jusque là nous pouvons comprendre. Mais en France cela fait 40 ans qu'on nous fait le coup de l'exceptionnel. Nous avons ainsi durant ces 4 décennies accumulé 2400 Milliards d'Euros de dette qui no...

le 28/09/2020 à 22:47
Signaler
La dette a ce jour est très proche des 2500Milliards d'€ auquel il faut penser a rajouter les 260 Milliards pour la relance économique. Lorsque je pense qu'ils avaient l'objectif de réduire la dette, je crois fermement qu'ils pourront pas y arriver e...

à écrit le 28/09/2020 à 17:41
Signaler
Vu ds la presse. Le nombre d'IVG pratiquées en France a atteint son plus haut niveau en 2019 depuis 30 ans, avec 232 200 interruptions volontaires de grossesse. Fait marquant : les femmes aux revenus les plus faibles ont plus souvent recours à l'IVG...

à écrit le 28/09/2020 à 17:23
Signaler
"Après une semaine d'isolement pour avoir été testé positif au Covid-19" Et alors, rien ,comme les 99,5% des "cas, confinés ,infectés " donc.Positif et au bout d'une semaine plus rien ,super, type de médoc pour se soigner ,un doliprane et au lit ?...

le 29/09/2020 à 1:11
Signaler
être positif au coronavirus, c'est juste dire que celui-ci vous a attaqué et que votre système immunitaire l'a détruit !!!! cela veut juste dire que votre système immunitaire est en état de vous défendre : c'est une bonne nouvelle !!!

à écrit le 28/09/2020 à 16:15
Signaler
Cela fait des années que la France va vers le mur. La Covid vient de rapprocher le mur très très proche. Cela ressemble désormais à un effondrement. Au Canada, il existe une expression pour décrire ce que fait la société française depuis 20 ans : "pe...

le 28/09/2020 à 17:17
Signaler
+1

le 28/09/2020 à 19:41
Signaler
Pelleter par en avant ! Excellent ! On pourrait aussi dire faire de la cavalerie, exercice de nos courageux gouvernements de tous bords confondus depuis 45 ans ! Ça finira bien par péter un jour.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.