Le Maire compte sur l'attractivité fiscale pour attirer les financiers à Paris

 |   |  333  mots
Bruno Le Maire s'exprimant au Forum Smart City de Paris.
Bruno Le Maire s'exprimant au Forum Smart City de Paris. (Crédits : DR)
Invité du Forum Smart City de Paris, le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a indiqué réfléchir à un allègement de charges pour les salaires supérieurs à 2,5 fois le Smic. Il compte ainsi augmenter l'attractivité de la place de Paris et y attirer les emplois bancaires qualifiés suite au Brexit.

« Des dizaines de milliers d'emplois peuvent être créés dans le secteur financier, pour faire de Paris la première place financière de l'Europe continentale », a déclaré Bruno Le Maire lors du forum Smart City Paris qui se tient les 28 et 29 novembre. Grâce à ses grands établissement bancaires, ses nombreuses fintech et ses régulateurs financiers (Autorité des marchés financiers (AMF) et désormais Autorité bancaire européenne) la France et Paris ont, selon lui, « un temps d'avance ».

Baisse de l'impôt

Le ministre a rappelé les choix fiscaux du gouvernement, avec une baisse  de l'impôt sur les sociétés, qui passera d'un taux actuel de 33,33 % à 25 % en 2022 (il est de 12,5 % en Irlande et de 19 % au Royaume-Uni), la suppression de la tranche la plus haute de la taxe sur les salaires en 2018, et la transformation du CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) en baisse des charges en 2019 (mesure dénoncée par le Medef).

« Nous avons réussi à relocaliser l'Autorité bancaire européenne à Paris (159 emplois qualifiés) face à un scepticisme complet, même si nous avons eu un coup de pouce du hasard (il y a eu tirage au sort entre les finalistes Dublin et Paris Nda). Mais la chance fait partie du succès en politique », s'est félicité Bruno Le Maire. Le ministre de l'Économie veut aller plus loin, en envisageant un allègement de charges sur les salaires supérieurs à 2,5 fois le Smic, qui sont pour l'instant exclus du CICE.

Un message clair

« Il existe un débat sur les avantages et les inconvénients d'une telle mesure. Le Premier ministre est pour, dans une limite raisonnable. Mais cette mesure ne pourra être envisagée que quand les finances publiques seront stabilisées, ce qui n'arrivera pas en 2018 », a tempéré Bruno Le Maire.

Néanmoins, c'est un message très clair envoyé aux financiers et autres salariés très qualifiés des grandes banques de la place londonienne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2017 à 1:20 :
Je doute que les banquiers veulent offrir des vacances à paris au employés... pour une ambiance studieuse : Frankürt, pourquoi pas, de plus l'immobilier de bureaux est moins onéreux
a écrit le 30/11/2017 à 12:04 :
Mr Le Maire se satisfait de très peu : 150 emplois gagnés pour la France , alors que la Société Générale se prépare à en liquider 3000 .
C'est dire la "confiance" de la banque française dans la promesse du ministre de baisser la fiscalité et les charges des entreprises dans un proche avenir .
On peut penser que d'autres banques françaises imitent la SG .
a écrit le 29/11/2017 à 10:02 :
l abaissement des charges ne doit pas devenir la norme les charges a ete grees poursla solidarite notament pour permettre aux travailleurs d avoir une protection socialle des conge payes et une retraite, SOUS PRETEXTE D ATTIREZ DES CAPITAUX EN FRANCE ONT NE DOIT PAS FAIRE PAYE CELA AUX CLASSES POPULAIRE. LE MAIRE ET LE GENRE DE GUAS QUI NA FAIS QUE DE LA POLITIQUE A HAUT NIVEAUX ? ILS NE SAIT PAS QUE CE QU EST LE PARTAGE DES BIENS ET DES RICHESSES ? ??LES CHARGES SONT JUSTEMENT LA SOLIDARITE POUR LE PARTAGE DES BIEN ET DES RICHESSES???:::/// AUTREMENT DIT ON N HABILLE PAS PIERRE EN DESSABILIANT PAUL///
a écrit le 29/11/2017 à 2:53 :
MACRON/LEMAIRE va entrainer les finances publiques dans une situation des plus difficiles. Cette politique de l'aubaine fiscale et sociale va déstabiliser les recettes fiscale sans pour autant améliorer l'emploi ou le pouvoir d'achat de la classe moyenne et modeste.
Beaucoup d'annonce de suppression de taxe ou d'impot sans mettre en face les économies budgétaires ni réformes de fonds.
Je suis particulièrement inquiet par ce qui se décident en ce moment. la suppression de la TH c'est 22 milliards de recettes en moins, l'isf près de 4, la flattaxe 8 à minima comment LEMAIRE compte-t-il compenser ces baisses de ressource, dès lors qu'il n'arrête pas de pleurer qu'il doit rembourser les 10 milliards d'euros de la contribution de 3 %? quelles économies ? on observera que dans ce domaine on est dans le flou...;
POURTANT je suis plutôt partisan de ces suppressions, dont les bases sont obsolètes (TH/TF...), dont l'objectif était d'éviter l'accumulation de richesse et donc d'un état de rentier (isf..) mais j'ai bien l'impression que l'on met la charrue devant les boeufs !
a écrit le 28/11/2017 à 18:46 :
On peut aussi se douter que cela aurait eu très mauvais effet de délocaliser la finance aux pays bas alors que paradis fiscal en plein coeur de l'UE qui fait semblant de lutter contre, un tirage au sort qui tombe vraiment bien.

"Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam" https://www.latribune.fr/economie/international/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-l-union-europeenne-meritent-d-etre-sur-liste-noire-selon-oxfam-759371.html

Espérons que cette officine n'héritera pas du pouvoir de nuisance de la City.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :