Le PIB français stagne à 0,2% au deuxième trimestre, pénalisé par les grèves

 |   |  452  mots
Ces derniers mois ont été marqués notamment par les grèves à la SNCF et Air France, dont l'Insee estimait avant l'été qu'elles auraient un impact négatif de 0,1 point de PIB au plus.
Ces derniers mois ont été marqués notamment par les grèves à la SNCF et Air France, dont l'Insee estimait avant l'été qu'elles auraient un impact négatif de 0,1 point de PIB "au plus". (Crédits : Philippe Wojazer)
Le trou d'air de début d'année s'est poursuivi au deuxième trimestre pour la croissance française, avec une hausse du PIB de (seulement) 0,2% entre avril et juin. Pendant la saison printanière, les grèves des transports ont particulièrement pesé sur la hausse de l'activité, indique l'Insee. Cette mauvaise performance complique sérieusement l'objectif gouvernemental d'atteindre 2% de hausse du PIB en 2018.

Le rythme de croissance de l'économie française est resté inchangé à 0,2% au deuxième trimestre, un niveau inférieur aux attentes, du fait de la faiblesse de la consommation des ménages qui a notamment été affectée par les grèves dans les transports, selon la première estimation publiée vendredi par l'Insee.

Après la hausse de 0,2% du premier trimestre, la plus faible enregistrée depuis l'été 2016, les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un léger mieux (+ 0,3%) pour le PIB de la période avril-juin, un niveau anticipé également par l'Insee dans sa dernière note de conjoncture comme par la Banque de France. L'acquis de croissance pour 2018, à savoir l'évolution du PIB si l'activité stagnait au cours des deux prochains trimestres, se situait à 1,3% au 30 juin.

L'objectif de 2% difficilement atteignable

À ce niveau, l'objectif de 2% retenu par le gouvernement dans le programme de stabilité des finances publiques, remis en avril à la Commission européenne, sera très difficile à atteindre, l'Insee tablant pour sa part sur une croissance limitée à 1,7% dans sa première prévision publiée en juin.

Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a déjà indiqué que cet objectif pourrait être révisé à la rentrée, lors de la présentation du projet de loi de finances 2019, en tenant compte des chiffres du deuxième trimestre. Ces derniers mois ont été marqués notamment par les grèves à la SNCF et Air France, dont l'Insee estimait avant l'été qu'elles auraient un impact négatif de 0,1 point de PIB "au plus". L'institut souligne ce 27 juillet que ces conflits ont pénalisé la consommation des ménages en services, qui ont tout juste progressé de 0,1% contre de l'ordre de 0,5% en temps normal, leurs dépenses de transport reculant de 3,2%.

Dans le même temps, la consommation des Français en biens a reculé de 0,3% en raison de la faiblesse des dépenses en énergie, liée aux températures supérieures à la normale, et en biens alimentaires.

Une rare baisse de la consommation totale des ménages

Au bout du compte, la consommation totale des ménages, traditionnel moteur de l'économie française, accuse une rare baisse (-0,1% après +0,2% au 1er trimestre), la première depuis le 3e trimestre 2016. La demande intérieure finale a néanmoins contribué positivement au PIB à hauteur de 0,2 point, tout comme au premier trimestre, grâce à l'investissement des entreprises (+1,1%) comme des administrations publiques (+0,7%).

La contribution des variations des stocks des entreprises, a été également positive à hauteur de 0,3 point (après 0,0 au trimestre précédent), et celle du commerce extérieur négative dans les mêmes proportions.

( Avec Reuters )

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2018 à 11:09 :
Ce qui est plus inquiétant,c'est que les recettes fiscales vont baisser.Il sera difficile 'échapper a un élargissement des assiettes fiscales.La revalorisation des valeurs locatives devrait permettre de compenser la baisse de la taxe d'habitation.Je reste quand meme inquiet sur la baisse des ressources de l'état
Réponse de le 31/07/2018 à 11:37 :
Non, c'est la dépense publique qu'il faut ENFIN réduire.
a écrit le 30/07/2018 à 16:12 :
Ne serait-ce pas dû à cette pluie de réformes et de "hausses d'impôts"? Le Président devrait en répondre en prenant à sa charge la piscine de Brégançon et en remettant l'usage du château de LA LANTERNE à VERSAILLES au public; foin des datchas!
a écrit le 30/07/2018 à 15:09 :
Puisque les salariés et les retraités refusent de consommer plus, il faut les taxer encore plus ! Ça leur apprendra...
Réponse de le 31/07/2018 à 19:07 :
Na !
a écrit le 30/07/2018 à 11:34 :
La France, les Français sont victimes des désordres engendrés par les bandits de la finance qui pillent les richesses nationales et font les poches des Français ;

cette situation n'est pas fortuite, n'est pas le fait du hasard,

ce sont les élus LaREM et Modem qui gouvernent qui sont les pétainistes de la guerre économique.

C'est donc dans les permanences des Elus Modem et LaREM que les Français doivent aller pour exprimer leurs colères,

c'est un fait acquis, comme Benalla, s'il y a des casseurs pilleurs de l'économie, il faut les neutraliser très vigoureusement comme dit si bien benalla ...
a écrit le 30/07/2018 à 9:53 :
quelques infos sympas de ces dernières semaines :
- les dirigeants de PME et ETI françaises n’ont jamais été aussi optimistes
https://www.ey.com/fr/fr/newsroom/news-releases/communique-de-presse-ey-barometre-de-la-croissance-des-pme-et-eti-en-france
http://www.lefigaro.fr/societes/2018/07/09/20005-20180709ARTFIG00003-cocorico-jamais-les-eti-et-pme-francaises-n-ont-ete-aussi-optimistes-sur-leur-avenir.php
- hausse de 90% de l’investissement en capital-risque en France au 1er semestre 2018 contre seulement 18% en Europe (baisse au UK)
rapport "Venture Pulse - Q2 2018" de KPMG.
- les entreprises françaises ont largement accès au crédit pour investir
https://www.usinenouvelle.com/editorial/l-acces-au-credit-se-detend-fortement-en-europe.N685249
- recrutement dynamique
https://www.lesechos.fr/economie-france/social/0302020039303-les-difficultes-de-recrutement-des-pme-a-des-sommets-2193990.php

l'irresponsabilité et les déséquilibres des autres pays vont faire dérailler ça ?
a écrit le 30/07/2018 à 7:29 :
Merçi aux syndicats de la SNCF pour ce résultat qui va à l’encontre de La Défense de l’emploi
a écrit le 29/07/2018 à 13:58 :
Que peut on faire aujourd'hui pour inverser la tendance...? Pas d'augmentation de salaire et hausse des prélèvements !
D' un autre côté par exemple, vous avez plus de 900 parlementaires et sénateurs...pourquoi faire ? Nous sommes le seul pays à avoir autant de parlementaires ! Cela fait des décennies que rien ne bouge sur les dépenses de l'état...par contre, on ne se gène pas pour dire aux français de se serrer la ceinture !
Il n' y a aucune raison que cela s'arrête, la vie est belle, et les dindons de la farce continuent à se faire duper!
Réponse de le 29/07/2018 à 20:58 :
Ils jouent ! ça s'appel le jeu de l'oie !
et nous on est des canards...
On se demande bien quelles lois scélérate passent pendant cette affaire fumeuse, sang d'encre du poulpe franc macron!

L'affaire BenBella commandité par alliot marie sans doute pour mater la révolution orange et le dégagisme de ce pays mediterraneen.
C'est le pendant tunisien de l'affaire benAlli en Tunisie !
a écrit le 29/07/2018 à 4:07 :
Et attendons de voir les effets du 80 km/h ! Un groupe d'économistes avait montré il y a quelques années, au moment ou cette nouvelle limitation avait été évoquée par le précédent gouvernement, que cela pourrait nous faire perdre deux points de PIB !
a écrit le 28/07/2018 à 15:47 :
Macron une arnaque
a écrit le 28/07/2018 à 14:56 :
Baisse de la conso des ménages: salaires et retraites rognés sans fin par des hausses de taxes et d'impôts = chute du revenu disponible, c'est tout simple, mais apparemment incompréhensible par les énarques
a écrit le 28/07/2018 à 14:48 :
PIB pénalisé par les grèves mais aussi par la hausse des impôts et taxes. Hausse de l'électricité , de l'essence et de la CSG.
a écrit le 28/07/2018 à 12:12 :
Résultat peu surprenant avec les taxes et hausses multiples de produits alors que les salaires n'augmente pas. Notre économie est complètement assommés par les -prélèvements alors qu'il faudrait des économies drastiques dans les dépenses publiques pour relancer ce pays et ses entreprises. Le gouvernement n'a fait aucunes réformes au sujet de l' état.
Le seul moyen de les faire bouger c'est une attaque sur la dette française. Triste qu'on en arrive là pour faire face à l'incurie des politiques ...
Réponse de le 28/07/2018 à 14:03 :
@ Logique a écrit le 28/07/2018 à 12:12 :
vous dites : "Le seul moyen de les faire bouger c'est une attaque sur la dette française...

il y a une autre alternative, c'est un frexit dur et un défaut massif sur la dette

c'est la seule solution pour stopper les voyous de la finance qui agissent en bandes organisées avec des barbouzards bensi benla benlou
Réponse de le 28/07/2018 à 22:39 :
Défaut massif sur la dette ? Même Tsipras n'a pas osé, malgré le référendum qu'il avait pourtant gagné. Tout simplement parce qu'en cas de défaut, il faut être capable de n'avoir plus besoin d'emprunter quoi que ce soit du jour au lendemain. Or, faisons les comptes :
-déficit au sens de Maastricht : 65 milliards d'€
-charge de la dette : 41,5 milliards d'€
-coût net de l'UE pour la France : 7 milliards d'€
Frexit+défaut imposerait donc de trouver instantanément 18 milliards de recettes nouvelles ou d'économies... ceci dans une économie que cette décision ne manquerait pas de déprimer, comme au Royaume-Uni...
Réponse de le 29/07/2018 à 8:33 :
"un défaut massif sur la dette" je ne sais pas si vous travaillez, mais je vous affirme qu'un client qui dirait euhhhh ta créance, je ne la paierai pas, pensez vous un instant d'abord que je le fournirai à nouveau et les autres fournisseurs feraient fi de cette entourloupe, car je vous rappelle que nous nous connaissons souvent bien. alors ce serait la même chose en matière de déficit public COMMENT LE FINANCER après cette "exploit"??? soyons sérieux et la politique de l'autruche le mensonge aux plus faibles ne servent à rien.
Réponse de le 30/07/2018 à 8:10 :
L'economie US est au beau fixe et assurement pour un bout de temps. Par consequent, l'inflation interne remonter. Les taux US vont etre encore releves comme jamais et la, ca va tanguer sec pour bcp de pays endettes en particulier la France. La realite alors se fera. Les mesurettes du sieur micron abolies. Les taux d'usure vont plafonner. Que sera la situation interne ? Nul ne peut preciser. Sauf les riens, les sans dents et autres manants qui seront reduits a la soupe populaire. Soyez patient le pire sera demain. "la cigale ayant chante etc" .......
a écrit le 28/07/2018 à 11:34 :
les français sont de plus en plus irrités voir très mécontents des députés LREM qui ne peuvent pas ou n osent pas s exprimer... un sentier sans gloire pour eux les attend ,?
a écrit le 28/07/2018 à 11:34 :
les français sont de plus en plus irrités voir très mécontents des députés LREM qui ne peuvent pas ou n osent pas s exprimer... un sentier sans gloire pour eux les attend ,?
a écrit le 28/07/2018 à 11:30 :
il nous souvient que Philippe Edouard avait déclaré à plusieurs reprises, gorge chaude, que la France avait été abimée [sous entendu par ses prédécesseurs de l'UMP Sarkozy Fillon !! Lemaire !! et PS Hollande Valls]

Le PIB français stagne à 0,2% au deuxième trimestre,

Le déficit de la balance commerciale à l'exportation plonge

force est de constater que Philippe Macron perpétuent allègrement d'abîmer lourdement la France
Réponse de le 29/07/2018 à 8:36 :
Philippe a toujours été sous fifre de quelqu'un, or il se voit parachuter CHEF d'un gouvernement, il n'est et ne sera jamais à la hauteur, d'autant plus que son CHEF direct n'est pas plus compétent, il était avant avec hollande et la France s'enfonçait déjà avec jupiter, à l'époque sous fifre lui-même d'hollande.
a écrit le 28/07/2018 à 11:03 :
peut on m'explique comment avec 2 fois 0.2% de croissance et une stagnation sur les 6 prochains mois l acquit de croissance sur l année serait d les et déjà de 1.3%?
a écrit le 28/07/2018 à 9:45 :
Ahhhhh, les grèves ,elles ont bon dos ,pas de croissance ,pas de bitumes , etc..., mais une petite augmentation :de la CSG ,du gaz ,du carburant ,des assurances ,des fruits et légumes hors de prix en pleine saison , et j'en passe ,ben tout ça oblige certains français à se serrer la ceinture , car les salaires et pensions , à cause des grèves , puisque on nous le rabache ça doit être vrai , eux sont comme la croissance : en berne.

P.S : il paraitrait que certaines branches du luxe tirent trés bien leur épingle du jeu ,on m'aurait menti ?
a écrit le 28/07/2018 à 9:15 :
Le PIB français stagne à 0,2% au deuxième trimestre,

Le déficit de la balance commerciale se creuse

l'on constate que la politique du gouvernement Macron Philippe conduit au désastre économique

les 80 kms vont avoir un impact NEGATIF sur la productivité des de 10 à 15 millions professionnels de la route qui ne peut que générer des pertes de rentabilité très importantes pour leurs employeurs

il est clair qu'il convient de réduire notre consommation car le désastre économique ne peut que s'aggraver LOURDEMENT

il est aussi très probable que la France finisse dans une guerre civile consécutive à l'étalement de la pauvreté et des désordres sociétaux engendrés par Macron et ses barbouzes
a écrit le 27/07/2018 à 22:46 :
Merci les colossales hausses de taxes sur les carburants et le gaz.
Réponse de le 28/07/2018 à 9:09 :
On peut rajouter cette future hausse :

Envoyer des courriers deviendra bien plus cher l'an prochain. Selon les annonces de La Poste, relayés notamment par BFM TV, les tarifs des courriers vont en moyenne augmenter de 4,7 % en 2019. Et le prix des timbres est en première ligne. Ainsi, il faudra débourser 10 centimes d'euros de plus qu'à l'heure actuelle pour l'achat du timbre rouge prioritaire. Soit une hausse de 10,5 % pour un montant final à l'unité de 1,05 euros.
Le timbre vert augmentera lui aussi de 10 %, soit huit centimes d'euros. Il reviendra donc à 0,88 euro par unité. Aujourd'hui, il représente quelque 60 % des envois de courriers de particuliers. La hausse des prix des colis devrait quant à elle être plus modérée, avec une augmentation des prix de 1,4 % pour les colis envoyés par des particuliers en France.
Réponse de le 28/07/2018 à 22:43 :
@la chose :Les colis augmentent moins car le secteur est ouvert à la concurrence... quant au courrier, on peut très facilement s'en passer de nos jours (SMS, mail,...)
a écrit le 27/07/2018 à 17:13 :
Faire des cadeaux aux riches ne sert à rien : si tu leur donnes des sous,ils les prennent, si tu n'en donnes pas, ils en ont rien à faire, ils vont ailleurs.

Voila la réalité, faire de l'emploi, les promesses n'engagent que ceux qui y croient... adage bien connu il me semble. c'est quoi cette théorie pourrie du ruissellement ? encore un truc inventé dans un (ou des) cerveau qui se croit super intelligent...

Entre temps, les petites gens qui revendent leurs biens vont se faire encore taxer... bravo les politiciens... Ils ne sont pas assez pauvres donc on va encore accroitre un peu la (ré)pression fiscale.
Réponse de le 28/07/2018 à 2:53 :
Il vous faut trouver un bouc emissaire: les immigres d'un cote de l'extreme, les riches de l'autre extreme. Il faut arreter de penser que favoriser les entrepreneurs (et non les riches) vous rend plus pauvre, si vous etes pauvres, c'est que vous avez fait de mauvais choix dans votre vie. En attendant, ce sont les greves, La CGT, la france insoumise et son soutien aux greves qui nous met dedans.
Réponse de le 28/07/2018 à 13:05 :
Bah, vous qui vous y connaissez si bien, ne contredirez pas les très NOMBREUSES études qui rapportent toutes la même chose : les riches se sont encore plus enrichis et les pauvres ainsi que la classe moyenne se sont appauvries. Je ne fais que rapporter des faits concrets analysés non pas par mon petit cerveau, mais des chercheurs en économie... Mais si cela ne vous suffit pas, regardez le bottin des riches et leurs fortunes respectives, regardez bien, vous verrez qu'elles ont augmentées, si si, pas la peine de la niez. Et si vous voulez aller encore plus loin vous verrez que 80% de la richesse mondiale est détenue par 1% de la population, mais la encore, vous trouverez encore à dire. Et contrairement à ce que vous dites, je ne me plains pas de ma situation, vous devriez apprendre à lire et comprendre ce que vous lisez, as à inventer
a écrit le 27/07/2018 à 17:09 :
Merci les syndicats:3 mois de grève des trains,ça se ressent dans le PIB,beaucoup de secteurs privés ont souffert!Macron n'y est pour rien
Réponse de le 27/07/2018 à 20:13 :
Vous avez une analyse partisane effectivement les syndicats ont « plombé » une partie de l’économie mais un autre acteur est en faute l’exécutif qui n’a pas réuni les syndicats par une ou deux réunions préparatoires sur la loi ce qui a empêché les syndicats dits réformistes de pouvoir commencer un dialogue avec leur base. Autre point pour la reprise de la dette l’exécutif ne pouvait s’engager avant mi mai sur un chiffre car il devait attendre la validation par Bruxelles des chiffres du déficit national tout action allant dans le sens de l’augmentation de la dette aurait mis à mal un déficit en dessous des 3 points. On peut dire que les deux acteurs exécutifs et syndicats sont les acteurs de cette baisse de 0,1 point. Enfin que cela soit 0,2 ou 0,3 l’économie est en berne. Cette situation montre que les ordonnances et autres n’ont pas et ne pourront donner à la France la bouffée d’oxygène dont elle a besoin pour sa croissance. Encore une fois un exécutif qui refuse de s’attaquer à ce qui pèse sur notre économie la dépense publique au premier chef les dépenses de l’état et une vraie révision de notre bible impôts/taxes. M.Macron est un énarque de formation cette malédiction française empêche toute évolution sur la dépense publique ce n’est pas le cinéma de supprimer 20 taxes sur les plus de 400 que connait notre pays qui va créer la révolution tout comme ce refus de remettre à plat les agences nationales et territoriales qui représentent environ 60 milliards de dépenses et pour cause ces agences regorgent d’énarques et comme il a été écrit sur un livre de la caisse des dépôts les « énarques ont les trouve sur étagères ».
Réponse de le 29/07/2018 à 8:39 :
désolé mais cela fit 5 ans que macron coule le pays, d'abord premier conseiller puis ministre de l'économie sous la présidence d'hollande et maintenant lui seul. Pas d'excuse fallacieuse le SEUL ET UNIQUE RESPONSABLES est macron, la compétence ne va pas toujours de paitr avec les diplômes, la preuve MACRON.
a écrit le 27/07/2018 à 17:04 :
Premier bilan ère Macron. Pas terrible... Nous sommes toujours à la traîne et pourtant tout va bien ? Petit rappel,... Hausse des taxes, malus auto, industrie qui fout le camp, et surtout confiance en baisse. Faut croire que la politique macron n'aide vraiment pas à faire croître la France. Alors que nos voisins, y compris la grande Bretagne font mieux. Il y a un sérieux problème de l'offre.... Car nous produisons si peu. Les pays bas avec leur 17 millions de citoyens exporte beaucoup plus que nous comparé à la population. Je ne parle même pas de l'Allemagne qui a elle seule fais 75% de l'excédent de la zone euro.
Réponse de le 28/07/2018 à 8:29 :
J'ai planté une graine hier et à ma grande déconvenue, je ne vois toujours pas d'arbre qui soit sorti de terre. Je dois donc être un mauvais paysan.
a écrit le 27/07/2018 à 16:42 :
Une croissance a 1.7 % c'est déjà pas mal. La creation d'emplois se fait à partir de 2%. Ce qui veut dire qu'il n'y aura pas de miracle par la suite ? Tout dépend de où vont les prochaines dépenses, si c'est dans l'investissement productif ou pas et à ce sujet chacun voit midi a sa porte. A 35 milliards de renflouement, on aurait pu être dispensés d'autres désagréments, mais la société française réagit plus souvent à des réformes ou a des changements, plus quelle n'agit par anticipation ou par précaution.
Réponse de le 27/07/2018 à 17:33 :
Selon l'insee les croissances des deux premier trimestres 2018 ont chacun été de 0. 2% (je vous le fait à 0.3% pour le premier trimestre).

Je ne comprends pas par quel miracle on pourrait arriver à 1.7% en fin d'année.

D'autant plus que la plupart des indicateurs sont en train de repasser dans le rouge, la consommation des ménages, le moral des chefs d'entreprises, le chômage, la mise en chantier de maisons neuves, le coût de l'énergie, les revenus disponibles des ménages...
Réponse de le 29/07/2018 à 12:56 :
1,7%, peu de chances d'y arriver avec déjà 2 trimestres bien mollassons. 1 à 1,2% ce sera déjà pas mal. Et donc un nième dérapage des déficits publics en perspective. D'autant plus que le budget 2018 a été conçu de façon peu rigoureuse pour ce qui est des dépenses qu'on a laissé filer.
Réponse de le 29/07/2018 à 18:54 :
1.7% est ce qui avait été retenu comme hypothèse pour bâtir le budget 2018. A l'époque la cour des comptes avait jugé cela raisonnable étant donné la croissance de 2017 (2.3%) mais elle avait souligné la faiblesse des efforts d'économies sur le budget (C'est facile à dire quand on n'a pas les électeurs et les élus furieux en face de soi).

Sauf qu'on n'y arrivera probablement pas et on pourrait même tomber très loin e la prévision.

Autre point "amusant". Dans ses présentations à Bruxelles, dans le cadre de la réduction du déficit, la France de Lemaire avait présenté un scénario très différent avec une croissance de 2% qui devait amener le déficit à 2.8% en fin d'année et vers 2.3% en fin 2019.

Je pense qu' l'image de Macron, autoproclamé sauveur de l'Europe et gestionnaire de génie va encore se brouiller, un peu plus.
Déjà qu'il a du mal à tenir son propre château, alors si en plus le déficit replonge...

Bon, ben on n'a pas fini de payer.
a écrit le 27/07/2018 à 16:21 :
Votre analyse est brillante ! vous n'avez pas remarqué que depuis le brexit l'économie britannique progresse beaucoup moins vite ? Et l'impact d'un frexit serait beaucoup beaucoup plus négatif (sortie de l'Euro, incertitudes colosalles...).
a écrit le 27/07/2018 à 15:12 :
Nous n'avons pas un gouvernement compétent nous n'avons qu'un gouvernement de comptables c'est un peu comme si un pilote de Rafale pilotait son avion en regardant ses pieds.

Du coup ils imposent bêtement la politique de l'union européenne, la même gangrénée par le dumping fiscal et social à savoir deux puissants freins au pouvoir d'achat des ménages.

Vite un frexit.
Réponse de le 27/07/2018 à 16:05 :
Cesser de dire du mal des comptables : nous avons un gouvernement de latinistes auto-satisfaits, qui n'ont aucun rapport avec la réalité et qui ne savent pas pas du tout ce qui se passe réellement dans une entreprise, car ils ne prennent l'avis que de 0.1 % des gens qui y travaillent.
Réponse de le 27/07/2018 à 16:41 :
"qui n'ont aucun rapport avec la réalité"

"Comptable : personne qui résout un problème dont tu ne connaissais pas l'existence, d'une manière que tu ne comprends pas."

"Après nous il n'y aura plus que des comptables" Mitterrand à Chirac lors de la passation de pouvoir.

Oui sinon en effet ils ne savent pas du tout ce qu'il s'y passe, hier encore j’entendais une "fille de" qui refusait d'aller faire des photocopies durant son stage parce qu'estimant que son statut de naissance était bien supérieur à cela. Avec les LREM on en est là, ils n'ont jamais eu rien à faire mais grâce à la science infuse qu'ils ont eu dès la naissance ils savent exactement ce qui est bon pour tous.

Comptables c'est peut-être encore un peu trop optimiste pour ces gens là finalement, j'en conviens...
Réponse de le 27/07/2018 à 19:20 :
"Comptable" alors qu'il s'agit d'une fonction, elle est dans l'imagerie publicitaire, médiatique, cinématographique associée à une personne. Cette personne, vraisemblablement "née" comptable, est toujours représentée comme quelqu'un de trop sérieux, en costume et plutôt vieille fille ou homme complexé. En politique, cette image sert de repoussoir depuis quelques décennies et permet habilement aux hommes politiques de rhabiller pour l'hiver leur adversaire. La réalité est assez éloignée mais notez que désormais même dans les entreprises c'est cette image d'épinal négative qui a tendance à s'imposer. Les dirigeants français et les hommes politiques en général n'ont rien d'un profil de comptable car si c'était le cas, le terme de déficit serait quasi inconnu des finances publiques et du budget national.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :