Les revenus 2018 des médecins généralistes en baisse

 |   |  337  mots
(Crédits : Reuters)
Les revenus imposables des médecins généralistes libéraux ont atteint 87.775 euros en moyenne en 2018, un chiffre en baisse de 0,9% par rapport à l'année précédente, selon des données dévoilées mercredi par le Quotidien du médecin.

En cause, des "rémunérations forfaitaires décevantes" et "le poids des charges", selon le journal, qui s'appuie sur les données fiscales de l'Union nationale des associations de gestion agréées (Unasa), basées sur les déclarations de résultats de près de 30.000 médecins libéraux, dont près de 18.000 généralistes.

Ces charges qui s'alourdissent

En 2018, les rémunérations forfaitaires octroyées en plus du paiement à l'acte en fonction de l'atteinte d'objectifs de santé publique ou d'organisation se sont élévées à "seulement 6.000 euros en moyenne", contre "plus de 7.000 euros lors de l'exercice précédent", analyse le Quotidien du médecin.

Preuve que leurs charges se sont alourdies, les généralistes ont converti 57,3% de leurs honoraires en résultat, contre 57,8% en 2017. Cette année-là, leurs revenus avaient augmenté de 3,7%, portés par le passage du tarif de la consultation de 23 à 25 euros en mai.

De leur côté, les médecins spécialistes ont à l'inverse vu leurs revenus progresser, mis à part les rhumatologues (-4,4%, à 75.664 euros en moyenne) et les stomatologues (-0,9%, à 107.404 euros).

Hausse des salaires pour les spécialistes

Les radiologues, engagés dans un protocole de régulation avec l'Assurance maladie, ont bénéficié d'une légère hausse (+0,2%) de leur revenu moyen, à près de 109.600 euros.

Mais pour une dizaine de disciplines (sur une vingtaine), la hausse dépasse 3%. Et même 10% pour trois d'entre elles: la neurologie (+14,4%, à 101.442 euros), la chirurgie générale (+10,8% à 150.122 euros), et l'urologie (+10,5%, revenu moyen non précisé).

En tête du palmarès des revenus, les anesthésistes-réanimateurs ont profité d'une embellie de 6,6% pour atteindre 182.492 euros en moyenne. Suivent les ophtalmologues (150.990 euros, soit une hausse de 2,4%), les chirurgiens généraux, les chirurgiens orthopédistes (147.437 euros, +4,5%), les gastroentérologues (131.331 euros, +7,1%) et les cardiologues (131.141 euros, +3,6%).

Ces bons résultats s'expliquent notamment par diverses revalorisations tarifaires, échelonnées entre mi-2017 et mi-2018, en vertu de la convention médicale signée en 2016 entre les syndicats de médecins et l'Assurance maladie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2019 à 10:01 :
"En 2018, les rémunérations forfaitaires"

2018 :
Plus de 61.000 médecins libéraux vont recevoir une prime de 4.705 euros au titre de la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp). Une prime qui a augmenté d’environ 10% par rapport à 2017.Si les généralistes sont les plus gratifiés, certains spécialistes tirent leur épingle du jeu. C’est le cas des cardiologues, dont les 4.326 bénéficiaires se partageront une somme de 9,3 millions d’euros. Plus de 2.000 gastro-entérologues sont aussi éligibles cette année à la Rosp.
a écrit le 04/07/2019 à 9:18 :
Baisse de 0,9% mais 87 775 euros, ça laisse de la marge quand même. On va finir par les plaindre !
Réponse de le 04/07/2019 à 13:36 :
Encore un qui ne comprend rien, avoir des revenus en régression est toujours une mauvaise nouvelle.
Revenus élevé ? Oui mais contributions à la société élevé et pour un minimum de 10 ans d'études bof bof... vu la charge de travail et le manque de reconnaissance.
Réponse de le 04/07/2019 à 14:31 :
Au contraire , je suis très réaliste. Une nounou a aussi une contribution élevée à la société, pareil pour un ramasseur d'ordures. La charge de travail a été artificiellement créée par l'ordre des médecins pour conserver une large patientèle. Trop de médecins, c'était une baisse de revenus par médecin maintenant on en revient et on s'aperçoit qu'il y a des déserts médicaux. 9 ans d'études dont 3 payés (Internat), il faut être précis dans les chiffres. Enfin rappelons que la rémunération d'un médecin est très largement la résultante d'une solidarité nationale. Je ne la remets pas en cause. Il s'agit simplement d'en prendre conscience.
Réponse de le 04/07/2019 à 21:51 :
Et on s'étonne d'avoir des déserts médicaux ?
La durée moyenne est de plus de 50h/semaine, sans congés payés, et 3 mois de délai de carence en cas d'arrêts maladie.
une profession qui se suicide 2.7 fois plus que le reste de la population française...
Les professionnels de santé en France sont largement moins bien payés que la moyenne de l'ocde.
Trouver encore des gens qui considèrent que ce sont des nantis est navrant.
Les études médicales sont sanctionnées par un double concours, et font partie des études les plus sélectives.
C'est sans doute ça qui choque, tout le monde ne peut pas être médecin, ou avocat.
NB : je ne suis pas médecin...
Réponse de le 04/07/2019 à 22:23 :
Tout le monde ne peut pas... argument ridicule. On parle d'un numerus clausus. Évidemment qu'il faut un bon niveau pour être médecin, mais la régulation du nombre de médecin est le résultat du numerus clausus. Du coup, on fait venir des médecins de roumanie et d'autres pays... on marche sur la tête. Qu'on augment le nombre de médecins, il y aura une baisse sensible de leurs revenus mais au profit de l'intérêt général. Secondo, les comparaisons entre pays dans ce domaine sont très compliquées car les systèmes de santé sont très différents avec des modes de rémunération très différents.
Réponse de le 05/07/2019 à 16:05 :
Le numerus Clausus est une invention politique, le politique pensant qu’en diminuant l’offre, on diminuera la demande.
La suisse, le canada, l’Angleterre n’ont aucun problème de recrutement de médecin, alors qu’en France, certains arrondissements de villes comme Paris ou Marseille sont des déserts médicaux.
Une des raison est le doc bashing quasi permanent, une volonté de rabaisser le médecin, les soignants en général.
Les soignants sont détenteurs de métiers qualifiants et ne peuvent pas etre facilement remplacés.
On a la médecine que l’on mérite il parait, à lire certains commentaires je comprends les médecins qui ne veulent plus s’installer.

tout les travaux sont utiles, et tous sont respectables.
mais la différence de rémunération se justifie pleinement par le niveau d’étude (l’argument des 3 ans payés est ridicule, car sans les internes l’hôpital meurt, donc oui ils sont formés et sous-payés…).
Comparer la responsabilité, le niveau d’étude, la difficulté pour l’obtention du diplôme entre medecin nounou et ramasseur d’ordure est bien au-delà de l’imposture intellectuelle .
Réponse de le 08/07/2019 à 21:58 :
Les étudiants se bousculent dans les facs de médecine. Si c´était pas un métier attractif, ça se saurait. Revenez sur terre.
a écrit le 04/07/2019 à 8:16 :
"Suivent les ophtalmologues (150.990 euros, soit une hausse de 2,4%)"

A quoi servent ils svp ?

Les opticiens sont aussi bien si ce n'est mieux équipés qu'eux ils pourraient parfaitement tout faire dont les maladies liées aux yeux. D'autant que les polonais(es) et roumain(e)s commencent à bien envahir le marché...

Oui les charges certainement maintenant de part les remboursements de plus en plus faibles, l'inutilité des laboratoires pharmaceutiques et les scandales sanitaires exposant aux yeux de tous le mépris des classes dirigeantes pour notre santé, les gens se dirigent de plus en plus vers des médecines parallèles à un rythme que vous n'imaginez même pas.
Réponse de le 04/07/2019 à 9:31 :
Tout à fait d'accord!
D'autant que les machines que les ophtalmologues utilisent maintenant, donnent le diagnostic automatiquement: Le practicien n'a plus qu'à le répéter à haute voix!
Réponse de le 04/07/2019 à 10:04 :
Sans parler du délai pour se faire ausculter, quand ils veulent bien vous accepter... -_-

De la dépense d'argent public inutile.
Réponse de le 04/07/2019 à 13:38 :
Mais bien sur... ok dans 80% des cas une machine suffit, la médecine du travail le fait.

Par contre je ne confierai pas ma rétine à un opticien...
Réponse de le 04/07/2019 à 18:23 :
"Par contre je ne confierai pas ma rétine à un opticien... "

A cause du fait qu'ils profitent grassement de l'argent public pour se faire des bénéfices je suppose...

C'est bien vous évoluez, bravo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :