Les urgences enchaînent les records d'engorgement, le nombre de lits ne cesse de s'effondrer

Le service statistique des ministères sociaux vient de publier les chiffres de 2017, et ils viennent éclairer la situation dénoncée depuis plus de trois mois par les personnels hospitaliers en grève.

2 mn

(Crédits : Reuters)

Les services d'urgences hospitalières ont enregistré un nouveau record de fréquentation en 2017, avec 21,4 millions de passages, tandis que le nombre de lits d'hospitalisation a franchi pour la première fois à la baisse le seuil des 400.000, selon un rapport publié mercredi par la Drees.

En pleine crise des urgences, l'annuel "Panorama des établissements de santé" du service statistique des ministères sociaux vient éclairer la situation dénoncée depuis plus de trois mois par les personnels en grève.

L'engorgement des urgences ne cesse de s'intensifier

D'une part, l'engorgement des urgences ne cesse de s'intensifier: plus de 21,4 millions de passages y ont été recensés en 2017, en hausse de 2,1% sur un an.

Un flux croissant réparti entre 637 hôpitaux et cliniques, soit 4 de moins qu'en 2016. Certains établissements disposant à la fois de structures générales et pédiatriques, la France comptait au total 713 services, soit 6 de moins qu'un an auparavant.

La moyenne a donc de nouveau augmenté, de 29.000 à 30.100 passages par an, avec un écart stable entre hôpitaux publics (33.100) et cliniques privées (22.800).

En une vingtaine d'années, 100.000 lits ont été supprimés

D'autre part, les fermetures de lits d'hospitalisation complète se sont poursuivies, leur nombre passant sous la barre symbolique des 400.000: les 3.046 établissements de santé publics et privés disposaient exactement de 399.865 lits en 2017.

En une vingtaine d'années, 100.000 lits ont ainsi été supprimés, au grand dam des urgentistes qui dénoncent le manque de débouchés pour hospitaliser leurs patients.

Cette perte de capacité d'accueil a été très partiellement compensée par des créations de places d'hospitalisation partielle (sans nuitée): 800 ont été ouvertes en 2017, portant le total à près de 75.500.

Un "virage ambulatoire" qui s'est traduit par une nouvelle hausse des hospitalisations partielles (16,8 millions de journées, soit +2%) et un nouveau tassement des hospitalisations complètes (119,3 millions de journées, soit -0,8%)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 03/07/2019 à 23:49
Signaler
La spécialité française : accepter de gérer les problèmes tels qu'ils se présentent, au lieu d'en rechercher la cause pour y remédier : ça occupe pour un bon moment parce qu'en général le problème s'intensifie. Le principal problème des urgences, ...

à écrit le 03/07/2019 à 18:43
Signaler
Les "Urgences" devraient être réservées aux..."Urgences". Beaucoup de personnes qui vont aux "Urgences" n'ont rien à y faire.

le 04/07/2019 à 10:35
Signaler
"Beaucoup de personnes qui vont aux "Urgences" n'ont rien à y faire". Je remets mon commentaire sur l'article sur Douai , ou tu ne t'es pas exprimé : "vendredi soir aux urgences de Douai". Aucun médecin généraliste un vendredi soir à Douai ...

à écrit le 03/07/2019 à 17:21
Signaler
Moins de lits = moins de malades faute d'offre[si on peut dire !], donc réduction des dépenses. Parait que c'était la pensée (simpliste) d'administratifs pour résoudre les problèmes de l’hôpital....

à écrit le 03/07/2019 à 16:36
Signaler
c 'est assez drôle....... on supprimé 20% des lits en hospitalisations en 20 ans... meêm punition que le numérus closus......engorgement et rareté du soin .... sans réelles économies à la clef....... que les urgences soient en partie débordées par...

à écrit le 03/07/2019 à 12:25
Signaler
Il n'y a pas d’alternative il faut que les actionnaires milliardaires soient toujours plus riches sur le dos de tout le monde et tant pis si maintenant cela impacte directement la santé des gens. On va pas se plaindre avant ils nous envoyaient no...

le 03/07/2019 à 14:15
Signaler
Merci les populistes avec leurs bonnes vieilles rodomontades qui n ont jamais fait progresser notre société. Le toujours plus est l antienne préféré des conservateurs et des réactionnaires alors que l engorgement des urgences provient d une mauvaise ...

le 03/07/2019 à 14:39
Signaler
@ multipseudos Presque deux heures sans être trollé je me posais des questions hein !? SIgnalé et si je peux pas répondre à ce trollage ou bien le faire virer vous supprimez mon commentaire ne l'instrumentalisez pas vous n'avez qu'à en faire ...

le 03/07/2019 à 15:20
Signaler
petits calculs: nombre de fermetures de service sur la période : 6 sur 7019..soit pas grand chose. nombre d’hôpital en moins sur la période 4, sur 641. pas beaucoup non plus. fermeture de lits : 100 0000 En 20 ans !!! (soit 5000 /ans ) Augmenta...

le 03/07/2019 à 20:03
Signaler
Sauf qu'en 20 ans, la population française s'est alourdie de 6 millions de personnes et que la population a beaucoup vieilli. La chute du nombre de lits est rationnellement injustifiable. Les gens ne sont pas supposés rester aux urgences. Norma...

à écrit le 03/07/2019 à 12:17
Signaler
Article à mettre en parallele avec celui sur l'Assurance maladie : le plan de l'exécutif pour économiser 2 milliards d'euros dont supprimer encore des lits.La bourgeoisie LREM veut liquider tout ce qui est public ,ils s'en foutent eux peuvent aller d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.