Macron est ouvert à des aménagements sur la limitation à 80 km/h

 |   |  619  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Emmanuel Macron a affiché mardi sa volonté de dialogue sur le sujet de la limitation à 80 km/h.

Emmanuel Macron s'est déclaré ouvert mardi à des aménagements pour faire en sorte que la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires soit "mieux acceptée", marquant un possible revirement de l'exécutif sur cette mesure défendue par son Premier ministre Edouard Philippe.

"Il faut ensemble que l'on trouve une manière plus intelligente de le mettre en oeuvre. Il n'y a pas de dogme", a déclaré le président, en appelant les maires à "faire des propositions" sur ce dossier qui "fait partie du débat".

"Au fond, l'objectif c'est de réduire le nombre de morts sur les routes. Personne ne peut être contre", a-t-il ajouté en s'adressant à 600 maires normands rassemblés à Grand Bourgtheroulde (Eure) pour le grand débat.

"Il y a des propositions qui ont été faites par le gouvernement, il y a une bronca. Est-ce qu'il faut tout arrêter? Franchement non.... Est-ce qu'on peut faire quelque chose qui soit mieux accepté et plus intelligent, sans doute oui", a poursuivi le chef de l'État.

Il a pour cela évoqué des propositions faites au niveau local car "il n'y a pas de président de conseil départemental qui n'ait pas pris ses responsabilités sur la vitesse" sur les routes les plus dangereuses.

"Le 80 km/h, ce n'est pas un dogme !"

De nombreux élus locaux opposés à cette mesure de sécurité routière ont réclamé depuis des mois davantage d'autonomie locale, pour choisir quelles départementales doivent être limitées à 80 ou à 90 km/h. Une possibilité jusque-là exclue par le gouvernement.

"Dire : on pense qu'on a des propositions plus intelligentes, mieux acceptables pour la population et qui seraient tout aussi efficaces, parce que nous on sait quel est le tronçon qui est dangereux, quel est celui qui ne l'est pas ou autre... A mon avis, peut-être qu'on peut y arriver", a dit le président en déclenchant des applaudissements.

Mise en oeuvre durant l'été 2018, la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires est une mesure impopulaire, en particulier parmi les "gilets jaunes". Près de 60% des radars ont été vandalisés depuis le début de leur mouvement.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a indiqué lundi que l'abandon de cette mesure restait une option pour le gouvernement. "Nous nous sommes engagés à évaluer le résultat des 80 km/h au bout de deux ans", a rappelé le ministre dans un entretien à La Dépêche, et "si cette mesure n'a servi à rien, alors oui nous pourrons revenir au 90 km/h".

Le bilan de la mortalité routière pour 2018, attendu fin janvier, s'annonce très positif: avec 3.176 morts au cours des onze premiers mois de l'année, la France comptait en novembre 193 tués de moins qu'en novembre 2017, ce qui devrait permettre d'atteindre un niveau proche du plus-bas historique de 2013 (3.427 tués).

"Le président de la République l'a dit, le grand débat national est un débat sans tabou et le 80 km/h, ce n'est pas un dogme", a réagi Matignon au sujet de la mesure dont M. Philippe assume de porter l'impopularité au nom des vies sauvées.

Les prochains résultats de la sécurité routière "permettront de nourrir ce débat en toute transparence", a poursuivi l'entourage du chef du gouvernement.

Pierre Chasseray, délégué général de la très active association 40 millions d'automobilistes, s'est dit "ravi de constater le pragmatisme du président".

"Nous, ce que nous voulons c'est trouver une porte de sortie (au 80 km/h), une sortie honorable", a ajouté le dirigeant de l'association d'automobilistes, qui conteste depuis des mois l'efficacité de la mesure.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2019 à 19:31 :
Les statistiques de sécurité routière sont facilement manipulables, on peut aisément leur faire dire ce que l'on veut, sauf en cas de changement massif.... et encore.

exemple: Si l'on constatait une hausse des accidents et ce que ça mettrait en cause le 80 km/h?

Non, parce que 60% des radars sont HS depuis deux mois et que tout en ne flashant plus ils continuent en général de relever les vitesses et l'on dit que les vitesses auraient augmenté de 30 km/h en moyenne.
En toute logique, si l'on suivait les ayathollahs de la route, une telle débauche de vitesse plus devrait provoquer une hécatombe sans équivalent depuis 1975... qu'un ne semble pas avoir observé.

Inversement, une chute des accidents aurait été obtenue en dépit du fait que les radars ne sont plus fonctionnels. En toute logique, cela prouverait leur inutilité, voire leur nocivité.
Et le 80 km/h ne serait qu'un facteur marginal.

Ca va devenir compliqué à défendre le 80 km/h. l'Etat risque de faire un embargo sur les données ces prochains mois.
Wait and see
Réponse de le 16/01/2019 à 23:16 :
"l'on dit que les vitesses auraient augmenté de 30 km/h en moyenne...."

NON !

Ce sont les dépassement de vitesse qui seraient plus nombreux de 30%.

Ce qui n'invalide pas le raisonnement.
a écrit le 16/01/2019 à 14:25 :
Il faut que l'état cesse le harcèlement sur les automobilistes . Pour info les taxes prélevées sur les français pour l'auto représentent 63 milliards d'euros par an. Les radars sont des machines à sous qui n'apportent rien à la sécurité routière. Les gilets jaunes ont détruit 70 % de ces machines et le nombre de morts à diminué depuis 2 mois. Probablement que les conducteurs regardent la route au lieu de sans cesse regarder leur compteur.
a écrit le 16/01/2019 à 13:22 :
"Le bilan de la mortalité routière pour 2018, attendu fin janvier, s'annonce très positif ...". Curieux, parce la semaine dernière, le président de la commission indépendante venu présenté les 1iers résultats (partiels et incomplets, il a beaucoup beaucoup (!) insisté sur ce point, ainsi que sur les conditions de cette étude) discrètement un matin sur RTL, était d'une part pas à l'aise du tout, et d'autre part beaucoup moins optimiste. Il a d'ailleurs fini par lâcher que, si il y avait quelques résultats positifs, il était de toute façon impossible d'arriver au chiffre estimé et espéré au départ, et que d'autre part, ça coutait très très cher !!
Réponse de le 16/01/2019 à 14:28 :
"et que d'autre part, ça coûtait très très cher !!"
avait coûté en remplacement des panneaux (donc une seule fois) ou les radars détruits qui vont coûter un "pognon de dingue" à remplacer à neuf ? 60% détruits sur 2400 et qq, voire plus vu les "radars factices" en nombre, ça fait une fichue facture à venir.
On ne pourrait JAMAIS penser arriver à la baisse espérée en 6 mois, les gens ne se l'étant pas approprié, y a qu'à regarder la hausse de PV radar en juillet, souvent par habitude, on ne voit plus ni ne regarde les panneaux sur les trajets habituels, la routine.
Les administratifs, décideurs n'ont que des chiffres à manger, et doivent faire avec, régulièrement, parfois leurs mesures ont eu un effet, sinon, c'est le relâchement des conducteurs, faut trouver une raison à chaque fois, ils sont payés pour ça, mesurer, décider, expliquer (comme ils peuvent).
Les chiffres fluctuent en temps normal, y a pas de raison que ça ne fluctue pas encore, plus on approche de zéro, plus ça semble yoyoter (quand y a un accident du travail dans l'année, l'entreprise s'inquiète quand ça passe à 2, +100%, relâchement général). Pour ça qu'il faut 2 ans ou 3 pour avoir un effet statistiquement valable scientifiquement.
L'effet, hors psychologique, ne peut sortir des tronçons 90 devenus 80, ça réduit l'ampleur nationale sur 1 000 000 km. Le -1% vitesse -4% tués ne peut donc réduire les 3500 à 2000 par miracle.
Réponse de le 16/01/2019 à 19:36 :
Et le tout avec 60% des radars HS mais qui ont continué à enregistrer les vitesses de passage, (lesquelles auraient fortement progressé).

Ce qui voudrait dire que sans respecter le 80 km/h et sans radars les chiffres sont meilleurs....

C'est compliqué la sécurité routière. :-))
a écrit le 16/01/2019 à 13:10 :
Les milices de gilets jaunes doivent être éliminées comme les fachos en 40 .
Réponse de le 17/01/2019 à 14:17 :
"Les milices de gilets jaunes doivent être éliminées comme les fachos en 40"

Ah bon ? Parce que les fachos ont été éliminés en 40 !? Vous en êtes bien sûr ?

"L'ordre du jour" https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Ordre_du_jour_(r%C3%A9cit)
a écrit le 16/01/2019 à 11:04 :
Au début ça a été prévu de faire un bilan au bout de 2 ans voir ce que ça donne (les gens du domaine disent 3 ans, pour avoir des statistiques pertinentes), parler de regarder au bout de 6 mois est purement administratif, hors sol, pas scientifique pour un sou (faut toujours tout commenter, si c'est bon c'est grâce aux décisions, sinon au relâchement des gens au volant, ou de la météo, aux piétions habillés en sombre, .... Il faut comprendre les gestionnaires ils n'ont que des chiffres à malaxer, digérer, ça constitue leur tableau de bord de santé, réussite des décisions). En temps normal ça fluctue déjà, même comparé au mois-12.
L'expérimentation sur 150km était une blague, un enterrement sous le tapis, surtout avec des aménagements prévus antérieurement (sur un des tronçons) qui ont perturbé les "mesures", un département aurait été un bon "modèle" mais perturbant pour les habitants, pourquoi nous, pas le voisin (stigmatisation) ? On avait testé les phares allumés en permanence dans les Landes, ça n'avait pas semblé perturber les habitants, ni les résultats (? :-) ). Avec les lampes Leds en contours de phares, ça rend la voiture visible de façon économique, et agréé par les pays nordiques qui ont les mêmes, un problème de moins (c'était un confort de ne plus allumer les phares en sortant du ferry à Purgarden, devenu automatique avec les voitures modernes, risque d'oubli).
Vivement fin mai que je roule à 70km/h en Suède, c'est plus cool qu'ici (moins nombreux) à part les radars pour faire réduire la vitesse de 20km/h avant certaines intersections, ça c'est pénible, j'aime pas freiner, un panneau "50 @150m" serait utile ! Y pensent pas.
a écrit le 16/01/2019 à 10:54 :
On veut le RIC.
Et on veut qu’il démissionne.

Le reste, on s’en occupera nous mêmes, en tant que citoyens.
Réponse de le 16/01/2019 à 12:46 :
On a peur racket au rond point menace physique sur les voitures
a écrit le 16/01/2019 à 9:28 :
"Il n'y a pas de dogme", a déclaré le président"

C'est pour cela d'ailleurs qu'il applique à la lettre celui des marchés financiers européens hein. Vous voyez pourquoi je dis que le mieux pour la paix publique et l'intérêt général c'est de ne pas exposer les propos grotesques et incroyables (dans le sens original que l'on ne peut sérieusement pas croire) de notre représentant présidentiel ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :