Macron : les déplacements "non essentiels" sont interdits dès demain midi

 |   |  544  mots
(Crédits : POOL New)
"Nous sommes en guerre ", a déclaré lundi soir à plusieurs reprises Emmanuel Macron dans une allocution télévisée consacrée à la lutte contre la pandémie de coronavirus. Le chef de l'Etat a annoncé des mesures de restriction des déplacements pour toute la France à compter de ce mardi midi assorties de sanctions financières pour convaincre les Français de rester chez eux.

VIDEO

"Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire certes. Nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre nation. Mais l'ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale", a déclaré lundi soir le président français en appelant à "éviter l'esprit de panique" et à ne pas croire "les fausses rumeurs, les demi-experts ou les faux sachants". "Nous devons tous avoir l'esprit de responsabilité".

Les déplacements en France contrôlés, 
toute infraction "sera sanctionnée"

Emmanuel Macron a annoncé des "déplacements fortement réduits pour 15 jours au moins" pour "limiter au maximum les contacts" et lutter contre l'expansion du coronavirus en France.

Il ne sera ainsi plus possible de "retrouver ses amis ou aller au parc", et "seuls doivent demeurer les transports absolument nécessaires", "pour se soigner", "faire ses courses" ou encore "aller au travail quand le travail à distance n'est pas possible", a détaillé le chef de l'Etat.

"Toute infraction à ces règles sera sanctionnée", a-t-il ajouté, avant de déclarer, à six reprises : "Nous sommes en guerre" ainsi que des mesures économiques pour venir en aide aux entreprises et aux salariés et indépendants privés de revenus.

Le gouvernement précisera les détails de ces mesures dès ce soir, a ajouté Emmanuel Macron, sans utiliser le terme de confinement de la population, contrairement à l'Italie ou à l'Espagne. Prévu pour 15 jours renouvelables, ce dispositif sera adapté en fonction de l'évolution de la situation. Emmanuel Macron l'a dit : le pays va vivre des moments difficiles "dont personne ne peut prévoir précisément la durée". Aux Etats-Unis, Donald Trump qui a pris des mesures similaires à celle annoncées par Emmanuel Macron jeudi dernier a évoqué une fin d'épidémie en juillet-août...

Il a aussi appelé les Français contraints de rester chez eux à être solidaires entre voisins, à appeler leurs proches et à "inventer de nouvelles solidarités" et de retrouver "le sens de l'essentiel", par exemple pour lire des livres.

Emmanuel Macron a aussi annoncé que les "frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen seront fermées" dès mardi midi pour 30 jours, exception faite pour "les Français actuellement à l'étranger" qui pourront rentrer en France.

"Concrètement, tous les voyages entre les pays non européens et les pays de l'UE seront suspendus pendant 30 jours", a déclaré le président de la République, expliquant que "nous devons dans la durée nous protéger".

"Les Français qui sont actuellement à l'étranger et qui souhaitent rentrer pourront bien entendu rejoindre leur pays", a-t-il précisé, leur demandant de se "rapprocher des ambassades et consulats".

Emmanuel Macron a également annoncé le report du second tour des élections municipales, une décision qui "a fait l'objet d'un accord unanime". Il n'a cependant pas confirmé la date du 21 juin, évoquée par plusieurs responsables politiques dans l'après-midi. Toutes les réformes en cours dont celle des retraites sont suspendues, a enfin prévenu le chef de l'Etat qui a souligné qu'il faudra tirer toutes les conséquences de cette crise le "jour d'après", après que nous aurons gagné la "guerre" contre le virus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2020 à 12:11 :
A la télé, E. Macron a bien engueulé les parisiens sortis en masse dimanche après-midi : c'est un chef, n'en déplaise à tous les pinailleurs.
Mais on le savait déjà, sauf ceux qui affectent de le détester, puisque c'est tellement chic, et ridicule.
a écrit le 17/03/2020 à 10:01 :
Ouah !quel discours brouillon refus d’assumer le mot confinement. J’ai trouvé le président dans toute la splendeur française de cette habitude de prendre des décisions sans en prendre. Sans oublier toujours ce côté ridicule en politique prendre l’avis des anciens présidents. Est-ce du de sa part à un manque de courage d’assumer et d’embarquer d’autres dans le train ou tout simplement un manque de niveau?
Pour ce qui est de la classe politique en général en connaissant ce qui se passe en Chine, en Corée, en Italie…. avoir maintenu le premier tour des élections est une faute non pas politique mais humanitaire. Peut-être un collectif va se former pour porter en justice tous les chefs de partis et le président ( même sil en est exclu merci M. Chirac pour la loi de tous les abus) pour le maintien du premier tour tout en connaissant les risques sanitaires pour des milliers de personnes. Nous serons rapidement si ce maintien a eu des conséquences sur l’évolution des prises en charge à l’hôpital.
J’ai entendu bien des politiques parler de démocratie, la démocratie à comme d’habitude chez nos politiques bon dos mais cela n’empêche pas de déroger à ce mot, galvauder par nos politiciens, pour gouverner par ordonnances ou 49.3 bien sur conforme à la Constitution mais certainement pas à la démocratie. Ce magnifique mot démocratie est mis par nos politiques à toutes les sauces surtout lorsque la démocratie est détournée à des fins de bassesses politiques. La France est une autocratie. J’ai mis le bulletin en mai et juin 2017 pour enfin voir des politiques au niveau de ce beau pays, mais malheureusement force est de constater que le discours n’était qu’un mirage. Mai et juin 2017 n’est qu’ un remake des précédentes gouvernances autant au niveau de l’exécutif que de l’assemblée, pour cette dernière le niveau est le plus bas qu’est connu notre pays depuis des décennies.
a écrit le 17/03/2020 à 9:38 :
Télecharger l'attestation ce matin :

Error: Server Error
The server encountered a temporary error and could not complete your request.
Réponse de le 17/03/2020 à 10:07 :
@ 135€ l'infraction, ca vaut le coup pour le gouvernement de laisser son serveur buguer...

Bon, je suis mauvaise langue, chez moi ça a marché tôt ce matin.
a écrit le 17/03/2020 à 9:35 :
Je suis d’accord avec BH...cependant, sur le fond, certains passages du discours relatifs à la sortie de crise me font crainte un train de mesures budgétaires « exceptionnelle « inacceptable en temps ordinaire, justifier en sortie de crise, et pérenniser par « précautions ».
Mes propos, Procès d’intention assumé, sont motivés par bien des comportements de notre chef de l’états accro au résultats de la calculette plutôt qu’à la cohésion sociale.
Le déblocage de 300 milliards d’euros pour gérer cette crise sanitaire ne sera pas sans conséquences sur le pouvoir d’achats des citoyens et sur la protection sociale.
La crise sanitaire pourrait muter en crise sociale endémique.
a écrit le 17/03/2020 à 9:25 :
Un peu tard ces décisions sans doute nécessaires, comme ce premier tour... J'imagine que ce sont les circonstances qui dictent les décisions.. Savoir pour prévoir afin de pourvoir, c'est beau...
a écrit le 17/03/2020 à 8:49 :
La guerre ? On voit qu'il totalement perdu notre président, et je ne parle pas des ministres, ce virus tombe au moment au jamais le pouvoir politique n'a autant été entre les mains d'une finance cupide et nihiliste à savoir et donc aussi faible.

C'est ça qu'il faut repenser et vite mais bon quel décideur encore capable de penser ?

Macron est un financier de formation la capacité à gérer les phénomènes ne dépasse pas le court terme.
a écrit le 17/03/2020 à 8:21 :
Je comprend que certains ait la trouille , je pense cependant que le remède sera pire que le mal. Mettre des millions de salariés au chômage, mettre des entreprises en faillite, endetter l'état toujours plus, faire en sorte que la population soit déprimée tout cela pour quoi. Oui il y aura des morts, il y en a tous les jours, pourquoi ceux-là plus que les autres ?
Réponse de le 17/03/2020 à 9:52 :
Il suffit de sortir les calculettes et de tester différentes hypothèses (ex: 50% population touchée en +6 mois, 5000 lits de réa, 5% des personnes infectées nécessitant une réanimation de deux semaines pour survivre)

Les services de réanimation seront à saturation cette semaine (c'est déjà la cas dans la région Grand est), et dans moins d'un mois il y aura plus de 20 agonisants par lit disponible, et ça c'est dans l'hypothèse où on écrêterait la pandémie sur 6 mois.

Bref, le rapport cout/bénéfice est énorme, totalement disproportionné...
Le confinement n'apportera rien en matière de mortalité finale.
a écrit le 17/03/2020 à 8:13 :
Sur le fond, pas grand chose à dire, puisque tout avait été dit dans les heures précédant la communication présidentielle (les mesures de confinement etc..). Etant donné que tous les pays voisins prennent peu ou prou les mêmes mesures, il est aisé d'imaginer qu'il y a consensus politique et consensus scientifique. Sur la forme, tous mes proches, famille, amis etc.. ont trouvé le ton à la limite du ridicule. La guerre.. Faut-il parler ainsi puisque les gens sont stupides, ou est-ce l'inverse? (c'est parce que l'on parle ainsi aux citoyens qu'ils le deviennent?). J'avoue ne pas avoir réponse à cette question.. Un mauvais discours, cependant rédigé pour les neuneus..
Réponse de le 17/03/2020 à 9:38 :
On leur parle confinement sur plus de 15 jours, ils vont faire des provisions et forcément, alors que dans une grande ville on peut acheter quasiment au jour le jour, quand ils prévoient pour 15 jours, ça fait des trous dans les rayons.

Macron a mis des dizaines de milliers de parisiens au chômage. Tous ceux qui peuvent se réfugier à la campagne où c'est plus confortable et moins risqué (Paris 22 000hab/km2, la plus forte densité en Europe, 99% de la population sera touchée, c'est inévitable), le font, c'est normal.

Macron parle de guerre, les français répondent comme en 40... par l'exode.
a écrit le 17/03/2020 à 7:39 :
Couvre feu h24 , ils ont osés à partir d'une grosse grippe ... Mais le plus marrant sera que tous les hivers ils vont nous la ressortir; car cette pandemie sera recurente , saisonnière. Sont forts nos maitres....
a écrit le 17/03/2020 à 4:40 :
Quelle jouissance doit vivre le petit monarque. Mettre en residence forcee tous les citoyens. Meme Ji.Ping ne l'a pas fait. micron oui, et le troupeau de ruminant obeit sans barguigner.
Réponse de le 17/03/2020 à 9:06 :
J'ai plutot l'impression que le troupeau de ruminants est en train de raler et de faire des commentaires stupides.
a écrit le 16/03/2020 à 23:14 :
Assignation à résidence et amende ou violence policière pour déplacement libre. Après la débacle, nous sommes donc contraints de vivre sous le régime d'occupation du Virus et sous la houlette d'un gouvernement zombie.
a écrit le 16/03/2020 à 23:08 :
Je suis sidéré de voir que le président fait la moral au français sur le non respect des consigne alors que c'est lui qui a maintenu les élections municipales envoyant ainsi un message clair invitant les français à aller dehors.
De plus Brigitte macron n'a pas hésité a faire son petit tour sur les quai de seine pendant que le ministres de la santé fustigeait les français sur leur présence en bord de seine.
les personnes les plus touché par le coronavirus sont les parlementaires, 15 député sont atteint par le virus.
a écrit le 16/03/2020 à 22:40 :
Macron vient d'inventer la dictature à prétexte sanitaire et l'Ausweiss numérique.

Pour chaque déplacement, il faudra faire une déclaration personnelle sur un site gouvernemental indiquant le motif, la date, le lieu (les personnes rencontrées?)

Histoire que le gouvernement puisse se fabriquer des bases de données incontrôlées sur les bons et les mauvais citoyens?
a écrit le 16/03/2020 à 21:39 :
L'assignation à résidence est une mesure décidée par une autorité administrative ou un juge imposant à une personne de résider dans un lieu déterminé.

............ Un juge d'instruction peut par exemple ordonner une assignation à résidence avec surveillance électronique à l'encontre d'un mis en examen, en précisant les conditions dans lesquelles la personne peut s'absenter de son domicile ou de son lieu de résidence (pour se rendre à son travail par exemple).

Le petit juge Macron vient d'ordonner l'assignation à résidence de 66 millions de personnes, sans dossier personnalisé, sans jugement, sans avocat.
Réponse de le 17/03/2020 à 4:37 :
J'espère que vous réaliserez un jour la stupidité du commentaire que vous venez de laisser sur cet article...
Votre haine du politique en général et Macron en particulier est telle que vous conservez les oeillères face à une pandémie que personne ne contrôle plus aujourd'hui.
Toujours ce sentiment du "même pas peur" qui domine et limite votre capacité, et celle de pas mal de gens, à aligner deux idées cohérentes et faire preuve d'un peu de jugeotte.
Tout simplement pathétique...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :