Pics de décès vertigineux, naissances au plus bas depuis 1946 : le sombre bilan démographique 2022 de l'Insee

La pandémie et les pics de chaleur ont provoqué des vagues de décès tout au long de l'année 2022 en France. Le surcroît de décès est estimé à 46.000. À cela s'ajoutent des naissances au plus bas depuis la Seconde Guerre mondiale.
Grégoire Normand
En 2022, les hôpitaux ont été submergés par les vagues de décès liés à la pandémie.
En 2022, les hôpitaux ont été submergés par les vagues de décès liés à la pandémie. (Crédits : Reuters)

Vagues d'infections à répétition, canicules plus précoces et plus longues....la France a enregistré une succession de chocs vertigineux en 2022. Depuis trois années, l'Hexagone est frappée par des crises sanitaire et climatique particulièrement aiguës. Et le pays est loin d'être isolé. En Europe, de nombreux pays ont subi les ravages de la pandémie et des épisodes de chaleur extrêmes.

Lire aussiComment les vagues de chaleur affectent notre santé

Dans ce contexte morose, le bilan démographique dévoilé par l'Insee ce mardi 17 janvier est particulièrement sombre. « En 2022, l'espérance de vie aussi bien pour les hommes que pour les femmes n'a toujours pas retrouvé son niveau de 2019. Les femmes ont perdu 0,4 an (5 mois) et les hommes 0,5 an (6 mois) en 2021 », a déclaré Sylvie Le Minez, responsable de l'unité des études démographiques et sociales de l'Insee, lors d'un point presse.

S'agissant de 2022, l'espérance de vie a stagné pour les femmes (0%) et très légèrement augmenté pour les hommes (0,1%). Finalement, l'espérance de vie pour les femmes est de 85,2 ans et 79,3 ans pour les hommes.

Lire aussiLa pandémie a provoqué une hausse vertigineuse des décès, l'espérance de vie en fort recul

Un excès de mortalité de 46.000 personnes

Pour rappel, au premier janvier 2023, l'Hexagone comptait 68 millions d'habitants contre 67,8 millions un an plus tôt et 66,9 en 2018, soit 15% de population de l'Union européenne à 27 contre 19% pour l'Allemagne.

Après les deux premières années de pandémie, la hausse vertigineuse des décès s'est poursuivie en 2022. Les statisticiens ont enregistré un bond (+6.000 décès) avec 667.000 décès l'année dernière contre 661.000 en 2021 et 668.000 en 2020, année du pic de la pandémie de Covid. « En 2022, le nombre de décès se situe à un niveau toujours élevé. Il provient en partie du vieillissement de la population, a expliqué la statisticienne. Une grande partie s'explique aussi par la pandémie et les épisodes de canicule de l'été dernier ».

L'arrivée des générations nombreuses du « baby-boom » à des âges plus avancés entraîne logiquement une hausse des décès depuis quelques années. Au total, l'excès de mortalité par rapport aux chiffres attendus par l'institut de statistiques est de 46.000.

Entre la crise sanitaire et le réchauffement climatique, il reste, à ce stade, difficile d'établir le détail des facteurs de décès. « Ce chiffre sur les excès de mortalité est toutes causes confondues », explique à La Tribune Sylvie Le Minez. « Certains décès peuvent être directement liés au Covid ou indirectement. Certains décès du Covid sont liés à des pathologies, des retards de prise en charge à l'hôpital. Il y a une surmortalité liée aux canicules, mais le chiffre précis est difficile à établir à ce stade. Le bilan sera fait par l'Inserm, le ministère de la Santé et Santé Publique France », a-t-elle ajouté.

Les naissances au plus bas en 2022, un record depuis 1946

Sur le front des naissances, le tableau dressé par l'Insee est particulièrement alarmant. L'Hexagone a enregistré 723.000 naissances l'année dernière contre 742.000 en 2021 et 735.000 en 2020. Il s'agit d'un plus bas depuis 1946 selon l'organisme basé à Montrouge. La première année de la pandémie est donc loin d'être une exception. « Entre 2015 et 2020, les naissances ont été chaque année de moins en moins nombreuses, » soulignent les statisticiens dans leur note.

En regardant à la loupe l'évolution des naissances au cours de l'année 2020, les chercheurs ont constaté qu'en « décembre 2020, il y a eu une chute considérable du nombre de naissances. Cela correspond à la période neuf mois après le début du premier confinement. À ce moment, de nombreux couples ont reporté leur projet d'avoir un enfant. » S'agissant de 2021, «  il y a eu un rebond des naissances, mettant fin à une baisse ininterrompue depuis 2014 » indique Sylvie Le Minez.

Enfin, le nombre d'enfants par femmes est en déclin à 1,8 en 2022 contre 1,84 en 2021. Après avoir atteint un pic supérieur à 2 en 2012, cet indicateur n'a cessé de dégringoler à l'exception de 2021.

Un solde naturel en berne, au plus bas depuis la Seconde Guerre mondiale

Le solde naturel, c'est-à-dire la différence entre les naissances et les décès, a également atteint son plus bas historique en 2022 pour s'établir à 56.000 contre 80.500 en 2021 et 66.300 en 2020. Là encore, cet indicateur est très loin d'avoir retrouvé son niveau d'avant crise sanitaire. Pour rappel, le solde naturel en 2019 était de 140.000 en France.«  Le solde naturel est le plus faible observé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, » souligne Sylvie Le Minez.

En revanche, le solde migratoire, c'est-à-dire la différence entre les arrivées et les départs du territoire français demeure stable depuis 2020 autour de 160.000. « Ces mouvements migratoires contribuent ainsi pour près des trois-quarts à la hausse de la population, » résume l'Insee.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 18/01/2023 à 16:37
Signaler
On nous refait le coup de 2003. L'augmentation des décès n'était lié qu'à la précocoté, en raison de la canicule. C'était réglé l'anne suivante.

à écrit le 18/01/2023 à 16:33
Signaler
c est une courte victoire de la culture de la mort sur celle de la vie. Gagner une bataille n est pas gagner la guerre. Desole pour toutes les personnes qui se sont laisser berner par cette culture woke. Avoir des petits enfants donne une sensation d...

à écrit le 18/01/2023 à 9:18
Signaler
En fait si on reste pragmatique avoir des enfants réduit considérablement votre temps libre. Je n'ai jamais eu envie d'enfants cela m'a permis d'économiser du temps et de l'argent pour voyager tout au long de la vie et accessoirement de cesser de tr...

le 18/01/2023 à 16:36
Signaler
Oui enfin vous êtes bien content que les enfants des autres paient votre retraite.

à écrit le 18/01/2023 à 9:08
Signaler
"naissances au plus bas depuis 1946" Étonnant cette étude ,car dans toutes les stats sur le sujet, le baby-boom a débuté dès 1945 voir 1942 pour certains historiens (De 490 367 en 1941, le nombre des naissances passe à 542 449 en 1942, soit un acc...

à écrit le 18/01/2023 à 8:13
Signaler
Encore une excellente photo qui est une explication en soi, qui raconte une autre histoire, celle de l'humanité.

à écrit le 18/01/2023 à 7:54
Signaler
Notre société devient plus dure, plus violente, plus compétitive, plus inégalitaire et je ne voudrais pas faire un enfant qui grandirait dans ce monde de brutes qui détruit la planète et les plus fragiles d'entre nous. Si j'appartenais à la classe de...

à écrit le 18/01/2023 à 4:29
Signaler
L'augmentation des décès est une bonne nouvelle car cela concernant principalement des personnes il contribuera à l'allègement du coût des pensions de retraite. Il faut voir le bon côté des choses, l'abaissement de l'espérance de vie est une garanti...

à écrit le 18/01/2023 à 0:08
Signaler
Concenvoir un enfant et ensuite lui dire d'etre prudent avec la nature parce que il y a trop de monde sur le planete.

le 18/01/2023 à 9:21
Signaler
Faudra le dire à la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen ,elle en à 7 !

à écrit le 17/01/2023 à 21:05
Signaler
Avec les multiples canicules de l'été qui vient, on dirait bien que le problème des retraites va se régler tout seul.

à écrit le 17/01/2023 à 20:31
Signaler
La mortalité est surtout dû aux vaccinations, comme les cas de arrêt cardiaque, avc et autres du aux vaccins COVID. Mais ça on en parle pas bien sûr...

le 18/01/2023 à 0:49
Signaler
@Nico Vu les evenement vous considérez donc que la Chine qui a peu et mal vacciné est un modèle. En Chine, ce sont des centaines de milliers de morts du Covid. Pas des effets secondaires du vaccin.

le 18/01/2023 à 16:30
Signaler
@Nico Là, on sent l'expert ! S'appuyant sur des données irréfutables et confirmées par des pairs, et accessibles mondialement...

le 18/01/2023 à 16:34
Signaler
@Nico Là, on sent l'expert ! S'appuyant sur des données irréfutables et confirmées par des pairs, et accessibles mondialement...

le 18/01/2023 à 17:53
Signaler
Arrêtez vote complotisme simpliste .il y a eu plus de morts du covid que de la vaccination … retourne chez papy trump ou Musk rss as contre vos elucubrations … ici c est un média sérieux qui réfléchit pas qui blablate ou twitwitte …

à écrit le 17/01/2023 à 20:22
Signaler
Bonjour, Pour revenir a la baisse de la natalité dans notre pays... Surpression des aide familiales au classe moyen ... Avenir économique incertain.. Difficulté a ce nourrir correctement pour les travailleurs pauvre... Système éducatifs peux ef...

à écrit le 17/01/2023 à 19:30
Signaler
Pourquoi sombre bilan ? c est au contraire plutot positif ! Sur les deces, 46000 en plus sur une population de 68 million c est rien. le covid n a pas tué grand mode compare a la grippe espagnole (et je parle pas de la peste). Pour la natalite, c e...

le 18/01/2023 à 0:41
Signaler
"fini le chantage si t es pas content il y en a 10 qui attendent ton job" MDR, tu habites où pour pas voir l'immigration qui attend ta place ? On me dit qu'ils attendent ton aide financière ...

à écrit le 17/01/2023 à 19:19
Signaler
Et mon ..oeil, c' est du poulet?! Seule la liberté de parole émancipe.. Tiens, la suite c' est là, et là c' est dans la vraie vie, et dans le monde réel, les décès par covide ont bon dos!.. Le Blog de Patrice Gibertie ...

à écrit le 17/01/2023 à 18:18
Signaler
Sans engrais et phytosanitaires, la France peut produire de quoi nourrir à peu près 40-45 millions d'habitants (cf un rapport de l'inrae de 1998). Vu les soucis actuels avec le gaz et le pétrole, c'est une donnée à prendre en compte pour le développe...

à écrit le 17/01/2023 à 18:09
Signaler
Efficace les injections 👍

à écrit le 17/01/2023 à 17:39
Signaler
J’écrivais ici en 2020 pendant le covid que nous avions en moyenne en France 650.000 décès/an toutes causes confondues ,j'étais pas si loin . Du 1er janvier au 24 décembre 2022, 654 492 décès, toutes causes confondues, sont enregistrés en France à...

à écrit le 17/01/2023 à 17:35
Signaler
"l'Hexagone est frappée par des crises sanitaire et climatique particulièrement aiguës." Surtout lié à la suppression de milliers de lits pendant ces crises aux 15000 soignants suspendus et toujours pas réintégrés contrairement aux autres pays eur...

à écrit le 17/01/2023 à 16:36
Signaler
après un rebond en 2021, la baisse des naissances semble généralisée en Europe d'après les données partielles des instituts statistiques nationaux. voir par exemple l'article du 01/11/2022 du site Internet helvétique I Am Expat sur la forte chute d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.