Pourquoi le déficit commercial s'est creusé à 59 milliards d'euros en 2018

 |   |  1068  mots
Les exportations françaises qui s'accroissent pour la quasi-totalité des produits ont augmenté de 3,8%, après 4,5% de croissance en 2017, et les importations ont crû de 3,9%, après un bond de 6,8% en 2017.
Les exportations françaises qui "s'accroissent pour la quasi-totalité des produits" ont augmenté de 3,8%, après 4,5% de croissance en 2017, et les importations ont crû de 3,9%, après un bond de 6,8% en 2017. (Crédits : Reuters/Benoit Tessier)
La flambée des cours du pétrole a contribué à creuser le déficit commercial de la France en 2018. Selon les douanes, le solde s'est dégradé pour s'établir à 59,9 milliards d'euros contre 57,8 milliards l'année précédente.

2018 a été une nouvelle année noire pour le commerce extérieur français. L'année dernière, le solde commercial de la France s'est détérioré passant de 57,8 milliards en 2017 à 59,9 milliards en 2018, soit une baisse de 2,1 milliards d'euros selon les dernières données communiquées par le service des douanes jeudi 7 février. « L'arbre du déficit énergétique ne doit pas cacher les succès », a estimé le secrétaire d'État Jean-Baptiste Lemoyne lors d'un point de presse, soulignant que le nombre d'entreprises exportatrices est « au plus haut depuis 2003 » dans des propos rapportés par l'Agence France Presse.

En dépit de ces moins bonnes performances, les économistes de l'Insee expliquent dans leur dernière note de conjoncture que la contribution du commerce extérieur à la croissance en 2018 serait positive (+0,6 point contre 0,1 point en 2017). Pour le premier semestre 2019, les résultats devraient être moins favorables d'après les prévisions de l'institut de statistiques public (contribution de -0,3 point en acquis à mi-année).

Et la possible perspective d'un Brexit sans accord pourrait accroître les difficultés pour un bon nombre de PME françaises qui réalisent des échanges extérieurs outre-Manche. Les secteurs de l'agroalimentaire, de l'aéronautique ou de la pharmacie pourraient, entre autres, être directement touchés par le renforcement des barrières douanières et non-douanières entre le royaume britannique et le continent. Face au manque de préparation de certaines entreprises, le gouvernement a appelé les dirigeants à se mobiliser. Elles seraient près de 30.000 à réaliser des exportations de l'autre côté de la Manche.

Lire aussi : Commerce extérieur : "Le Brexit peut mener à une situation chaotique"

Flambée des cours du pétrole

La remonté des cours du pétrole a joué un rôle relativement important dans le creusement du déficit commercial français. En effet, la flambée des prix de l'or noir a contribué à plonger le déficit énergétique à 46 milliards d'euros l'année dernière contre 39,3 milliards en 2017, soit une hausse de 6,7 milliards d'euros. L'administration douanière rappelle, qu'après quatre années de baisses consécutives entre 2013 et 2016, le cours du baril de Brent a augmenté passant de 48,6 euros par baril en 2017 à 60,2 euros en 2018, soit une hausse des prix de 24%. « Les quantités importées sont en baisse pour le pétrole brut (- 8%), quasi stables pour le pétrole raffiné, tandis qu'elles progressent légèrement pour le gaz naturel. »

À l'opposé, le déficit des produits manufacturiers a légèrement baissé passant de 35,7 milliards en 2017 de 33,3 milliards en 2018. Cette amélioration est le résultat de bonnes performances dans le secteur de l'aéronautique, « dans une moindre mesure, des soldes informatique et pharmaceutique ». Rien qu'au mois de décembre, les livraisons d'Airbus ont atteint 3,3 milliards d'euros pour 43 appareils contre 3,2 milliards d'euros pour 39 appareils, le mois précédent.

Des exportations légèrement moins dynamiques

Les chiffres des douanes signalent que les exportations françaises ont légèrement freiné (3,8% contre 4,5% en 2017), même si elles restent dynamiques dans un contexte de ralentissement du commerce mondial. Cette augmentation est soutenue par les secteurs automobile et textile avec des progressions respectives de 7,9% et 8,2%.

« Les exportations de véhicules automobiles, qui progressent continuellement depuis 2014, atteignent 35,5 milliards en 2018, soit un nouveau record de ventes. Ces véhicules sont principalement destinés aux marchés allemand et espagnol. »

Au delà de ces deux domaines, le département de statistiques indique que la plupart des produits ont connu une hausse des exportations. Les parfums et cosmétiques (6,7%) et les produits agricoles (+7,2%) ont contribué à cette dynamique.

Du côté des importations, la situation est plus contrastée avec une hausse pour les produits énergétiques, l'automobile, les machines et la métallurgie, mais aussi une diminution pour l'aéronautique. Les achats de produits énergétiques ont bondi fortement à cause de l'augmentation des prix du pétrole. Les importations de véhicules automobiles restent très soutenues (7,1% en 2018 après 7,4% en 2017).

Ralentissement du commerce mondial à la fin de l'année

Le commerce international a sérieusement marqué le pas à la fin de l'année 2018. Selon un bulletin de la Banque centrale européenne (BCE) publié ce jeudi 7 février, les différentes enquêtes de conjoncture signalent une inflexion des importations mondiales de marchandises tandis que les directeurs d'achat à l'échelle de la planète ont déclaré une dégradation des nouvelles commandes à l'exportation pendant quatre mois consécutifs.

« Globalement, les données laissent penser que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine peuvent affecter la confiance dans le secteur manufacturier et exercer un impact négatif sur la croissance du commerce mondial », expliquent les économistes de l'institution bancaire.

Après plusieurs mois de tensions, les États-Unis et la Chine ont entamé un processus de négociations qui a contribué à apaiser les différends entre les deux puissances. Mais il ne reste plus que quelques semaines aux négociateurs chinois et américains pour aboutir à un accord le premier mars prochain. Si les deux géants n'ont pas trouvé de  compromis d'ici là, la bataille devrait reprendre. En effet, Donald Trump prévoit d'augmenter les droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits chinois si aucune solution n'est trouvée.

Lire aussi : Chine-États-Unis  : l'armistice commercial, jusqu'à quand ?

Un dispositif pour accompagner les entreprises

À l'échelle de la France, plusieurs partenaires ont concrétisé un nouveau dispositif pour soutenir l'accompagnement des entreprises tricolores à l'exportation. Business France, CCI France et Bpifrance ont décidé d'associer leurs efforts sous la bannière Team France Export. Il y a un an, le Premier ministre Édouard Philippe avait exposé ses ambitions pour améliorer les performances des PME et des entreprises de taille intermédiaire (ETI) à l'international. Le chef du gouvernement voulait notamment mettre en place des guichets uniques dans les régions et installer des conseillers internationaux sur tout le territoire et à l'étranger.

À ce jour, 250 conseillers internationaux dans toute la France (CCI, Business France, Bpifrance), 750 conseillers internationaux à l'étranger, répartis dans 65 pays ont été recensés selon un communiqué. L'installation de ces dispositifs pourrait aider beaucoup d'entrepreneurs à identifier les acteurs incontournables. En revanche, la révision à la baisse des prévisions de croissance planétaire de la plupart des institutions économiques n'annoncent pas de bonne nouvelle pour les exportateurs.

Lire aussi : Édouard Philippe présente son plan pour relancer les exportations

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2019 à 15:46 :
Ce n'est pas la bonne santé de Total qui va compenser le déficit, puisque plus la santé du groupe pétro-gazier est bonne, pire est celle de notre déficit extérieur!

Il faudrait donc que les dirigeants cessent de mentir une fois pour toute, toute importation énergétique est gravement nuisible à notre économie et que la voiture nucléaire, riche de plus en plus chers matières premières importées, n'est qu'un transfert en trompe l'oeil des importations énergétiques actuelles!
Ce n'est non plus le modèle mondialiste qui est bon pour notre économie, puisque le chiffre d'affaire du textile presque quasiment importé, représente plus que ceux de l'automobile et de l'aéronautique réunis!

05 octobre 2016:
"Avec 1,7% du PIB et 36 milliards d'euros de valeur ajoutée, la mode est plus importante dans l'économie française que l'aéronautique, ou que l'automobile», qui représentent respectivement 0,7% et 0,5% du PIB, a indiqué Dominique Jacomet, directeur général de l'IFM. L'étude se base sur des données de l'Insee ainsi que sur les revenus publiés par les entreprises du secteur ayant une activité en France."

http://www.leparisien.fr/laparisienne/mode/pib-l-industrie-de-la-mode-pese-plus-lourd-que-l-automobile-ou-l-aeronautique-05-10-2016-6177383.php

C'est la récompense logique pour avoir ouvert en grand les frontières et paupériser les gilets jaunes qui manifestent aujourd'hui!

24 août 2009:
"La France continue de se désindustrialiser. L'histoire de la machine-outil française laisse-t-elle prévoir la disparition d'autres domaines de fabrication ?
Beaucoup de « petits » domaines ont déjà disparu, par exemple le matériel médical où, un temps, certaines de nos firmes étaient leaders mondiaux comme Thomson-CSF."

http://www.ifrap.org/emploi-et-politiques-sociales/lavenir-de-lindustrie-automobile

Depuis 50 ans, depuis le choix du tout nucléaire de Pompidou, tout aussi semblable et néfaste que celui du tout électrique d'aujourd'hui, qui le bonheur et les carrières des hauts fonctionnaires de la république grâce à l'impôt de tous et au monopole d'EDF aux salariés surpayés, les dirigeants connus, ainsi que ceux qui restent dans l'ombre pour donner leurs directives, ont favorisé la mondialisation au détriment de la majorité de la population!

Relocaliser l'indispensable, dont la production d'énergie avec des carburants à base de Co2 et de biomasse, et du chauffage au bois et solaire thermique, La transformation de chaleur pour produire de l'électricité et la petite hydraulique tellement grande si elle était utilisée sous toutes ses formes, complétant le tout!

Au lieu de cela nous avons droit à un one man show pathétique qui n'abusent que ceux qui le veulent bien, tandis que le ministre de la transition énergétique valide le nucléaire après l'avoir fustigé pendant des années!

Dramatiquement ridicule!
a écrit le 08/02/2019 à 12:16 :
La Chine a arrêtée les mesures de relances de son économie stoppant la croissance mondiale , il aurait fallu que l'U.E soit en position de relance( pour une fois )pour que les marchés à l'exportations se portent bien .On ne peut pas faire de bonnes politiques économiques en cherchant simplement les opportunités pour profiter des autres , un marché mondial cela se consrtruit . Trop courte vue des Allemands dans la zone Euros .
a écrit le 08/02/2019 à 10:18 :
C'est quand vous voulez pour virer le débile mental qui a prit mon pseudo hein... -_-

J'insiste.
a écrit le 08/02/2019 à 9:19 :
C'est quand vous voulez pour virer le débile mental qui a prit mon pseudo hein... -_-
a écrit le 08/02/2019 à 3:23 :
la France ne sait pas se vendre cela fait des annees que je le dit a la tribune ?augmente les conseilles internationaux et tres inportant,,? la France N investie pas assez parceque les banques presfere boursicote avec l argent des Français qui dort plutôt que de prete cette argent a ceux qui veulent investir ,?, c est vrais que le petrole joue mauvais un role mais tous les pays subissent le meme probleme???
Réponse de le 08/02/2019 à 8:10 :
"mais tous les pays subissent le meme problème???"
Pas vraiment, Canada, Norvège, Etats-Unis sont de gros producteurs d'hydrocarbures.
Gaz et pétrole, les Pays-Bas, comme le Royaume-Uni, extrait bien plus que la ridicule production française.
2015, R.-U. pétrole ~ 900 000 b/j :
https://www.indexmundi.com/map/?v=88&l=fr
Gaz:
https://www.indexmundi.com/map/?v=136&l=fr
L'Allemagne, 3 fois plus énergivore que la France, récupère du gaz à très bas cout depuis le Russie.
Pas de situations comparables !
Réponse de le 08/02/2019 à 17:21 :
@ ALAIN :/,IL FAUT COMPAREZ CE QUI ET COMPARABLE? la France est un petit pays mais peut faire du petrole vert comme la biomase les paysans cela leurs ferais un autre revenue, on peut meme faire du plastisque avec du mais? avec les bordures de mer on pourrais faire des centrales electrique,? AVEC TOUTE SES TERRES DE MONTAGNE MONTE DES EOLIENNES ETAVEC DES SURFACES NON CULTIVEZ DUCAPTAGE SOLAIRE ?AVEC LES GRAND FLEUVES METTRE DES ROUES HYTROLIQUE? CE N EST PAS LES IDEES QUI MANQUENT C EST LA VOLONTE D INVESTISSEMENT FRANCAIS VERS DES NOUVELLES ENRGIES? LES CHINOIS SONT DEJA PLUS EN AVANCE QUE NOUS???
a écrit le 08/02/2019 à 1:29 :
Ce problème est emblématique de la "déliquescence" du secteur industriel français.
Contrairement à l'Allemagne ou aux USA, nous ne soutenons pas et ne protégeons pas nos industries...
La liste est malheureusement longue (abandon d'ALSTOM au profit de GE et de SIEMENS, "Criminalisation" des véhicules Diesel alors que nos constructeurs se sont spécialisés sur ces motorisations, ...)
a écrit le 08/02/2019 à 0:53 :
La taxe sur les les énergies fossiles est essentielle car elle permet de valoriser la chaleur (chaleur perdue industrielle, de gazéification, biomasse, incinération etc) solaire thermique (dont stockage estival très puissant), réseaux de chaleur, hydrogène, biogaz, power to gas etc. Bref toute l'énergie produite localement qui crée entreprises, emplois, technologies pour l'export etc et ramène les 46 milliards d'euros d'importations en France. Il faut aider les gilets jaunes à s'adapter et se mettre à niveau mais il fait remettre cette taxe sur les énergies fossiles importées, çà devient vital pour la France comme l'Europe.
a écrit le 07/02/2019 à 22:15 :
C'est toujours la faute au pétrole, aux Gilets Jaunes, au réchauffement climatique, jamais de la faute à la politique économique du gouvernement...
Réponse de le 08/02/2019 à 1:00 :
Alex puisque vous être parfait, qu'attendez vous pour vous lancer en politique (municipales, européennes et autres) et démontrer que vous allez mieux faire que les autres ? Qui a voté pour des gouvernements laxistes depuis Chirac et qui se plaint désormais quand un gouvernement tente de faire face aux réalités ? J'entends beaucoup de gens qui veulent de l'argent mais aucun qui ne dit où trouver cet argent sinon le prendre dans la poche d'autres ce qui ne résoudra pas notamment le problème du manque de compétitivité et vieillissement de la population.
a écrit le 07/02/2019 à 21:23 :
Comprends-pas !
les allemands, les hollandais, ... consomment bien du pétrole eux aussi, non ?
le prix au du baril est le même non ?
Réponse de le 08/02/2019 à 11:41 :
Oui mais eux bossent, exportent et sont parcimonieux de l'argent public. Quand en France on verse une prime de rentrée (en plus des allocs) il y a 100% de chances qu'elle soit transformée en produits importés (ordi, chaussures de sport, fringues, petit matériel scolaire... quand ce n'est pas smartphone ou nouvelle TV). Autrement dit l'état subventionne le déficit commercial. Si on veut VRAIMENT faire quelque chose pour certaines familles mieux vaudrait subventionner par exemple la demi-pension (au mois ça fait travailler en France).
Réponse de le 08/02/2019 à 12:02 :
Pas de 35h dans les autres pays, C’était tellement une bonne idée que personne d'autre la fait.
a écrit le 07/02/2019 à 17:07 :
Les petits ruisseaux font les grandes rivières… du déficit et de la dette. Le problème, dans certains pays laxistes, c'est cette faculté à expliquer et justifier ses faiblesses. Syndrome du Latin looser ?
a écrit le 07/02/2019 à 14:43 :
Contrairement à l’Allemagne, nos exportations ne nous permettent pas de payer les énergies que nous importons. A défaut de posséder les technologies pour résoudre ces difficultés, il devient urgent d’extraire de notre sous-sol du pétrole à partir des gaz de schistes !!!
Réponse de le 07/02/2019 à 21:04 :
Ce pétrole, il est préférable de le laisser aux générations futures. IL ne va s'envoler!

Elle le prendront lorsque le pétrole sera à 400 dollar le baril et que nous disposerons de technologies propres et efficientes!
a écrit le 07/02/2019 à 14:34 :
Ne pas oublier de rajouter au moins 5 à 6 milliards de plus pour la fin de l'année 2019. Eh oui on peut prédire que dans les 12 Milliards de dépenses supplémentaires pour donner du pouvoir d'achat, environ la moitié finira sous forme de déficit du commerce extérieur par des importations supplémentaires de biens.On aura encore engraissé la Chine.C'est normal , me direz-vous, n'est-ce pas l'année du cochon !
Réponse de le 07/02/2019 à 21:06 :
Pas du tout!

Comment faites vous vos calculs farfelus?
a écrit le 07/02/2019 à 14:12 :
la france a fait la chasse au grand capital, et ca a marche!
y a plus d'industrie, sauf un peu d'aeronautique
c'est compense par ' les services' ( oui, le tourisme donc, dont tt le monde sait que c'est pas la qu'il y a les plus fortes marges) et un peu par le luxe, c'est pour ca que la france veut mettre bernard arnault et pinault dehors ' avec les remerciements a la francaise'............
la france recolte ce qu'elle a seme
suffit de relire artus ' la france sans ses usines' ; ca date de 2006, et depuis ca a bien empire !
a écrit le 07/02/2019 à 13:53 :
Plus de 75 milliards de déficit budgétaire et près de 60 de déficit commercial...
A l'évidence on a une dépense publique trop lourde et cette dépense publique va essentiellement à l'importation...
Réponse de le 07/02/2019 à 14:41 :
On retrouve encore là en amont l' enfermement dans l' UE qui rend impossible de contrôler les 100 milliards d' exil et fraude fiscaux FRANCAIS dus à ce même article 63 lequel qui commande de fait de se défaire de nos acquis sociaux pour passer sous les fourches caudines de l' arbitraire des GOPE qui prend ici et en l' occurence la forme du 3 % de déficit budgétaire...
https://www.youtube.com/watch?v=IqwO9k4pyyE
Extrait d'une conférence de François ASSELINEAU : " Dix raisons qui imposent de quitter l'Europe", il n' y aura s de solution sans Frexit.
Réponse de le 07/02/2019 à 21:15 :
Tout faux!

Le déficit budgétaire est du à une insuffisance des prélèvements obligatoires qui ne couvrent pas les dépenses. Il faut donc augmenter les impôts!

Le déficit commercial est du à un excès de consommation, taxons les plus riches pour freiner leur consommation et les achats futiles d'iphone et de BMW!
Réponse de le 07/02/2019 à 21:28 :
Et croyez-vous que le fait de sortir de l'UE (et donc ne plus bénéficier des coopérations fiscales des autres pays de l'UE) permettra de récupérer un iota de l'exil fiscal voire d la fraude ? Quant à ce montant de100 milliards il est certainement gonflé d'un rapport 4 ou 5. On extrapole à l'ensemble des contribuables le niveau de fraude constaté sur l'échantillon contrôlé... sans rappeler que cet échantillon contrôlé ne l'est certainement pas au hasard. Faire croire qu'on peut fonder une politique sur des milliards qui en grande partie n'existent pas ou qu'on n'a aucune chance de récupérer (à croire que Bercy se tourne les pouces et manque des moyens...) relève largement de l'édification de châteaux en Espagne... n'en déplaise au gourou de l'UPR.
Réponse de le 08/02/2019 à 13:18 :
@gringo : c'est du second degré j'espère ? à 47% de PIB de PO on est déjà quasi champions du monde des prélèvements et à 57% de PIB de dépense publique on est champions du monde. Avec de brillants effets économiques.
Ca ne marche pas, nous avons besoin d'une transition économique du même ordre que celle qu'ont connu les pays de l'Est après la chute finale du communisme.
a écrit le 07/02/2019 à 13:30 :
La France est rincée par l' appartenance à l' UE, les emplois sont délocalisés à l' est et voilà qui confirme une fois de plus la justesse des analyses de F. Asselineau à la tête de l' UPR, le parti du Frexit.
https://www.upr.fr/videotheque-upr/delocalise-t-on-maintenant/
Prétendre vouloir lutter contre les délocalisations tout acceptant les traités européens relève de l’escroquerie politique...
Réponse de le 07/02/2019 à 14:05 :
C'est une analyse parfaitement inexacte. Hors UE, les importations seraient peut être moins faciles et plus chères (normes et droits de douane) mais les exportations aussi. Sauf à réduire considérablement les coûts salariaux en France en dotant le pays d'une monnaie très dévaluée (40 à 60%) ... ce qui aurait pour effet de payer les français en monnaie de singe et aussi d'augmenter les coûts des matières 1è et produits intermédiaires importés. Parce qu'affirmer qu'on peut sortir de l'UE et en même temps maintenir voire augmenter le niveau de vie des français est un mensonge éhonté. Si on veut jouer ce jeu-là, pourquoi pas mais il faudra jouer à fond la carte de la dévaluation compétitive qui renchérira considérablement les importations (dont le pétrole, le gaz, les matières 1è) et pour compenser ce surcoût et les droits de douane que ne manqueront pas d'imposer nos client (essentiellement l'UE) à nos exportations il ne faudra en aucun cas augmenter les salaires exprimés en monnaie locale. Donc oui, on peut sortir de l'UE et de l'€ mais il faut dire aussi ce que ça coûtera à chacun en termes de niveau de vie. Sans compter qu'une telle politique aura inévitablement un effet sur les taux d'intérêts auxquels on refinance notre dette donc imposera de faire disparaître très rapidement les déficits publics donc réduire brutalement la dépense publique etr sociale d'un quart.
Si votre gourou Asselineau ne vous a pas expliqué ça, c'est qu'il ment par omission.
Réponse de le 07/02/2019 à 14:14 :
le jour ou la france sort de l'europe, le cas venezuelien fera a peine office d'apero, tellement ca sera serieux!
un dette a 100% du pib qui sera libelle dans une monnaie etrangere avec un franc qui vaudra meme pas la moitie, ca fait 200% du pib de dette....
pas la peine de compter sur les allemands pour payer, faudra faire de l'hyperinflation dans un pays qui importe tout et ou plus personne n'est assez idiot pour prendre des risques ' pas rentables'
avant d'appuyer sur le bouton nucleaire, faut se demander ou va y avoir des morts!
Réponse de le 07/02/2019 à 14:16 :
si vous avez du temps allez lire betbeze ' si ca nous arrivait demain'
c'est vite lu, et y a pas d'econometrire
Réponse de le 07/02/2019 à 14:19 :
La question de l'Europe est accessoire, et quitter l'Union Européenne ne changera pas ce fait : pour relocaliser, le coût du travail doit être diminué en France et/ou augmenté ailleurs. Ce qui signifie baisser le pouvoir d'achat des emplois au SMIC ou diminuer les prélèvement sociaux, taxes et impôts qui augmentent le coût du travail en France (soit un dérapage de l'exercice budgétaire ou des coupes drastiques dans le service public et les dépenses sociales). L'escroquerie c'est d'essayer de faire croire qu'il suffirait de quitter "l'Europe" pour résoudre tous les problèmes. Au même niveau intellectuel, pourquoi la Bretagne ne quitterait pas la France par exemple ou pourquoi Paris ne quitterait pas la France.
Réponse de le 07/02/2019 à 16:07 :
Bruno, "C'est une analyse parfaitement inexacte. Hors UE, les importations seraient peut être moins faciles et plus chères (normes et droits de douane) mais les exportations aussi. Sauf à réduire considérablement les coûts salariaux en France en dotant le pays d'une monnaie très dévaluée (40 à 60%) ... "

Tout est prévu, cadré, anticipé, ne redoutez rien tant les analyses du Frexiter en chef sont irréfutable quand vous ne produisez rien de chiffré, démontré, ni sourcé.
Le jour d'après la sortie de l'Union européenne : fin du monde ou libération? Une conférence de François Asselineau, président fondateur de l'Union Populaire Républicaine (UPR) Que va-t-il se passer avant, pendant et après l’arrivée au pouvoir de l’UPR ? Comment va se produire, très concrètement, la sortie de l’UE et de l’euro par l’article 50 du T.U.E. (traité de l’Union européenne) et de l’OTAN par l’article 13 du T.A.N. (traité de l’Atlantique nord), sorties que nous sommes les seuls à proposer ? Cette conférence est sans aucun équivalent sur la scène politique française.
https://www.youtube.com/watch?v=X4-MRtitpVE
Beaucoup souffrent d' une réelle sous-documentation passagère sur ce sujet à tel point que la pensée mainstream se refuse de le porter au débat, peut-être redoutez-vous l' effet contagion du Brexit et vous avez raison car il aura bien lieu...
Réponse de le 07/02/2019 à 21:11 :
vous demanderez a asselineau ce qu'il pense de chavez, le maitre a penser de melenchon.............
il avait tout prevu, vu que le venezuela a plus de petrole que l'arabie saoudite.........
il a mis tt le monde dehors, ce qui etait tres drole, une fois les investissements faits par les multinationales ( dont repsol) dans le petrole lourd.......... a 140 dollars le baril et 110 le budget previsible du venezuela, on peut distribuer large
pas de pot rien ne se passe comme prevu, ce qui est monnaie courante......
y a que melenchon pour se rejouir du nombre de femmes qui meurent en couche, les hopitaux sont au tas, les magasins vides par les militaires aussi
les totalitarismes, et les imbeciles aussi, menent a la ruine et a la guerre civile; sacahnt que pour la france ca sera pire
le jour ou vous aurez appuye sur le bouton, ca sera trop tard
hollande a joue a l'idiot en croyant que la croissance c'etait une equation differentielle
7 ans plus tard y a les gilets jaunes, et encore, car il a change d'avis et qu'il a degage; macron herite du papa
redresser la france c'est 30 ans au moins, et ca suppose la confiance
quand on voit comme chacun veut remodifier les regles votees y a un an, je crains le pire
dites a vos enfants de partir, les heros ne vivent pas longtemps
Réponse de le 07/02/2019 à 21:17 :
j'oublias, faut des references!
en voila
artus
https://livre.fnac.com/a109109/Patrick-Artus-Modelisation-macroeconomique
gourieroux et monfort
https://www.amazon.fr/Statistique-modèles-économétriques-Christian-Gourieroux/dp/2717816674
y a aussi le tome 2, et les series temporelles
hatem
https://www.amazon.fr/prospective-Pratiques-méthodes-Fabrice-Hatem/dp/271782474X
et pour le droit , un bon debut
https://www.amazon.com/Textbook-EC-Law-Josephine-Steiner/dp/1841740233
Réponse de le 07/02/2019 à 21:20 :
La dette publique serait convertie en francs en cas de sortie de l'UE.

C'est pas pour autant qu'il faut le faire, ne serait-ce que parce que la dette privée resterait en euro!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :