Près d'un million de jeunes exclus de l'emploi et de la formation

963.000 jeunes âgés de 16 à 25 ans sont ni en emploi, ni en formation, ni en études selon une étude de la Dares publiée ce vendredi 7 février. Ce chiffre masque des situations hétérogènes au sein de cette population.
Grégoire Normand

3 mn

En 2018, ils représentaient plus d'une jeune sur 10 de cette classe d'âge.
En 2018, ils représentaient plus d'une jeune sur 10 de cette classe d'âge. (Crédits : Eric Gaillard)

Le calvaire des jeunes exclus du marché du travail et de la scolarité est loin de s'enrayer. Dans une étude publiée ce vendredi 7 février, le service de statistiques du ministère du Travail (Dares) a recensé plus de 963.000 jeunes âgés de 16 à 25 ans qui ne sont ni en études, ni en emploi, ni en formation. Dans le langage des statisticiens européens, ils sont appelés les NEET (pour Not in Education, Employment or Training). Si leur nombre a reculé ces dernières années, ils représentent tout de même plus d'un jeune sur 10 (12,9%) de cette classe d'âge.

Derrière ces chiffres, la situation de ces personnes révèle parfois des parcours chaotiques et une scolarité souvent hachée. Pour tenter de lutter contre le décrochage scolaire et l'absence de diplôme, l'obligation de formation jusqu'à 18 ans doit entrer en vigueur à partir de septembre 2020. "Tous les jeunes de cette tranche d'âge devront se voir proposer une formation. Les pouvoirs publics et les institutions devront les accompagner et leur proposer une formation" avait expliqué le secrétaire d'Etat, Gabriel Attal, dans un entretien accordé à La Tribune en décembre dernier. En attendant, des milliers de jeunes restent en dehors des circuits d'insertion malgré la baisse du chômage. Parmi les jeunes actifs, le taux de chômage était proche de 21% en 2018 contre 9% pour le reste de la population. Sur ce point, la situation des non-qualifiés demeure particulièrement préoccupante.

Des jeunes moins diplômés

Les statisticiens du ministère du Travail ont brossé un portrait sombre et précis de cette population. Il existe une surreprésentation de jeunes peu diplômés à l'intérieur de ce groupe. Ainsi,"deux tiers des jeunes ayant abandonné les études au collège ou pendant leur BEP ou leur CAP sont ni en emploi ni en formation contre un tiers des jeunes qui ont obtenu un CAP ou un BEP, et un jeune diplômé de l'enseignement supérieur sur six",explique le document. Les tableaux dressés par l'organisme statistique dévoilent des disparités faramineuses au sein de cette catégorie. 52,1% des jeunes ayant un niveau inférieur au CAP ou BEP sont considérés comme NEET contre 6,3% qui ont un niveau de diplôme supérieur au baccalauréat. Le rôle du diplôme demeure déterminant face au chômage et la précarité même si de récents travaux ont montré que l'insertion professionnelle, même pour les plus diplômés, peut s'avérer bien plus complexe qu'auparavant.

> Lire aussi : Emploi : une insertion plus chaotique pour des jeunes plus diplômés

Une situation familiale dégradée

La famille peut avoir une influence majeure sur le parcours des jeunes. Les résultats de l'enquête indiquent qu'un jeune qui a au moins un parent au chômage a beaucoup plus de chances de se retrouver sans emploi ni formation qu'un enfant de cadre. Ainsi, parmi les jeunes sortis de formation initiale, 49,7% des NEET ont au moins un parent chômeur ou inactif contre 18,7% chez les enfants de cadre. En outre, les jeunes mères d'un enfant vivant dans leur logement sont plus souvent NEET.

Un calvaire de longue durée

Le parcours d'obstacles pour ces jeunes peut s'étaler dans le temps. Près de la moitié (47,7%) des jeunes NEET sont sans emploi ni formation depuis un an ou plus. Cet éloignement de longue durée du marché du travail ou des lieux de formation peut amplifier l'exclusion de cette population déjà confrontée à de multiples difficultés. Cet isolement se traduit par l'absence de contact avec des organismes de service public. D'après des chiffres communiqués par le ministère du Travail, 37% des jeunes NEET ne seraient pas en contact par des organises de service public de l'emploi comme Pôle emploi, les missions locales ou des associations d'insertion.

Grégoire Normand

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 37
à écrit le 10/02/2020 à 21:47
Signaler
Le système est vraiment tordu : Une femme isolé a un enfant , rebelote un deuxième, toujours le même père , ensuite 3 et 4 ... toujours le même père , toujours pension mère «  isolé » mais cette femme au foyer , sans avenir professionnel pour elle m...

à écrit le 09/02/2020 à 14:58
Signaler
la clique de nos députés LREM ont perdu la confiance des français

à écrit le 09/02/2020 à 11:12
Signaler
Eh oui comme dit avant, arrêtez de faire des enfants, il n'y a pas de travail pour eux et il y en aura de moins en moins... sauf des supers cerveaux en IA et robotique. Quelle misère de procréer et voire sa progéniture galérer et gagner moins que les...

le 10/02/2020 à 8:56
Signaler
Et en plus on nous promet 50 millions de migrants pour payer nos futures retraites ??? Donnons déjà du travail bien payé pour vivre décemment aux 6 millions de chômeurs !

à écrit le 09/02/2020 à 5:51
Signaler
960000.... On est surement loin du compte. L'avenir de ces gens s'annonce bien noir. On n'a rien sans efforts.

le 09/02/2020 à 14:04
Signaler
Ca n'a rien à voir avec les efforts, quand les systèmes qui permettent de développer et concevoir des immeubles par exemples, des autos sont de plus en plus intégrés et automatisés que de fait il y a de moins en moins besoin de monde pour développer ...

à écrit le 08/02/2020 à 22:49
Signaler
La part des emplois « peu qualifiés » ou requérant une qualification d’ordre « comportemental » ou « relationnel » demeurera considérable dans l’avenir : certains domaines d’activité (vente, services à la personne, etc.) devraient donner lieu à une c...

à écrit le 08/02/2020 à 18:14
Signaler
Et s'ils n'avaient pas tort? L'insertion professionnelle arrive a rimer plus souvent avec souffrance que bonheur. Des boulots, ils en auront 50, 100, 500, alors qu'une jeunesse on en a qu'une. Tout n'est pas qu'économie. Je suis sur qu'il y a des zad...

à écrit le 08/02/2020 à 17:41
Signaler
C'est le résultat de décennies de dénigrement de la filière professionnelle auprès des familles par l'Education Nationale qui les a poussé à maintenir leur rejetons ds des filières générales sans débouché, conduisant au déclassement malgré des diplôm...

le 10/02/2020 à 16:51
Signaler
tout à fait d'accord vive l'apprentissage et les métiers manuels non délocalisables

à écrit le 08/02/2020 à 15:53
Signaler
Ce sont les jeunes à qui on a toujours fait croire qu'il y avait un ascenseur social. Ils sont là sur le palier et ils cherchent le bouton sur lequel appuyer. On a seulement oublié de leur dire que l'ascenseur n'a jamais existé et que l'on ne grimpe ...

le 08/02/2020 à 17:28
Signaler
"que l'on ne grimpe qu'en fonction de l'effort que l'on est prêt à consentir " Si il y a bien un pays qui ne fonctionne pas comme cela, structurellement, c'est bien ici! Faire croire n'est pas faire exister! Les savoirs faire dans un monde d...

à écrit le 08/02/2020 à 13:25
Signaler
La formation n'est utile que si la personne y trouve sont intérêt, or aujourd'hui on oriente sans se demander si ça les intéresse. Perso j'ai passé un bac électrotechnique, une fois le diplome en poche je me suis dit que plus jamais je ne toucherais ...

le 08/02/2020 à 17:20
Signaler
Oui intéressant ton expérience, disons que j'ai eu a sortir du pays histoire de me mettre dans le savoir plus loin et n'avoir que peu d'intérêts pour les statuts. Et comme ce n'est plus le savoir qui importe, mais le statut et les diplômes, de ce...

à écrit le 08/02/2020 à 11:29
Signaler
Regardons la vérité en face ! les enseignants du publics ont un absentéisme élevés des cours sans profs, ne s'implique pas dans leur travail... mais très actifs pour se plaindre ou de faire grève à la première occasion... c'est la même problématique ...

le 08/02/2020 à 12:22
Signaler
Menteur ! J'ai bénéficié des urgences publiques qui ont été formidable !

le 09/02/2020 à 2:34
Signaler
Une longue liste de mensonges.

à écrit le 08/02/2020 à 10:27
Signaler
Une santé fragilisée... Il faudrait d'urgence déclarer les soins gratuits dentaires qui on le sait agissent directement sur tout le corps et le cerveau rendant notre classe productrice de moins en moins productive physiquement et mentalement.

le 10/02/2020 à 1:17
Signaler
@DD Le reste à charge zéro existait deja, une escroquerie de plus...

le 10/02/2020 à 9:18
Signaler
"C'est le cas depuis janvier 2020" TOUS les soins dentaires sont remboursés ? Même les prothèses ? Si c'est vrai tant mieux mais je n'y crois pas une seconde et sachant que les soldats néolibéraux nous racontent n'importe quoi en ce moment... ...

à écrit le 08/02/2020 à 9:14
Signaler
C'est pas nouveau : En 1978, 41 % des jeunes de 18 à 24 ans, avaient quitté le système scolaire avec, au mieux, le brevet de fin de troisième et ne suivaient aucune formation (ils sont qualifiés de « sortants précoces »), selon le ministère de l’É...

le 08/02/2020 à 17:06
Signaler
Et comme ceux qui généralement n'ont pas de titres, ils sont de fait a l'extérieur. Mais le pire, c'est que l'installation d'un véritable système inéluctable, ne permet plus l'émulation économique, car ayant moi même eu un système d'éducation part...

à écrit le 08/02/2020 à 8:44
Signaler
Nous sommes tous responsables de cette situation.. Dans l’ordre d’importance ,parents ,enseignants ,Ettat et pas l’inverse ..! Et ce sont les jeunes qui en sont les victimes .. De plus les décrochages se font très tôt probablement 8 à 10 ans.? Quant...

le 08/02/2020 à 9:49
Signaler
Moi je me semble responsable que de trouver des situations ou du développement, que j'ai fais, après je ne me sent pas responsable du fait qu'ayant développé et enrichi le pays, ceux qui détiennent le capital ont décidé de tout délocaliser. Désol...

à écrit le 08/02/2020 à 8:39
Signaler
Et le gouvernement veut cacher cela avec le service militaire

à écrit le 08/02/2020 à 7:49
Signaler
Les Français, trop fiers des cursus académiques traditionnels pour leurs petits génies de rejetons ont méprisé l'apprentissage et les formations professionnelles en alternance. Lui préférant les masters de philosophie, de sociologie. La réforme im...

le 09/02/2020 à 2:38
Signaler
Le taux de chômage après un master est très faible. Les salaires sont plus élevés. Au delà de la culture, et de l'intérêt d'apprendre, de la nécessité de compétences pour s'adapter au monde de demain, il est intéressant et préférable de faire un mas...

à écrit le 08/02/2020 à 6:49
Signaler
J'ai lu que le chômage baissait; souhaitons que nous retrouvions très rapidement le plein emploi; la situation de notre jeunesse sera celle, alors, qui existait avant le premier choc pétrolier. Un nouvel âge d'or!?

à écrit le 07/02/2020 à 22:17
Signaler
Louis XVI n'était pas allé assez loin, il est temps de franchir le pas ! Trump voulait acheter le groenland, vendons lui la France ! Une nouvelle langue, une nouvelle culture plus récente, moins vieillotte, plus dynamique, énergique, pratique, moin...

à écrit le 07/02/2020 à 22:04
Signaler
Ils ne manquent pas grand chose. Passé par leurs soi disant grandes écoles je peux vous assurer que le contenu est un salmigondis mal digéré des techniques et technologies anglo saxonnes, dans tous les domaines, mécanique, électronique, informatique,...

à écrit le 07/02/2020 à 21:42
Signaler
un scandale ! comment se fait il que 950 000 jeunes ne savent pas traverser une rue ? rien que de l'anti macronisme et de l'anticapitalisme fondés sur des théories vénézuéliennes cryptocommunistes d'extrême gauche pour saper le moral des français !

à écrit le 07/02/2020 à 20:46
Signaler
hey najat, elle a dit que c'est pas important de savoir lire, ce qui est important c'est que tout le monde ait le meme niveau ( donc ceux qui savent doivent desapprendre pour ne pas stigmatiser le coeur de l'electorat de gauche que segolene defend a...

à écrit le 07/02/2020 à 19:52
Signaler
Et l'immigration sauvage accentue le phénomène !

à écrit le 07/02/2020 à 19:33
Signaler
Mettre les mères au foyer qui s'occupent de leurs enfants en bas age dans les NEET est une réelle erreur statistique. Elle sont en fait en activité, même si elle n'ont pas d'autre revenu que les allocations familiales. De plus aucune formation en pue...

à écrit le 07/02/2020 à 18:49
Signaler
Une société qui a de la haine pour sa jeunesse n'a pas d'avenir, ces jeunes sont les parias de la société, interdits de RSA à la remorque de leurs parents voire grand-parents!, et quand ils se retrouvent entre eux à écouter de la musique électronique...

le 07/02/2020 à 20:25
Signaler
Qu'est -ce qui vous fait dire que notre société hait la jeunesse? Je pense au contraire qu'il n'y a jamais eu autant de structures ,d'aides ,de possibilités scolaires ,d'apprentissage ,etc Mais ce qui est sûr et certain,c'est qu'il faut vouloir ,av...

à écrit le 07/02/2020 à 18:12
Signaler
Ça me rappelle les gens qui vous font la morale sur les réseaux sociaux, depuis des décennies, quand vous dites qu'il faudrait peut être stopper les aides à la natalité : "Et qui va payer vos retraites, plus tard ?" Mais c'est ce million de jeunes, b...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.