Présidentielle 2017 : exclu de la primaire, Hervé Mariton ne donnera pas de consigne de vote

 |   |  457  mots
Hervé Mariton, député de la Drôme, libéral-conservateur, ne pourra donc pas partciper à la primaire de la droite.
Hervé Mariton, député de la Drôme, libéral-conservateur, ne pourra donc pas partciper à la primaire de la droite. (Crédits : reuters.com)
Hervé Mariton, député de la Drôme, a été recalé par la Haute autorité de la primaire qui a invalidé plusieurs de ses parrainages jugés irréguliers. Il exclut, à ce stade, de donner des consignes de vote au profit de l'un des sept postulants encore en lice.

Et ils ne furent plus que sept!  Après vérification de la validité des parrainages par la Haute autorité de la primaire, ce 21 septembre, le huitième candidat, Hervé Mariton, député "Les Républicains" de la Drôme, maire de Crest et ancien ministre, ne pourra finalement pas participer à la primaire de la droite. Et ce faute de validité d'un certain nombre de parrainages.

Contacté par La Tribune, le quartier général du candidat explique: "nous avions tous les parrainages nécessaires ceux de 250 élus dont 20 parlementaires ainsi que 2.800 militants alors qu'il en fallait 2.500. Mais des erreurs ont été commises".

De fait, une cinquantaine de militants ont accordé leur parrainage... à deux candidats, ce qui était interdit. De même, une petite centaine ont oublié de signer le bulletin de parrainage. Et il y avait trop de militants parrains inscrits dans les fédérations de la Drôme et de Paris, or les statuts de la primaire prévoyaient que les parrainage devaient provenir d'au moins trente départements, sans que plus d'un dixième des signataires soient issus d'un même département.

Au "QG" d'Hervé Mariton, on en veut un peu au parti "Les Républicains" qui n'aurait pas (volontairement?) suffisamment communiqué sur les règles à respecter...

Pas de désistement en faveur d'un autre candidat

Hervé Mariton va-t-il tenter de s'accrocher en faisant appel de la décision? Il a jusqu'au jeudi 22 septembre 18 heures pour le faire. Selon nos informations, ce ne serait pas le cas, malgré la déception d'Hervé Mariton. En revanche, le candidat débouté ne devrait pas "à ce stade" appeler ses supporters à soutenir tel ou tel candidat. Le député de la Drôme attend de voir ce que donneront les débats officiels entre les sept postulants qui restent en lice. La campagne officielle commence d'ailleurs ce jour. Il manquera donc dans cette compétition la voix d'Hervé Mariton, libéral sur les questions économiques - il est le grand partisan d'une flat tax- et conservateur sur les sujets sociétaux. Il est partisan d'un "droit du sang tempéré" et opposé au "mariage pour tous".

 Il ne reste donc plus que Nicolas Sarkozy, François Fillon, Nathalie Kosciusko Morizet, Alain Juppé, Jean-François Copé, Bruno Le Maire, tous membre du parti "Les Républicains" et Jean-Frédéric Poisson, Parti chrétien démocrate. Les candidats seront soumis à un plafond de dépenses de 1,5 million d'euros. A noter que pour le vainqueur qui sera connu le 27 novembre, les montants dépensés pendant la primaire s'imputeront sur ses comptes officiels de la "vraie" campagne.

Les adresses et détails des bureaux de vote seront disponibles sur le site de la primaire dès le 30 septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2016 à 20:54 :
Encore un cafouillage dans ce parti politique, qui demain gouvernera la France. Quel bordel cela va encore être. En ce moment celui qui cause le plus fait des promesses a tour de bras. C'est un grand n'importe quoi, que de gesticulation, que d'agitation. Nous allons être encore une fois la risée dans le monde entier. J'en appelle aux militants républicains, il est urgent d’arrêter cette escalade qui ne ressemble plus à rien. tout cela est un bien mauvais vaudeville.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :