Ralliements : quand Macron joue sur « le sauve-qui-peut général » de la classe politique

POLITISCOPE. Ce n'est plus une campagne présidentielle. La lutte pour les places a remplacé celle des classes au détriment d'un vrai débat sur les sujets économiques et sociaux et l'avenir du pays. Le président qui se fait désirer commence à voir sa prime de leader s'effriter. Le ralliement d'Eric Woerth, en attendant d'autres transfuges, de droite et de gauche, entretient l'idée d'un gouvernement d'union nationale pour contrer la montée de l'extrême-droite qui dispute à Valérie Pécresse la qualification au second tour.
(Crédits : CHARLES PLATIAU)

Ce n'est pas la drôle de guerre, ou la grande vadrouille, mais cela y ressemble beaucoup : la « campagne » présidentielle de 2022 a des faux airs de « sauve-qui-peut général » pour la classe politique, comme me le fait remarquer Jacques, spécialiste du « et de droite et de gauche », et qui connaît une bonne partie des secrets de la macronie depuis la campagne de 2017. Dernier épisode en date : celui des premiers ralliements à Emmanuel Macron.

Les jeux sont-ils déjà faits ?

Ce véritable « mercato » qui ne dit pas son nom est pour le moins indécent alors qu'il intervient en dehors de tout débat de fond politique et avant même que le président daigne officialiser sa candidature. Pour ces transfuges, peu importe « la ligne » du futur mandat présidentiel d'Emmanuel Macron, l'essentiel est de faire partie de la team. On n'est décidément plus dans la guerre des classes, mais bien dans la guerre des places. Comme si la politique se résumait à un vaste jeu de massacres façon Battle Royale, le film d'horreur japonais.

Dans cette optique, il est clair qu'à force de  profiter de l'éparpillement des candidatures bien à droite et bien à gauche, Emmanuel Macron, pas encore officiellement déclaré candidat, joue sur du velours vis-à-vis des responsables politiques de droite et de gauche : dans les dîners en ville à Paris ou dans les couloirs du pouvoir, les jeux sont déjà faits pour beaucoup : Emmanuel Macron sera encore président de la République en mai.

La nomenklatura se partage le magot

Résignation pour les uns, enchantement et soulagement pour les autres : tous font en tout cas référence aux sacro-saint « sondages » qui donnent toujours  une longueur d'avance à Emmanuel Macron (même si, sans que l'on y prenne garde, les intentions de vote en sa faveur se réduisent de semaine en semaine). Ces sondages donnent des cauchemars aux « petits » candidats qui plafonnent dans les intentions de vote, comme Anne Hidalgo, la maire de Paris, qui poursuit sa campagne supplice et dénonce, impuissante, cette « course aux petits chevaux » dont se délectent journalistes, sondeurs et... responsables politiques.

En attendant d'avoir (enfin) un vrai débat sur le fond et sur l'avenir de la France, cette lutte des places montrent le spectacle désolant d'une nomenklatura politique qui donne l'impression de se partager le magot sans en avoir rien à faire des Français et de leurs votes.

Parmi les premières prises de guerre d'Emmanuel Macron, on a donc Éric Woerth, ancien ministre du Budget et du Travail de Nicolas Sarkozy. Ce pilier de la droite française connaît nombre de ses secrets : ancien trésorier de l'UMP et trésorier du candidat Sarkozy en 2007, il est mis en examen pour « complicité de financement illégal de campagne électorale » dans le cadre de l'affaire Sarkozy-Kadhafi, mais également dans le cadre de l'affaire Tapie. Mais avant de subir les projecteurs de la presse et de la justice, Woerth fut le président de l'Agence pour le développement de l'Oise (ADO) avec comme adjointe la trésorière occulte du RPR, Louise-Yvonne Casetta.

Woerth, une ancienne connaissance de Macron

Ancien maire de Chantilly, député de l'Oise, président de la commission des Finances de l'Assemblée Nationale, Éric Woerth connaît bien les affaires d'argent dans le monde politique. Aujourd'hui, on dit de lui qu'il rêverait du privé et d'être nommé par Emmanuel Macron à la tête d'une grande entreprise publique ou en lien avec l'État. Point de maroquin ministériel pour ce transfuge de la droite, l'heure est au business pur.

À ceux qui s'étonnent du ralliement d'Eric Woerth à Emmanuel Macron, il est nécessaire de revenir 20 ans en arrière pour comprendre : durant toute son ascension, l'actuel président a bénéficié  de la « filière de l'Oise », comme je le relate dans mon livre L'Emprise. Il y a vingt ans, quand Emmanuel Macron fait son stage ENA à la préfecture de Beauvais, il rencontre ainsi Hubert Monzat, alors sous-préfet de l'Oise, devenu directeur général de France Galop (dont le propriétaire est Édouard de Rothschild). Monzat fut le directeur de cabinet d'Éric Woerth à la maire de Chantilly ainsi que son conseiller spécial.

C'est à Beauvais qu'en 2002, Emmanuel Macron rencontre aussi Henry Hermand, cet industriel de la grande distribution et financier de Michel Rocard qui devient son mentor et lui ouvre rapidement tout son carnet d'adresse. Hermand possède ainsi une maison près de Chantilly, dont Eric Woerth a été le maire jusqu'en 2017. C'est aussi grâce à Hermand, et à son séjour dans l'Oise, que Macron rencontre l'ambassadeur Jean-Marc Simon, habitué de la françafrique et suppléant... du député Eric Woerth. De son coté, Hubert Monzat fait découvrir à Macron le petit monde des courses de chevaux et des paris sportifs. Lorsque ce dernier arrive à l'Elysée en 2017, l'ancien directeur de cabinet d'Eric Woerth devient un vrai « conseiller du soir » du jeune président. Il lui prépare ainsi un déplacement en Andorre en 2019.

Des transfuges traités en direct par l'Elysée

En attendant que d'autres ralliements de droite aient lieu, ou que Nicolas Sarkozy affiche son soutien à Emmanuel Macron, les regards se tournent désormais vers la gauche. C'est ainsi qu'Eduardo Rihan-Cypel, ancien député PS sous François Hollande, qui partage avec son ami Bruno Roger-Petit, et conseiller « mémoire » à l'Elysée, la passion commune du foot, a décidé de rejoindre « Territoire de Progrès », ce « mouvement », dirigé par Olivier Dussopt, dont l'une des fonctions initiales étaient d'assurer un « sas de décompression » et « un cordon sanitaire » aux éventuels transfuges de gauche vers la macronie, comme me le révèle Jacques.

C'est la raison pour laquelle le délégué général de « TDP », Xavier Iacovelli, ambitionne, auprès des journalistes, d'amener en macronie plusieurs poids lourds du PS, tels que François Rebsamen, Marisol Touraine, ou Claude Bartolone, et ce, dans un futur proche. Un challenge autrement plus difficile que le « cas » Rihan Cypel, Car si ce dernier fait le choix de rejoindre « TDP » et la macronie, c'est qu'il est assuré de récupérer son siège de député qu'il avait perdu en 2017...  l'actuel occupant, Jean-Michel Fauvergue, LREM pur sucre et ancien patron du RAID, a déjà décidé qu'il ne se représenterait pas. « En réalité, TDP ne sert à rien, tout est traité en direct de l'Elysée », m'assure Jacques. Et ce n'est pas Iacovelli qui est réellement à la manœuvre, mais c'est Olivier Véran et Gabriel Attal, qui jouent le rôle des rabatteurs auprès des élus de gauche sur demande de l'Elysée.

Vers un gouvernement « d'union nationale » ?

Dans tous les cas, ce n'est pas une mais deux vagues de ralliements qui  interviendraient dans les prochaines semaines : ceux qui afficheront leur soutien avec l'élection et ceux qui attendent encore avec le secret espoir d'être nommés dans un futur gouvernement « d'union nationale ». Parmi les noms évoqués par la macronie, nombre de jeunes pousses socialistes, comme Benoît Payan, le maire socialiste de Marseille, qui n'a cessé depuis son élection en deux temps de sympathiser avec Emmanuel Macron, mais aussi Mathieu Klein, le maire de Nancy, ou encore Michaël Delafosse, « l'atypique maire socialiste », tel que le présentait il y a quelques mois Le Figaro, qui s'extasiait de son combat contre l'insécurité et contre « les dérives communautaires ». Officiellement, ces trois-là soutiennent Anne Hidalgo, mais en coulisses, ils sont particulièrement courtisés par l'actuel pouvoir.

Bref, comme le dit Jacques avec une certaine amertume, « alors que la campagne d'Emmanuel Macron en 2022 a commencé avec le slogan "avec vous", elle va se terminer sur un entre nous ». Face à la défiance croissante des Français à l'égard de la classe politique, et à l'heure des « convois de la liberté », qui menace de déferler à paris ce samedi au point d'inquiéter le Préfet de Police, pas sûr que le calcul à courte vue des ralliements soit une si bonne chose pour le pouvoir, tant pour la prochaine élection qu'à plus long terme.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 47
à écrit le 04/03/2022 à 13:59
Signaler
C'est quand même triste pour Marcon, il se retrouve entouré que par des traites, des profiteurs, des ambitieux peu scrupuleux et par des centristes européiste convaincu . Par contre niveau militants, il a les bons élèves, ceux qui font tous ce qui ...

à écrit le 22/02/2022 à 8:29
Signaler
Si Macron attend si longtemps avant de présenter sa candidature, c'est parce qu'il n'est pas certain de vouloir continuer. Le pays n'a en effet jamais été en aussi mauvais état depuis la seconde guerre mondiale. Arriverait-il à faire pire s'il se rep...

à écrit le 21/02/2022 à 17:19
Signaler
Un

à écrit le 18/02/2022 à 17:13
Signaler
Les ralliements de personnalités de droite et de gauche qui rejoignent Macron sont écœurants, aussi écœurants que les comportements de tous ceux appartenant à la droite modérée qui sont prêts à s’acoquiner avec l’extrême droite ou celui d’une ancienn...

à écrit le 14/02/2022 à 16:40
Signaler
Si actuellement des républicains et des socialistes arrivent à rejoindre M. Macron c’est parce que son équipe est si forte et organisée. Il est clair que Macron est une personnalité du talent au programme sûr et progressiste. Sa force sera renforcée ...

à écrit le 14/02/2022 à 16:39
Signaler
Si actuellement des républicains et des socialistes arrivent à rejoindre M. Macron c’est parce que son équipe est si forte et organisée. Il est clair que Macron est une personnalité du talent au programme sûr et progressiste. Sa force sera renforcée ...

à écrit le 14/02/2022 à 16:39
Signaler
Si actuellement des républicains et des socialistes arrivent à rejoindre M. Macron c’est parce que son équipe est si forte et organisée. Il est clair que Macron est une personnalité du talent au programme sûr et progressiste. Sa force sera renforcée ...

à écrit le 13/02/2022 à 17:28
Signaler
..... ces migrations ont au moins le mérite de dévoiler la nature profonde de leurs auteurs et leur honnèteté politique ! L'attrait de la mangeoire est commune a toutes les espèces !

à écrit le 13/02/2022 à 17:28
Signaler
..... ces migrations ont au moins le mérite de dévoiler la nature profonde de leurs auteurs et leur honnèteté politique ! L'attrait de la mangeoire est commune a toutes les espèces !

à écrit le 13/02/2022 à 11:06
Signaler
L.R. (Les Républicains ) = L.R. (Les Rats quittent le navire) Je n'ai jamais cru à une différence sensible entre des Républicains qui n'ont jamais été de droite surtout pas CHIRAC (centre Gauche et très content d'avoir dirigé le pays avec JOSPIN Trot...

à écrit le 12/02/2022 à 2:28
Signaler
Les francais aiment les magouilleurs, surtout en politique. En avril, vous aurez l'occase de virer toute cette clique, vous en priver serait fort dommageable pour votre avenir. Z.

le 12/02/2022 à 10:15
Signaler
si m macron se fait reelir la france sera encore plus ingouvernable deja que ce mandat se fait sous la contrainte militaire et sanitaire et de la confusion entre islam et laicite que les dirigeants ne savent pas expliquer alors la suite sera la ...

le 13/02/2022 à 17:32
Signaler
.....,§? c'est sans compter sur la jobardise d'une grosse partie de ce qui reste de l électorat de ce pays ......

à écrit le 11/02/2022 à 21:59
Signaler
" les jeux sont déjà faits pour beaucoup : Emmanuel Macron sera encore président de la République en mai." Mais aura-t-il une majorité à la Chambre des députés ?

le 12/02/2022 à 10:08
Signaler
c est sur. le FN ou Z ne peuvent avoir une majorite. Quand au LR, il ne sera au mieux handicape par la defaite de pecresse (voire le ralliement de Sarko a Macron)

à écrit le 11/02/2022 à 18:35
Signaler
Tous pour un et tous pour lui...

à écrit le 11/02/2022 à 17:27
Signaler
c'est le bal des faux cul Macron est en tete des sondages il achete une place de ministre!!!!! si Pécresse etait en tete ils iraient vers elle comment ne pas etre écœuré d'aller voter AUX 2e tour l'abstention sera enorme

le 11/02/2022 à 18:45
Signaler
C'est le 'pôt au feux politique) bien gras, auquel on assiste depuis des année contre lequel les Francais se désolidarisent pour les élections Nationales en ne vôtant plus et en se désinscrivant des listes électorales . Ce que l'on peut constater ! ...

le 11/02/2022 à 18:46
Signaler
C'est le 'pôt au feux politique) bien gras, auquel on assiste depuis des année contre lequel les Francais se désolidarisent pour les élections Nationales en ne vôtant plus et en se désinscrivant des listes électorales . Ce que l'on peut constater ! ...

le 11/02/2022 à 18:49
Signaler
Au contraire, il faut aller voter pour éjecter tous ces opportunistes qui n’ont en tête que leur propre intérêt personnel comme c’est le cas dans la majorité de LREM. Allons les ’ emmerder ’ en mettant notre bulletin dans l’urne . Si tous les mécon...

le 12/02/2022 à 10:09
Signaler
Pecresse a fait de meme: elle soutenait fillon puis les sondage annoncant Juppe elu elle soutient juppe. D ou son surnom de Valerie Traitresse donné par Fillon

le 14/02/2022 à 3:12
Signaler
Non, au contraire bcp de ceux qui ne votaient pas vont cette fois ci faire l'effort de se bouger le cul. Et leurs suffrages iront vers le Z.

à écrit le 11/02/2022 à 17:23
Signaler
"Quand Éric Woerth reprochait à ses amis LR d’avoir rejoint Emmanuel Macron" Archives vidéo du Parisien

à écrit le 11/02/2022 à 12:25
Signaler
Qui veut du retour de ka droite RPR au de la gauche PS ou des extrémistes ? reste Macron :)

le 11/02/2022 à 14:19
Signaler
Tous ceux qui ne veulent plus d'un progressiste qui conduite à la destruction de la France par l'immigration massive, l'effondrement du système éducatif, la mondialisation "heureuse" qui nous ruine, l'indigénisme, enfin mettre un terme à la chienlit ...

le 11/02/2022 à 14:47
Signaler
La gouvernance autocratique et arrogante de Macron est devenue insupportable…. D’autant plus qu’il n’a résolu en cinq ans aucun des problèmes constants de la France : sur-administration mais de plus en plus inefficace, déficits abyssaux, prélèvements...

le 11/02/2022 à 17:20
Signaler
Le macronisme c'est deja la droite et la gauche ensemble depuis 2017 ou plutôt la bourgeoisie socialiste qui c’était baptisé de gauche depuis des années et celle de droite qui trouvent des intérêts financier avec Macron.

à écrit le 11/02/2022 à 11:57
Signaler
En même temps, quand on regarde dans le détail l'offre des autres candidats, force est de constater que le paysage est d'une vacuité abyssale.

le 11/02/2022 à 13:18
Signaler
J’ai personnellement horreur de cette notion « d’offre politique » tout comme « d’offre éducative », comme si la vision d’un pays devait se réduire à une concurrence commerciale pour appâter le chaland. Mais si on veut choisir un chat dans un sac, il...

le 11/02/2022 à 15:12
Signaler
Vous regardez mal... EZ propose un programme qui est véritablement une alternative au moins pour sauver la civilisation française, sa culture... Ce n'est pas rien! écouter le discours de Villepinte ou de Canne. On en reparle.

à écrit le 11/02/2022 à 11:43
Signaler
Comme le dit la sagesse populaire « trahir son camp pour un plat de lentilles » !! On voit que les destins personnels sont beaucoup plus importants que le destin du Pays et de ses habitants….. Triste humanité !!

le 11/02/2022 à 14:20
Signaler
Ceux qui offre le plat de lentilles ne valent pas mieux...

le 12/02/2022 à 2:31
Signaler
@FR libre. Ca fait plaisir de voir que je ne suis plus seul a dire que le Z est l'unique planche de salut pour le pays.

à écrit le 11/02/2022 à 11:09
Signaler
V Pécresse est la seule qui peut battre Mr Macron au deuxième tour , les manœuvres sont lancés, la course aux places de ministres se "vendent" sur le marché des transferts.

le 12/02/2022 à 7:17
Signaler
@Calamard. Faut vous informer, valoche est en chute libre dans les sondages.

à écrit le 11/02/2022 à 10:43
Signaler
un adepte de plus va grossir le petit club des politiciens loin de toute exemplarité ! au plus grand mépris de la population qui jugera

à écrit le 11/02/2022 à 10:38
Signaler
Ils sont pathétiques tous ces traitres qui quittent leur navires lorsque celui-ci commence à prendre l'eau. Ils pensent à tort que Macron fait mieux que Hollande par exemple. Vous savez, celui qui a mis un coup de couteau dans le dos de Hollande. Il ...

à écrit le 11/02/2022 à 10:01
Signaler
M. Woerth est une personnalité intelligente, ce n'est pas par hasard qu'il est président de la commission des finances. Cela étant la situation économique n'est pas bonne, les déficits atteignent des records, le maquis réglementaire étouffe l'entrepr...

à écrit le 11/02/2022 à 9:49
Signaler
"Le ralliement d'Eric Woerth, en attendant d'autres transfuges, de droite et de gauche" Un ralliement supplémentaire pour Emmanuel Macron et un de moins pour Valérie Pécresse. La maire de Calais, Natacha Bouchart (Les Républicains, LR), a annoncé,...

à écrit le 11/02/2022 à 9:27
Signaler
e suis pour le communisme Je suis pour le socialisme Et pour le capitalisme Parce que je suis opportuniste Il y en a qui contestent Qui revendiquent et qui protestent Moi je ne fais qu'un seul geste Je retourne ma veste, je retourne ma veste ...

à écrit le 11/02/2022 à 8:29
Signaler
Macron a tord de se faire prier, la France va mal, dettes, système éducatif, hôpitaux, insécurité , pouvoir d'achat, désindustrialisation etc... il lui reste 1 mois pour présenter ses options. En attendant, délire de Mélenchon et candidats en général...

le 11/02/2022 à 9:58
Signaler
Macron n est pas responsable de tous ce sont aussi les politiques initiées depuis 40 ans par la droite - plus longtemps au pouvoir et la gquche- qui nous ont mis dans cette situation .. calculez le montant total des dettes de la d’adroits … ça donne ...

le 11/02/2022 à 13:07
Signaler
Absolument d'accord , Macron n'est pas responsable de tout, nous subissons depuis Mitterrand une dégradation continuelle de nos finances. Processus engagé par les socialistes, 35 H retraite à 60 ans , pléthore de fonctionnaires etc... Pour la droite,...

le 11/02/2022 à 17:08
Signaler
@BA "Dernier président ayant des comptes publiques en équilibre et pas de dettes, Giscard." Par contre ,avec lui ,c'était le début du regroupement familial décret du 29 avril 1976 ,suspendu par le décret du 10 novembre 1977 du gouvernement Bar...

à écrit le 11/02/2022 à 8:08
Signaler
Enfin bon Woerth il a quand même un passé judiciaire chargé hein, avec 13% de confiance des français envers nos politiciens, même envers le pétainiste hein rêvez pas les boomers, c'est un peu un soutien comme la corde soutien le pendu. L'avantage imm...

le 11/02/2022 à 9:21
Signaler
En temps que simple citoyen je suis ecoeurė par tous ces hommes et femmes politiques qui tournent casaques, leurs arguments ne tiennent pas la route après tout ce qu’ils ont défendu dans le passé, ils sont en train de mettre en péril la démocratie

le 15/02/2022 à 15:05
Signaler
13% de confiance, sont ils encore des êtres humains à quand même venir s'exposer et se présenter pour nous diriger ? Non ce ne sont plus que des machines aux propriétaires dorénavant bien visibles.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.