Réforme des retraites : le gouvernement lance une "consultation citoyenne"

 |   |  393  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
Sur internet ou dans des "ateliers participatifs", les Français sont invités à réfléchir pendant six mois à la future réforme des retraites, dans le cadre d'une "consultation citoyenne" lancée jeudi par le gouvernement.

Six semaines après l'ouverture de discussions avec les syndicats, l'exécutif élargit le débat sur un engagement phare d'Emmanuel Macron.

"Il s'agit de créer un système universel où un euro cotisé donne les mêmes droits", rappelle dans un communiqué le Haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, qui se dit "persuadé qu'un sujet d'une telle ampleur nécessite une large consultation citoyenne".

"L'objectif" de la réforme "est d'arriver à un schéma simple : qu'il s'agisse d'un fonctionnaire, d'un salarié du privé ou d'un indépendant, s'ils gagnent la même somme d'argent pendant 40 ans, l'un et l'autre auront la même retraite", a-t-il expliqué dans une interview au Parisien, rappelant dans la lignée des propos d'Emmanuel Macron que l'âge de départ à la retraite, aujourd'hui 62 ans, "devrait être conservé".

La consultation passera par le site www.participez.reforme-retraite.gouv.fr, ouvert à partir de jeudi et jusqu'au 25 octobre.

Des "ateliers participatifs" aussi en région

Chacun pourra y "réfléchir aux différents scénarios ou alternatives", mais aussi "voter, commenter, proposer de nouvelles pistes" sur une dizaine de thèmes comme l'âge de départ, les droits de réversion ou les inégalités femmes-hommes.

Pour marquer le coup d'envoi de cette consultation, un premier "atelier de prospective collaborative" doit réunir jeudi au ministère de la Santé "27 femmes et hommes d'horizons et de profils variés", qui essaieront de "se projeter en 2040" pour imaginer "les impacts des décisions qui pourraient être prises en 2019".

Par la suite, une série d'"ateliers participatifs en région" sont programmés en septembre et octobre, pour approfondir à chaque fois "une ou deux thématiques" avec "une centaine de citoyens".

Ceux qui voudront "organiser leur propre atelier" pourront utiliser un "kit d'animation" qui sera disponible sur internet.

L'ensemble des contributions fera l'objet d'une synthèse qui "sera rendue publique le 29 novembre" et soumise pour avis à un ultime "atelier citoyen" début décembre, à peu près en même temps que les dernières réunions entre M. Delevoye et les syndicats.

Le Haut commissaire, qui proposera en fin d'année ou début 2019 "les grandes orientations "de la future réforme, assure qu'il "indiquera clairement dans ses préconisations celles qui auront largement été portées par les citoyens".

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2018 à 13:51 :
La retraite par répartition doit être la même pour tous (politiques, privé, fonction publique) Le même nombre d'années de cotisation pour une retraite à taut plein (42 ans).
Une seule caisse = une seule gestion
Même cotisation, mêmes droits, ce n'est qu'une assurance retraite pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent se l'améliorer
Une personne au SMIG toute sa vie reste au SMIG à la ratraite
Celui qui a pu avoir un salaire X fois le SMIG prévoit pour se l'améliorer (responsabilisation des individus)
Retraite de reversion soumise POUR TOUS à plafond de ressources
Plus de régimes spéciaux EGALITE de traitement
Retraite à plein taut après 42 ans de cotisation quelque soit l'âge où l'on commence à cotiser
Pour les métiers pénibles, en général, ils sont commencés avant 20 ans, d'où prise en compte de la pénibilité par un départ plus tôt (18+42 = 60 ans, espérance de vie moyenne plus de 80 ans)
Pas de cotisation = pas de retraite
Avez-vous un métier où le père et fils peuvent être à la retraite pendant plus de 30 ans ensembles?, moi oui, des roulants, tous les deux, de la SNCF (retraite à 50 ans pour les deux, le père mort à 90 ans= 40 ans ensembles à la retraite)
a écrit le 01/06/2018 à 11:08 :
Pourquoi «  universel »?
tous les humains ne travaillent pas de la même manière et de la même cadence.
Les barèmes proposés sont «  en -dessous » des vrais droits par rapport aux décrets votés pour les générations antérieurs ( les héritiers)

Pourquoi l’état alors a «  encaisser » pendant 30 ans des «  cotisations sociales » si au final personne n’a droit «  à sa juste valeur » de son effort dans la croissance?

déjà sous l’ump ( M Seguin) il me semble avoir lu un article , on lui doit toutes les réformes sociales depuis 2002
...
un couple ayant cotisé dans une entreprise familiale pendant plus de 20 ans , l’un des conjoint décède , avec le décret ump- seguin- fillon , que se passe t il ?

le conjoint survivant se «  retrouve «  au rsa
car toutes les cotisations sont bloquées par l’état qui réoriente ces «  fonds » ailleurs et aux autres...

en réalité ceci est le premier verrou social d’après 2000

le deuxième verrou c’est avec «  l’universalité » des retraites... prochaine réforme ( et ils le feront car ils vont gagner de l’argent sur les gens)

c’est une optimisation des contrôles de fond qu’ils vont payer comme «  eux » le décident.

Moi j’ai une meilleure proposition de réforme :
supprimons pole emploi, sécurité sociale et l’urssaf ( trou sans fond pour remplir les poches de l’état sous couvert soit disant «  d’une sécurité sociale citoyenne »

le cas que je cite en «  haut » ne devrait se vivre dans aucun pays démocratique , pire les gens qui ont fait « ces décrets «  et qui les ont validé ,méritent d’être poursuivi en justice :
pour : optimisation de fond pour spoliation des droits des cotisants et pour augmenter l’injustice sociale et la précarité en France.


a écrit le 31/05/2018 à 17:10 :
"s'ils gagnent la même somme d'argent pendant 40 ans, l'un et l'autre auront la même retraite" primes comprises ou pas (Louvois a déraillé (entre autres) à cause des 1200 primes différentes à l'armée, sans compter celles des gendarmes, douaniers à ajouter pour gérer tout le monde via un unique outil) ? Avec 4 enfants élevés, ou célibataire ? Homme ou femme ?
Ça promet de faire chauffer les cerveaux.
Quid de la pénibilité pour éviter les cas spéciaux ? Les chauffeurs routiers partent qq années (2?) plus tôt quand ils ont conduit 20 (ou 30 ?) ans d'affilée, les conducteurs de train d'astreinte et corvéables tôt quand ont leurs trimestres, ... il faudrait un système "simplifié" (sans compter heure par heure les travaux pénibles) qui gère tout (aussi bien que possible).
a écrit le 31/05/2018 à 16:54 :
nos enfants, petits enfants paieront l'ardoise des retraites et de la dette de notre pays simplement par l'égoïsme d'une minorité que l'on appelle les serviteurs de l'état tout de même cinq millions de fonctionnaires plus les salariés des entreprises sncf ratp edf députés sénateurs comme le dit très bien certains lecteurs dans les messages ci-dessous et on est bien loin de la mentalité des pays du nord Danemark Suède. ........
Réponse de le 31/05/2018 à 18:07 :
Tout dans un pot commun sans tenir compte des versements dans les caisses , c'est ce qui nous pend au nez . Messieurs les politique pourquoi vous verseriez pas vos cotisations retraites dans ce pot commun . On est tout le temps généreux avec les autres .
Réponse de le 31/05/2018 à 21:47 :
étonnant votre ostracisme intellectuel...l' ardoise des retraites et des dettes du pays est aussi celle du secteur privé...et mathématiquement la plus élévée
car le secteur le plus nombreux!! l' égoisme dont vous parlez est collectif...et ancien...
les générations d ' apres guerre n ' ont pas voulu ou cru etre concernées par une quelconque reforme sociale dans les années 70-90 ...
( observez les courbes de déficits des retraites depuis 1977 et des dettes depuis 1974)
quand aux mentalités nordiques, trés interressantes dans ces pays, elle ne sont pas transposables en FRANCE: un pays plus peuplé, aux usages (travers?) politiques, économiques bien différents:
allez demander à un politique de payer son hotel, prendre les transports en communs lors de ces déplacements ou à un patron de ne pas etre payé plus de x fois le salaire le plus bas de son entreprise, de ne pas utiliser son tel /voiture pro pour son usage perso...ou à un chomeur de bénéficier
d' une assistance financier au prorata de son patrimoine voire de le vendre avant de bénéficier de quoique ce soit ( DANEMArK..)
les mentalités nordiques ne consistent pas
a écrit le 31/05/2018 à 16:30 :
Ce gouvernement est à côté de la plaque: comme les précédents, il s'occupe de choses qui ne sont pas de son ressort; il ferait mieux de mettre un peu de lumière sur les traitements et pensions du personnel qu'il emploie. Le problème est moins dans les conditions d'accès à la retraite que dans l'accroissement des cotisations.
Réponse de le 31/05/2018 à 21:56 :
étonnant que personne n 'est relevé l' angle financier des retraites"1 € public -privé investi aura la même valeur dans 40 ans..."
ça ne veut rien dire :
-quelle valeur du point? il sera révisable chaque année ( à a la hausse ou a la baisse)
- quelle garantie ? aucune on ne peut connaitre quelles conditions-
- quel champs d ' application?
-et ceux qui sont actuellement à mi-carriere et au delà quel calcul et systeme
la " consultation cytoyenne " ressemble à de l ' enfumage...
que le gouvernement nous explique d ' abord ce qu il veut faire ( déjà dans les cartons depuis longtemps)
nous voila prévenu pour les sujrts suivants: aides , hopitaux et protections sociales
nivellement vers le bas?
a écrit le 31/05/2018 à 15:43 :
Les parlementaires apprécieront sans doute d’être ainsi contournés !
Selon le sujet, et plus encore l'initiateur, la méthode est jugée populiste.Ou pas.
Curieux non?
On fait la même consultation sur les niches fiscales? sur le verrou de Bercy?
Sur la protection des lanceurs d'alertes?
a écrit le 31/05/2018 à 14:14 :
Les 35 retraites spécifiques de type sncf, ratp, edf... doivent pour les furturs départs et pour les actuels retraités comme pour la csg être surtaxés pour départ à 50 ans et calcul sur les 6 derniers mois contre 25 dernières années pour le privé afin de remettre de l'égalité et de la justice et combler les caisses vident. Au nom de quoi cette minorité de fonctionnaires et salariés entreprises publiques auraient plus que la société civile ? Et pour l'avenir suppression et alignement des retraites spécifiques sur le privé ! A réformer d'urgence Monsieur Macron !
Réponse de le 31/05/2018 à 15:26 :
ça c'est une bonne idée.
Et pour être tout a fait cohérent il faut supprimer les complémentaires que tous n'ont pas.
Réponse de le 31/05/2018 à 17:53 :
"et calcul sur les 6 derniers mois contre 25 dernières années pour le privé "

Et qui a accentué cet écart en 1993 ?

La réforme Balladur :
Allongement de la durée de cotisation nécessaire pour liquider sa retraite à taux plein de 37,5 ans à 40 ans dans le privé.
Et a fait passer de 10 à 25 le nombre d'années de salaire pris en compte pour le calcul de la pension de retraite.Par ailleurs, l'indexation du montant des pensions de retraite sur les prix et non sur les salaires a pour sa part eu un impact considérable sur le montant des pensions.
a écrit le 31/05/2018 à 11:16 :
le Haut Commissaire dit que ses préconisations de réforme seront celles qui auront été largement portées par les citoyens .....
et comme le disait Staline : ce qui est important n'est pas comment on compte les votes (dans le cas d'espèce les propositions citoyennes ) ,mais qui les compte .
on peut donc s'attendre à toutes les corrections de données utiles pour que les résultats de la consultation populaire soient pile poil dans le choix décidé par le Gouvernement .
a écrit le 31/05/2018 à 10:37 :
"Consultation citoyenne", alors que les décisions sont déjà prise au niveau de Bruxelles et obligatoirement approuvé par le gouvernement, n'est que de la poudre au yeux!
a écrit le 31/05/2018 à 10:21 :
Pour régler le système des retraites, il faut appliquer la note n°6 du CAE, ce qui implique d'augmenter le prix de l'énergie. Cela est impossible. Il faut appliquer une autre méthode pour trouver une solution. Laquelle?
a écrit le 31/05/2018 à 10:16 :
Un cheminot retraité de la sncf passe plus de temps à la retraite, du fait de son départ à 50 ans, que pendant son activité professionnelle et sachant qu'il y a 800 actifs cheminots pour 1200 retraités sncf donc la caisse de retraite des cheminots étant déficitaire et pour compenser va piocher la caisse du régime général de la société civile IL SERAIT NORMAL DE CRÉER UNE SURTAXE POUR TOUS LES CHEMINOTS ACTUELLEMENT EN RETRAITE OU SUR LE POINT DE DÉPART POUR COMPENSER LEUR RÉGIME DE RETRAITE DÉFICITAIRE !!!! Le gouvernement à bien augmenter la csg pour l'ensemble des retraités une surtaxe supplémentaire sur les cheminots et autres qui partent à 50 ans ne serait que justice rendu à ceux aui partent à 62/67 ans dans le privé !!!!!
Réponse de le 31/05/2018 à 15:33 :
Du coup il faut aussi taxer les retraités de l'agriculture et ceux du commerce et de l'artisanat dont les caisses sont ultra compensées.
Pas sur que ce soit très juste?
Sinon une taxe sur la jalousie pourrait peut être aider pour combler les déficits?
a écrit le 31/05/2018 à 9:39 :
Retraite : les départs précoces sont repartis à la hausse

Fin 2006, 13 % des 55-59 ans bénéficiaient d’une forme de préretraite. En dix ans, ce taux est tombé à 0,5 % ! C’est, avec le mouvement de relèvement progressif de l’âge de départ en retraite, l’autre explication de l’augmentation du taux d’activité des seniors… et du nombre de chômeurs parmi ceux-ci. La disparition de la dispense de recherche d’emploi pour les chômeurs âgés s’est en effet ajoutée en 2012 à la fin des cessations anticipées d’activité subventionnées.

Mais les départs avant l’âge légal n’ont pas disparu loin de là. Ils ont même recommencé à augmenter, montre une étude publiée ce mardi par la Direction de la recherche du ministère du Travail (Dares) qui évalue à 10,5 % leur progression en 2016, soit 186.400 cessations anticipées d’activité, portant le total des personnes dans ce cas à 342.300.L’assouplissement sous François Hollande des conditions de départ précoce des salariés ayant commencé à travailler tôt, parallèlement au relèvement de l’âge légal explique ce phénomène. La progression de cette forme de départ anticipée créée par la réforme des retraites de Fillon en 2003 a plus que compensé la quasi-disparition des préretraites publiques, dont il ne subsiste plus que le dispositif lié à l’exposition à l’amiante.Cette hausse du nombre de retraites pour carrières longues s’est aussi accompagnée d’un relèvement de l’âge de départ, constate la Dares. « L’écart d’âge moyen de départ avec les autres retraités du régime général s’est réduit à 2,2 ans, soit un an de moins qu’en 2011 et près de trois ans de moins que sur la période 2005-2008. »
Résultat : 93 % des personnes en retraite à la suite d’un départ précoce pour avoir commencé à travailler tôt avaient au moins 60 ans en 2016. Plus globalement, « alors qu’environ 2 % des nouveaux bénéficiaires d’un dispositif de cessation anticipée d’activité avaient 60 ans en 2004, ils sont désormais 86 % dans cette situation en 2016 », souligne l’étude. A comparer à l’âge réel de départ à la retraite moyen qui approche désormais les 62 ans .Les Echos
a écrit le 31/05/2018 à 9:28 :
Macron affirme avoir vaincu « l’impuissance française »

À propos des manifestations, le chef de l’État a dit entre autres : « Ça ne nous arrête pas », « on est arrivés au bout du processus », « aucun désordre ne m’arrêtera et le calme reviendra ».

Source : Huffington Post (25 mai)

Macron affiche clairement son dédain pour le peuple qui manifeste pour défendre ses droits. La ligne est claire : rien ne lui fera changer de ligne, laquelle lui est d’ailleurs imposée par Bruxelles via les GOPÉ. Enfin, à Saint-Pétersbourg, il commente une nouvelle fois la politique intérieure de son pays depuis l’étranger, ce qui est une faute.
https://www.upr.fr/actualite/notre-revue-de-presse-de-la-semaine-semaine-du-21-au-27-mai-2018
A l' évidence le ..président gêné aux entournures n' est pas tout à fait prêt à dévoiler ses sources.
a écrit le 31/05/2018 à 9:24 :
On connait la technique de ce gouvernement on fait semblant d'écouter les gens ensuite on oriente les médias pour au final faire ce que notre programme élaboré par des cabinets financiers ordonnent.

Un gars qui est heureux du traité de lisbonne qui a trahi plus de la moitié des électeurs français ne peut décemment par être crédible sur un tel sujet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :