Réforme des retraites : Philippe donne un mois aux syndicats pour trouver la solution

 |   |  245  mots
(Crédits : Blondet Eliot/ABACA)
Le Premier ministre temporise, accordant un mois aux organisations syndicales pour qu'elles lui remettent leur copie, avec la solution de l'équation pour les régimes spéciaux et ramener à l'équilibre financier le système de retraites d'ici à 2027.

Après plus d'un mois de contestation sociale, le Premier ministre Édouard Philippe s'est dit dimanche "déterminé" à aller jusqu'au bout de la réforme du système des retraites et de la suppression des régimes spéciaux et a assuré qu'il ne "laisserait pas passer" un projet de loi sans mesures d'équilibre financier.

"Nous allons aller au bout", a déclaré le chef du gouvernement sur France 2 au lendemain de sa proposition de retrait de l'âge pivot à 64 ans en 2027 du projet de loi, saluée par les syndicats réformistes au premier rang desquels la CFDT.

"Je suis déterminé, ferme, sur l'équilibre financier du système", a-t-il poursuivi. "Je pense toujours à titre personnel que l'âge pivot est la meilleure façon de garantie le retour à l'équilibre du système (...) mais les organisations syndicales et patronales se sont mises d'accord pour me faire des propositions pour revenir à l'équilibre".

Appel à "l'esprit de responsabilité"

"Ce qui compte ce n'est pas l'instrument, c'est l'objectif, c'est l'équilibre", a-t-il ajouté, saluant "l'esprit de responsabilité" notamment du numéro un de la CFDT Laurent Berger.

A la question de savoir si faute d'accord entre les partenaires sociaux la mesure de l'âge pivot pourrait revenir, Edouard Philippe a répondu :

"Je ne laisserai pas passer, le gouvernement ne laissera pas passer un projet de loi" qui ne comporterait pas "des mesures de remise à l'équilibre à l'horizon 2027 car ce ne serait pas responsable (...)".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2020 à 20:10 :
il faut savoir quand votre dossier de retraite est fait . vous avez deux mois pour voir si il y a une erreur !!!!! impossible de faire une révision de dossier donc des erreur de 200 euros!!!!
a écrit le 14/01/2020 à 20:01 :
il faut supprimer abolir les privilèges des sénateurs 5 jours par mois pour 11350 euros une retraite en or .... ont demande toujours aux modestes de se serrer la ceinture ..........des assistés qu' il commence par tout rembourser l' état notre argent !!!!!! qui nous manque pour finir le mois .... attention la roue tourne !!!! honteux c'est sénateurs
a écrit le 14/01/2020 à 19:27 :
Les français en ont plus qu'assez des régimes spéciaux(sncf,ratp,intermitents du spectacle,enseignants).Il est temps que tous les français soient sur un pied d'égalité.En Suède tout le monde a plébiscité la retraite par points,ça ne marche pas si mal!
Réponse de le 15/01/2020 à 19:58 :
Ca marche tellement bien qu'en Suède 91%¨des femmes ont vu leur retraite baisser, que la valeur du point a déjà été abaissée à trois reprises et que le taux de pauvreté des senior a explosé...

Tous égaux dans la misère, c'est ca votre plan?
a écrit le 14/01/2020 à 13:57 :
De fait il n'y a pas 36 solutions :
1) baisse des pensions servies
2) augmentation des cotisations patronales
3) augmentation des cotisations salariales
4) modification du rapport cotisants/pensionnés par une mesure d'âge (nombre de trimestres cotisés pour une retraite entière avec décote encore plus dissuasive, âge pivot avec décote temporaire -comme sur les complémentaires AGIRC-ARRCO- ou définitive -comme le prévoyait le régime gouvernemental, ou remontée pure et simple de l'âge de départ vers 64-65 ans).
L'exécutif a exclu les solutions 1 et 2 (en particulier parce que ça n'aurait guère de sens de réaugmenter des coûts salariaux déjà trop élevés à tel point qu'il a fallu "bricoler"CICE et baisse de charge pour enrayer l'explosion du chômage).
Les partenaires sociaux n'ont donc plus qu'à régler le curseur entre les solutions 3 et 4. Et d'ailleurs, pourquoi ne pas laisser à chacun le choix de pianoter entre ces différentes solutions à leur guise : ceux qui veulent partir à 62 ans cotiseraient plus que ceux qui accepteraient d'aller à 64 ?
a écrit le 14/01/2020 à 10:52 :
à lire tous les commentaires des internautes et media.on pourrait dire que la vie des retraités actuels c'est Byzance" :
il a fallu travailler et cotiser + épargner et choisir une vie calme et tranquille ...
depuis le début de la retraite : peu ou pas d'augmentation ...
et aide des enfants + petits enfants.
tout le monde réclame trop des AUTRES
a écrit le 14/01/2020 à 10:30 :
Rien n'a changé. c'est de la poudre aux yeux !
On calcule les retraites sur 42 au lieu de 25 ans = perte de pouvoir d'achat
On pique l'argent des réserves du privé pour financer le public = SPOLIATION/VOL !
On ne supprime pas les régimes spéciaux puisqu'ils deviennent Spécifiques !
Alors qu'universel (définition du dictionnaire) est quelque chose qui s'applique à tous sans exceptions ni spécificités !
Et le pipeau de l'age pivot retiré provisoirement mais qu'on va nous refiler dans 3 mois, personne n'y croit !!! Souvenons nous de la réforme de l'UNEDIC où on massacre les cadres alors qu'on laisse des privilèges éhontés aux intermittents du spectacle !!!
Cerise sur le gâteau : la CFDT (son chef) est contente. L.Berger devrait faire attention à ne pas signer n'importe quoi, il va perdre beaucoup beaucoup d'adhérents !!!

De plus les 12 Mds de déficit sont principalement dû à la fonction publique. Au niveau du privé et des indépendants tout est au vert. On voit bien la manip : piquer l'argent des fourmis pour éviter aux cigales de trop se serrer la ceinture dont la haute fonction publique qui va encore se gaver avec cette réforme !
a écrit le 14/01/2020 à 10:12 :
je suis à la retraite avec 1000 euros après avoir fait une carrière de 44 année . (seule ) loyer 50% du budjet edf et gdf 25 % et tout les prélèvement obligatoire à découvert tout les mois .... augmentation de la complémentaire 3 euros novembre ... de la provocation à tout ses haut fonctionnaires .... tout les sénateurs avec leurs privilèges leurs retraites doré qu' ils commence par eux mêmes enlever tout leurs privilèges et redonner de la dignité a ceux qui ont bien galérer .. travailler dans le privée normalement j,aurai du bénéficier une retraite à 1300 euros depuis 10 ans toutes les réformes sarkozy toujours pour appauvrir le peuple ....
Réponse de le 14/01/2020 à 13:47 :
Supprimez tous vos hauts fonctionnaires et sénateurs, avec l'économie réalisée on pourra augmenter votre retraite d'au moins... 1€ par mois.
a écrit le 14/01/2020 à 10:04 :
En parlant de retraite :

Quelle déveine, tout de même… Sur les 44,5 millions d'électeurs qui auraient pu débattre, ce jeudi 9 janvier au soir sur France 2, du bien fondé de la réforme des retraites, il aura fallu que les programmateurs de l'émission Vous avez la parole - VALP, pour les intimes – tombent sur le seul défenseur du projet gouvernemental qui soit aussi le mari de la maire sortante du 5ème arrondissement de Paris, Florence Berthout, engagée dans la campagne municipale sur la liste de… Benjamin Griveaux, candidat de La République en marche à la mairie de Paris.

Bien qu'il s'en défende, Didier Desert, restaurateur de son état présenté comme un citoyen lambda, est bel et bien un membre de l'entourage politique de Florence Berthout, transfuge des Républicains dans le camp macroniste. Une information qui n'a pas échappé aux utilisateurs de Twitter pendant l'émission, mais que les téléspectateurs du service public n'ont fini par apprendre qu'à la toute fin du direct, donnant lieu à un léger flottement sur le plateau.
a écrit le 14/01/2020 à 9:59 :
ca plaira pas a certains mais nous somme dans une dictature déguisé quand on vois que 1000 médecins vont démissionner ça devrait alerter les citoyens la police qui matraque qui éborgne qui mutile c 'est inquiétant malheureusement j'arrive en fin de vie mais j'ai peur pour mes jeunes et c'est moche ce que macron aurait détruit en si peut de temps et dans 1mois on remets l'age pivot berger le toutou de philippe
a écrit le 14/01/2020 à 9:32 :
en déduire que nos politiciens (toute l équipée) en sont incapable de ce fait valident un échec
a écrit le 14/01/2020 à 9:31 :
en déduire que nos politiciens (toute l équipée) en sont incapable de ce fait valident un échec
a écrit le 14/01/2020 à 8:20 :
la solution que l'etat fasse des economies Le financement a ete fait par l'augmentation de la CSG par mr MACRON des son arrivee,, par contre, la baisse d'elus et fonctionnaires on l'attend toujours !!!!!!!
a écrit le 13/01/2020 à 22:44 :
En voilà assez ! Les pouvoir publics ont fait des concessions considérables en faveur des cheminots et des conducteurs de métro or, les syndicats extrémistes font mine de ne pas le comprendre. Il y a donc derrière tout cela des intentions inavouables d'une poignée de marxistes-léninistes qui essaient de faire tomber le gouvernement et de changer le régime constitutionnel de la France. Néanmoins, il est tout à fait possible de mettre un terme à cette mise en péril de l'économie et du régime politique Français. Il suffit de mobiliser toutes nos ressource pour automatiser toutes nos lignes de chemin de fer et de métro. Tous les ans il y a des grèves longues dans les transports publics et il serait naïf de penser que cela va cesser dans les prochaines années, y compris en 2024...avec les conséquences catastrophiques que cela aura pour la France.
a écrit le 13/01/2020 à 21:00 :
Les syndicats d'employeurs du privé sont incapables d'apporter la solution au problème des employeurs du public, sauf à encore accepter de sacrifier les employés du privé au profit des privilégiés du public.
a écrit le 13/01/2020 à 19:53 :
Lorsque l'on diminue artificiellement le SMIG en réduisant l 'indice des prix (hausses du tabac ,des frais de santé et des jeux ne sont pas pris en compte )les cotisations sont. minorées .Mais il y a une autre source de recettes, fiscales et sociales .Des chercheurs allemands viennent de découvrir que la somme des exportations de chacun des 28 États membres vers les 27 autres est très supérieure à la somme des importations .Certaines marchandises expédiées vers un État membre sont sans doute exportées directement vers un pays tiers mais il est probable qu'il s'agit d'une énorme fraude à la TVA .Les déclarations d'échange de biens ne font pas l'objet,par la DGFIP ,de contrôles des marchandises dans les camions ou les conteneurs .La peur du douanier a disparu et le chiffre des exports hors taxe explose...Et les introductions sont minorées..J 'ai lu que Winston Churchill aurait dit "Je ne fais confiance qu'aux statistiques que j'ai moi même trafiquées ".
a écrit le 13/01/2020 à 19:41 :
Lorsque l'on diminue artificiellement le SMIG en réduisant l 'indice des prix (hausse du tabac ,des frais de santé et des jeux ne sont pas pris en compte )les cotisations sont. minorées .Mais il y a une autre source de recettes, fiscales et sociales .Des chercheurs allemands viennent de découvrir que la somme des exportations de chacun des 28 États membres vers les 27 autres est très supérieure à la somme des importations .Certaines marchandises expédiées vers un État membre sont sans doute exportées directement vers un pays tiers mais il est probable qu'il s'agit d'une énorme fraude à la TVA .Les déclarations d'échange de biens ne font pas l'objet,par la DGFIP ,de contrôles des marchandises dans les camions ou les conteneurs .La peur du douanier a disparu et le chiffre des exports hors taxe explose...Et les introductions sont minorées..J 'ai lu que Winston Churchill aurait dit "Je ne fais confiance qu'aux statistiques que j'ai moi même trafiquées ".
a écrit le 13/01/2020 à 19:28 :
Quel menteur ! les régimes spéciaux perdurent , sauf que ce seront des régimes spécifiques ; inchangés en termes d'avantages et dérogations .
Réponse de le 14/01/2020 à 14:11 :
Le problème n'est pas en soi l'existence de régime spéciaux. Le régime des salariés du privé est un régime de répartition et il existe des caisses de retraite alimentées par les cotisations et qui sert le spensions . Pour la fonction publique c'est différent, il n'y a pas de caisse de retraite indépendante du budget de l'état (ce qui signifie accessoirement que la caisse de retraites des fonctionnaires est déficitaire du montant du budget de l'état, ce qui devrait les inquiéter....). Les problèmes des deux systèmes sont donc fondamentalement différents. Pour le privé quelques réglages à la marge suffisent, pour le public la seule donnée qui compte c'est le total fonctionnaires en activité + retraités puisqu'un fonctionnaire reste à la charge de l'état jusqu'à la fin de ses jours. Trouver un système unique relève donc de la mission impossible ; la première chose à faire serait de créer une vraie caisse de retraite de la fonction publique, séparée du budget de l'état, qui percevrait les cotisations salariales et patronales de l'état employeur (actuellement l'état opère simplement une retenue pour pension civile sur le salaire des fonctionnaires mais ne la verse à aucune caisse, et accessoirement ne se verse pas à lui-même de cotisations patronales) pour créer un vrai système de répartition pour la fonction publique. Après seulement, on peut faire converger les systèmes entre eux. Et évidemment, dans une situation qui exige soit des restrictions de droits soit des hausses de prélèvements, on a du mal à imaginer que puissent perdurer des régimes spéciaux trop avantageux qui ne se justifient plus (les chauffeurs de trains ne doivent plus pelleter de charbon...).
a écrit le 13/01/2020 à 18:04 :
Berger et la CFDT sont les dindons de la farce "Philippeenne". Ils se sont fait coincer, tout ça pour rester premier devant la CGT.
Un syndicat n'est pas là pour être réformiste. Il est là pour défendre les intérêts de ses adhérents et le monde du salariat en général.
Le mélange des genres crée de la confusion dont evidemment le pouvoir profite pour affaiblir, diviser. Diviser n'est il pas régner ?
Réponse de le 14/01/2020 à 14:15 :
Un syndicat est fait pour négocier partout et sur tout. D'ailleurs en Allemagne seuls les salariés syndiqués bénéficient des avantages obtenus par la négociation. Ce qui leur confère un tout autre poids et une toute autre représentativité que nos syndicats-croupions qui n'existent guère en dehors du secteur public et parapublic.
a écrit le 13/01/2020 à 16:48 :
Eh eh , et oui ils ont osés, ils se sont couchés, ils puis ils ont enlevé la robe. On a peut être eu peur qu'ils enlèvent le reste. A méditer
a écrit le 13/01/2020 à 16:37 :
Ce 13/01 à 16 h :
Les avocat se voient promettre un régime spécifique ...
Il n'y a donc que les petits qui vont morfler et nous voyons que les promesses d'équité n'étaient bien qu'un argument mensonger de vente .
D'autre part , beaucoup notent ,du fait des gréves, les pertes de tels ou tels secteurs -ce qui est certes regrettable - mais il faut aussi noter les économies de notre État .
Dans le public on peut évaluer un nombre de grévistes de l'ordre de 100 à 200 000 .
Avec une dépense salariale quotidienne de 150 euros charges comprises . Ce qui fait une économie de 15 à 30 millions par jour soit sur 30 jours 450 à 900 millions .
Cela explique peut-être la ""détermination"" du GV .
Affiner ses ébauches de calcul .
a écrit le 13/01/2020 à 14:42 :
Philippe lance un ultimatum ...

Faut voir, peut être que ça pourrait très mal tourner, une guerre civile en germe qui peut éclore, et serait alors éradiquée la corruption au plus haut sommet ... et la police de Vichy aussi..

Les locaux des permanences des Députés sont financées par les citoyens, par les contribuables de toutes les couches sociales,

même les étudiants payent les permanences des Députés avec la TVA sur leurs consommations.
a écrit le 13/01/2020 à 13:47 :
Gouverner c’est un peu comme conduire un troupeau. Jusqu'à présent, en échange de l’obligation de tirer des chariots, les membres du troupeau avaient le droit, après des années de labeur, de ne plus rien faire et de recevoir divers aliments en fonction de leurs particularités. Mais un jour un jeune chef, arrivé là par hasard, ayant trouvé l’exemple d’un troupeau suédois intéressant, décida qu’il y aurait désormais un régime unique et qu’il faudrait tirer les chariots plus longtemps. Aussi certains membres du troupeau, un peu plus revendicatifs que les autres, se plaignirent de l’augmentation de la période de labeur, de la diminution de la quantité de nourriture par rapport à celle qu’avaient leurs aînés ainsi que de l’uniformisation de cette nourriture et certains même osèrent bloquer les chariots. Je ne sais pas si cette histoire se termine bien car, malheureusement, j’en ai oublié la fin.
a écrit le 13/01/2020 à 13:43 :
enfumage ! l envie a le teint livide et les discours calomnieux .. une obscurité totale qui méprise tous les français
a écrit le 13/01/2020 à 12:35 :
t si on parlait du sénat ou une employée qui travaille 2 ans et touche 1100 euros retraite voir capital hier soir et les questeurs les sénateurs 6 ans de travail 2700 de retraite ou est l'universalité la dedans et eux gardent leurs régimes et que dire de la fille de brigitte qui est un sous marin de la cfdt
Réponse de le 13/01/2020 à 15:13 :
oui moi aussi entièrement écoeuré, nous avons des tartuffes aux manettes.Quelle honte, quel déshonneur de voir ce mec grassement nourri par nos impôts qui étale ces riches nourritures à nos yeux quand nous savons qu'une catégorie de français se nourrit de saucisses de strasbourg au lieu de viande. Ce sénat qui met en avant son intervention sur le chouchou de l'Elysée mais dont il ne ressort rien car celui est libre comme l'air et les gilets jaunes sont immédiatement sanctionnés. Quelle honte quand on voit nos impôts engrossés ces mecs qui devraient être mis à la porte. Quelle honte quand on ose parler de retraite universelle et que chacun garde ses privilège d'un autre monde.
a écrit le 13/01/2020 à 12:14 :
"Philippe donne un mois aux syndicats pour trouver la solution"

Tu m'étonnes ,la commission europeenne à majorité de droite qui a pondu cette réforme des retraites dans toute l'Europe depuis quelques années maintenant comme à s'impatienter. D'ailleurs dès ce matin ,l'élement de langage était prêt dans la bouche des LREM et du Medef :"les autres pays sont à 65,67 ans voir plus pourquoi, pas nous ".
Réponse de le 13/01/2020 à 14:12 :
"les autres pays sont à 65,67 ans voir plus pourquoi, pas nous "

Ben faut leur répondre qu'aux PAYS BAS ils ne travaillent que 29 heures et cherchant à descendre à 27h je crois bien.

Par ailleurs leur pension de retraite est soit au même niveau que leur dernier salaire soit supérieure.

Bref les propositions des LREM sont vraiment bien en deçà ce serait surtout à eux de faire un effort ! Mais quand on y connaît rien au travail, les efforts hein..
Réponse de le 13/01/2020 à 15:54 :
Comparaison outil des manipulateurs
Les Français ont un chômage élevé, moins de travail , plus d’heures et moins de pouvoir d’achat , juste quelques privilégiés sont au top... le reste c’est juste un peu mieux que les pays émergents
Qu’on arrête de nous manipuler
a écrit le 13/01/2020 à 11:50 :
Tous les arguments échangés sur ce dossier font l'impasse sur l' inflation au motif que selon l'INSEE elle serait très faible .Si l'on considère que la hausse du prix tabac n'est pas prise en compte dans l 'indice de même que celui de l'immobilier il faut relativiser .Les propriétaires, dont je suis ,s' enrichissent en dormant .A mon avis c'est le patrimoine des Français qui doit payer les retraites ,la dépendance et les indemnités de chômage .Bien sûr les maisons à Issoudun valent moins cher qu'à Neuilly ou Arcachon....
Réponse de le 14/01/2020 à 14:20 :
il y a de l'idée : encourager la consommation de tabac par les retraités, comme ça vivant moins longtemps ça rééquilibrera spontanément le système de retraites. Maintenant, le patrimoine des français paie déjà une bonne partie de leurs retraites, parce que s'ils ont fini de rembourser leur logement, c'est précisément ça qui rend supportable la baisse de revenus liés à leur départ en retraite.
a écrit le 13/01/2020 à 11:48 :
La plume de cet adhérent de UPR logé dans la haute fonction publique, traite le sujet politique des retraites d' un dossier bien rempli, détaille les insuffisances des uns et des autres (gouvernement, représentants élus, syndicats) sur un sujet pourtant facile à appréhender et surtout connu depuis fort longtemps et dont on vient nous déclamer brutalement l' urgence.

Dans le courant de mars 2017, les parties prenantes ont été consultées sur le projet de PNR 2017 qui répondait aux GOPÉ 2016, puis ce PNR a été présenté aux députés par le gouvernement dès le 12 avril, avant d’être finalement rendu public le 28 avril. Public, mais sans pour autant être porté à la connaissance du public…

Qui peut croire qu’un document aussi dense, structuré et détaillé que l’est le PNR (186 pages pour le PNR 2017), intégrant des mesures planifiées pour certaines sur plusieurs années, puisse dans des délais aussi courts (17 jours) être révisé sur la base de ces « contributions » ?

Les syndicats ont une parfaite connaissance de la mécanique des GOPÉ et du PNR, puisqu’ils l’ont eux-mêmes abondamment commentée et critiquée au fil des ans. Ils étaient donc en capacité d’anticiper, tout comme l’a fait l’UPR, l’arrivée et la teneur de cette réforme des retraites 2019.

Et il en fut de même pour bon nombre d’autres réformes antérieures : loi Rebsamen, loi El Khomri, réforme des retraites 2014, loi Macron, réforme des retraites 2010, loi de « sécurisation » de l’emploi 2013, libéralisation de la SNCF, privatisation d’ADP etc. À chaque fois, les syndicats savaient pertinemment ce qui allait s’abattre sur les Français, et en connaissaient les origines profondes et les implications.

Et pourtant, à chaque fois, ils ne font rien d’autre que des gesticulations. Pourquoi ?
Selon vous, si les syndicats ne défendent même pas les travailleurs face à ce système tyrannique, qui va le faire ?

Tous les syndiqués, qui luttent au quotidien pour préserver et améliorer le droit des travailleurs, se doivent d’ouvrir les yeux devant la compromission de leurs syndicats. Il leur appartient désormais de demander des comptes à leur hiérarchie, en la mettant face à ses contradictions coupables.

"Réforme des retraites : double jeu des syndicats ? par Hippocrate".
a écrit le 13/01/2020 à 11:31 :
Effectivement c'est une mascarade et la lassitude gagne face à ce gouvernement d'amateurs et de mauvais théâtreux . Les chaines de tv gouvernementales - devinez - sont de plus incapables de faire une synthèse honnête et donner un peu la parole à ceux qui apportent critiques et suggestions .
Faut-il , comme à Téhéran , crier menteurs / destructeurs ?
a écrit le 13/01/2020 à 10:55 :
Pas de surprise c'est encore les salariés des petites et moyennes entreprises et petits groupes qui va payer la lourde addition de la réforme des retraites et de la pénibilité. La caste du public, territoriale et salariés du public vont bénéficier comme d'habitude de grande largesse du gouvernement au détriment de l'intérêt général et de des futures générations... Macron et son gouvernement comme ses prédécesseurs se mettent à genoux devant cette minorité d’égoïstes qui de plus endette lourdement notre pays...
Réponse de le 13/01/2020 à 11:28 :
C'est vrai,mais ce sont surtout les actifs qui sont mis a contribution.Les retraités bénéficient toujours de l'abattement fiscal de 10%,contrairement aux actifs.Je suis meme étonné que le conseil d'état ait toléré une telle disparité fiscale.Je croyais que tous les français étaient égaux devant les impots.
Réponse de le 13/01/2020 à 19:38 :
Gérard , renseignes toi et arretes d'écrire des c.....s . Les retraités n'ont pas et depuis longtemps droit à cette réduction de 10 % .
a écrit le 13/01/2020 à 10:41 :
"Philippe donne un mois aux syndicats pour trouver la solution"

Ben ils te l'ont proposé plusieurs fois, seriez vous sourds chez les LREM en plus d'être aveugles ? Oui bien évidemment, c'est plus simple.,de retirer cette réforme néolibérale pas besoin d'attendre un mois de plus hein...

Quelle sinistre mascarade. Heureusement que l'histoire elle se souviendra de cette soumission désastreuse du politiciens envers la finance principale raison de l'anéantissement de l'europe bientôt vendue aux enchères afin de brader le peu qu'il reste.
Réponse de le 13/01/2020 à 19:42 :
L'histoire se souviendra que la CGT s'est lancée dans un combat perdu d'avance , que ses adhérents ont un peu perdu mais pas beaucoup et que seuls les franciliens ont souffert de leur grève . C'est l'échec final .
Réponse de le 14/01/2020 à 9:28 :
@ multipseudos: "L'histoire se souviendra que la CGT s'est lancée dans un combat perdu d'avance"

Non l'historie découvrira que la CGT n'était qu'une banale stratégie oligarchique de plus. Et toi tu nous fais suer avec ta cgt...

ET si je peux pas et-c...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :