Retraites : la réforme en conseil des ministres, les opposants de nouveau dans la rue

 |   |  746  mots
(Crédits : POOL)
Objet d'un conflit social exceptionnellement long, la réforme des retraites promise par Emmanuel Macron est présentée en conseil des ministres vendredi, jour choisi par ses opposants pour une 7e journée de manifestations, alors qu'une 8e est déjà annoncée pour le 29 janvier.

Au 51e jour du mouvement entamé le 5 décembre, "la mobilisation est toujours importante, on va le voir aujourd'hui", a assuré Philippe Martinez sur France 2. Pour le secrétaire général de la CGT, "le gouvernement joue l'entêtement, il faut continuer à faire pression sur lui". Une nouvelle journée interprofessionnelle a été décidée pour le 29 janvier après une réunion ce vendredi matin, au cours de laquelle la CFE-CGC, qui souhaitait faire une "pause", a annoncé son retrait de l'intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse). Des actions sont proposées également les 30 et 31.

La Tour Eiffel restera fermée toute la journée en raison de la participation d'une partie de son personnel à la grève et dans les transports, après un quasi-retour à la normale ces derniers jours, le trafic est de nouveau perturbé. Du côté de la SNCF, le trafic est quasi-normal sur les TGV et l'international, 70% des TER/Intercités et 60% des Transiliens circulent.

70% des Français favorable à la poursuite du mouvement

Le réseau RATP est lui moins fluide avec seulement trois lignes de métro qui fonctionnent normalement. "Ça commence à être épuisant, je pense que cette grève a assez duré, ça perturbe trop le quotidien des gens", pestait Aurélie Hetru, une responsable qualité de 32 ans, rencontrée à la gare de Lille. "Je crois que les Francais en ont soupé de cette grève", a déclaré sur BFMTV le secrétaire d'État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari. Le soutien à la mobilisation reste toutefois majoritaire : 70% des Français estiment que le mouvement de protestation doit se poursuivre, selon un sondage BVA publié ce vendredi.

La journée sera rythmée par de nombreuses manifestations. Dans la capitale, le cortège doit s'élancer à 11h de la place de la République vers celle de la Concorde, où sa dispersion n'est pas prévue avant 19h. Anticipant de possibles "violences et dégradations", le préfet de police Didier Lallement a fait savoir qu'il "mobiliserait des moyens humains et matériels significatifs", tout en appelant "à la responsabilité de chacun".

"Il faut cesser de stigmatiser le droit de manifester", a réagi Yves Veyrier, le leader de Force ouvrière, pour qui les dernières manifestations se sont déroulées "dans le calme absolu". La tension est cependant montée d'un cran cette semaine, avec des coupures d'électricité revendiquées par la CGT-Energie, dont des militants ont été brièvement placés en garde à vue. Le gouvernement a aussitôt réclamé des sanctions, M. Martinez l'accusant de "jeter de l'huile sur le feu".

De nombreuses opérations

La CGT a cherché à entretenir la flamme par tous les moyens : opération "ports morts" depuis mercredi, mise à l'arrêt du barrage hydroélectrique de Grand'Maison (Isère) - le plus puissant du pays - et des trois incinérateurs d'Ile-de-France... Jeudi soir, des retraites aux flambeaux ont eu lieu dans plusieurs villes, regroupant des centaines de personnes à Dijon, Lyon ou Strasbourg, plus d'un millier à Lille ou Nantes et quelques milliers à Paris.

Pas assez pour faire vaciller l'exécutif. Sitôt adoptés en Conseil des ministres, les deux projets de loi - l'un organique, l'autre ordinaire - visant à créer un "système universel" de retraite par points seront transmis à l'Assemblée nationale pour un débat en séance publique à partir du 17 février en vue d'un premier vote début mars. En parallèle, les discussions se poursuivent entre gouvernement, syndicats et patronat sur des points-clés comme la pénibilité, le minimum de pension, les fins de carrière et l'emploi des seniors.

Autant de sujets qui rendent incertain le coût final de la réforme, dont "l'équilibre d'ici 2027" est renvoyé à une "conférence des financeurs", qui sera lancée le 30 janvier et doit proposer une solution avant fin avril. "Il faut qu'on mette tout sur la table en termes de besoins de financement. Aujourd'hui ce n'est pas clair encore", a estimé Laurent Berger sur Europe 1. "S'il n'y a pas d'avancée, on va rester sur cette situation extrêmement explosive", a ajouté le secrétaire général de la CFDT. Le Premier ministre Edouard Philippe assure avoir "bon espoir" que la conférence de financement "permette de déboucher sur quelque chose d'intelligent et de responsable". Pour l'heure, la CGT et FO n'ont pas indiqué si elles y participeront. La CGT en décidera lundi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2020 à 16:04 :
Finalement vous portez bien votre nom, on a jamais eu temps de personnes qui marche dans la ruen depuis mais 68...
a écrit le 25/01/2020 à 13:29 :
Ces 70% qui sont pour l'arret du movement, Est ce qui proposent comment financer les retraites? Parce que cest facile de ne pas etre d'accord mais il faut proposer des alternatives.
Réponse de le 28/01/2020 à 16:07 :
Y en a une qui fonctionnerais dans 20 ans si elle était appliqué aujourd'hui, inciter à avoir moins d'enfants... Payer des retraites (avec cotisation supérieur) serait pas dérangeant si on devait pas en parallèle payer le chômage de nos frères et soeurs...
On a bien un souci dans notre pays mais ce ne sont pas les retraites... De plus avec moins de chômeurs, les entreprises se batteraient pour embaucher le peu qui y seraient donc les salaires seraient aussi plus élevés et les prélèvement de ce fait...
a écrit le 24/01/2020 à 12:49 :
Jamais nous n'avons eu des taux de soutien d'une grève aussi importants et surtout qui ne s’essoufflent pas !

Jamais nous n'avons eu non plus un pouvoir aussi servile envers les mégas riches.

Une relation de cause à effet ? Mais non voyons "tout va bien".
Réponse de le 28/01/2020 à 16:09 :
Il suffisait juste un ministre sous Hollande qui avait déjà été à lui seul capable de mettre "la république en marche" dans la rue par contre... Et après son élection les citoyens qui ont votés pour lui espérait quoi? Finalement le FN n'aurait pas fait pire...
a écrit le 24/01/2020 à 12:06 :
Ce 70% de "soutien" prête à sourire: à part les Parisiens, personne n'a subi cette grève en France. Facile de soutenir quelque chose qui ne nous impacte pas. D'ailleurs les sondages en Ile de France donnent exactement le contraire: plus de 70% souhaitent l'arrêt de la grève.
a écrit le 24/01/2020 à 11:55 :
Ne m'appelez plus Jupiter Macron mais Prince des mini-concessions des retraites pour les fonctionnaires et les salariés du public et au privé de supporter l'essentiel de la réforme de la retraite à points avec le déficit. Quelle bande de guignol Macron et son gouvernement c'est toujours le privé qui paye l'ardoise quel que soit les réformes bien loin de l'intérêt général.
Réponse de le 24/01/2020 à 12:21 :
Les français ont voté un politique fabriqué par les copains médias et les journaux subventionnés, richement doté, affecté d' un temps médiatique de 31 %, 180 couvertures de journaux pour le résultat que vous observez aujourd 'hui, la déglingue des retraites sur commande par les GOPE de Bruxelles. Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :