Sobriété énergétique : les entreprises sont prêtes à un effort « significatif », assure le Medef

Peu avant le discours de rentrée de la Première ministre à l'occasion de la REF 2022 (ex-université du Medef), le président des patrons, Geoffroy Roux de Bézieux, a estimé que l'objectif d'une réduction de 10% de la consommation énergétique des entreprises dans les prochaines semaines était « absolument indispensable » pour éviter « le rationnement ou le délestage ». Par ailleurs, il a jugé que c'était l'Etat « le plus grand super profiteur », alors que la Première ministre Elisabeth Borne a indiqué samedi dans un entretien au Parisien, qu'elle ne fermait pas la porte à une taxation des superprofits.
Les entreprises sont prêtes à un effort « significatif»  mais « indispensable » pour réduire leur consommation d'énergie d'environ 10% comme demandé par le gouvernement dans le cadre de la stratégie de sobriété énergétique esquissée par Emmanuel Macron le 14 juillet dernier.
Les entreprises sont prêtes à un effort « significatif» mais « indispensable » pour réduire leur consommation d'énergie d'environ 10% comme demandé par le gouvernement dans le cadre de la stratégie de sobriété énergétique esquissée par Emmanuel Macron le 14 juillet dernier. (Crédits : POOL New)

Tandis qu'une coupure totale des approvisionnements en gaz russe n'est toujours pas exclue, le gouvernement français accentue la pression - notamment sur les entreprises - en faveur d'une réduction plus rapide de la consommation. Peu avant le discours de rentrée de la Première ministre, Elisabeth Borne, lors de la Rencontre des entrepreneurs de France (LaREF, ex-université du Medef), le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux a déclaré lundi matin sur France Inter que les entreprises étaient prêtes à un effort « significatif » pour réduire leur consommation d'énergie d'environ 10%, comme demandé par le gouvernement.

Cet objectif avait été esquissé le 14 juillet dernier par Emmanuel Macron, dans le cadre de la stratégie de sobriété énergétique. Au cours d'un entretien télévisé, le président de la République avait invité les administrations publiques et les entreprises à préparer des plans pour consommer moins d'énergie, appelant également la population générale à la sobriété énergétique en fixant un objectif d'une réduction de 10% de la consommation énergétique en France d'ici 2024.

Lire aussiInflation, énergie, retraites, assurance-chômage : les dossiers chauds de la rentrée d'Elisabeth Borne

Interrogé sur cet objectif de 10%, Geoffroy Roux de Bézieux a répondu que « ce n'est pas impossible (...), c'est un effort significatif mais absolument indispensable parce que ce qu'on veut éviter absolument c'est le rationnement ou le délestage ». « Tout le monde va s'y mettre, on va appeler à la mobilisation », a-t-il dit en ajoutant que les entreprises allaient « essayer (...), faire des efforts » parce que « tout le monde est dans le même bateau ».

Lire aussiPrix de l'énergie, super profits, « fonds vert » aux collectivités locales... Elisabeth Borne veut rassurer les Français

Températures et mobilités

« Le plan de sobriété sur lequel on discute porte principalement sur deux sujets : la température dans les bureaux, en limitant les recours à la climatisation en été et au chauffage en hiver ; et les mobilités du quotidien, en poussant les solutions de transport alternatif à la voiture individuelle », a également expliqué le président du Medef dans une interview publiée lundi dans Le Figaro. « Il nous faudra plus globalement aussi repenser notre modèle de production pour le rendre plus sobre », non seulement du fait de la crise actuelle, mais aussi « pour les années à venir », a -t-il ajouté. « C'est l'intérêt des entreprises de baisser leur consommation d'énergie pour des raisons pécuniaires, après il faut pouvoir le faire et tout le monde n'est pas égal », a-t-il précisé sur France Inter.

« On va demander et on a déjà demandé aux entreprises, dont la plupart ont déjà pris des mesures, (...) de faire attention à leurs dépenses d'électricité et donc de réduire autant que possible l'utilisation autour de 10% de leur consommation énergétique », a confirmé lundi sur LCI Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des PME, du commerce, de l'artisanat et du tourisme.

Extinction des publicités lumineuses la nuit

Les premiers décrets pris cet été à cet effet par le gouvernement, l'un sur l'extinction des publicités lumineuses la nuit et le second sur la fermeture des portes pour les commerces climatisés, vont être promulgués « dans quelques jours, quelques semaines », a précisé Olivia Grégoire. Le gouvernement fera un point fin septembre avec les différentes filières d'activité sur « la feuille de route sur le plan de sobriété », a-t-elle annoncé, en rappelant que la fonction publique était également concernée.

« Tous les établissements recevant du public - que ce soit une entreprise, une mairie, une administration - doivent faire un effort pour passer ensemble l'hiver et réduire très rapidement leur consommation », a-t-elle souligné, le gouvernement n'excluant pas d'en passer par la contrainte.

Lire aussiInterdiction de la publicité lumineuse la nuit: « Un nouveau texte, mais qui ne change rien »

_____________

Superprofits : pour le patron du Medef, c'est l'Etat qui est « le plus grand super profiteur »

Par ailleurs, alors que la Première ministre Elisabeth Borne a indiqué samedi dans un entretien au Parisien, qu'elle ne fermait pas la porte à une taxation des superprofits, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a affirmé que c'est l'Etat qui a engrangé le plus de super profits cette année. « Qui est le plus grand super profiteur, si j'ose, qui fait les plus grands super profits: c'est l'Etat », a-t-il déclaré sur France Inter. « Les recettes fiscales du premier semestre 2022 ont augmenté de 27 milliards d'euros », a-t-il argumenté, expliquant que c'est  « grâce aux super profits des entreprises ». « Donc c'est une bonne nouvelle pour ces entreprises, pour leurs salariés, mais aussi pour les Français, pour l'Etat », selon le président de la première organisation patronale française. « La force de la fiscalité française depuis 7 ans maintenant c'est d'être stable et d'avoir un signal clair d'attractivité », a mis en avant Geoffroy Roux de Bézieux. « On a une situation économique qui est moins mauvaise qu'ailleurs, n'augmentons pas les impôts », a-t-il encore plaidé.

Lire aussiLa taxe sur les superprofits, véritable épée de Damoclès pour les entreprises

(Avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 29/08/2022 à 17:44
Signaler
Tout ce qui n'est pas sobre et résilient est a bannir! ;-)

le 30/08/2022 à 0:41
Signaler
Alors il faut abandonner tout PC et smart phones et arrêter d'écrire dans les forums. Chiche ?

à écrit le 29/08/2022 à 16:08
Signaler
Une bonne solution est de profiter à fond d'internet, en augmentant encore la quotité de télétravail. Moins de déplacements, moins de besoin de bureaux, moins de chauffage, moins de cantines, moins de besoin de machines à café, ...

le 29/08/2022 à 17:40
Signaler
Oui Oui mais, les consultations, stockages et flux de données sont très énergivores. Comme les vidéos conférences. Et les serveurs et réseaux doivent aussi être gonflés en capacité. Les outils individuels de cryptage et de cyber défense (antivirus,...

le 30/08/2022 à 9:49
Signaler
@100% télétravail Sans les coupures prévues ,donc

à écrit le 29/08/2022 à 16:01
Signaler
Monsieur Geoffroy Roux de Bézieux aurait été plus heureux de réentendre Mr Mélenchon qu'un porte parole de McKron!:-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.