Standard & Poor's relève la perspective de la note de la France, Valls exulte

 |   |  301  mots
(Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)
L'agence américaine Standard&Poor's a décidé de relever la perspective de la note souveraine de la France, confirmé à AA et désormais stable. Elle adresse un satisfecit aux réformes de François Hollande.

Standard&Poor's relève la note de la France, Valls exulte L'agence de notation américaine Standard&Poir' s'invite dans la campagne. Ce vendredi soir, elle a relevé la note de la République française à "stable" contre "négative" depuis qu'elle avait dégradé la dette de notre pays à AA. C'est à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy, alors que la dette avait explosé de plus de 600 milliards d'euros, que la France avait perdu son précieux Triple A, la meilleure note.

Selon l'agence américaine, la révision en hausse tient compte de "la mise en œuvre progressive de réforme visant à soutenir la croissance" salue la consolidation budgétaire en cours. Elle souligne aussi que "la reprise économique est en bonne voie, tout particulièrement si le rebond dans les investissements des entreprises est confirmé et si la croissance et l'emploi accélèrent. Elle insiste sur "les réformes de la fiscalité et du code du travail" qui devraient avoir des "effets stabilisateurs sur l'emploi, la croissance, la compétitivité et les finances publiques"... Bref, un satisfecit qui encouragera sans doute François Hollande au plus bas dans les sondages et surprendra tant la gauche de la gauche, qui n'a eu de cesse de critiquer la politique économique menée, que la droite en pleine primaire pour qui Hollande a mené le pays dans l'impasse.

De fait, même s'il a pris son temps, cinq ans, le gouvernement semble proche d'avoir réussi à stabiliser la courbe de l'endettement et assure, ce qui reste à démontrer, que le déficit passera en 2017 sous la barre des 3% du PIB.

"Nos réformes pour redresser notre économie, notre attractivité, sans rien sacrifier de notre modèle social, paient. Continuons !", a réagi le Premier ministre Manuel Valls, triomphant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2016 à 15:20 :
Pourquoi il n'y a jamais un chiffre en gros, du bilan LR de 2001 à 2011 ?

Déficit public FRANCE 2001 = 1.6 % du PIB (1.2% si on retire l'argent mis de côté pour le Fonds de Réserve des Retraites)
Déficit public ALLEMAGNE 2001 = 2.4 % du PIB
Déficit public FRANCE 2011 = 5.2 % du PIB (et en prélevant 1 milliards d'euros dans le FRR)
Déficit public ALLEMAGNE 2011 = 1 % du PIB ?

Après, vous comprenez pourquoi LR est en faillite, et ne se rend pas compte qu'ils dépassent de 23 millions d'euros un seuil de dépenses de 21 millions.

Et pourquoi ils prévoient pour commencer, un déficit à 4.7 % du PIB.....
a écrit le 24/10/2016 à 13:41 :
"C'est à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy, alors que la dette avait explosé de plus de 600 milliards d'euros".

Quand on pense qu'il veut revenir.
a écrit le 23/10/2016 à 22:09 :
Ce type d’information me fait toujours sourire car les politiques vont s’en emparer un pour dire je suis bon l’autre pour dire les chiffres sont faux. Dans cette configuration nous sommes chez les politiques donc rien de bien intéressant. En deuxième partie nous allons avoir les spécialistes!!! les économistes qui au moins depuis 2007/2008 nous ont racontés tout et son contraire. Nous avons les visionnaires type M. Minc un peu out actuellement car la couleur de l’Elysée a changé et le politique lui a trouvé une planque sans risque dans une entreprise d’autoroute puis celui qui préside une ribambelle de trucs de « spécialistes » ou le mot à la mode les think tank en anglais cela fait plus in!! que laboratoire d’idées, M. Attali lui en odeur de sainteté puisque de la couleur de l’Elysée actuelle, ne parlons de tous ceux qui sont invités sur les plateaux qui parfois ne s’entendent pas sur l’hypothèse et donc encore moins sur la conclusion et la tête d’affiche celui qui avait prédit l’explosion des taux d’intérêts en 2012 l’immanquable M. Fiorentino Enfin dernier point criant les économistes devant l’approximation pour ne pas dire le fiasco de leur calcul!! se nomment d’eux mêmes de plus en plus essayistes car qui essaie n’est pas sur de réussir en économie planétaire la réussite est plus du bol que de la compétence. Un bon économiste est celui qui est capable de vous expliquer pourquoi la veille il c‘est trompé . En conclusion la note et les commentaires feront pas mieux manger les français, pas d’amélioration du pouvoir d’achat, pas de modification de la courbe du chômage, on peut éventuellement espérer emprunter moins cher pour notre dette très politique avant d’être sociale mais les taux sont déjà bas et continuer à emprunter pour une mauvaise gestion de l’Etat ne fait que gonfler la dette de nos enfants. Bon une nouvelle pour salons politico-économistes rien pour les sans dents de M. Hollande ou les ploucs de M. Sarkozy et les illuminés de M. Mélenchon, Mme Lepen, M. Dupont Aignan et
a écrit le 23/10/2016 à 19:23 :
Très bien, il faut continuer les réformes !
a écrit le 23/10/2016 à 17:54 :
« Entre 2003 et 2014, le nombre de PME et d'ETI a stagné »
Vous n’avez pas autre chose comme référence que des chiffres 2003-2014 ?
…..
Nombre de sociétés exportatrices :
2014 : +0,2%
2015 : +3,1% (dont TPE +4,5%)
« Au total, 125000 entités légales exportatrices ont été recensées par les douanes l'an dernier. »
« L'augmentation du nombre d'exportateurs est avant tout le fait d'opérateurs de "petite taille", selon les douanes, soit les entreprises de moins de 20 salariés, autrement dit des TPE, qui ont augmenté de 4,5 % pour atteindre le nombre de 96411 (77 % du total des exportateurs) »
…..
« les différences de performance entre le France et l'Allemagne »
…..
2014 Exportations de services commerciaux :
1 Etats-Unis : 688 milliards de $ et variation annuelle de + 4%
2 Royaume-Uni : 377 & + 8%
3 France : 267 & + 5% (part du marché mondial : 5,4%)
4 Allemagne : 266 & + 4% (l’Allemagne se fait dépasser par le mauvais élève).
El il faut tenir compte du rapport entre populations : 66 / 82,5 millions

La France reste le 6ème exportateur mondial de marchandises et elle a arrêté de perdre des parts de marché en 2014 (O.M.C. : 2013 3,2% et 2014 3.2%)
……
« symbolisées par les niveaux diamétralement opposés de leurs balances commerciales »
…..
La balance commerciale (volumes) c’est une chose, mais ce qui compte aussi ce sont les euros qui rentrent depuis l’étranger
Revenus net de l’étranger en $ :
2012 : + 38,04 milliards
2013 : + 43 96 milliards
2014 : + 58,74 milliards
Allemagne
2012 : + 84,22 milliards
2013 : + 81.28 milliards
2014 : + 81.85 milliards
Il semblerait que l’Allemagne est statique alors que la France est fortement dynamique depuis 2013.
Et là encore il faut tenir compte du rapport entre populations.
…..
Donc tous ces chiffres prouvent bien que la France a du ressort et est sur la bonne voie. Mais le chemin du redressement sera long et semé de probables embuches.
Les grèves de vos potes cette année auront couté quelques dixièmes de croissance à la nation, et quelques dizaines de milliers d’emplois en correspondance.
……
« le lancement de Bpifrance entre autres mesures de poids en direction des TPE, PME et des ETI ont donc eu peu d'effet sur le tissu économique. »
……
Surtout en prenant en référence des chiffres 2003-2014.
Et pour causes :
Bpifrance a été lancé en 03/2014.
L’industrie du futur (initialement 34 plans industriels) au complet en 07/2013, a commencé son action en 2014 et a atteint sa vitesse de croisière en 2015.
Le suramortissement (ou amortissement supplémentaire) en 2015.
(Dont un amortissement exceptionnel pour les robots industriels.)
Dispositif d'aide fiscale à l'investissement locatif Pinel qui remplace le dispositif Duflot, 09/2014.
CICE, 2014.
Embauche PME, 2015
Baisse de 50 % des frais d'immatriculation au registre du commerce (200 000 entreprises concernées)
Suppression de l'obligation de publier l'annexe aux comptes annuels des TPE.
Baisse des cotisations des indépendants
Baisse cotisations sociales patronales jusqu'à 1,6 SMIC
Baisse C3S, plusieurs étapes.
PTZ, élargissements, plusieurs étapes.
Implication des ambassadeurs à l’export.
Evolution des services des douanes.
Suppression de la surtaxe sur l’impôt sur les sociétés.
Fusion d’Ubifrance et de l’AFII, 01/2015 > Business France.
Fusion Bpifrance et CDC, 2015
Etc.
Toutes ces mesures sont très récentes et n’ont pas d’impact sur votre passé (2003-2014).
Mais vous représentez bien la gauche mélanchoniste ringarde avec son argumentation fallacieuse.
.
Et le plus important est bien que les investissements continuent leur reprise et que les acquisitions françaises à l’étranger reprennent. Au printemps 2017, seront donc annoncés 2 records historiques pour cette année 2016.
Réponse de le 24/10/2016 à 19:05 :
Allez donc jeter un œil sur le site de la Fondation IFRAP, votre optimisme s'en trouvera tempéré par des études extrêmement solides et impartiales, prenant en compte les effets d'aubaine, qui semblent vous éblouir quelque peu.
a écrit le 23/10/2016 à 17:53 :
Il n'y a vraiment pas de quoi
a écrit le 23/10/2016 à 17:53 :
Il n'y a vraiment pas de quoi
a écrit le 23/10/2016 à 11:40 :
Un coup de pouce supplémentaire pour ne pas désespérer un candidat de gauche (pas Hollande). Les milieux financiers semblent jouer cela car ils ne supporteraient pas qu'un candidat conservateur assoiffé de pouvoir type "Juppé " vienne par ses mesures drastiques,démodées et rebattues casser le peu de dynamique libertaire acquises par le pays au profit de forces trop autoritaires et revanchardes .
a écrit le 23/10/2016 à 10:53 :
///HUMOUR/// REPONSE ECOLO UNE FLEUR NE FAIT PAS LE PRINTEMP. MAIS C EST LE 1 SIGNE QU IL ARRIVE? POURQOI PAS? SI L ACTIVITE REPART TOUS LE MONDE SERAS CONTENT? C EST VRAIS QU IL A UN BILAN MOINS CASTATROPHIQUE QUE SAKO? ET A DU SUBIR L A GUERRE QUE NOUS FAIS DAECH ???
a écrit le 23/10/2016 à 2:28 :
Plus jamais Sarkozy par pitié.
a écrit le 23/10/2016 à 0:00 :
Valls exulte... Ben dis don... L'a oublié que la joyeuse crise économique mondiale amène une montée de violence qui oblige les forces de pacification intérieures à vouloir tirer en premier. Tant que ça tient, notes, pourquoi pas...
a écrit le 22/10/2016 à 22:13 :
Sûrement la perspective du départ de FH et de MV dans 7 mois n'est pas étrangère à cette notation, car leur performance reste calamiteuse après division de la facture pétrolière par plus que 2, des taux à 0, et des perspectives de croissance portées par du déficit et donc l'augmentation de la dette.
Réponse de le 22/10/2016 à 22:50 :
Je suppose que si la note avait été mauvaise, vous l'auriez attribué a Hollande !
La mauvaise foi a ce point est a peine croyable.
Réponse de le 23/10/2016 à 0:04 :
Merci de votre remarque, Piotr. Notes, citez-moi un commerce honnête, histoire que je me marre.. :-))
Réponse de le 23/10/2016 à 0:48 :
Je ne suis pas hollandiste mais le ridicule d'un tel commentaire est comique lier une note d'agence à une élection il fallait l'inventer et pourquoi pas payée par M. Hollande pour faire encore plus gros?
a écrit le 22/10/2016 à 16:07 :
Je trouve que dans l'ensemble les français sont assez durs avec Hollande (président le plus impopulaire). Il faut quand même mettre en perspective sa montée au pouvoir: la crise des dettes souveraines et une possible explosion de l'Europe. Je pense qu'il paye surtout son côté pragmatique avec la mise en place d'une politique contredisant une partie de sa campagne, mais pas plus que Chirac, Mitterand ou Sarkozy en leur temps. Certes les débuts on été brouillon, mais il a quand même réussi a mettre en place une partie de son programme: augmentation du nombre d'enseignant et de policier, corriger la compétitivité des entreprises française sans revenir sur les 35 heures, généralisation des mutuelles de santé pour les salariés, mise en place du tiers payant tout en réduisant la dette de la sécu, retraite maintenue à 60 ans, réductions du salaire du président et des avantages une fois à la retraite et des dépenses de l'élysée, signature historique de l'accord sur le climat, intervention militaire au Mali... Alors oui il y a des ratés dans la com et certains reniements, et des effets qui prennent du temps à se faire sentir mais qui beneficieront très certainement à son successeur qui ne reniera que peu de mesures au niveau économique.
Réponse de le 22/10/2016 à 18:41 :
Le rejet est à hauteur de la déception qu'il a suscité et c'est entièrement de sa faute.
Il n'était pas obligé de se couper des alliés naturels du PS, de nommer un premier ministre qui avait été désavoué par ses électeurs (Valls: 5% à la primaire), de mener une politique contraire à ses engagements et de lancer des débats indignes et inutiles qui ne pouvaient déboucher que sur la discorde. S'il a aujourd'hui 3ex-ministres contre lui à la primaire c'est que mon analyse est partagée.

Fin 2012, j'espérais que le pays ne revivrait pas les heures sombres du quinquennat précédent ou les français se levaient tous les matins en se demandant ce qu'IL allait encore leur faire aujourd'hui... je me suis trompé.
Réponse de le 22/10/2016 à 18:42 :
Il n'est certainement pas le pire président que nous ayons eu (et de loin), et ne mérite pas la déferlante de haine actuelle. Il est notamment bien moins mauvais que ne l'était Sarkozy.

Mais le problème, c'est qu'il n'est comme les autres pas au niveau attendu. Il n'a pas de vraie vision pour la France, il ne comprend visiblement pas le monde et les problèmes que la France rencontre, il n'est qu'un nième politicard gouvernant au jour le jour avec comme premier objectif sa réélection et non la prospérité de notre pays.

Or j'ai comme l'impression que les français attendent un nouveau De Gaulle, qui sache réellement vers où il veut emmener le pays, et qui démissionne et passe à autre chose s'il n'est pas en mesure de mettre sa vision en œuvre.
Réponse de le 23/10/2016 à 13:35 :
sauf qu'il ne peut pas y avoir de nouveau De Gaulle et que les français s'accrochent à un rêve chimérique.

Quand de Gaulle a été porté au pouvoir, le Président de la république, via les privatisation d'avant et après guerre était aussi de facto le président de la SNCF, d'Air France, de Charbonnage de France, de EDF, de GDF, des PTT, de Renault, Peugeot et Citroen, de toutes les entreprises sidérurgiques qui comptaient, et des banques principales Crédit Lyonnais, Société générale, Banque de France, Banque nationale du commerce et de l'industrie...

Bref, il avait les moyens d'imposer une politique d'investissement et en 1947, le secteur public qui représentait 11% de la valeur ajoutée nationale représentait 34% des investissements productifs.

Totalement impensable en 2016. l'Etat a renoncé à toute volonté de politique économique et n'en a toute manière plus les moyens (et ne veut pas se les donner non plus parce que cela voudrait dire alourdir considérablement les impôts sur les fortunes).
a écrit le 22/10/2016 à 15:25 :
Bravo, il faut continuer les réformes !
a écrit le 22/10/2016 à 15:00 :
décision logique, tous les indicateurs se sont améliorés. Sympa de lire néanmoins que cette agence pense que ça va continuer. On a payé très cher notre pain noir, espérons un peu de pain plan dans les années à venir. Ne relâchons pas (trop) nos efforts et nous aurions peut être même un peu de foie gras à mettre dessus dans 5ans. Vive la France
a écrit le 22/10/2016 à 14:33 :
" Standard&Poir' ", " sans rien sacrifier de notre modèle social"... Oui ils nous prennent pour des poires.
a écrit le 22/10/2016 à 14:32 :
d'après de nombreux experts économiques,la france pourrait meme récupérer le triple A en début d'année grace aux réformes appliquées.on peut tout reprocher au président sauf ses bons résultats économiques
Réponse de le 22/10/2016 à 18:17 :
Quels résultats économiques? Anticiper 2018 en 2017 et reporter 2017 en 2018? Ce qu'il a déjà fait en 2016.
C'est sûr il mérite un triple A en magouille comptable.
Réponse de le 23/10/2016 à 23:42 :
Quel comique cet 'Elu PS". c'est la descente de la note Française qui est stoppé. On passe à stable. Pour remonter AAA il faut passer en perspective positive.
a écrit le 22/10/2016 à 12:00 :
C'est là que l'on reconnait le politique. Quand la note est bonne, l'agence est une bonne agence sérieuse. Mais quand la note est mauvaise, l'agence ne prend pas en compte tous les éléments "positifs". Sinon, à part ces contorsions que proposent-ils ?
a écrit le 22/10/2016 à 11:59 :
N'oublions jamais que S & P notez Lhémans Brothers 3 AAA la vieille du crash de 2008... He oui ?????? méfiance
a écrit le 22/10/2016 à 11:53 :
FRANCEINFO
La France, championne d'Europe de l'actionnariat entreprise
"Un tiers des salariés des entreprises cotées en bourse est désormais associé au capital de leur entreprise. Qu'en est-il chez nos voisins européens ?"
............
"Plus de trois millions de Français sont inscrits au capital de leur entreprise. Un système qui permet aux salariés de s'investir pleinement dans la vie économique de leur société. "La France est championne d'Europe, car sur l'ensemble des sociétés cotées en bourse, 37,2% des salariés français détiennent une ou plusieurs actions de leur entreprise. C'est plus que le Royaume-Uni (27,4%) ou la Pologne (20,5%)", explique Jean-Paul Chapel."
..........
Un système avantageux
"Comment expliquer que la France soit championne dans ce domaine ? "Il y a d'abord un avantage fiscal, depuis les privatisations des années 1980 (...) Et puis les entreprises rendent le procédé avantageux, en offrant par exemple une action pour une action achetée", explique le journaliste. Mais si 37,2% de Français sont actionnaires, ils ne détiennent que 3,9% du capital de leur entreprise, ce qui est bien trop peu pour peser sur les décisions."
a écrit le 22/10/2016 à 11:07 :
C'est totalement ridicule et déplacé de faire un rapprochement d'ordre politique ou électoral car ces analyses se font d'une part à dates régulières et ce n'est d'autre part qu'un passage d'une note négative à stable, on reste AA sans retrouver le triple A, pas de quoi donner un coup de pouce à l'économie ni aux emprunts qui sont en surcote ni de soutenir un candidat. On est de plus en zone euro donc les investisseurs internationaux regardent l'environnement régional et non seulement la France. On voit vraiment l'esprit très mal placé et non objectif de certains, ce n'est pas avec ce genre de visions et réactions étriquées et partisanes que la France peut aller plus rapidement de l'avant.
a écrit le 22/10/2016 à 10:02 :
Encore une fois la preuve que e véritable pouvoir n est pas politique mais financier et tenu par une petite poignée de personnes. Hollande ayant suivi à la lettre les ordres consistant à casser le code du travail, précariser les salariés, redresser les comptes en faisant exploser les impots des classes moyennes, il reçoit les fruits de son travail. Est ce pour autant que l économie et la société francaise se porte mieux ?
Réponse de le 25/10/2016 à 2:23 :
La poignée de personne justement l'a élu pendant 5 ans pour prendre les décisions dont même vous, n'auriez pas le courage de prendre par peur de brusquer ! c'est ce qu'on appelle REFORMER!! Les pays développer et moins développé devront tous passer par la ! Personne n'a cassé le code du travail ! car reconnaître qu'un salarié peut se défendre seul c'est lui reconnaître une liberté bien mérité ! On est au XXI, et vos rêvent ne sont pas le miens (ps: j'ai 28 ans) ! La génération qui arrive est plus indépendante, moins attachée à l'entreprise comme l'employeur peut l'être avec ses salariés et cela n'est pas un Gros mots ! ARRETONS la lutte des classes qui n'existe que dans la tête des gens pauvres intellectuellement !
a écrit le 22/10/2016 à 9:04 :
Un petit coup de pouce à leur fidèle et benêt allié?
a écrit le 22/10/2016 à 8:49 :
A mon avis c'est de l'humour noir, ou alors il faut changer les économistes, fin de mandat d'obama pathétique vu notre dette mais les lois économiques sont inpénétrables ????
a écrit le 22/10/2016 à 8:48 :
M. Valls n'étant pas réputé pour la sobriété de ses propos, son exultation ne nous étonnera guère.
Pourtant, ce satisfecit des agences de notation financières n'aura aucun effet sur la claque électorale en gestation et M. Hollande apprendra qu'il vaut mieux 500 000 chômeurs de moins pour se faire réélire qu'un satisfecit de S&P.

Une des raisons étant que lorsque la France avait été dégradée sous Sarkozy 1er, les grincheux avaient crié aux taux d'intérêts faramineux, alors que la France n'a jamais pu emprunter à des taux aussi bas (voire même négatifs par moments).

Cette note sera probablement vue comme la récompense d'une soumission à un diktat financier idéologique, et ça n'est pas forcément porteur à l'heure où c'est le national socialisme qui a le vent en poupe.
a écrit le 22/10/2016 à 8:25 :
le chef de l'etat depuis plus de 4ans neglige toute les grones
dans le pays
celle des salaries et a ce jour celle de la police
la ou il doit annule toute les affaires pour traite un probleme majeur non
il renvoie a une semaine le dialogue
il n(y a rien de plus grave que cette chianli
pour que la police soit a ce point mecontente.
est que la chose est tres grave il est temps de former
une struture commune police est justice
ceci est votre m le chef de l'etat quand dans un pays vous placer voe amis au poste de privilege et depit de votre discout moi president
a écrit le 22/10/2016 à 7:19 :
S & P de retour ! Il ne manquait que cet organisme anglo-saxon qui ne sert à rien dans le paysage! Comment peut on accorder un quelconque crédit à ce genre de machin...
Réponse de le 22/10/2016 à 18:22 :
J'entends toujours dire "personne n'a voté pour eux", "quel crédit leur donner"...

Bon, j'arrête de suite, les agences de notations sont des prestataires, leurs clients sont les banques. Les banques sont satisfaites? Faut croire que oui sinon elle n'y reviendraient pas...

Alors l'opinion du petit mec de comptoir, je pense qu'ils s'en foutent un peu. Vous prêtez pas d'argent à l'état français que je sache.
a écrit le 22/10/2016 à 4:01 :
A Marcus Goldberg.
Seriez-vous par hasard l'inventeur de l'eau chaude ?
Réponse de le 24/10/2016 à 13:34 :
@marco1 : bien vu. Vous répondez justement à ce discours absurde qui consiste à nous mettre le pied dessus toute la journée, alors que les données les plus fiables démentent ces imbécillités médiatico-politiques... Voyez, la compétitivité, les investissements des snf, la R&D, l'innovation.. Etc...sans compter la "bouffonnerie" de la disparition de l'industrie.. Vous allez sur l'Insee et vérifiez la valeur de la production industrielle : € 889 milliards en 2015...Ce n'est pas rien et cela représente 40% du PIB.
a écrit le 22/10/2016 à 1:19 :
Je n'ai qu'une chose que je souhaite dire.

95% des français, y compris les médecins, les hommes politiques, les universitaires, et les écrivains ne comprennent quoi que ce soit au système politique.

J'inclus également une large partie des lecteurs de la Tribune et des diplômés de HEC Paris. Les gens qui maîtrisent vraiment la finance en France, ils sont environ 10 000, peut être moins.

AAA, BBB, Hedge Fund, Derivatives, ETF,

Ce genre d'informations, énormément de monde croit pouvoir l’interpréter. Vous vous trompez pour la plupart sauf si vous avez une expérience au sein de Rothshild/Goldman Sachs ou que vous enseignez la finance dans une institution d'élite (X/Centrale/Wharton/ Harvard Business School).

Ce que je peux vous dire, c'est que rien ne va changer pour le petit peuple.
Réponse de le 22/10/2016 à 3:04 :
L'économie est une chose simple si on ne regarde pas dans les détails. Le vrai problème c'est trop de dogmatisme dans les écoles de pensées économiques, qu'elles soient libérales, marxistes, néo libérales, anarchistes, réformistes, coopératives, autrichiennes, keynésiennes, de chicago (friedman), de stockholm, post keynésienne, neo ricardienne, etc. C'est le pire problème économique les dogmes économiques.... De plus, les Français comprennent bien comment fonctionne l'économie en général, sans rentrer dans les détails farfelus de mathématiciens chevronnés qui ont toujours sorti des modèles faux. C'est comme essayer de prévoir l'avenir, impossible. Mais ils essayent toujours, pour anticiper, ce qui est la mauvaise méthode et le mauvais dogme. Car l'essentiel, c'est le présent, et pas le futur ou le passé. Même si on peut planifier un peu, c'est une perte de temps de prévoir 10 ans en avance en économie. Encore un dogme faux.
a écrit le 21/10/2016 à 23:20 :
@ BONSOIR ; Relève LA PERSPECTIVE DE LA NOTE bien mais une perspective n'est pas sur ? combine la FRANCE A DU débourser pour une telle augmentation... NON JE BLAGUE le maîmaître du caniche a du intervenir pour remercier HOLLANDE de son soutien : UN PETIT RAPPEL le chômage explose ..... la misère explose ....la colère des françaises et des français explose le déficit de la FRANCE augmente et tout cela malgré les mensonges de HOLLANDE et de VALLS !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :