Tous les Français vaccinés d'ici l'été : faut-il vraiment croire Macron ?

 |  | 3194 mots
Lecture 18 min.
(Crédits : BENOIT TESSIER)
Sur fond de risque de troisième confinement, Emmanuel Macron a voulu se montrer rassurant mardi en promettant un vaccin « à tous les adultes qui le souhaiteront avant la fin de l'été ». Or, sur une population de 67 millions d'habitants, seules 47.137 personnes ont reçu leur seconde injection à date. Les retards des laboratoires sont-ils la seule explication ? La prévision du chef de l'État est-elle un voeu pieux ? Le point sur les chiffres en régions et sur huit dates clés de l'administration de la vaccination en France.

>> Article mise en ligne le 3/02/2021 | Mise à jour le 4/02/2021 à 20h43

---

DOSSIER - La course aux vaccins

Comme pour couper court à la polémique sur un éventuel retard français en matière de vaccination, Emmanuel Macron l'a affirmé mardi soir sur TF1 : l'ensemble des Français pourra avoir accès à l'un des vaccins anti-Covid d'ici six mois.

« Compte tenu des contrats que nous avons sécurisé au niveau européen, ça signifie pour la France que pour tous les adultes qui le souhaiteront, nous serons en mesure de leur proposer un vaccin avant la fin de l'été », a déclaré le chef de l'État à l'issue d'une réunion avec les grands laboratoires français et européens mardi 2 février.

Alors que plusieurs régions sont en situation de pénurie, l'exécutif compte donc inverser la tendance grâce à, notamment, « dès les prochaines semaines (...), des sites qui vont en France produire le vaccin ». « On en aura quatre », a encore assuré Emmanuel Macron.

Pour l'heure, la France dépend en effet de nombreux paramètres qu'elle ne maîtrise pas, dont la livraison des trois vaccins aujourd'hui autorisés dans l'Hexagone venus de leur site de production européens : le Pfizer-BioNTech, le Moderna et l'AstraZeneca (autorisé pour les moins de 65 ans).

Une vaccination coûte que coûte

Or, à date (au 31 janvier), sur une population de 67 millions d'habitants, seules 47.137 personnes ont reçu leur seconde injection, selon les données du ministère. Il est aussi estimé qu'à cette date, 1,7% de la population française a reçu au moins une dose de vaccin. De même, au 26 janvier, un peu plus d'un million de personnes (1,486 million) avaient reçu au moins une dose de vaccin, selon les données Vaccin Covid Cnam pour Santé publique France. Au 26 janvier pourtant, les autorités françaises avait reçu 2,6 millions de doses du vaccin ARN messager produit par Pfizer/BioNTech et Moderna. Les laboratoires sont-ils donc les seuls fautifs dans la délivrance du remède ?

C'était aussi la prévision du ministère de la Santé : 2,4 millions d'injections devraient être administrées au cours du mois de février, premières et secondes doses réunies. Ainsi, les 600.000 rendez-vous de première injection déjà programmés durant la première quinzaine de février auraient du être honorés. Or, à date, aucun nouveau rendez-vous ne pourra être pris avant le 15 février, avait finalement indiqué le ministère.

« La baisse de ces approvisionnements a naturellement un impact sur le nombre d'injections pouvant être programmées : aussi, environ 5% des rendez-vous pour une première injection devront être décalés de quelques jours », a indiqué le ministère en assurant qu'aucun rendez-vous ne sera annulé.

Lire aussi : Le vaccin AstraZeneca pas recommandé aux plus de 65 ans, selon la HAS

CAMPAGNE VACCINALE EN FRANCE

La vaccination contre la Covid a débuté en France le 27 décembre 2020. Elle est désormais ouverte à l'ensemble des personnes appartenant aux catégories suivantes : les personnes âgées en Ehpad ou en unité de soin de longue durée, les professionnels de santé, y compris libéraux, les sapeurs-pompiers et les aides à domicile âgés de plus de 50 ans et/ou atteints de comorbidités, les personnes handicapées vulnérables prises en charge dans les foyers d'accueil médicalisés et les maisons d'accueil spécialisées et les personnels y exerçant âgés de 50 ans et plus et/ou atteints de comorbidités, les personnes vulnérables à très haut risque et les personnes âgées de plus de 75 ans.

La campagne de vaccination s'accompagne du suivi des nombres de personnes vaccinées ainsi que des couvertures vaccinales. Le système d'information Vaccin Covid, permettant le suivi de la vaccination contre la Covid, a été mis en œuvre le 4 janvier 2021. Il est administré par la Caisse nationale d'assurance maladie et alimenté par les professionnels de santé réalisant les vaccinations. À compter du 27 janvier 2021, l'estimation des nombres de personnes vaccinées en France contre la Covid est issue de cette source de données.

Pendant la période intermédiaire, les données présentées étaient issues des remontées d'informations transmises par les Agences régionales de Santé (ARS) et recueillies quotidiennement auprès des établissements pour personnes âgées et des centres de vaccination.

___

Des vaccinations interrompues dans certaines régions

Fin janvier, l'ARS des Hauts-de-France a annoncé le report des rendez-vous pour une première injection afin de "garantir l'administration de la seconde injection pour toutes les personnes ayant déjà reçu la première dose en janvier". L'ensemble des rendez-vous de primo-vaccination prévus jusqu'au mardi 2 février inclus seront donc déprogrammés et immédiatement reprogrammés à partir de la première semaine de mars.

Pour l'ARS d'Île-de-France, la situation extrêmement tendue sur les doses de vaccins, et la nécessité de garantir la deuxième injection pour les personnes déjà vaccinées, aucune primo-injection ne sera effectuée dans les établissements de santé la semaine prochaine.

"Aucune dose de vaccin ne sera délivrée aux établissements de santé par les établissements congélo-porteurs, seules les doses pour les deuxièmes injections seront délivrées", précise l'agence parisienne.

En Bourgogne-Franche-Comté, la réservation en ligne de nouveaux rendez-vous dans les centres de vaccination pour des primo-injections est suspendue. Des rendez-vous qui avaient déjà été pris sont susceptibles d'être reportés de quelques jours ou semaines, a précisé l'ARS dans un communiqué.

Des messages contradictoires qui mettent le doute aux Français

Les collectivités territoriales ont mis à disposition leur assistance et leurs moyens pour accélérer la vaccination sur l'ensemble du territoire national. Position d'autant plus légitime que le gouvernement a choisi de cibler en priorité les aînés accueillis en Ehpad, puis les autres Français les plus vulnérables. Malgré un engagement des territoires, les élus sont confrontés à des messages contradictoires, sources d'incompréhension et d'inquiétude.

En dépit de l'accélération annoncée de la campagne, des centres de vaccination ferment, des rendez-vous sont ajournés, des informations tombent brusquement, sans préavis et sans lisibilité d'ensemble.

François Baroin, Dominique Bussereau et Renaud Muselier rappellent que "les collectivités se sont montrées solidaires et efficaces pendant la pandémie".

"Elles sauront l'être dans la campagne de vaccination en créant des synergies avec les autorités sanitaires, en évitant les doublons et en étant au plus près des populations à vacciner", assurent les Présidents.

François Baroin Dominique Bussereau Hervé Morin

De gauche à droite, François Baroin (AMF), Dominique Bussereau (ADF) et Hervé Morin (Régions de France).

Des "QG opérationnels" de la campagne vaccinale

Ainsi, il est demandé à l'État une véritable clarification de sa vision stratégique en matière de vaccination et doit préciser "l'état des stocks de vaccins, les calendriers précis d'approvisionnement, le nombre de doses disponibles, le calendrier arrêté pour les phases de vaccination, et ce, à l'échelle de chaque territoire".

"Un maillage équilibré des centres de vaccination est également crucial pour garantir une équité territoriale en tenant compte des zones rurales souvent sous-dotées", réaffirment les trois élus.

Les présidents de l'AMF, de l'ADF et de Régions de France relèvent que "la réussite de cette campagne dépend de l'adhésion de tous les acteurs qui devront convaincre le public du bienfondé de la vaccination".

"Notre volonté de devenir le QG opérationnel de cette campagne de vaccination, en copilotage avec les ARS, est totale. Il en va de son succès sur le terrain, comme de son acceptabilité politique", concluent les présidents.

Une vaccination en ville par "tous professionnels de santé"

Les pharmaciens demandent à vacciner contre la Covid "le plus rapidement possible, même s'il n'y a pas beaucoup de doses" disponibles pour "infuser" "au plus profond du territoire", a indiqué jeudi dernier le Conseil de l'Ordre des pharmaciens, qui attend un feu vert officiel du ministère de la Santé.

"On peut se féliciter du grand nombre de personnes vaccinées aujourd'hui, mais le problème c'est que l'on ne cible pas encore assez la population cible, les personnes âgées de plus de 75 ans", a indiqué Carine Wolf-Thal, la présidente de l'Ordre des pharmaciens.

"La seule façon d'y arriver (est) de passer par le réseau de ville et le trépied médecin, infirmier, pharmacien".

"L'important c'est d'anticiper, de ne pas attendre la dernière minute pour dire qu'on mobilise le réseau de ville", a jugé la présidente de l'Ordre, précisant que les recommandations de la Haute autorité de santé devaient arriver cette semaine.

Si "les centres de vaccination ont leur intérêt" car "ils permettent de vacciner un grand nombre de personnes rapidement", Carine Wolf-Thal a noté "des trous dans la raquette", "des difficultés d'accès à la prise de rendez-vous, des difficultés d'accès physique aux centres".

"Les deux sont clairement complémentaires", juge-t-elle en rappelant que le réseau de ville avait vacciné 3,7 millions de patients contre la grippe en un mois et demi.

Les variants troublent la campagne vaccinale

C'est une inquiétude grandissante : la campagne vaccinale sera-t-elle efficace contre les variants qui se propagent à grande vitesse dans plusieurs pays, dont la France ?

Dans un communiqué paru le 25 janvier 2021, Moderna a indiqué que des tests de neutralisation in vitro ont été réalisés à partir du sérum de personnes vaccinées. Les anticorps sérologiques ont été mis en présence des variants du coronavirus qui circulent le plus actuellement, le variant anglais de la lignée B.1.1.7 et le variant sud-africain de la lignée B.1.351, pour s'assurer de leur pouvoir neutralisant.

Le vaccin Pfizer-BioNTech conserve la majorité de son efficacité contre les principales mutations des variants anglais et sud-africain du coronavirus, ont annoncé jeudi 28 janvier les deux sociétés dans un communiqué. Des tests in vitro "n'ont pas montré la nécessité d'un nouveau vaccin pour faire face aux variants émergents", selon les deux entreprises pharmaceutiques, qui soulignent toutefois qu'elles "continuent de surveiller les variants émergents et sont prêtes à réagir" si une de ces mutations se révélait résistante au vaccin

Les cas confirmés d'infections dues aux variants émergents du SARS-CoV-2 sont recensés par le Centre national de référence (CNR) sur la base des prélèvements envoyés par les laboratoires de biologie médicale, publics ou privés, qui sont alors séquencés au CNR, et des résultats de séquençages parfois réalisés par certains laboratoires et qui leur sont communiqués.

Le recours au CNR pour cette surveillance des variants émergents suit les recommandations de la conduite à tenir pour la détection et l'investigation des cas suspects ou confirmés de variants mise à jour le 8 janvier 2021 par Santé publique France et le CNR, et diffusée par le ministère chargé de la Santé. Chacun de ces cas fait l'objet d'une information de l'Agence régionale de santé concernée, avec mise en place des mesures de contact-tracing et de prévention.

Au 27 janvier 2021, 339 cas d'infection à des variants émergents étaient recensés en France : 299 cas du variant 20I/501Y.V1 -identifié au Royaume-Uni- et 40 cas du variant 20H/501Y.V2 -identifié en Afrique du Sud-. Aucun cas du nouveau variant 20J/501Y.V3 ayant émergé au Brésil n'a été identifié en France. Un ou plusieurs cas confirmés du variant anglais sont recensés dans toutes les régions de France métropolitaine. Aucun cas n'a été rapporté en Outre-mer à ce jour (première carte ci-dessous). Un ou plusieurs cas confirmés du variant sud-africain sont recensés dans sept régions de France métropolitaine (Grand Est, Région Sud, Pays de la Loire, Île-de-France, AuRA, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine) (seconde carte ci-dessous).

 __

HUIT DATES SUR LA CAMPAGNE VACCINALE FRANCAISE

  • 27 décembre 2020

La vaccination contre la Covid a débuté en France. Elle est ouverte à certaines catégories de population : personnes âgées en Ehpad ou en unité de soin de longue durée, professionnels de santé, sapeurs-pompiers et aides à domicile âgés de plus de 50 ans et/ou atteints de comorbidités, personnes handicapées vulnérables prises en charge dans les foyers d'accueil médicalisés et les maisons d'accueil spécialisées et les personnels y exerçant âgés de 50 ans et plus et/ou atteints de comorbidités, et personnes vulnérables à très haut risque et les personnes âgées de plus de 75 ans.

  • 4 janvier 2021

Mise en place du système d'information Vaccin Covid, permettant le suivi de la vaccination contre la Covid. Il est administré par la Caisse nationale d'assurance maladie et alimenté par les professionnels de santé réalisant les vaccinations. À compter du 27 janvier 2021, l'estimation des nombres de personnes vaccinées en France contre la Covid est issue de cette source de données.

  • 4 janvier 2021

Mise en place du système d'information Vaccin Covid, permettant le suivi de la vaccination contre la Covid. Il est administré par la Caisse nationale d'assurance maladie et alimenté par les professionnels de santé réalisant les vaccinations. À compter du 27 janvier 2021, l'estimation des nombres de personnes vaccinées en France contre la Covid est issue de cette source de données.

  • 11 janvier 2021

Les pharmaciens demandent à vacciner contre la Covid « le plus rapidement possible, même s'il n'y a pas beaucoup de doses » disponibles pour « infuser » « au plus profond du territoire », a indiqué jeudi dernier le Conseil de l'Ordre des pharmaciens, qui attend un feu vert officiel du ministère de la Santé.

  • 18 janvier 2021

Désormais, d'avantage de candidats au vaccin peuvent se présenter dans les centres de vaccination, à la suite de la décision du gouvernement d'ouvrir aux personnes de 75 ans et plus, ainsi que des aides soignants âgés de 50 ans et plus.

  • 27 janvier 2021

339 cas d'infection à des variants émergents étaient recensés en France : 299 cas du variant 20I/501Y.V1 - identifié au Royaume-Uni- et 40 cas du variant 20H/501Y.V2 -identifié en Afrique du Sud -. Aucun cas du nouveau variant 20J/501Y.V3 ayant émergé au Brésil n'a été identifié en France.

  • 28 janvier 2021

L'ARS des Hauts-de-France annonce le report des rendez-vous pour une première injection afin de « garantir l'administration de la seconde injection pour toutes les personnes ayant déjà reçu la première dose en janvier ». L'ensemble des rendez-vous de primo-vaccination prévus jusqu'au mardi 2 février inclus seront donc déprogrammés et reprogrammés à partir de la première semaine de mars.

  • 1er février 2021

Les chiffres du variant britannique : « On était plutôt aux alentours de 6% le 7 janvier et on est monté à 15/20% la semaine dernière », a détaillé Rémi Salomon, président de la commission médicale de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), évoquant « une croissance exponentielle ». Et comme le variant anglais est « 40 à 70% plus contagieux, il va y avoir une accélération de l'épidémie si on ne fait significativement rien de plus (...). C'est ça qui nous fait peur », a-t-il souligné.

  • « Fin février, début mars »

Pour pallier aux retards aux problèmes logistiques, la production de vaccins anti-Covid, sur le sol français, devrait commencer à cette date selon l'annonce du président de la République mardi 2 février.

Lire aussi : Les retards de vaccination reportent la reprise de l'économie européenne, déjà laminée en 2020

Lire aussi : La pénurie interrompt la vaccination en Île-de-France, Hauts-de-France et Bourgogne-Franche-Comté

Lire aussi : Les médecins dénoncent une campagne de vaccination « aux dépens des soignants »

----

LIRE AUSSI : En Régions

AuRA. « Les premières doses du vaccin Moderna sont arrivées dans l'Allier »

En Auvergne Rhône-Alpes, la campagne de vaccination a démarré et monte en puissance avec près de 8.000 vaccinations par jour, pour 118.000 personnes déjà vaccinées. Jean-Yves Grall, directeur général de l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes, revient sur les défis logistiques et organisationnels découlant de cette gestion de crise, ainsi que les prochaines étapes d'une campagne de vaccination, confirmant au passage que les premières doses du vaccin Moderna sont arrivées dans l'Allier...

Jean-Yves Grall (ARS AuRA) : "Les premières doses du vaccin Moderna sont arrivées dans l'Allier"

AuRA. « Ce vaccin est la meilleure nouvelle que nous ayons eue »

Aux Hospices Civils de Lyon (HCL), le second CHU de France, le coup d'envoi de la campagne de vaccination a démarré depuis plusieurs jours. Son directeur général Raymond Le Moign, l'ex-directeur de cabinet des ministres Agnès Buzyn et Olivier Véran et ancien DG du CHU de Toulouse, nous livre son premier bilan aux avant-postes d'une campagne inédite, où il sait déjà qu'il lui faudra redoubler d'efforts pour expliquer et convaincre pour contrer "l'hésitation vaccinale"...

Raymond Le Moign (HCL) : "Ce vaccin est la meilleure nouvelle que nous ayons eue"

MONTPELLIER. Campagne de vaccination : les élus locaux appellent à l'union sacrée pour accélérer

Les collectivités territoriales se disent prêtes à dégainer toute une organisation de moyens humains et matériels pour accélérer la campagne de vaccination. Dans l'Hérault, le Conseil départemental et la Métropole de Montpellier se mobilisent aux côtés de la Région Occitanie, et demandent ensemble au gouvernement de décentraliser la campagne de vaccination et de solliciter les forces locales. Manière de contrer une administration dont l'efficacité reste à démontrer...

Campagne de vaccination : les élus locaux appellent à l'union sacrée pour accélérer

AQUITAINE. « Il faut un centre de vaccination pour 25.000 habitants », Georges Méric

Candidat à sa succession, le président socialiste du conseil départemental de Haute-Garonne regrette un début de campagne de vaccination contre la Covid-19 "catastrophique". Néanmoins, Georges Méric se veut "participatif" et propose le soutien de sa collectivité pour disposer d'une cinquantaine de centres dans le département. Seulement, un débat semble s'installer avec le préfet sur le maillage à mettre en place...

Vaccin contre la Covid-19 : "Il faut un centre de vaccination pour 25.000 habitants" (Georges Méric)

AUVERGNE. Vaccins : Walden distribue déjà des millions de doses en Europe

La campagne de vaccination lancée, comment le vaccin Pfizer, qui nécessite une chaîne du froid irréprochable à -70 degrés, s'acheminera-t-il au coeur des territoires ? En Auvergne, le géant de la distribution de produits de santé Walden est déjà mobilisé pour assurer la distribution de ces vaccins contre la Covid-19. Il a été sollicité, en premier lieu, par l'étranger...

Vaccins : l'auvergnat Walden distribue déjà des millions de doses en Europe

> VOIR aussi la carte : Course à la vaccination en Europe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2021 à 11:57 :
Astrazenneca ne protège pas du variant Sud Africain : faut savoir que en France 30% de Parisiens vont souvent en Afrique du Sud.
A mon sens faut confiner totalement pendant un mois , produire en masse les vaccins qui protègent le mieux et proposer ces vaccins à tous pour enrayer cette crise tridimensionnelle pour en finir une fois pour toute.
a écrit le 06/02/2021 à 9:14 :
Dégeulasse ce monde : propos de la nouvelle génération , ceux qui auront 20 ans ...
36 milles vaccins pour 1 pandémie ..,
Leur Humanité nous fait larmoyer ...
a écrit le 05/02/2021 à 7:02 :
Le problème avec Micron, c'est qu'il déteste les français et n'a de cesse de les punir et de détruire la société française depuis qu'il fait de la politique. Mais nous le savons que depuis 2017.
Aussi, lorsqu'il pretend vouloir notre bien, c'est obligatoirement suspect.
a écrit le 04/02/2021 à 18:06 :
il reve notre dandy il faudrait que des millions de doses arrivent il est vrais qu'il fut un il y a eu la multiplication des pains Macron se prend il pour dieu? allez Macron redescend sur terre on reglera les comptes l'an prochain!!! cela peut faire mal il y a queques roquets et roquettes du gouvernement qui risques de pas bien dormir d'ici là la place est tellement bonne....
a écrit le 04/02/2021 à 14:04 :
La question essentielle qui se pose, c'est celle des élections... seront elles libres et non faussées?
Réponse de le 04/02/2021 à 16:34 :
Facile, vu le casting on peut être déjà sûr que non, comme d'habitude en sommes.

Les souris votent pour les chats.
a écrit le 04/02/2021 à 13:45 :
la fin de l'été, c'est le 22 septembre (nous fêterons les sylvain), ça fait 230 jours.
Si on compte 40 millions de personnes, ça fait plus de 170.000 par jour, fériés et week end compris, en unidose bien sur.
C'est pas gagné
Réponse de le 04/02/2021 à 14:30 :
Ils sont tous atteints du syndrome Mac fly morin, le type qui avait vu le débarquement de normandie depuis les gonades de son paternel qui si ça trouve se trouvais en auvergne ce jour là.
Il faut dire quelque chose parce que c'est bien de le dire, mais on ne se préoccupe absolument pas de la réalité, c'est subalterne seul le discours, le verbe compte
Réponse de le 04/02/2021 à 15:39 :
Et ce qui est le plus terrible, c'est qu'ils sont sincères quand ils le disent, en france, la politique, l'exercice du pouvoir relève de la psychiatrie
Réponse de le 06/02/2021 à 23:38 :
Il a parle des adultes qui veulent se faire vacciner... dans ça tête même pas 15 millions de personnes si on enlève tous les enfants et les 50% qui veulent pas le vaccin...
a écrit le 04/02/2021 à 13:11 :
Vacciner ou pas pour eux cela ne change rien :


Revoir son parent plus régulièrement et même… le serrer dans ses bras. Tel est l’espoir que suscite la vaccination contre la Covid-19 chez de nombreuses familles de proches résidant dans un Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Malheureusement, ces effusions de joie risquent encore de devoir attendre. Car si le vaccin Pfizer/BioNTech, actuellement administré, doit protéger des formes graves, rien n’indique qu’il limite les contaminations. “Cela signifie donc que les mesures barrières devront être maintenues, estime Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa, syndicat représentant les Ehpad privés, à l’occasion d’une conférence de presse organisée mardi 2 février.
a écrit le 04/02/2021 à 12:54 :
Pour moi cela sera un cocktail pfizer avec une pointe d'astra zenecka et un soupcon de sputnik...

Shaken not stirred...
a écrit le 04/02/2021 à 12:28 :
Ce n'est pas ce que nous dit le site covidtracker qui déclare "au rythme actuel (moyenne des 7 derniers jours), l'objectif de vacciner l'ensemble de la population adulte serait atteint le 6 août 2025". Le rythme s'essoufle. Le nombre de vaccinations le week-end est dérisoire (4669 dimanche dernier). Nous en sommes à 102.294 vaccinés (2 doses) contre 867.237 en Italie par exemple.
Réponse de le 04/02/2021 à 12:45 :
" l'objectif de vacciner l'ensemble de la population adulte serait atteint le 6 août 2025"

L'ensemble de la population adulte ,volontaire ne jamais oublié
a écrit le 04/02/2021 à 10:21 :
Il a pris un coup de vieux le maestro des horloges. Bientot l'ecart avec sa prof d'histoire sera insignifiant de visu.
a écrit le 04/02/2021 à 10:17 :
Ce n'est pas en frappant toujours plus fort sur Macron que l'on touchera ses propriétaires hein, et c'est d'ailleurs bien fait pour ça.

Seraient ils tous en train de nous préparer l'alcoolique pour 2022 ? Heu tant qu'à faire on peut la remplacer par Donald svp ? Il est libre en plus... :-)
a écrit le 04/02/2021 à 9:21 :
Noooooon !
a écrit le 04/02/2021 à 9:03 :
"« à tous les adultes qui le souhaiteront avant la fin de l'été ». Or, sur une population de 67 millions d'habitants,"

Vous faites exprès de pas comprendre ce qu'il dit ? La vache que c'est pénible cet acharnement sur Macron dès qu'il ne dit pas exactement ce que les laboratoires pharmaceutiques aliénés lui disent de dire !

Cette phrase est particulièrement intelligente mais bon visiblement l'intelligence et les médias de masse ça fait deux, la précision de "tous les français qui veulent se faire vaccinner" permet une réductuion drastique des candidats aux vaccins et du coup de bien arriver à ce que les français qui le souhaitent soient vaccinner à la fin de l'été dépendant donc de ceux uqi ne le veulent pas comme moi par exemple et je suis loin d'être un cas unique.

Pensée binaire, pensée mortifère.
Réponse de le 08/02/2021 à 16:52 :
oui , on a bien compris ce qu'a dit Macron . ceux qui ne seront pas vaccinés auront délibérément choisi de refuser la vaccination. c'est tout simple !
Réponse de le 08/02/2021 à 17:22 :
C'est malin, pour une fois c'est pas un mensonge.
a écrit le 04/02/2021 à 9:02 :
Les arbitrages des trois députés chargés de l’administration financière de l’Assemblée nationale, n’en finissent plus d’étonner. Après avoir augmenté de 15% la dotation matérielle des députés (DMD), une enveloppe pourtant sous-utilisée par l’immense majorité d’entre eux, le premier questeur, Florian Bachelier (LREM), et ses deux collègues, Laurianne Rossi (LREM) et Eric Ciotti (LR), ont récemment autorisé l’achat de 20.000 masques FFP2, en complément d’un stock déjà existant de 2.000 masques du même type.

Cette décision a été prise à l’occasion de l’avant-dernière réunion du collège des questeurs, le 21 janvier dernier, en même temps que l’acquisition de 40.000 masques chirurgicaux classiques (FFP1). Ils viendront compléter le stock existant à l’Assemblée. Pour rappel, cette réserve avait été évaluée à 300.000 masques “classiques” FFP1, "pour les 1.200 fonctionnaires" de l’Assemblée, par le député d’Ille-et-Vilaine, Florian Bachelier à la fin du mois d’août 2020.Les députés, membres du personnel administratif et collaborateurs parlementaires qui travaillent au Palais Bourbon disposent gratuitement d’une dotation individuelle de 16 masques par semaine, à retirer dans des distributeurs automatiques, qui ont été installés aux quatre coins du Palais Bourbon. Assimilé à un privilège par une partie de l’opposition, le député LFI François Ruffin en tête, cette mesure de gratuité avait néanmoins été assumée par Florian Bachelier. Au motif que l’Assemblée nationale, soumise, comme tout employeur, au Code du travail, “doit mettre à disposition de son personnel des outils de protection, dont des masques”. Un argument qui peut s’entendre, d’autant que le port du masque était devenu obligatoire dans l’hémicycle, durement touché par la première vague de coronavirus, dès le mois de juin 2020.

En revanche, l’acquisition récente de 20.000 masques FFP2 paraît difficile à justifier. Si ces dispositifs sont en vente libre pour le grand public (pharmacies, magasins de matériel médical ou de bricolage, e-commerce) depuis que l’Etat a reconstitué son stock stratégique, ils demeurent “prioritaires pour les soignants réalisant des actes invasifs ou à risque d’aérosolisation”, selon la Direction générale de la santé (DGS). Le service rattaché au ministère de la Santé précise également à Capital que “l’utilisation en population générale, de tels masques, n’est pas recommandée et doit être proscrite s’ils comportent une valve expiratoire”. Dans ces conditions, pourquoi le collège des questeurs a jugé utile de procéder à l’achat de 20.000 masques FFP2 pour l’Assemblée ?
a écrit le 04/02/2021 à 8:55 :
Depuis des décennies si le défilé des présidents et de leur discours avaient été réalisés la France serait un pays dans lequel le soleil brille 24h/24 . M. Macron a montré depuis son élection qu'il est de même acabit. Les discours sans engagement concret ne mangent pas de pain. En France le mot bilan n'est pas dans le langage politique hors bien sur encore et encore le discours. J'avais voté en 2017 pour un vrai changement encore une fois le discours n'est pas au niveau des promesses de changement.
a écrit le 04/02/2021 à 3:24 :
Il y a encore des citoyens qui croient ce que deblatere ce corniaud bonimenteur ?
Etonnant....
a écrit le 04/02/2021 à 2:38 :
au rythme actuel,d'ici la fin de l'année ils auront vacciné 9 millions de personnes
a écrit le 03/02/2021 à 20:30 :
On peut avoir toutes les différentes technos de vaccin dans le bras pour les plus passionnés ? Pour la collec !
a écrit le 03/02/2021 à 19:41 :
Pour moi ce sera un Spoutnik...
Réponse de le 03/02/2021 à 20:39 :
Et pour moi rien du tout, JAMAIS..
Réponse de le 04/02/2021 à 8:57 :
pourriez-vous nous éclairer sur ce qui se passe à l'UPR?
Réponse de le 04/02/2021 à 9:05 :
Vite vite le vaccin et le passeport de vaccination. J'ai déjà le mien qui me permet de voyager dans le monde entier grace à la vaccination de la fièvre jaune.
a écrit le 03/02/2021 à 19:29 :
Donc à raison de 475000 vaccinés chaque jour
a écrit le 03/02/2021 à 18:15 :
si Macron est oblige de reconfiner il est cuit pour 2022 il a joue a la roulette russe... c'est le risque du metier de toute façon c'est hyper dangereux de lacher la population pendant les vacances ; brassage de foule = explosion de la contamination pas besoin d'etre prof de medecine pour comprendre mais là haut sa plane...
a écrit le 03/02/2021 à 17:27 :
C'est pas grave ,on est sauvé maintenant ,on a des gars qui tournent en rond dans le cercle :

Il est un club élitiste qui a vu le jour en pleine Seconde Guerre mondiale, fondé par d'anciens résistants. Le Siècle est un endroit très fermé où ses membres, dirigeants politiques, économiques ou culturels français, se regroupent une fois par mois lors d'un dîner au Cercle de l'Union interalliée, au 33 rue du Faubourg-Saint-Honoré (Paris). Ils ont un mot d'ordre : ne rien répéter de ce qui se dit entre eux. Mais la liste de ses membres est d'ordinaire secrète. Or, nos confrères de l'Obs ont pu se procurer son annuaire, pourtant estampillé "confidentiel" en lettres capitales rouges. Et il se trouve que parmi ces membres, jugés pourtant "vieillissants", se trouvent onze membres du gouvernement ainsi que d'anciennes figures ayant servi sous Emmanuel Macron.

La liste dévoilée par l'Obs comprend donc : Edouard Philippe (l'ancien Premier ministre), Muriel Pénicaud (ex-ministre du Travail), Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Éducation), Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur), Florence Parly (ministre des Armées), Élisabeth Borne (ministre du Travail), Sébastien Lecornu (ministre des Outre-mer), Emmanuelle Wargon (ministre déléguée au Logement), Amélie de Montchalin (ministre de la Fonction publique), Agnès Pannier-Runacher (ministre de l'Industrie), Jean-Baptiste Djebbari (ministre des Transports), Franck Riester (ministre du Commerce extérieur), Clément Beaune (secrétaire d’État aux Affaires européennes) et Alexis Kohler, secrétaire
Réponse de le 03/02/2021 à 19:57 :
Et ils se retrouvent pour brader la France aux mondialistes et aux intérêts de l' UE des GOPE, ainsi depuis 2000 la France a abondé 127 milliards d ' euros au budget de la grosse bertha sans jamais l' aval des français (et ça ne cesse d 'augmenter) pour que celle -ci lui intime en retour de fermer ses hôpitaux publics via l' article 106 du TFUE. Ah si le grand Charles qui est le dernier à avoir défendu les intérêts nationaux regarde cette escroquerie. Frexit comme une urgence vite..
Réponse de le 04/02/2021 à 9:03 :
Pour l'instant nos amis anglais ne semblent pas très enthousiastes sur le plan éco. Alors avant de "vite le frexit" attendez quelques années. Une vision d'une sortie de l'UE ne semble pas pour nos concitoyens à l'ordre du jour. Avant une sortie il nous faudrait un bilan du brexit soit au moins 10 ans.
Réponse de le 04/02/2021 à 13:07 :
@frexit vite Hors sujet je vous parle de faits, l' UE nous coûte une blinde et vous tentez de relancer de manière divertissantes avec vos habituelles projections foireuses, ils sont sortis et nous deopn s els imiter avant le dépôt de bilan..
a écrit le 03/02/2021 à 16:45 :
Sans oublier la question centrale du libre choix : si se faire vacciner est un choix, et un droit, tout à fait respectable, ne pas se faire vacciner l'est tout autant.
a écrit le 03/02/2021 à 16:23 :
Sauf pour motif politique, cette course aux vaccins pour tous à tout prix est d'une stupidité lamentable. Qu'il y ait suffisamment de vaccins pour vacciner une quinzaine de millions de personnes à risque, soit, mais vouloir injecter 120 millions de doses pour "protéger" une majorité de la population qui n'en n'a pas besoin relève du foutage de gueule, de la gabegie... habitude hélas bien française.
a écrit le 03/02/2021 à 15:58 :
Le confinement arrange le monde de la finance.
Ne pas vacciner est dans leur programme aussi ; par contre des passe - droit, partir aux caraibes aux vacances de Février pour certain secteur chouchou , encore dans leur plan , augmenter l’enveloppe des députés aussi , envoyer les employés au chômage pendant le mois de février ( mois court et période de vente ...) encore leur plan
La France est loin d’un pays de droit de liberté , d’égalité et de fraternité et de démocratie depuis 2017.( année fatidique)
a écrit le 03/02/2021 à 15:56 :
La question qui se pose, c'est celle des élections... seront elles libres et non faussées?
a écrit le 03/02/2021 à 15:48 :
C'est une projection raisonnable.
a écrit le 03/02/2021 à 15:26 :
Tous les Français qui le désirent et qui sont en âge d'être vaccinés... ce n'est pas les 65 millions de Français, déjà, si on enlève les moins de 12 ans voire de 15, cela fait du monde et s'y ajoute les anti-vaccins et ceux qui ne sont pas pressés.
a écrit le 03/02/2021 à 14:32 :
Il va en fabriquer dans sa cuisine, et demander à Hollande de livrer en scooter ?
a écrit le 03/02/2021 à 14:06 :
Comme dit l'autre, Y Fo Croire.
Et bien je crois.
Aux petits honmmes verts! C'est plus crédible que les promesses de notre guide suprême lumière de l'univers
Réponse de le 03/02/2021 à 14:34 :
la vérité n est pas aimée des rois ! les paroles seront elles l ombre de l action ?
Réponse de le 03/02/2021 à 14:48 :
Très juste, pourtant la vérité est bien utile pour agir au plus efficace.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :