A Davos, Greta Thunberg estime que "rien n'a été fait" pour le climat

 |   |  620  mots
(Crédits : Reuters)
"Les émissions de CO2 n'ont pas diminué", a martelé la jeune Suédoise devant les grands patrons et responsables politiques réunis jusqu'à vendredi dans la douillette station de ski suisse.

Comme une douche froide pour l'élite économique et politique réunie à Davos, la militante du climat Greta Thunberg a déploré mardi que "rien n'ait été fait" pour le climat en dépit de tous les discours en faveur de l'environnement.

Dans le cadre enneigé de la station de ski des Grisons (Suisse), le réchauffement climatique domine cette année le Forum économique mondial (WEF), à l'heure où les entreprises rivalisent de promesses et les gouvernements de discours alarmistes.

Certes, "le climat et l'environnement sont un sujet d'actualité aujourd'hui", mais "en pratique, rien n'a été fait", "les émissions de CO2 n'ont pas diminué", a martelé la jeune Suédoise devant les grands patrons et responsables politiques réunis jusqu'à vendredi dans la douillette station de ski suisse.

Ce n'est pourtant pas faute de recevoir l'attention médiatique, a-t-elle estimé, avec comme une pointe d'amertume. "Je ne peux pas me plaindre de ne pas être écoutée. On m'écoute tout le temps", a dit la militante, devenue égérie mondiale de la mobilisation des jeunes pour le climat.

"Eviter l'apocalypse climatique"

Nulle préoccupation climatique en revanche dans le tweet envoyé dans la nuit par l'autre tête d'affiche annoncée mardi à Davos, Donald Trump.  En campagne pour sa réélection en novembre et à quelques heures de l'ouverture de son procès en destitution à Washingon, il entend vanter sa politique de l'"America First".

Croisera-t-il aussi Greta Thunberg? Invitée à Davos pour la deuxième année consécutive, la militante de 17 ans s'exprimera une nouvelle fois après le président américain lors d'une table ronde et ouvrira dans l'après-midi une session au titre sans équivoque: "Eviter l'apocalypse climatique".

Reste à savoir quel impact concret ces mises en garde auront. Dans une récente enquête du cabinet PwC auprès de presque 1.600 patrons, le changement climatique ne figurait même pas parmi les 10 principales menaces pour l'économie mondiale pour 2020, n'apparaissant qu'en 11ème position.

Les ONG sceptiques

Et les ONG présentes à Davos se gardent de tout triomphalisme. "Il y a une énorme progression de la prise de conscience au niveau des grands patrons, mais le défi est de la traduire aux échelons inférieurs, au sein de groupes gigantesques" aux chaînes de production complexes, insiste auprès de l'AFP Marco Lambertini, secrétaire général de l'organisation environnementale WWF.

Selon un rapport de Greenpeace publié mardi, dix banques régulièrement présentes à Davos ont à elles seules financé entre 2015 et 2018 le secteur des énergies fossiles à hauteur de 1.000 milliards de dollars.

Le Forum lui-même a été parfois taxé d'hypocrisie climatique en raison du ballet de jets, hélicoptères et limousines qu'il occasionne. Cette année, il tente de montrer l'exemple en bannissant les ustensiles à usage unique, en montant des buffets sans viande, en compensant les émissions carbone ou en prodiguant des conseils sur le carburant utilisé pour les avions privés.

Pour le politologue américain Ian Bremmer, "dans le contexte de tous les autres problèmes mondiaux, (le climat) est celui qui attire l'attention et suscite une action authentique de certains grands acteurs". Mais M. Bremmer, président du centre de recherches Eurasia Group, reste très sceptique sur la capacité des puissants rassemblés à Davos à obtenir des avancées concrètes.

"Cela fait 50 ans (que Davos existe) et depuis 50 ans les messages qui en sont sortis ont gagné. Mais ces messages ne s'imposent plus. Plus du tout. C'est en partie à cause de la Chine et de son approche compétitive, et en partie parce que le capitalisme et la démocratie libérale perdent leur légitimité. Et ces deux sujets ne seront pas abordés ici", dit-il à l'AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2020 à 17:20 :
Faut que la petite bien manipule par son entourage manifeste en Chine Inde Afrique USA qui representent 65% de la vraie pollution au du rechauffement du Giec au lieu aboyer inutilement dans les pays qui pollue le moins , mais la bas direction prison
a écrit le 21/01/2020 à 16:03 :
Greta la gentille petite "Khmers verte" vient de nouveau faire la morale au monde avec les idées suggérées pas son père (cf. facebook)...
Même si la lutte contre la pollution et les particules plastiques est un combat utile, les âneries véhiculées sur le CO2 amènent nombre de nos concitoyens à être de moins en moins réceptifs à ce genre de discours.
En effet, le CO2 n'a jamais été un polluant et ne le sera jamais car c'est un composé chimique essentiel à la photosynthèse et au développement de la flore...
Quant aux particules fines, les poussières et les pollens sont souvent tout aussi néfaste pour la santé que les particules fines automobiles et ce depuis des millions d'années...
Donc faut-il, par médias interposés, suggérer l'apocalypse climatique ?
a écrit le 21/01/2020 à 15:36 :
Greta a raison bien sûr, mais elle ne nous apporte rien, ne dit rien d'autre que ce que les experts disent, n'a aucune expertise scientifique bien sûr, ne représente a priori personne (peut-être les ados de 13/14 ans?), et lui laisser tant de place médiatique va à l'encontre du fonctionnement de nos démocraties représentatives (nous souhaitons pour les décisions globales que nos élus s'emparent intelligemment du sujet). Son impact est donc clairement clivant (il suffit de voir les réactions sur les forum, les pour et les contre..). Elle doit arrêter son cirque, et se poser, comme nous tous, la question de sa propre empreinte, -la seule vraie solution à mon avis-et cesser de croire à une décision politique venue d'en haut, comme par magie, jupiterienne :), qui serait à même de régler un problème très complexe pour le fonctionnement de nos sociétés.
a écrit le 21/01/2020 à 15:35 :
Greta dégage
a écrit le 21/01/2020 à 14:09 :
J'échange mon commentaire sur macron, simple victime au final de tout ça, contre un commentaire non censuré sur Davos !

Je ne fais quand même pas aussi peur que ça à tout ces saigneurs de la planète !?

Bref un minimum de démocratie svp !!!
a écrit le 21/01/2020 à 13:47 :
Comment sainte Greta est-elle arrivée à Davos ? Voilier, traîneau à chiens ou patins à roulettes ? Qu'elle aille donc à l'école avant de vouloir tout régenter !
Réponse de le 21/01/2020 à 18:01 :
Vous savez c'est simplement Macron mais en plus jeune, c'est du médiatique!
a écrit le 21/01/2020 à 13:25 :
""Je ne peux pas me plaindre de ne pas être écoutée. On m'écoute tout le temps" : ah ben oui, c'est la nouvelle mode pour diriger (cf Macron en France par exemple) -> "Parle à mon c.., ma tête est malade" !!
a écrit le 21/01/2020 à 13:21 :
Voilà voilà ... et maintenant ?
a écrit le 21/01/2020 à 11:45 :
Le simple fait de faire travailler l'argent a notre place a une influence sur le climat! Donc tout les "boursicoteurs" ou plutôt "joueur de casino" ont une ample responsabilité!
a écrit le 21/01/2020 à 11:16 :
LE monde de Greta:"Mais comment sauver tout ces gens et l’environnement ?"

LE monde de Davos:" Mais comment faire pour que tout ces gens et cet environnement ne fassent pas trop de bruit en mourant ?"
a écrit le 21/01/2020 à 10:48 :
La seule mesure efficace, contre les émissions de CO2, c'est le malthusianisme.
a écrit le 21/01/2020 à 10:19 :
merci, Greta Thunberg .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :