Acte 2 : deuxième rencontre entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong

 |   |  696  mots
Après le premier sommet, les discussions américano-nord-coréennes se sont trouvées par la suite au point mort.
Après le premier sommet, les discussions américano-nord-coréennes se sont trouvées par la suite au point mort. (Crédits : Jonathan Ernst)
Le nouveau sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un aura lieu "vers la fin février".

Le prochain sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un aura lieu "vers la fin février", a annoncé vendredi la Maison Blanche, sans préciser le lieu de la rencontre. "Le président est impatient de rencontrer le président Kim dans un lieu qui sera annoncé ultérieurement", a indiqué le porte-parole de l'exécutif, Sarah Sanders, à l'issue d'une rencontre de 90 minutes dans le Bureau ovale entre Donald Trump et le bras droit de Kim Jong Un, Kim Yong Chol. Donald Trump, 72 ans, et Kim Jong Un, de plus de 30 ans son cadet, se sont rencontrés pour la première fois en juin 2018 à Singapour.

Donald Trump a annoncé samedi qu'un pays, qu'il n'a pas désigné, avait été choisi pour son second sommet fin février avec le dirigeant nord-coréen, le président américain faisant par ailleurs état de "grands progrès" sur la dénucléarisation. Donald Trump avait déclaré le 2 janvier qu'il avait hâte de tenir un nouveau sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, qui s'était dit la veille prêt à rencontrer une nouvelle fois le président américain à tout moment. "J'ai moi aussi hâte de rencontrer le président Kim qui réalise très bien que la Corée du Nord possède un formidable potentiel économique !", a écrit Donald. Trump dans un bref tweet.

Des négociations difficiles

Lors de ce tête-à-tête historique, le premier entre un président américain et un héritier de la dynastie des Kim, l'homme fort de Pyongyang s'était engagé en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", sans détails ni calendrier. Depuis, les négociations patinent. Washington exige une dénucléarisation "totalement vérifiée" du Nord avant toute levée des sanctions alors que Pyongyang accuse les Etats-Unis d'exiger son désarmement unilatéral sans faire de concessions.

Après le premier sommet, les discussions américano-nord-coréennes se sont trouvées par la suite au point mort, les deux parties n'étant pas d'accord sur les implications pratiques du document signé à Singapour. Lors de son adresse du Nouvel An, le leader nord-coréen a déclaré qu'il était disposé à rencontrer Donald Trump à tout moment mais a aussi averti que Pyongyang pourrait changer d'attitude si Washington maintenait, malgré le rapprochement diplomatique opéré depuis juin, ses sanctions économiques contre la Corée du Nord.

L'arsenal nucléaire nord-coréen a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l'ONU au fil des ans. Pyongyang a effectué six essais nucléaires et développé et testé des missiles balistiques qui, selon des experts, seraient capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis. En novembre, Kim Jong-un a inspecté le site d'essais d'une "arme stratégique de pointe développée récemment", a rapporté ce vendredi la télévision publique nord-coréenne. "Kim Jong-un a visité le site d'essais de l'Académie des sciences de défense et a supervisé le test d'une nouvelle arme tactique ultramoderne", a déclaré l'agence de presse officielle, KCNA.

Séoul satisfait

La Corée du Sud se réjouit de l'annonce d'un second sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un, a annoncé samedi la présidence sud-coréenne. Séoul espère que cette rencontre constituera "un tournant" en faveur de la paix dans la péninsule coréenne, a indiqué la présidence, quelque heures après l'annonce par la Maison Blanche d'un nouveau sommet Trump-Kim Jong.

"Nous espérons que le sommet annoncé entre le Nord et les Etats-Unis sera un tournant dans l'établissement d'un régime permanent de paix sur la péninsule coréenne", a déclaré Kim Eui-kyeom, porte-parole du président sud-coréen Moon Jae-in.

La Corée du Sud va poursuivre sa proche coordination avec les Etats-Unis, son principal allié, afin d'atteindre l'objectif d'une "dénucléarisation complète", a indiqué le porte-parole. Séoul va élargir son dialogue avec Pyongyang pour que le sommet annoncé soit "un succès", a-t-il également expliqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2019 à 11:35 :
Cela tombe vraiment bien que nous ayons un président sud coréen pro-réunification.

"Corées. Enfin la paix ? " https://www.monde-diplomatique.fr/mav/162/
Réponse de le 20/01/2019 à 10:39 :
@ multipseudos

ça y est le week-end est là et tu te sens seul, prend une autre jambe stp, merci.

signalé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :